Les professions en demande

Les acheteurs des commerces de détail et de gros achètent des marchandises pour la revente dans un commerce de gros ou de détail et sont généralement responsables des techniques marchandes des établissements de commerce de détail ou de gros. Les acheteurs des commerces de détail et de gros qui occupent des postes de supervision et les acheteurs adjoints sont inclus dans ce groupe de base.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Acheteur adjoint/acheteuse adjointe
  • Acheteur/acheteuse – commerce de détail
  • Acheteur/acheteuse – commerce de gros
  • Acheteur/acheteuse d’appareils électroménagers
  • Acheteur/acheteuse de denrées alimentaires
  • Acheteur/acheteuse de fruits et légumes
  • Acheteur/acheteuse de vêtements
  • Acheteur/acheteuse en chef
  • Acheteur-dégustateur/acheteuse-dégustatrice de boissons
Inclusions
  • Marchandiseur/marchandiseuse
  • Spécialiste des techniques marchandes

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • acheter des marchandises pour la revente dans un commerce de gros ou de détail;
  • examiner les besoins des commerces et déterminer les quantités et le type de marchandises à acheter;
  • étudier des analyses de marché, des revues pertinentes et des catalogues publicitaires, et visiter des salons professionnels, des expositions, des usines et des présentations de concepteurs de produits;
  • choisir la marchandise qui répond le mieux aux exigences du commerce;
  • rencontrer les fournisseurs, négocier les prix, les escomptes, les modalités de crédit et le transport des marchandises;
  • superviser la distribution des marchandises aux points de vente et maintenir des stocks adéquats;
  • établir et maintenir des contacts avec les fournisseurs;
  • surveiller, s’il y a lieu, le travail d’autres acheteurs des commerces de détail.

Les acheteurs des commerces de détail et de gros peuvent se spécialiser dans une gamme de marchandises en particulier.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est exigé.
  • Un diplôme d’études universitaires ou collégiales en administration des affaires, en marketing ou dans une discipline connexe est habituellement exigé.
  • De l’expérience dans des commerces de détail ou de gros est habituellement exigée.
  • Les superviseurs des acheteurs et les acheteurs en chef doivent posséder de l’expérience dans le domaine de supervision ou dans une gamme de marchandises particulières.

Renseignements supplémentaires

  • Les acheteurs des commerces de détail et de gros peuvent se spécialiser soit en acquérant de l’expérience, soit en suivant des cours de formation relativement à un produit en particulier.
  • L’expérience ou une formation supplémentaire permettent d’accéder aux postes de direction en commerce de détail, ventes, marketing ou publicité.

Les adjoints administratifs médicaux effectuent diverses tâches de secrétariat et d’administration dans des cabinets de médecins, des centres hospitaliers, des cliniques médicales et d’autres milieux médicaux.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Adjoint administratif/adjointe administrative – domaine médical
  • Secrétaire d’unité d’hôpital
  • Secrétaire médical/secrétaire médicale

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • fixer et confirmer les rendez-vous chez le médecin, et recevoir et transmettre les messages destinés au personnel médical et aux patients;
  • saisir et formater des rapports médicaux et de la correspondance médicale électronique et préparer des feuilles de calcul et des documents aux fins de révision;
  • interroger les patients afin de remplir les formulaires, les documents et les historiques de cas;
  • remplir les formules pour les paiements des assurances et autres demandes d’indemnisation;
  • établir et tenir des dossiers et des documents médicaux confidentiels;
  • préparer des ordres du jour provisoires pour des réunions, et tenir, transcrire et distribuer le procès-verbal;
  • préparer des relevés financiers et la facturation;
  • établir et tenir divers procédures de soutien administratif, telles que la gestion et le classement de documents, et la signalisation mensuelle;
  • commander les fournitures et tenir l’inventaire;
  • définir les routines et modes de fonctionnement du bureau, et les mettre en application;
  • superviser et former, s’il y a lieu, d’autres employés en ce qui a trait aux méthodes de travail et à l’exploitation de logiciels courants.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Un programme collégial d’un ou de deux ans ou une formation spécialisée en secrétariat ou en secrétariat médical est habituellement exigé.

Les adjoints administratifs effectuent des tâches administratives pour épauler les gestionnaires et les professionnels. Ils travaillent dans les secteurs privé et public.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Adjoint administratif/adjointe administrative
  • Adjoint administratif/adjointe administrative de bureau
  • Secrétaire (sauf domaines juridique et médical)
  • Secrétaire exécutif/secrétaire exécutive (sauf domaines juridique et médical)
  • Secrétaire particulier/secrétaire particulière
  • Secrétaire technique
Inclusions
  • Commis-secrétaire

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • préparer, saisir à l’ordinateur, réviser et relire de la correspondance, des factures, des présentations, des brochures, des publications, des rapports et d’autres documents connexes à partir de notes dictées ou manuscrites;
  • ouvrir et distribuer le courrier postal et électronique et les autres documents reçus et coordonner la circulation des renseignements à l’interne et avec d’autres services et organismes;
  • fixer et confirmer les rendez-vous et les réunions de l’employeur;
  • commander les fournitures de bureau et en tenir l’inventaire;
  • répondre aux demandes de renseignements reçues par téléphone et par courrier électronique et transmettre les appels téléphoniques et les messages;
  • établir et tenir des systèmes manuels et informatisés de classement des dossiers d’information;
  • formuler et mettre en oeuvre les modes de fonctionnement du bureau;
  • accueillir les visiteurs, déterminer le but de leur visite et les diriger vers l’employeur ou la personne compétente;
  • consigner et préparer les procès-verbaux des réunions;
  • organiser les voyages et faire les réservations nécessaires;
  • compiler, s’il y a lieu, des données, des statistiques et d’autres renseignements, afin d’appuyer les activités de recherche;
  • superviser et former, s’il y a lieu, les employés de bureau en ce qui a trait aux méthodes de travail et à l’utilisation de logiciels courants;
  • organiser, s’il y a lieu, des conférences.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Un programme collégial d’un ou de deux ans en techniques de bureau ou de l’expérience dans le travail de bureau est exigé.

Les adjoints de direction coordonnent les procédures administratives ainsi que les activités de relations publiques, de recherche et d’analyse pour des députés, des ministres, des sous-ministres, des dirigeants et des cadres supérieurs, des comités et des conseils d’administration. Ils travaillent dans le secteur public, de même que pour des corporations et des associations.

Exemples d’appellations d’emploi

  • adjoint législatif/adjointe législative
  • adjoint/adjointe de direction
  • greffier/greffière de comité
  • secrétaire de direction

Inclusion(s)

  • adjoint spécial/adjointe spéciale

 

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • établir et coordonner des politiques et des procédures administratives pour des dirigeants, des comités et des conseils d’administration;
  • analyser des notes de service, des mémoires et des rapports reçus et à envoyer, rédiger des exposés et des rapports à l’intention des cadres de direction, des comités ou des conseils d’administration, et coordonner la préparation, la production et la présentation de ces documents;
  • préparer l’ordre du jour des réunions des comités, des conseils d’administration et d’autres réunions, et prendre les dispositions nécessaires pour la tenue de ces réunions;
  • exécuter des recherches, compiler des données et préparer des documents qui seront étudiés et présentés par des cadres supérieurs, des comités et des conseils d’administration;
  • rencontrer des personnes ou groupes d’intérêt spéciaux et d’autres personnes ou groupes au nom de la direction, des comités et des conseils d’administration, pour déterminer les problèmes, et évaluer et recommander diverses mesures;
  • assurer la liaison avec les cadres supérieurs de ministères ou d’entreprises, et d’autres organismes ou associations, au nom de la direction, des comités et des conseils d’administration.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est exigé.
  • Un baccalauréat en administration publique, en sciences politiques ou dans une discipline connexe est habituellement exigé.
  • De l’expérience dans un poste administratif connexe est habituellement exigée.

(Uniquement pour les établissements d’enseignement désignés et reconnus par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur ou un autre ministère ou un organisme mandataire de l’État) 

Les administrateurs en enseignement postsecondaire et formation professionnelle comprennent les administrateurs de faculté, les registraires de collèges ou d’universités et les administrateurs d’écoles de formation professionnelle. Les administrateurs de faculté gèrent les activités scolaires et connexes des facultés des collèges ou des universités. Les registraires gèrent les services d’inscription et de tenue des dossiers des collèges ou des universités. Les administrateurs d’écoles de formation professionnelle gèrent les activités des écoles de formation professionnelle de métiers, des instituts techniques, des écoles commerciales ou d’autres établissements professionnels.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Directeur/directrice d’école commerciale
  • Directeur/directrice d’école d’aviation
  • Directeur/directrice d’école de métiers
  • Doyen/doyenne – collège ou université
  • Doyen/doyenne de collège communautaire
  • Doyen/doyenne de faculté des sciences
  • Doyen/doyenne de l’éducation permanente
  • Doyen/doyenne d’école de technologie
  • Doyen/doyenne d’école des sciences infirmières
  • Doyen/doyenne des activités étudiantes
  • Registraire de collège communautaire
  • Registraire d’université

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
Administrateurs de faculté
  • planifier, organiser, diriger, contrôler et évaluer les activités scolaires et connexes d’une faculté de collège ou d’université;
  • recommander et approuver les nominations des professeurs;
  • recommander des révisions et des ajouts aux programmes d’études et approuver les horaires des cours;
  • diriger, par l’intermédiaire du personnel subalterne, des activités telles que la recherche et l’élaboration des programmes d’études;
  • planifier, administrer et contrôler les budgets des projets, des programmes, des services de soutien et de l’équipement;
  • conseiller les présidents ou les recteurs d’universités ou de collèges;
  • participer aux activités de divers comités de facultés et de départements.
Registraires
  • planifier, organiser, diriger, contrôler et évaluer les services d’inscription et de tenue des dossiers scolaires dans un collège ou une université;
  • analyser les statistiques d’inscription et consulter les chefs de facultés pour élaborer des politiques d’admission;
  • diriger les activités du personnel et des autres personnes chargées de compiler des renseignements sur les cours, les horaires, les conditions d’admission et d’attribution des diplômes.
Administrateurs d’autres types d’écoles de formation professionnelle
  • planifier, organiser, diriger, contrôler et évaluer les activités d’un collège privé ou d’un institut spécialisé dans les métiers, la technologie ou le commerce;
  • élaborer des programmes d’études pour la formation;
  • consulter des organismes gouvernementaux de réglementation et d’attribution de permis pour assurer la conformité aux normes provinciales;
  • planifier, administrer et contrôler les budgets des projets, des programmes, des services d’aide et de l’équipement;
  • recruter et embaucher, s’il y a lieu, des professeurs ou d’autres membres du personnel;
  • enseigner, au besoin.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études supérieures dans un domaine relié à la faculté visée et plusieurs années d’expérience en tant que professeur au niveau universitaire ou collégial sont exigés des administrateurs de faculté.
  • Un diplôme universitaire de premier cycle en administration des affaires ou dans un domaine connexe et plusieurs années d’expérience en administration des affaires sont exigés des registraires.
  • Un diplôme universitaire de premier cycle en administration des affaires ou des compétences et une certification dans le domaine d’enseignement sont habituellement exigés des administrateurs d’autres types d’écoles de formation professionnelle.

Renseignements supplémentaires

  • Il n’y a pas de mobilité parmi les différents postes d’administrateurs de ce groupe.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de direction supérieure dans l’enseignement.

Les agents aux achats achètent de l’équipement général et spécialisé, du matériel, des terrains ou des droits de passage et des services aux entreprises, qui seront utilisés ou transformés par leurs établissements. Ils travaillent dans les secteurs public et privé.

Exemples d’appellations d’emploi

  • acheteur/acheteuse – achats
  • acheteur/acheteuse de meubles et d’articles d’ameublement
  • agent d’approvisionnement gouvernemental/agente d’approvisionnement gouvernementale
  • agent/agente d’approvisionnement
  • agent/agente de contrats
  • agent/agente de gestion de contrats
  • agent/agente de gestion du matériel
  • analyste des actifs en matière d’énergie des terres de surface

 

Fonctions principales

Les agents aux achats exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • acheter de l’équipement général et spécialisé, du matériel, des terrains ou des droits de passage ou des services aux entreprises, qui seront utilisés ou transformés par leurs établissements;
  • évaluer les besoins d’un établissement et préciser les spécifications de l’équipement, du matériel et des fournitures à acheter;
  • encourager des soumissions, consulter des fournisseurs et examiner des devis;
  • déterminer ou négocier les modalités des contrats, accorder des contrats aux fournisseurs ou recommander leur attribution;
  • établir les logistiques des calendriers de livraison, surveiller l’exécution des contrats et communiquer avec les clients et les fournisseurs pour résoudre les problèmes;
  • négocier l’acquisition des terrains ou des droits de passage pour l’utilisation publique ou privée et, s’il y a lieu, mener des enquêtes de propriétés;
  • embaucher, former et superviser, au besoin, les commis aux achats.
  • Les agents aux achats peuvent se spécialiser dans l’achat de matériel ou de services aux entreprises, tels que des meubles ou du matériel de bureau.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat ou un diplôme d’études collégiales en gestion des affaires, en commerce ou en économie est habituellement exigé.
  • Un diplôme d’études universitaires ou collégiales dans une discipline connexe peut être exigé des agents aux achats chargés d’acheter des produits ou des services spécialisés aux entreprises. Par exemple, un baccalauréat ou un diplôme d’études collégiales en génie peut être exigé des acheteurs de produits industriels.
  • Un certificat en approvisionnement de l’Association canadienne de gestion des achats (ACGA) peut être exigé.
  • De l’expérience en tant que commis aux achats ou commis administratif peut être exigée.
  • Une certification de l’organisation International Right of Way Association (IRWA) peut être exigée.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de gestion.

Les agents d’administration supervisent et mettent en oeuvre des procédures administratives, établissent l’ordre de priorité des tâches, font des analyses d’opérations administratives et coordonnent l’acquisition de services administratifs, tels que les locaux à bureaux, les fournitures et les services de sécurité. Ils travaillent dans les secteurs public et privé. Ce groupe de base comprend les agents d’administration qui agissent en tant que superviseurs.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Administrateur/administratrice de bureau
  • Agent administratif/agente administrative
  • Agent/agente au service des admissions universitaires
  • Agent/agente de gestion des formulaires
  • Agent/agente de planification
  • Agent/agente des biens excédentaires
  • Agent/agente des services d’accès à l’information et à la protection de la vie privée
  • Analyste de documents administratifs – accès à l’information
  • Coordonnateur/coordonnatrice des services administratifs
  • Coordonnateur/coordonnatrice des services de bureau
  • Gestionnaire de bureau
Inclusions
  • Agent/agente de liaison
  • Agent/agente de mise en application
  • Agent/agente de mise en oeuvre
  • Agent/agente d’exécution
  • Chef des services régionaux
  • Commissaire à la réinstallation
  • Commissaire au déménagement
  • Commissaire au relogement
  • Coordonnateur/coordonnatrice du service des communications
  • Curateur public/curatrice publique
  • Surveillant/surveillante d’examen au niveau postsecondaire

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • superviser et coordonner les procédures de bureau et étudier, évaluer et appliquer de nouvelles méthodes de travail;
  • établir l’ordre de priorité des tâches, attribuer le travail au personnel de soutien et s’assurer que les délais sont respectés et que les procédures sont suivies;
  • effectuer des activités à caractère administratif associées aux inscriptions dans des établissements d’enseignement postsecondaire;
  • administrer les politiques et les pratiques concernant la divulgation de dossiers pour donner suite aux demandes d’accès découlant des lois sur l’accès à l’information et sur la protection de la vie privée;
  • coordonner et planifier les services administratifs relatifs, par exemple, aux besoins en locaux, aux déménagements, au matériel, aux fournitures, aux formulaires, à la disposition des biens, au stationnement, à l’entretien et à la sécurité;
  • faire des analyses et voir aux opérations administratives liées au budget, aux contrats et à la planification des projets, ainsi qu’au processus de gestion;
  • collaborer à la préparation du budget d’exploitation et assurer le contrôle des stocks et le contrôle budgétaire;
  • rassembler des données et préparer des lettres, des manuels et des rapports périodiques et spéciaux.
  • superviser, au besoin, les techniciens en gestion des documents et le personnel connexe.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est exigé.
  • Un diplôme d’études universitaires ou collégiales en administration des affaires ou en administration publique peut être exigé.
  • De l’expérience dans un poste de bureau de niveau supérieur ou en tant que secrétaire de direction reliée à l’administration d’un bureau est habituellement exigée.
  • Certains employeurs peuvent exiger une accréditation en gestion de projets.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de gestion des services administratifs.

Les agents de développement économique, les recherchistes et les experts-conseils en marketing effectuent des recherches, formulent des politiques et administrent des programmes afin de stimuler les investissements industriels et commerciaux ou le tourisme dans les régions rurales et urbaines, ou afin de promouvoir les produits et services commerciaux ou industriels. Ils travaillent pour des ministères, des organismes internationaux, des entreprises de marketing et des associations de gens d’affaires, ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Agent/agente de développement économique
  • Agent/agente de développement industriel
  • Agent/agente de développement touristique
  • Agent/agente d’expansion des entreprises
  • Analyste en développement régional
  • Analyste en marketing
  • Consultant/consultante en développement économique communautaire
  • Consultant/consultante en marketing
  • Expert-conseil/experte-conseil de l’industrie touristique
  • Responsable d’études de marché
Inclusions
  • Agent/agente de recherche en économie
  • Conjoncturiste
  • Prévisionniste en économie

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • élaborer des politiques et administrer des programmes afin de promouvoir les investissements industriels et commerciaux dans les régions urbaines et rurales;
  • concevoir des questionnaires d’étude de marché;
  • effectuer des études sociales ou économiques à l’échelle locale, régionale ou nationale afin d’évaluer le potentiel de développement et les tendances futures;
  • planifier des projets de développement et coordonner les activités de concert avec les représentants d’une gamme variée d’entreprises industrielles et commerciales, d’associations de gens d’affaires, de groupes communautaires et d’organismes gouvernementaux;
  • évaluer les débouchés commerciaux et élaborer des stratégies pour attirer du capital de risque;
  • répondre aux demandes de renseignements des gens d’affaires et des particuliers concernant les possibilités de développement;
  • examiner et évaluer les projets de développement commercial ou industriel et donner des conseils au sujet des procédures à suivre et des conditions à remplir en vue d’obtenir l’approbation du gouvernement;
  • effectuer des études et analyser les données au sujet des habitudes d’achat et des préférences des consommateurs qui achètent en gros ou au détail;
  • évaluer le service à la clientèle et l’atmosphère des magasins;
  • effectuer des recherches comparatives sur les stratégies de marketing pour des produits industriels ou commerciaux;
  • élaborer les profils socio-économiques des régions urbaines et rurales afin d’encourager les investissements industriels et commerciaux et le développement;
  • préparer des rapports, des documents de recherche, des textes ou des articles éducatifs;
  • planifier et élaborer des stratégies de commerce électronique;
  • offrir des services de consultation sur la planification et sur la création de nouvelles entreprises.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat en économie, en commerce, en administration des affaires ou en administration publique est exigé.
  • L’agrément de spécialiste autorisé en développement économique (Ec.D.) peut être exigé.
  • L’agrément de professionnel agréé en recherche marketing (PARM) peut être exigé.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de direction.

Les agents de gestion immobilière administrent et coordonnent les activités liées à la gestion et à la location de biens immeubles, au nom des propriétaires et des propriétaires de strata. Ils travaillent pour des compagnies de gestion immobilières, des services de gestion strata, des promoteurs et le gouvernement.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Administrateur/administratrice d’immeubles
  • Agent/agente d’administration de biens immobiliers
  • Agent/agente de location d’appartements
  • Coordonnateur/coordonnatrice de la location immobilière
  • Directeur/directrice de la location immobilière
  • Directeur/directrice de projet d’habitation
Inclusions
  • Propriétaire d’immeuble

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • négocier ou approuver les contrats de location ou les baux pour divers immeubles dont ils sont responsables, au nom du propriétaire, et veiller au respect des contrats;
  • préparer et administrer les contrats prévoyant la prestation de services immobiliers tels que le ménage et l’entretien, ou les services de sécurité et les systèmes d’alarme;
  • coordonner l’exécution des travaux de réparations, d’entretien et de rénovations effectués sur les immeubles, et surveiller le déroulement et les coûts des travaux, pour le compte des propriétaires;
  • compiler et tenir des dossiers sur les frais d’exploitation et les revenus, préparer des rapports et passer en revue les loyers pour vérifier s’ils sont conformes à la valeur marchande;
  • veiller à donner suite aux réclamations faites par les clients ou les locataires;
  • administrer les dépôts en cas de dommages;
  • embaucher et superviser, au besoin, des agents de location, des commis à la gestion des immeubles, des concierges d’immeuble ou d’autres personnes assurant des services de soutien à l’exploitation, à la gestion ou à l’entretien.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est exigé sauf en Colombie-Britannique.
  • En Colombie-Britannique, l’index des aptitudes linguistiques est requis.
  • Les agents de gestion immobilière doivent être âgés d’au moins dix-neuf ans en Colombie-Britannique.
  • Une formation ou un programme professionnel en gestion des biens immeubles, ou à la gestion strata ou en immobilier peut être exigé.
  • Plusieurs années d’expérience administrative en tant que commis à la gestion des immeubles, ou commis aux contrats ou agent d’administration sont habituellement exigées.
  • En Colombie-Britannique, les gestionnaires en immobilier strata doivent obtenir un permis.

Les agents de soutien aux utilisateurs fournissent une assistance technique de première ligne aux utilisateurs d’ordinateurs éprouvant des difficultés avec le matériel informatique, les applications informatiques et les logiciels de communication. Ils travaillent pour des manufacturiers et détaillants de matériel informatique, des développeurs de logiciels, des centres d’appel et dans les services informatiques des secteurs public et privé. Ils peuvent également travailler dans des compagnies de soutien technique indépendantes ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Agent/agente de centre d’appel – soutien technique
  • Agent/agente de soutien aux utilisateurs
  • Analyste en soutien technique de logiciels
  • Analyste en soutien technique de systèmes
  • Analyste en soutien technique matériel
  • Représentant/représentante du service d’assistance informatique – systèmes
  • Représentant/représentante en matière d’aide à la clientèle – systèmes
  • Représentant/représentante en soutien systèmes
  • Responsable du soutien technique
  • Superviseur/superviseure du service d’assistance informatique
  • Technicien/technicienne de bureau de dépannage
  • Technicien/technicienne en installation de logiciels
  • Technicien/technicienne en installation de matériel

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • communiquer électroniquement et en personne avec les utilisateurs d’ordinateurs éprouvant des difficultés pour déterminer et documenter des problèmes;
  • consulter des guides d’utilisateurs, manuels techniques et autres documents pour repérer et implanter des solutions;
  • reproduire, diagnostiquer et résoudre les problèmes techniques éprouvés par les utilisateurs;
  • fournir des conseils et de la formation aux utilisateurs en réponse aux difficultés éprouvées;
  • fournir du soutien aux utilisateurs de système administratif, réseau et Internet en réponse à des difficultés identifiées;
  • recueillir des données et organiser et tenir un journal de problèmes et solutions destiné à être utilisé par les autres agents en assistance technique;
  • participer à la rédaction de nouvelles spécifications pour les applications ou les autres logiciels;
  • superviser, s’il y a lieu, d’autres employés en assistance technique dans ce groupe.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études collégiales en informatique, en programmation informatique ou en administration de réseaux est habituellement exigé.
  • Des cours collégiaux ou autres en programmation informatique ou en administration de réseaux sont habituellement exigés.
  • Une certification ou une formation fournie par un vendeur de logiciels peut être exigée par certains employeurs.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes en programmation informatique, en développement de médias interactifs, en développement Web ou en analyse de systèmes.

Les agents et les courtiers d’assurance vendent de l’assurance vie, de l’assurance automobile, de l’assurance sur les biens, de l’assurance maladie et d’autres types d’assurance à des particuliers, des entreprises et des établissements publics. Les agents d’assurance travaillent dans des compagnies d’assurance ou travaillent comme représentant indépendant de certaines compagnies d’assurance. Les courtiers d’assurance travaillent dans des compagnies de courtage ou peuvent être associés à d’autres courtiers ou être propriétaires uniques. Ce groupe de base comprend également les superviseurs d’agents d’assurance.

Exemples d’appellations d’emploi

  • agent/agente d’assurance
  • chef des ventes – assurance
  • courtier/courtière d’assurance
  • représentant/représentante en assurances

 

Fonctions principales

Les agents et les courtiers d’assurance exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • vendre de l’assurance automobile, de l’assurance incendie, de l’assurance maladie, de l’assurance vie, de l’assurance sur les biens, de l’assurance maritime, de l’assurance aviation et tout autre genre d’assurances à des clients;
  • établir une couverture d’assurance pour les clients, calculer les primes et déterminer les modalités de paiement;
  • donner des renseignements sur les régimes d’assurance collective et individuelle, les régimes couverts, les prestations payées et les autres caractéristiques de la police d’assurance;
  • s’assurer que les formulaires appropriés, les examens médicaux et d’autres exigences de la politique sont complétés;
  • donner suite aux réclamations et répondre aux requêtes de clients;
  • trouver d’éventuels clients et les solliciter.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Une formation en cours d’emploi, une formation du secteur de l’assurance et des programmes de formation sont fournis et constituent une condition d’emploi.
  • Un permis d’exercer émis par l’organisme de réglementation de la province ou du territoire est exigé.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de gestion en assurance.
  • Un programme de formation offert par l’Institut d’assurance du Canada ou son équivalent provincial permet à l’agent d’assurance d’être reconnu comme associé de l’Institut d’assurance du Canada (AIAC) ou comme fellow de l’Institut d’assurance du Canada (FIAC).
  • La réussite de cours offerts par la Canadian Association of Insurance and Financial Advisors mène à différents niveaux de qualification professionnelle pour les conseillers en assurance et en finances.

Les agents des ressources humaines et de recrutement identifient et affichent les postes vacants, recrutent les candidats et aident à la sélection et à l’affectation du personnel. Ils travaillent dans les secteurs privé et public.

Exemples d’appellations d’emploi

  • agent/agente des ressources humaines
  • agent/agente du personnel
  • analyste de la dotation
  • coordonnateur/coordonnatrice de la dotation
  • spécialiste du recrutement

Inclusion(s)

  • surveillant/surveillante de l’embauchage
  • surveillant/surveillante du placement

 

Fonctions principales

Les agents des ressources humaines et de recrutement exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • déterminer les postes à combler immédiatement ou éventuellement, afficher les avis et les annonces et recueillir et passer au crible les demandes d’emploi;
  • informer les postulants des critères d’emploi ainsi que des conditions d’emploi;
  • examiner les répertoires des candidats et communiquer avec les candidats potentiels pour fixer une date d’entrevue et pour préparer les mutations, les affectations et les détachements;
  • recruter des diplômés de collèges, d’universités et d’autres établissements d’enseignement;
  • coordonner et participer aux activités des comités d’examen et de sélection afin d’évaluer les candidats;
  • informer les candidats des résultats de la sélection et rédiger les offres d’emploi;
  • renseigner les cadres et les employés sur les politiques et les procédures de dotation;
  • organiser et administrer les procédures de consultation du personnel et de grief;
  • négocier le règlement des appels et des conflits et coordonner les démarches de fin d’emploi;
  • déterminer l’admissibilité aux avantages, prendre les dispositions nécessaires pour la formation du personnel et fournir de l’information sur des services comme l’aide aux employés, le counselling et les programmes de reconnaissance;
  • superviser, au besoin, les commis du service du personnel chargés du classement et de la tenue des dossiers.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études universitaires ou collégiales dans un domaine relié à la gestion du personnel tel que l’administration des affaires, les relations industrielles, le commerce ou la psychologie ou un programme de perfectionnement professionnel en gestion du personnel est habituellement exigé.
  • L’accréditation en tant que Conseiller en ressources humaines agréé (CRHA) peut être exigée.
  • Une certaine expérience dans un poste administratif ou de travail de bureau relié à l’administration peut être exigée.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de spécialiste ou de gestionnaire.

Les agents en valeurs et les agents en placements achètent et vendent des actions, des obligations, des bons du Trésor, des fonds communs de placement et d’autres valeurs pour des investisseurs, des gestionnaires de caisses de retraite, des banques, des sociétés de fiducie, des compagnies d’assurances et d’autres établissements. Les négociateurs en valeurs achètent et vendent des actions, des obligations, des biens, des devises étrangères et d’autres valeurs à la bourse au nom des agents en placements. Ils travaillent dans des compagnies de placements, des firmes de courtage, à la bourse et dans d’autres établissements dans le secteur des valeurs mobilières.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Agent/agente de valeurs mobilières
  • Agent/agente en placements
  • Cambiste
  • Courtier/courtière
  • Courtier/courtière à escomptes
  • Courtier/courtière en fonds communs de placement
  • Courtier/courtière en marchandises
  • Courtier/courtière en obligations
  • Négociateur/négociatrice de valeurs mobilières
  • Négociateur/négociatrice en valeurs
  • Négociateur/négociatrice sur le parquet – bourse de marchandises
  • Représentant inscrit/représentante inscrite en placements
  • Représentant/représentante en fonds communs de placement
  • Superviseur/superviseure de représentants inscrits
  • Vendeur/vendeuse de valeurs mobilières

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
Les agents en valeurs et les agents en placements
  • développer une relation à long terme avec leurs clients en élaborant des stratégies d’investissement afin de réaliser leurs objectifs financiers, et en leur donnant des conseils et de l’information au sujet des divers placements, de manière à les guider dans la gestion de leur portefeuille;
  • étudier les périodiques financiers, les rapports sur les actions et les obligations, les publications commerciales et d’autres documents, et tisser un réseau de relations au sein du secteur de la finance pour obtenir toute l’information pertinente afin de déterminer les placements intéressants pour les clients;
  • exécuter des ordres sur les placements en achetant et en vendant des actions, des obligations, des bons du Trésor, des fonds communs de placement et d’autres valeurs pour des investisseurs, des gestionnaires de caisses de retraite ou des compagnies, telles que des banques, des sociétés de fiducie et des compagnies d’assurances;
  • vérifier les portefeuilles de placements des clients et s’assurer que les opérations de placement sont effectuées conformément aux règlements de l’industrie.
Les négociateurs en valeurs
  • acheter et vendre des actions, des obligations, des biens, des devises étrangères et d’autres valeurs, à la bourse, au nom des agents en placements;
  • élaborer des stratégies commerciales en étudiant les informations sur les placements, en surveillant les conditions du marché à partir du parquet de la bourse et en communiquant avec les services commerciaux des autres entreprises en placements, les gestionnaires de caisses de retraite et les analystes financiers des firmes de placements;
  • faire des offres d’achat ou de vente des valeurs, et inscrire les détails des ventes sur les fiches d’ordre des bourses;
  • préparer des rapports sur le rendement du portefeuille.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études universitaires de 1er ou 2e cycle en économie, en administration des affaires ou dans une autre discipline est habituellement exigé.
  • La réalisation de programmes de formation en placements et en ventes dans l’industrie, la réussite du cours sur le commerce des valeurs mobilières au Canada et la réussite au Registered Representative Manual Exam offerts par l’Institut canadien des valeurs mobilières sont exigées des représentants en valeurs et des négociateurs en valeurs.
  • Des cours spécialisés sont également offerts aux représentants en valeurs et aux négociateurs en valeurs qui veulent négocier des produits de placement en particulier, tels que les options en valeurs mobilières et les contrats à terme.
  • Un permis d’exercice émis par la commission provinciale des valeurs mobilières de la province d’emploi est exigé des agents en valeurs, des agents en placements et des négociateurs en valeurs.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de direction connexes.

Les agronomes, les conseillers et les spécialistes en agriculture conseillent et aident les exploitants agricoles dans tous les aspects de la gestion agricole, soit les cultures, la fertilisation, les récoltes, l’érosion et la composition des sols, la prévention des maladies, la nutrition, la rotation des cultures et la commercialisation. Ils travaillent dans des entreprises, des institutions et des organismes gouvernementaux qui aident la communauté agricole, ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • agent/agente de service régional – agriculture
  • agrologue
  • agrologue professionnel/agrologue professionnelle
  • agrologue-conseil
  • agronome
  • conseiller/conseillère auprès des agriculteurs
  • conseiller/conseillère de service régional – agriculture
  • conseiller/conseillère en gestion agricole
  • expert-conseil/experte-conseil en agriculture
  • représentant/représentante en agriculture
  • spécialiste agricole des sols et des cultures
  • spécialiste de l’élevage
  • spécialiste des cultures
  • spécialiste en agriculture
  • surveillant/surveillante de service de vulgarisation agricole

 

Fonctions principales

Les agronomes, les conseillers et les spécialistes en agriculture exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • conseiller et renseigner les exploitants agricoles sur la fertilisation et les méthodes de culture, les récoltes, les soins des animaux et de la volaille, la prévention des maladies, la gestion agricole, le financement des exploitations agricoles, la commercialisation et autres sujets reliés à l’agriculture;
  • préparer et diriger des séances consultatives d’information et des exposés à l’intention des exploitants agricoles et d’autres groupes;
  • faire des recherches, analyser les données agricoles et rédiger des rapports de recherche;
  • consulter des chercheurs, des agents d’éducation et des dirigeants gouvernementaux et d’entreprise sur les problèmes du domaine de l’exploitation agricole et de l’agriculture;
  • tenir des registres des services fournis et des résultats obtenus à la suite de la prestation des services consultatifs.
  • Les agronomes, les conseillers et les spécialistes en agriculture peuvent se spécialiser dans des domaines particuliers de l’agriculture tels que les sciences animales, les plantes de grande culture, l’horticulture, la science du sol, l’irrigation ou le drainage, la gestion agricole, la commercialisation, l’économie agricole, l’utilisation des sols, la gestion de l’environnement, l’évaluation ou l’éducation.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat ou une maîtrise en agriculture ou dans un domaine scientifique connexe est exigé.
  • L’adhésion ou l’admissibilité à l’adhésion à un institut provincial d’agrologie est habituellement exigée.
  • Au Québec, l’appartenance à l’Ordre professionnel des agronomes est obligatoire.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de direction.

Les aides-infirmiers, les aides-soignants et les préposés aux bénéficiaires aident le personnel infirmier et hospitalier ainsi que les médecins dans les soins de base aux patients. Ils travaillent dans des centres hospitaliers, des maisons de santé, des résidences-services pour personnes âgées et d’autres établissements de santé.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Aide aux soins de longue durée
  • Aide aux soins des patients
  • Aide en psychiatrie
  • Aide-infirmier/aide-infirmière
  • Aide-résident/aide-résidente en soins – secteur médical
  • Aide-soignant/aide-soignante
  • Associé/associée au service de soins aux patients
  • Préposé/préposée aux bénéficiaires
  • Préposé/préposée aux soins infirmiers
  • Préposé/préposée aux soins personnels – secteur médical
  • Préposé/préposée d’hôpital
Inclusions
  • Préposé médical/préposée médicale – transfert des patients
  • Préposé/préposée aux premiers soins
  • Répondant médical d’urgence/répondante médicale d’urgence

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • répondre aux appels, fournir et vider les bassins, laver et habiller les patients et faire leur toilette; servir les plateaux de nourriture et nourrir les patients ou les aider à se nourrir ainsi qu’à choisir leur menu; peser, lever, retourner, ou positionner les patients; raser les patients avant les interventions chirurgicales; superviser les séries d’exercices effectuées par les patients, organiser et proposer des activités de loisir aux patients, accompagner les patients au cours des sorties récréatives et s’acquitter d’autres tâches reliées aux soins et au confort des patients;
  • mesurer la tension artérielle des patients, et prendre leur température et leur pouls; rendre compte des liquides absorbés et rejetés; observer et surveiller l’état des patients et noter dans les dossiers des patients les soins administrés; en cas d’urgence, administrer les premiers soins; prélever des spécimens tels que l’urine, les fèces ou les expectorations; administrer des suppositoires, effectuer des irrigations du côlon et des lavements, et effectuer d’autres tâches suivant les instructions du personnel infirmier et hospitalier;
  • conduire, en fauteuil roulant ou en civière, les patients qui doivent subir un traitement ou une intervention chirurgicale;
  • livrer les messages, les rapports, les réquisitions et les prélèvements d’un service à un autre;
  • faire les lits et veiller à ce que les chambres des patients soient propres;
  • tenir à jour l’inventaire des fournitures;
  • effectuer, au besoin, des travaux d’entretien, tels qu’aider à installer et à entretenir le matériel de traction, laver, stériliser, entretenir ou réparer le matériel, monter, mettre en place et utiliser d’autre matériel employé;
  • transporter, au besoin, les patients d’un établissement de soins à un autre.

Conditions d’accès à la profession

  • Quelques années d’études secondaires et une formation en cours d’emploi ou un programme d’études d’aide-infirmier ou d’aide-soignant en milieu collégial ou en établissement privé, ou un programme collégial de préposé aux soins infirmiers, ainsi qu’une formation pratique supervisée sont exigés.
  • Des cours spécialisés, par exemple en réanimation cardiorespiratoire (RCR) et en premiers soins sont habituellement exigés.
  • Un permis de conduite d’un niveau approprié peut être exigé pour les préposés médicaux.

Les ajusteurs de machines ajustent, assemblent et construisent de la machinerie lourde industrielle et de l’équipement de transport, y compris des moteurs d’aéronefs. Ils travaillent dans l’industrie de fabrication de machinerie industrielle et d’équipement de transport.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Ajusteur/ajusteuse au montage
  • Ajusteur/ajusteuse de machines
  • Ajusteur/ajusteuse de moteurs d’aéronef
  • Ajusteur/ajusteuse d’équipement lourd
  • Ajusteur/ajusteuse en mécanique
  • Constructeur/constructrice de machines-outils
  • Monteur/monteuse de machines

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • lire et interpréter des plans, des croquis et des schémas afin de déterminer les procédures de montage;
  • ajuster et assembler des pièces métalliques préfabriquées pour construire de la machinerie et de l’équipement industriels lourds utilisés dans les domaines du bâtiment, de l’agriculture, de la fabrication ainsi que pour les véhicules de chemin de fer et les moteurs d’avion;
  • déplacer et aligner des sous-ensembles et des composants à l’aide d’appareils de levage et de transport, y compris les ponts roulants;
  • installer des gros composants tels des boîtes d’engrenages, des pompes, des moteurs ou des composants hydrauliques;
  • vérifier les pièces, les sous-ensembles et les produits finis afin d’en contrôler la qualité.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Un programme d’apprentissage en montage-ajustage, en usinage, en tuyautage, en mécanique automobile ou en réparation d’équipement lourd ou un programme d’apprentissage de quatre ans en ajustage de machines ou une formation en cours d’emploi de cinq ans est habituellement exigé.
  • Un programme d’études collégiales de deux à trois ans en fabrication d’aéronefs ou en fabrication générale est exigé pour les monteurs de moteurs d’aéronefs.
  • Un certificat de qualification dans un métier connexe peut être exigé.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de supervision.

Les analystes de bases de données conçoivent, élaborent et gèrent les solutions intégrées de gestion de données à l’aide de logiciels de gestion de données. Les administrateurs de données mettent au point et mettent en oeuvre les lignes directrices, les procédures et les modèles de gestion de données. Ils travaillent dans des firmes d’experts-conseils et dans les services informatiques des secteurs privé et public.

Exemples d’appellations d’emploi

  • administrateur/administratrice de base de données
  • administrateur/administratrice de dictionnaire de données
  • administrateur/administratrice de données
  • analyste de base de données
  • analyste en dépôt de données
  • architecte de base de données
  • architecte technique de base de données
  • consignataire de données

 

Fonctions principales

Les analystes de bases de données et les administrateurs de données exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

Analystes de bases de données
  • établir et documenter les besoins des utilisateurs;
  • concevoir et élaborer l’architecture des bases de données pour les projets de systèmes informatiques;
  • concevoir, construire, modifier, intégrer, tester et mettre en application des modèles de données et des systèmes de gestion de base de données;
  • effectuer des recherches et conseiller les autres professionnels en informatique en ce qui a trait au choix, à l’application et à la mise en place d’outils de gestion de bases de données;
  • se servir des systèmes de gestion de bases de données afin d’analyser les données et exécuter des analyses en exploration de données;
  • diriger, coordonner ou superviser, s’il y a lieu, d’autres travailleurs de ce groupe.
Administrateurs de données
  • mettre au point et mettre en oeuvre les politiques, les normes et les modèles de gestion des données;
  • étudier et documenter les exigences concernant les données, les politiques de collecte et d’administration des données, les règles d’accès et la sécurité;
  • élaborer les politiques et procédures d’utilisation et d’accès au réseau ou à l’Internet, ainsi que les politiques et procédures de sauvegarde et de restauration des données;
  • mener des études et fournir des conseils aux autres professionnels des systèmes d’information au sujet de la collecte, de la disponibilité, de la sécurité et de la recevabilité des données;
  • rédiger des scripts reliés aux procédures et aux déclencheurs enregistrés;
  • diriger et coordonner, s’il y a lieu, des équipes d’administrateurs de données pour élaborer et mettre en oeuvre des politiques, des normes et des modèles de données.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme de premier cycle, habituellement en informatique ou en mathématiques ou un diplôme d’études collégiales en informatique est habituellement exigé.
  • Une expérience en programmation informatique est habituellement exigée.

Les analystes et les consultants en informatique analysent et évaluent les besoins informatiques, conçoivent et mettent en oeuvre les systèmes informatiques, les procédures et les lignes directrices et élaborent des recommandations sur un large éventail de problèmes liés aux systèmes informatiques. Ils travaillent dans des firmes d’experts-conseils et dans les services des technologies de l’information des secteurs public et privé, ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • analyste en assurance de la qualité des systèmes informatiques
  • analyste en informatique
  • analyste en sécurité des systèmes
  • analyste en sécurité informatique
  • analyste en système d’information de gestion (SIG)
  • analyste fonctionnel/analyste fonctionnelle en informatique
  • consultant/consultante en informatique
  • consultant/consultante en systèmes informatiques
  • consultant/consultante en technologies de l’information (TI)
  • vérificateur/vérificatrice de systèmes

 

Fonctions principales

Les fonctions principales de certaines professions dans ce groupe de base sont résumées ci-dessous :

Analystes et consultants en informatique
  • déterminer et documenter les besoins des clients;
  • effectuer des études techniques et commerciales;
  • concevoir, développer, intégrer, mettre à l’essai et mettre en oeuvre des systèmes de solutions d’affaires;
  • donner des conseils sur les stratégies, les politiques, la gestion, la sécurité et la prestation de services en matière de systèmes d’information.
Analystes en sécurité des systèmes
  • déterminer et documenter les besoins des clients, et évaluer les risques liés à la sécurité physique et technique des données, des logiciels et du matériel informatique;
  • élaborer des politiques, des procédures et des plans de secours afin de minimiser les effets d’une brèche dans la sécurité informatique.
Analystes en assurance de la qualité des systèmes informatiques
  • concevoir et mettre en oeuvre les politiques et les procédures liées au cycle de vie des logiciels afin d’optimiser l’efficacité, le rendement et la qualité des logiciels et des systèmes d’information.
Vérificateurs de systèmes
  • effectuer des révisions indépendantes pour évaluer les pratiques en assurance de la qualité, les produits logiciels et les systèmes d’information.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme de premier cycle en informatique, en génie informatique, en génie logiciel, en administration des affaires ou dans une discipline connexe ou un diplôme d’études collégiales en informatique est habituellement exigé.
  • Une expérience en programmation informatique est habituellement exigée.
  • Une certification ou une formation donnée par un vendeur de logiciels peut être exigée par certains employeurs.

Les analystes financiers et les analystes en placements rassemblent et analysent de l’information financière comme les prévisions économiques, le volume d’échanges et les mouvements de capitaux, les résultats financiers des entreprises, le rendement antérieur et les tendances des actions, obligations et autres titres de placements sur le marché, afin de donner des conseils financiers et de placements ou de financement aux établissements ou à leurs clients. Les études et évaluations qu’ils préparent traitent, entre autres, des sujets comme une offre d’achat publique, un placement privé, une fusion ou une acquisition. Les analystes financiers travaillent dans divers établissements privés et publics, tels que les banques, maisons de courtage, compagnies d’assurance, sociétés d’investissements, entreprises manufacturières, sociétés fiduciaires, services d’utilité publique et firmes de souscripteurs. Les analystes en placements travaillent principalement dans les maisons de courtage et les sociétés de gestion de fonds.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Analyste du marché monétaire
  • Analyste en placements
  • Analyste financier agréé/analyste financière agréée
  • Analyste financier/analyste financière
  • Associé/associée de recherche – services financiers
  • Gestionnaire de portefeuille

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
Les analystes financiers
  • évaluer des risques financiers, préparer des prévisions financières, des scénarios de financement et autres rapports concernant la gestion des capitaux et rédiger des rapports et des recommandations;
  • planifier les flux monétaires à court terme et à long terme et évaluer le rendement de la trésorerie;
  • analyser les projets d’investissement;
  • participer au volet financier des contrats et appels d’offres, et fournir des conseils à cet égard;
  • faire le suivi des dossiers de financement auprès des bailleurs de fonds;
  • élaborer, mettre en oeuvre et exploiter des outils de gestion et d’analyse du portefeuille financier;
  • élaborer un profil de risque périodique relié au portefeuille de la dette;
  • participer à la préparation des budgets d’opération et d’investissements.
Les analystes en placements
  • recueillir des données financières et de placements touchant les entreprises, les actions et les obligations et autres investissements en consultant les rapports quotidiens sur les actions et les obligations, les prévisions économiques, le volume d’échanges, les revues financières, les guides de valeurs mobilières, les états financiers d’entreprises, et d’autres publications et rapports financiers;
  • examiner et analyser l’information financière et de placement recueillie, y compris les profils d’entreprises, les prix des actions et des obligations, les rendements et les tendances futures et autres données reliées à l’investissement;
  • donner des conseils et recommander des placements aux clients, aux cadres supérieurs d’entreprises, aux gestionnaires de caisses de retraite, aux agents en valeurs mobilières et aux associés;
  • rédiger des prévisions économiques des entreprises et des industries, des rapports analytiques, des notes d’information et de la correspondance.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études universitaires en commerce, en administration des affaires ou en économie et une formation en cours d’emploi ainsi que des cours et des programmes en milieu industriel sont habituellement exigés.
  • Un diplôme de 2e cycle, comme une maîtrise en administration des affaires (M.B.A.) (option finances) ou une maîtrise en finance, peut être exigée.
  • Avoir suivi le programme de l’Institute of Chartered Financial Analysts (États-Unis), qui mène à l’obtention du titre de Chartered Financial Analyst (CFA), peut être exigé par certains employeurs.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de direction, tel que directeur des valeurs mobilières.

Les animateurs et les responsables de programmes de sports, de loisirs et de conditionnement physique dirigent et forment des personnes et des groupes dans le cadre de programmes de sports, de loisirs, de conditionnement physique et d’athlétisme. Ils travaillent dans des centres communautaires, des clubs sportifs, des clubs de conditionnement physique, des centres de plein air, des centres de villégiature, des centres de loisirs, des établissements de soins de santé, des maisons de retraite, des établissements correctionnels, des ministères gouvernementaux, des entreprises privées, des associations touristiques et d’autres établissements semblables.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Conseiller/conseillère de camp
  • Entraîneur personnel certifié/entraîneuse personnelle certifiée
  • Entraîneur personnel/entraîneuse personnelle
  • Évaluateur/évaluatrice de la condition physique
  • Instructeur/instructrice d’aérobie
  • Instructeur/instructrice de conditionnement physique
  • Instructeur/instructrice de natation – sports
  • Instructeur/instructrice d’équitation
  • Moniteur/monitrice de camp de jour
  • Moniteur/monitrice de programmes de loisirs
  • Moniteur/monitrice de ski
  • Moniteur/monitrice de terrain de jeux
  • Professeur/professeure de gymnastique
  • Technicien/technicienne en loisirs
Inclusions
  • Maître baigneur/maître baigneuse
  • Maître nageur/maître nageuse
  • Membre d’équipe de recherche et de sauvetage – sports et loisirs
  • Patrouilleur/patrouilleuse de pentes de ski
  • Patrouilleur/patrouilleuse de pistes de ski
  • Sauveteur/sauveteuse

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • planifier et mettre en oeuvre des activités de loisir, d’athlétisme, de conditionnement physique et de sport;
  • monter des appareils et de l’équipement pour les sports et les jeux;
  • montrer ou enseigner les techniques et les activités d’athlétisme, de conditionnement physique ou de sports;
  • enseigner les arts, l’artisanat et d’autres activités semblables à des groupes et à des personnes et diriger ceux-ci dans des programmes d’activités sociales et des programmes de loisirs;
  • s’occuper de clients ayant des besoins spéciaux;
  • sensibiliser les gens à la qualité de la vie;
  • exécuter des activités thérapeutiques de sports ou d’athlétisme;
  • superviser les activités de loisir, de sport ou de conditionnement physique afin d’en assurer la sécurité et administrer des premiers soins ou des soins d’urgence en cas de besoin;
  • appliquer les règles et règlements de sécurité.
  • aider à la coordination d’activités spéciales;
  • mettre des activités à l’horaire, tenir des dossiers et des registres à jour et rédiger des rapports;
  • former et superviser le personnel, s’il y a lieu;
  • entretenir et réparer l’équipement sportif, s’il y a lieu.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Un diplôme d’études collégiales en récréologie, en loisirs ou en éducation physique ou une expérience prolongée dans un sport ou une activité particulière est habituellement exigé.
  • Une certification dans un domaine d’activité, dans un sport ou en conditionnement physique, tel qu’un brevet d’instructeur de ski, d’entraîneur personnel ou un certificat de premiers soins ou de soins d’urgence est habituellement exigé.
  • Des aptitudes manifestes dans une discipline particulière des sports, des loisirs ou du conditionnement physique sont exigées.
  • Un certificat d’évaluateur de la condition physique peut être exigé des évaluateurs de la condition physique.

Les architectes conceptualisent, planifient et élaborent des devis pour la construction et la rénovation de bâtiments commerciaux, institutionnels et résidentiels. Ils travaillent dans des firmes d’architectes, des corporations privées et les gouvernements ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Architecte
  • Architecte de bâtiments industriels et commerciaux
  • Architecte de bâtiments résidentiels
  • Architecte en chef
  • Architecte-conseil
  • Spécialiste des normes architecturales

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • consulter les clients afin de déterminer le genre, le style et le but des rénovations ou de la nouvelle construction d’un édifice;
  • conceptualiser et concevoir des immeubles, et établir le plan des devis descriptifs, des matériaux de construction, des coûts et des horaires de construction;
  • préparer des esquisses et des maquettes pour les clients;
  • préparer les dessins, les devis descriptifs et tout autre document de construction pour les entrepreneurs et le personnel de métier, ou en superviser l’exécution;
  • préparer des documents d’appel d’offres, participer à la négociation de contrats et accorder des contrats de construction;
  • surveiller les activités sur le chantier de construction afin d’assurer la conformité aux devis descriptifs;
  • exécuter des études de faisabilité et des analyses financières des projets de construction.

Les architectes peuvent se spécialiser dans un genre particulier de construction tel que la construction de bâtiments résidentiels, commerciaux, industriels ou institutionnels.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat d’une école d’architecture reconnue ou la réalisation d’un programme d’études de l’Institut royal d’architecture du Canada (IRAC) est exigé.
  • Un diplôme de deuxième cycle en architecture peut être exigé.
  • Un stage de formation de trois ans sous la supervision d’un architecte inscrit est exigé.
  • La réussite de l’examen d’admission pour les architectes est exigée.
  • L’appartenance à un organisme de réglementation provincial est exigée dans toutes les provinces et les Territoires du Nord-Ouest.
  • La certification Leadership in Energy and Environmental Design (LEED) est offerte par le Conseil du bâtiment durable du Canada et peut être exigé par certains employeurs.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes supérieurs, tels qu’architecte en chef.

Les archivistes gèrent, traitent, conservent et diffusent l’information contenue dans les archives produites par des organisations. Ils acquièrent, conservent et dépouillent des documents textuels, iconographiques, cartographiques, architecturaux et électroniques, des films et des vidéos, ainsi que des enregistrements sonores et des documents multimédias. Ils travaillent dans des services d’archives, des secteurs gouvernementaux et paragouvernementaux, et dans des organisations du secteur privé.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Archiviste
  • Archiviste en histoire
  • Archiviste multimédia
Inclusions
  • Archiviste adjoint/archiviste adjointe

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • élaborer des politiques et des procédures pour la gestion des archives courantes et intermédiaires, particulièrement des systèmes de classification corporatifs, des calendriers de conservation et des instruments de repérage;
  • concevoir des programmes de gestion, de diffusion et de conservation des archives peu importe leur support (documents, photographies, cartes, matériel audio-visuel, manuscrits, etc.);
  • planifier la gestion informatisée des archives et la gestion des archives électroniques;
  • évaluer et acquérir des archives afin de constituer et de développer une collection de fonds d’archives pour la recherche;
  • établir l’authenticité des documents et des dossiers, et faire des recherches afin de déterminer l’origine et la valeur des archives;
  • organiser les archives définitives et établir des systèmes de classification et de repérage afin d’en faciliter l’accès;
  • assister les chercheurs dans leur démarche de travail.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme universitaire de premier cycle (mineure en archivistique) ou un diplôme d’études universitaires auquel s’ajoute un certificat en archivistique est exigé.
  • Une maîtrise en archivistique, en archivistique et en science de l’information, en bibliothéconomie ou en histoire peut être exigée.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de direction d’archives.

Les arpenteurs-géomètres planifient, organisent et dirigent l’exécution de levés officiels afin d’établir l’emplacement des limites des propriétés, les contours et autres caractéristiques naturelles ou artificielles, et ils préparent et tiennent à jour les vues en coupe, les plans officiels, les dossiers et les documents qui se rapportent à ces levés. Ils sont employés par les gouvernements fédéral et provinciaux, les administrations municipales, des bureaux d’experts en arpentage du secteur privé et des entreprises de développement immobilier, de ressources naturelles, de génie ou de construction, ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • arpenteur/arpenteuse de propriétés
  • arpenteur-géomètre/arpenteuse-géomètre

 

Fonctions principales

Les arpenteurs-géomètres exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • élaborer les plans, les méthodes et les techniques d’exécution des levés officiels;
  • planifier, diriger et superviser ou effectuer des levés, afin d’établir et de marquer les limites des propriétés, des parcelles de terre, des terres provinciales ou du Canada, des terres visées par des revendications territoriales, des emplacements de puits, des concessions minières, des servitudes de passage des services publics, des routes et des autoroutes;
  • arpenter et délimiter les lotissements aux fins de développement rural et urbain;
  • déterminer des emplacements précis en se servant d’équipement électronique de mesure des distances ainsi que des systèmes de positionnement global (GPS);
  • analyser, gérer et afficher des données au moyen de systèmes d’information géographique (SIG) et de systèmes de conception et de dessin assistés par ordinateur (CDAO);
  • enregistrer toutes les mesures et autres données recueillies pendant les arpentages;
  • préparer ou superviser la préparation et la compilation de tous les documents, données, tableaux et dossiers reliés à l’arpentage des limites de propriétés;
  • certifier les données relevées pour déterminer les limites des propriétés et en assumer la responsabilité;
  • agir en tant que consultant ou expert-conseil en matière de levés et d’arpentage et témoigner en qualité d’expert en levés officiels;
  • surveiller, au besoin, d’autres arpenteurs-géomètres, technologues et techniciens en arpentage.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat en génie de l’arpentage ou en génie géomatique ou un diplôme d’études collégiales en science des levés ou en géomatique complété par des crédits scolaires et la réussite d’un examen d’équivalences régi par une commission régionale d’examinateurs est exigé.
  • Un stage pratique d’un à trois ans est exigé.
  • La réussite d’un examen d’arpenteur-géomètre est exigée.
  • Un permis fédéral ou provincial est exigé pour exercer en tant qu’arpenteur-géomètre.

Renseignements supplémentaires

  • Selon la loi fédérale, les arpenteurs-géomètres doivent obtenir un permis distinct de l’Association des arpenteurs des terres du Canada pour pouvoir arpenter des endroits tels que les parcs nationaux, les terres autochtones, les zones extracôtières et les territoires du Nord.

Les assembleurs et les ajusteurs de plaques et de charpentes métalliques fabriquent, assemblent, ajustent et installent des pièces en acier ou d’autres métaux pour la construction des bâtiments, des ponts, des réservoirs, des tours, des chaudières, des vaisseaux pressurisés et d’autres structures et produits similaires. Ils travaillent dans des ateliers de fabrication d’acier de charpentes, de chaudières et de plaques, pour des compagnies de machinerie lourde et dans des chantiers maritimes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Ajusteur/ajusteuse de charpentes en acier
  • Ajusteur/ajusteuse de tôleries épaisses
  • Apprenti charpentier/apprentie charpentière de navires
  • Charpentier/charpentière de navires – construction navale
  • Monteur-ajusteur/monteuse-ajusteuse de charpentes métalliques
  • Ouvrier aciériste/ouvrière aciériste
  • Tôlier-monteur/tôlière-monteuse

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • étudier les dessins et les plans techniques, déterminer les matériaux requis, planifier la séquence des tâches qui devront être exécutées pour couper le métal de la façon la plus efficace possible;
  • élaborer des modèles ou des gabarits qui serviront de guides d’assemblage;
  • tracer des points de référence et des motifs sur des pièces de métal, selon les devis descriptifs;
  • installer, lever et déplacer les matériaux dans les entrepôts ou sur le chantier;
  • assembler et ajuster des sections métalliques et des plaques pour constituer des unités ou des sous-unités complètes à l’aide de soudure par points, de boulons, de rivets ou autres méthodes;
  • régler et utiliser diverses machines à haut rendement, notamment presses à emboutir, cisailles, chalumeaux à découper, meules à rectifier, perceuses et matériel à commande numérique assistée par ordinateur pour plier, couper, former, poinçonner, percer ou façonner des éléments de métal robuste;
  • installer les composants achevés dans le produit final.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Un programme d’apprentissage de trois à quatre ans ou plus de quatre ans d’expérience dans le métier ainsi qu’une formation spécialisée en fabrication d’acier de charpente et de plaques, en milieu scolaire ou industriel, sont habituellement exigés pour être admissible au certificat de qualification.
  • Le certificat de qualification est offert, bien que facultatif, aux assembleurs de charpentes métalliques, dans toutes les provinces.
  • Le certificat de qualification est offert, bien que facultatif, aux techniciens d’entretien marin en Nouvelle-Écosse et en Colombie-Britannique.
  • Le certificat de qualification pour les monteurs d’équipement de chaudière et d’équipements connexes et pour les assembleurs de charpentes métalliques (non-construction) est disponible, bien que facultatif, au Québec.
  • Les monteurs-ajusteurs de charpentes métalliques qualifiés peuvent obtenir la mention Sceau rouge après la réussite de l’examen interprovincial Sceau rouge.

Renseignements supplémentaires

  • La mention Sceau rouge permet une mobilité interprovinciale.
  • Certains monteurs-ajusteurs de charpentes métalliques peuvent aussi être certifiés comme soudeurs qualifiés.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de supervision.

Tâches

Les principales tâches propres à l’appellation de technicien/technicienne en pharmacie sont les suivantes :

  • Aider les pharmaciens à faire l’inventaire des médicaments et des dossiers pour les ordonnances des produits pharmaceutiques;
  • Vérifier l’exactitude des renseignements consignés sur les ordonnances;
  • Saisir des renseignements sur les clients dans des bases de données et préparer leurs médicaments;
  • Mélanger des solutions orales, des onguents et des crèmes;
  • Préparer des factures pour les tiers assureurs;
  • Aider, s’il y a lieu, à établir les horaires et le déroulement du travail.

Conditions d’accès à la profession

  • La réussite d’un programme collégial de deux ou trois ans en pharmaceutique est habituellement exigée des techniciens en pharmacie.

Les assistants d’enseignement et de recherche au niveau postsecondaire assistent les professeurs d’université, de collège communautaire et de cégep ainsi que les autres membres des facultés dans leurs cours et leurs travaux de recherche, dans les universités et les collèges.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Adjoint/adjointe à la recherche au niveau postsecondaire
  • Adjoint/adjointe à l’enseignement au niveau collégial
  • Adjoint/adjointe de laboratoire au niveau collégial
  • Assistant/assistante aux cycles supérieurs – université
  • Auxiliaire de recherche au niveau universitaire
Inclusions
  • Répétiteur/répétitrice – assistance à l’enseignement postsecondaire

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
Assistants d’enseignement
  • préparer les documents de référence, les aides visuelles et tout autre matériel requis par les professeurs d’université ou de collège pour donner leurs cours;
  • diriger des séminaires, des groupes de discussion et des séances en laboratoire pour compléter les cours;
  • collaborer à la préparation et à l’administration des examens;
  • noter les examens, les dissertations semestrielles et les rapports de laboratoire.
Assistants de recherche
  • effectuer des études de la documentation, des enquêtes, des expériences en laboratoire et d’autres recherches afin de recueillir des renseignements destinés à des publications spécialisées;
  • compiler les résultats des recherches et aider les professeurs à les analyser et à rédiger des documents ou des articles qui doivent être publiés dans des revues.

Les assistants d’enseignement et de recherche au niveau postsecondaire se spécialisent dans un domaine selon leur champ d’études.

Conditions d’accès à la profession

  • L’inscription à un programme d’études universitaires ou collégiales, ou la réussite de celui-ci, est exigée.

Les assureurs étudient et évaluent les demandes d’assurance afin de déterminer les risques à couvrir et de fixer les primes ainsi que l’étendue des couvertures en fonction des politiques de la compagnie. Les assureurs travaillent au siège social et dans les succursales des compagnies d’assurance.

Exemples d’appellations d’emploi

  • assureur/assureure – assurance
  • assureur/assureure de biens
  • assureur/assureure de groupe
  • assureur/assureure en responsabilités

Inclusion(s)

  • analyste de tarification d’assurance
  • analyste-concepteur/analyste-conceptrice en assurance risques divers

 

Fonctions principales

Les assureurs exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • étudier des demandes de polices d’assurance individuelles et collectives en assurance automobile, assurance-incendie, assurance maladie, assurance-vie, assurance responsabilité, assurance de biens, assurance maritime, assurance aviation et d’autres assurances;
  • évaluer les demandes de polices d’assurance et les demandes de renouvellement des polices en fonction des risques, des primes, de l’étendue des couvertures et des autres conditions des contrats d’assurance en consultant des rapports médicaux, des tables de taux et d’autres documents de référence; ajuster les primes, la protection ou le risque même pour obtenir l’approbation de nouvelles demandes ou de demandes de renouvellement;
  • approuver la vente de polices d’assurance et assurer le respect des règlements gouvernementaux;
  • fournir des recommandations relatives à l’élaboration de régimes d’assurance individuelle ou collective;
  • fournir des conseils de souscription et répondre aux questions des clients, des agents d’assurance, des consultants et d’autres membres du personnel de la compagnie;
  • rédiger des rapports sur la tarification et mettre à jour les formulaires d’assurance au besoin.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires et une certaine expérience générale de l’assurance ou un diplôme d’études universitaires ou collégiales ou quelques années d’études postsecondaires sont exigés.
  • Plusieurs années de formation en cours d’emploi et une formation spécialisée en milieu industriel de l’assurance et des programmes de formation sont exigées.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de direction dans l’industrie de l’assurance.
  • Un programme de formation, offert par l’Institut d’assurance du Canada ou son équivalent provincial, permet à l’assureur d’être reconnu comme Professionnel d’assurance agréé (PAA) ou comme fellow, Professionnel d’assurance agréé (FPAA), après avoir suivi des cours universitaires supplémentaires.

Les audiologistes diagnostiquent, évaluent et traitent les personnes atteintes d’une perte auditive périphérique ou centrale, d’acouphène ou d’un trouble de l’équilibre. Les orthophonistes diagnostiquent, évaluent et traitent les troubles de la communication humaine, dont les troubles de la parole, de la fluidité, du langage, de la voix et de la déglutition. Les audiologistes et les orthophonistes travaillent dans des centres hospitaliers, des centres de santé communautaire, des centres de services communautaires, des centres de soins de longue durée, des centres de jour, des centres de réadaptation et des établissements d’enseignement, ou ils peuvent travailler en cabinet privé. Ce groupe de base comprend les audiologistes et les orthophonistes qui sont également superviseurs.

Exemples d’appellations d’emploi

  • audiologiste
  • audiologiste certifié/audiologiste certifiée
  • audiologiste clinicien/audiologiste clinicienne
  • audiologiste-chercheur/audiologiste-chercheuse
  • clinicien/clinicienne en troubles de la parole et du langage
  • orthophoniste
  • orthophoniste en milieu scolaire

 

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

Les audiologistes

  • élaborer et administrer, à l’aide d’instruments et d’équipement électronique spécialisés, des épreuves et des examens audiométriques pour diagnostiquer et évaluer le type et les conséquences de la déficience auditive du patient;
  • élaborer et mettre en oeuvre un programme d’adaptation ou de réadaptation pour les patients, notamment en déterminant le choix, le montage et le réglage des appareils d’amplification, comme les appareils auditifs, la rééducation vestibulaire et en enseignant la lecture labiale;
  • offrir des conseils et des services instructifs aux patients et à leurs familles quant à la nature, au degré, à l’impact et aux conséquences de la déficience auditive et du traitement de celle-ci;
  • travailler dans un contexte d’interdisciplinarité en vue d’établir des plans d’intervention;
  • faire de la recherche reliée à l’audiologie et aux troubles de l’audition;
  • enseigner, au besoin, aux techniciens en audiométrie, aux stagiaires et à tout autre personnel des soins de santé, et les superviser.
Les orthophonistes
  • administrer des tests et des examens et observer les patients afin d’évaluer et de diagnostiquer les troubles de la parole, de la voix, de la résonance, du langage,de la fluidité, les troubles cognitivo-linguistiques et de la déglutition;
  • élaborer et mettre en oeuvre des programmes pour corriger les troubles de la parole, de la voix, du langage, de la fluidité, de la résonance, les troubles cognitivo-linguistiques et de la déglutition;
  • travailler dans un contexte d’interdisciplinarité en vue d’établir des plans d’intervention d’équipe ou individualisés;
  • offrir des conseils et des services instructifs aux patients et à leurs familles au sujet des troubles de la communication et de la déglutition;
  • faire de la recherche sur les troubles de la parole et autres troubles de communication, et sur l’élaboration et la conception de procédures et d’instruments de diagnostic;
  • enseigner, au besoin, aux assistants en troubles de communication, aux stagiaires et à tout autre personnel des soins de santé, et les superviser.

Conditions d’accès à la profession

  • Une maîtrise en audiologie est exigée des audiologistes.
  • Une maîtrise en orthophonie est exigée des orthophonistes.
  • Un permis d’exercice provincial est exigé des audiologistes et des orthophonistes à Terre-Neuve-et-Labrador, au Nouveau-Brunswick, au Québec, en Ontario, au Manitoba, en Saskatchewan, en Alberta et en Colombie-Britannique.
  • L’appartenance à l’association nationale, l’Association canadienne des orthophonistes et audiologistes, est habituellement exigée.
  • Dans certaines juridictions, un permis d’exercice peut être exigé des audiologistes afin de vendre des appareils audiométriques.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de cadres tels qu’audiologiste en chef ou directeur du service d’orthophonie.

Les avocats (partout au Canada) et notaires (au Québec) donnent à leurs clients des conseils juridiques, représentent leurs clients devant les comités d’administration et rédigent des documents juridiques tels que des contrats et des testaments. Les avocats plaident également des causes, représentent leurs clients et intentent des poursuites devant les tribunaux. Les avocats travaillent dans des cabinets d’avocats ainsi que dans les bureaux du procureur. Au Québec, les notaires travaillent dans des études de notaires. Les avocats (partout au Canada) et les notaires (au Québec) travaillent au sein des administrations fédérale, provinciales et municipales, ainsi qu’au service de différentes entreprises, ou ils peuvent être des travailleurs autonomes. Ce groupe de base comprend aussi les stagiaires en droit.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Associé/associée en exercice du droit
  • Avocat/avocate
  • Conseiller juridique/conseillère juridique
  • Conseiller juridique/conseillère juridique d’entreprise
  • Conseiller législatif/conseillère législative
  • Notaire (Québec)
  • Poursuivant/poursuivante
  • Procureur/procureure
  • Procureur/procureure de la Couronne
  • Stagiaire en droit
Inclusions
  • Adjoint judiciaire/adjointe judiciaire – Cour suprême

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • informer leurs clients de leurs droits et de toute question de nature juridique;
  • effectuer des recherches pour retrouver les précédents jurisprudentiels et pour réunir des preuves;
  • plaider les causes de leurs clients devant les tribunaux et les commissions (avocats seulement);
  • rédiger des documents juridiques tels que des actes relatifs aux transactions immobilières, des testaments, des requêtes en divorce et des contrats, et rédiger des avis juridiques;
  • négocier des règlements dans le cas de litiges en matière civile (avocats seulement);
  • remplir des fonctions administratives et de gestion reliées à la pratique du droit;
  • agir, s’il y a lieu, à titre de médiateur, de conciliateur ou d’arbitre;
  • agir, s’il y a lieu, à titre d’exécuteurs testamentaires, de fiduciaires ou de tuteurs dans les affaires relatives au droit immobilier et au droit de la famille.

Les avocats (partout au Canada) et les notaires (au Québec) peuvent se spécialiser dans des domaines spécifiques du droit tels que le droit criminel (avocats seulement), le droit des sociétés, le droit contractuel, le droit fiscal, le droit administratif, le droit international, le droit commercial, le droit immobilier, le droit de la famille et des successions, le droit de la propriété intellectuelle et le droit du travail.

Conditions d’accès à la profession

Avocats
  • Deux à trois ans d’études de premier cycle ou, au Québec, un diplôme d’études collégiales et un baccalauréat d’une école de droit reconnue et la réussite de l’examen du barreau ainsi qu’une période de stage sont exigés.
  • Un permis d’exercer accordé par le barreau de la province ou du territoire est exigé.
Notaires (au Québec)
  • Un baccalauréat d’une école de droit reconnue et un diplôme en droit notarial (D.D.N.) ou une maîtrise en droit avec spécialisation en droit notarial et un programme de formation pratique de 32 semaines sont exigés.
  • L’inscription à la Chambre des notaires est exigée.

Renseignements supplémentaires

  • Des examens sanctionnés par le barreau provincial peuvent être exigés des avocats qui désirent exercer leur profession dans une autre province.

Les bibliothécaires choisissent, enrichissent, organisent et conservent les collections d’une bibliothèque et fournissent des services consultatifs aux clients. Ils travaillent dans des bibliothèques et d’autres établissements qui fournissent des services de bibliothèque dans les secteurs public et privé.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Bibliographe
  • Bibliothécaire
  • Bibliothécaire de liaison
  • Bibliothécaire-conseil
  • Catalogueur/catalogueuse – bibliothèque
  • Cyberthécaire
  • Surveillant/surveillante de bibliothèque

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • recommander l’acquisition de livres, de périodiques, de supports interactifs, de matériel audiovisuel et d’autre matériel afin de les ajouter à la collection de la bibliothèque;
  • fournir des services de référence;
  • choisir, classer, cataloguer et expurger les documents de la bibliothèque;
  • préparer des bibliographies, des index, des listes de livres recommandés, des guides et d’autres outils facilitant la recherche;
  • élaborer des systèmes d’accès aux collections de la bibliothèque;
  • exécuter des recherches de références à l’aide de systèmes manuels, interactifs et en ligne afin de faciliter l’accès au matériel de la bibliothèque pour les usagers, et prendre des dispositions pour les prêts interbibliothèques;
  • élaborer des taxonomies en employant divers sources d’information et de données;
  • assurer des services spécialisés pour les enfants, les personnes âgées et d’autres groupes;
  • exécuter des programmes d’information et d’orientation portant sur la bibliothèque et faire des visites guidées;
  • effectuer des tâches administratives connexes et surveiller les bibliotechniciens, les assistants et les commis.

Conditions d’accès à la profession

  • Une maîtrise en bibliothéconomie ou une maîtrise en sciences de l’information ou une maîtrise d’un programme accrédité par l’American Library Association est exigée.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de direction de bibliothèque.

Les bijoutiers et travailleurs des professions connexes fabriquent, montent, réparent et évaluent les bijoux de qualité. Les horlogers-rhabilleurs et le personnel assimilé réparent, nettoient, règlent et fabriquent des pièces d’horlogerie. Ils travaillent dans des fabriques de bijoux, d’horloges et de montres et des commerces de vente au détail, et dans des ateliers de réparation de bijoux et de montres, ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Diamantaire
  • Horloger-rhabilleur/horlogère-rhabilleuse
  • Lapidaire
  • Réparateur/réparatrice de montres
  • Sertisseur/sertisseuse de pierres précieuses
  • Tailleur/tailleuse de perles
Inclusions
  • Gemmologiste
  • Horloger/horlogère

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
Les bijoutiers et personnel assimilé
  • fabriquer et réparer des bijoux en métaux précieux et semi-précieux tels que des bagues, des broches, des pendentifs, des bracelets et des médaillons;
  • examiner, tailler, façonner et polir des diamants à l’aide d’instruments d’optique, de tours et de polissoirs;
  • examiner, tailler, façonner et polir des pierres précieuses et synthétiques à l’aide d’instruments d’optique, de disques tranchants et de polissoirs;
  • évaluer des gemmes et des diamants afin de différencier les pierres, d’identifier les spécimens rares et de déceler les signes particuliers touchant à la valeur des pierres;
  • sertir des pierres précieuses et semi-précieuses dans les montures de bijoux selon les indications;
  • superviser, au besoin, d’autres bijoutiers.
Les horlogers-rhabilleurs
    • fabriquer ou poser des pièces d’horlogerie;
    • examiner des horloges et des montres et les démonter pour vérifier si des pièces sont défectueuses, mal alignées ou rouillées;
    • remplacer ou réparer les pièces usées ou brisées;
    • évaluer, ajuster et régler les mouvements d’horlogerie;
    • nettoyer toutes les pièces avec des solutions de nettoyage et de rinçage spéciales et avec des machines de nettoyage à ultra-sons et mécaniques pour enlever la saleté et les lubrifiants secs;
    • superviser, au besoin, d’autres horlogers-rhabilleurs.

Les bijoutiers peuvent se spécialiser dans un type de bijoux particulier, comme ceux en or ou en argent, ou dans des opérations particulières, comme la fabrication ou la réparation.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Des études collégiales ou autre programme de formation en milieu scolaire ou un programme d’apprentissage en réparation de montres, en joaillerie ou en gemmologie sont habituellement exigés.
  • Un certificat de qualification comme sertisseur de pierres est offert, bien que facultatif, en Ontario.
  • De l’expérience comme assembleur de bijoux, d’horloges ou de montres peut être exigée.

Renseignements supplémentaires

  • La mobilité est possible entre les divers emplois en joaillerie de ce groupe de base.
  • Il existe peu de mobilité entre les divers emplois en joaillerie et les emplois en réparation de montres de ce groupe de base.

Les biologistes et personnel scientifique assimilé font des recherches de base et des recherches appliquées pour approfondir les connaissances sur les organismes vivants, gérer les ressources naturelles et mettre au point de nouvelles pratiques et de nouveaux produits dans les domaines de la médecine et de l’agriculture. Ils travaillent dans des laboratoires ou sur le terrain pour le gouvernement, des agences de consultation en environnement, des sociétés exploitantes de ressources et de services d’utilité publique, des compagnies de produits chimiques, pharmaceutiques et biotechniques ainsi que dans des établissements de santé et d’enseignement.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Anatomiste
  • Bactériologiste
  • Bioinformaticien/bioinformaticienne
  • Biologiste
  • Biologiste cellulaire
  • Biologiste de la vie marine
  • Biologiste moléculaire
  • Botaniste
  • Écologiste
  • Embryologiste
  • Généticien/généticienne
  • Histologiste
  • Immunologiste
  • Microbiologiste
  • Mycologue
  • Parasitologue
  • Pharmacologue
  • Physiologiste
  • Protozoologiste
  • Toxicologue
  • Virologiste
  • Zoologiste

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
Biologistes
  • planifier et effectuer des études sur l’environnement ainsi que sur la population, la répartition, la structure, les caractéristiques fonctionnelles et le comportement des plantes et des animaux;
  • effectuer des études sur les répercussions écologiques et environnementales et rédiger des rapports;
  • étudier, identifier et classifier des plantes et des animaux;
  • faire des expériences sur la croissance, l’hérédité et la reproduction des plantes et des animaux;
  • rédiger des rapports et des plans pour la gestion des ressources renouvelables;
  • superviser, s’il y a lieu, des technologues et des techniciens en biologie ainsi que d’autres scientifiques.
Microbiologistes et biologistes cellulaires et moléculaires
  • faire des recherches sur la structure, les fonctions, l’écologie, la biotechnologie et la génétique des micro-organismes, y compris les bactéries, les champignons, les protozoaires et les algues;
  • faire des recherches sur la structure et le fonctionnement des cellules et des tissus humains, animaux et végétaux;
  • faire des études sur l’identification, les effets et le contrôle des organismes pathogènes et les toxines qui affectent les êtres humains, les végétaux et les animaux;
  • faire des essais cliniques ou de laboratoire pour la mise à l’épreuve, l’évaluation et le dépistage des drogues, des produits pharmaceutiques et des nanoparticules utilisées dans des applications biomédicales;
  • faire des études de biologie moléculaire ou de biochimie et des expériences sur l’expression des gènes, leur manipulation et la technologie de recombinaison de l’ADN;
  • faire de la recherche biotechnologique afin de découvrir, développer, raffiner et évaluer de nouveaux produits;
  • participer, s’il y a lieu, à la commercialisation de nouveaux produits;
  • surveiller, s’il y a lieu, les travaux de technologues et de techniciens en biologie ainsi que d’autres scientifiques;
  • effectuer, s’il y a lieu, des analyses de données biostatistiques à l’aide de techniques de modélisation mathématique.

Les biologistes et personnel scientifique assimilé peuvent se spécialiser au niveau macroscopique, dans les domaines tels que la botanique, la zoologie, l’écologie et la biologie marine, ou, au niveau cellulaire et moléculaire, dans les domaines tels que la génétique, l’immunologie, la pharmacologie, la toxicologie, la physiologie, la pathologie, la bactériologie, la virologie, la biotechnologie et la bioinformatique.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat en biologie ou dans une discipline connexe est exigé des biologistes.
  • Une maîtrise ou un doctorat en biologie ou dans une discipline connexe est exigé des chercheurs scientifiques en biologie.
  • L’expérience en recherche postdoctorale est habituellement exigée avant d’obtenir un emploi dans des départements universitaires ou des établissements de recherche.
  • Les biologistes sont réglementés en Alberta et en Colombie-Britannique.

Les bouchers, les coupeurs de viande et les poissonniers de ce groupe de base préparent des coupes régulières de viande, de volaille, de poisson et de crustacés qui seront vendues par des détaillants ou des grossistes de produits alimentaires. Ils travaillent dans des supermarchés, des épiceries, des boucheries, des poissonneries, ou ils peuvent être des travailleurs autonomes. Ce groupe de base comprend les bouchers qui occupent des postes de surveillants ou de chefs de service.

Exemples d’appellations d’emploi

  • apprenti boucher/apprentie bouchère
  • boucher/bouchère – commerce de détail
  • boucher/bouchère en chef – commerce de gros
  • découpeur/découpeuse de viande – commerce de gros ou de détail
  • découpeur/découpeuse de viande dans un supermarché
  • poissonnier/poissonnière

 

Fonctions principales

Les bouchers, les coupeurs de viande et les poissonniers de ce groupe de base exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • couper, parer et préparer des coupes régulières de viande, de volaille, de poisson et de crustacés, pour la vente à des comptoirs libre-service ou selon les directives des clients;
  • hacher les viandes crues et trancher les viandes cuites à l’aide de hachoirs électriques et de machines à découper;
  • préparer des assortiments spéciaux de viande, de volaille, de poisson et de crustacés pour l’étalage;
  • façonner et ficeler les rôtis et les autres viandes, ainsi que les volailles ou les poissons et, à l’occasion, envelopper les viandes, les volailles, les poissons et les crustacés préparés;
  • gérer les stocks, tenir le relevé des produits vendus et déterminer la quantité, la gamme et la fraîcheur des produits à présenter selon les exigences du commerce et de la clientèle;
  • s’assurer que les conditions d’entreposage sont adéquates;
  • superviser, s’il y a lieu, d’autres bouchers, coupeurs de viande ou poissonniers.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires peut être exigé.
  • Une formation collégiale ou une autre formation spécialisée ou encore un programme d’apprentissage de trois ans dans la coupe de viande et de poisson, peut être exigé.
  • Une formation en milieu de travail dans les magasins d’alimentation est habituellement offerte aux bouchers, aux coupeurs de viande et aux poissonniers pour la vente au détail.
  • Le certificat de qualification des coupeurs de viande est offert, bien que facultatif, en Saskatchewan et en Colombie-Britannique.

Les boulangers-pâtissiers font des pains, des petits pains, des muffins, des tartes, des pâtisseries, des gâteaux et des biscuits dans des pâtisseries qui font le commerce de gros et de détail ainsi que dans des restaurants. Ils travaillent dans des boulangeries-pâtisseries, des supermarchés, des services de traiteur, des hôtels, des restaurants, des centres hospitaliers et d’autres établissements, ou encore ils peuvent être des travailleurs autonomes. Les boulangers-pâtissiers qui occupent des postes de surveillants sont inclus dans ce groupe de base.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Apprenti boulanger-pâtissier/apprentie boulangère-pâtissière
  • Boulanger/boulangère
  • Boulanger-pâtissier/boulangère-pâtissière
  • Boulanger-pâtissier/boulangère-pâtissière en chef
  • Chef de boulangerie-pâtisserie
Inclusions
  • Chocolatier

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • préparer la pâte pour les tartes, les pains et les petits pains, les sucreries, les muffins, les biscuits et les gâteaux ainsi que les glaçages, selon les recettes ou les commandes spéciales des clients;
  • faire cuire les produits préparés;
  • glacer et décorer des gâteaux ou d’autres produits de boulangerie;
  • s’assurer que les produits sont à la hauteur des normes de qualité exigées;
  • établir un calendrier de production pour déterminer la gamme et la quantité d’articles à produire;
  • acheter les fournitures de boulangerie et de pâtisserie;
  • voir, au besoin, à la vente et à la mise en marché des produits;
  • engager, former et superviser, au besoin, le personnel de cuisine et de boulangerie-pâtisserie.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Un programme d’apprentissage de trois ou quatre ans ou une formation collégiale ou spécialisée en boulangerie-pâtisserie ou plusieurs années d’expérience en boulangerie dans un établissement commercial sont habituellement exigées.
  • Une formation en cours d’emploi peut être offerte.
  • Le certificat de qualification est offert, bien que facultatif, à Terre-Neuve-et-Labrador, en Nouvelle-Écosse, à l’Île-du-Prince-Édouard, au Nouveau-Brunswick, au Québec, en Ontario, en Alberta, en Colombie-Britannique, au Yukon, dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut.
  • Les boulangers-pâtissiers qualifiés peuvent obtenir la mention Sceau rouge après la réussite de l’examen interprovincial Sceau rouge.

Renseignements supplémentaires

  • La mention Sceau rouge permet une mobilité interprovinciale.

Les briqueteurs-maçons posent des briques, des blocs de béton, des pierres et d’autres matériaux analogues pour construire ou réparer des murs, des arcs, des cheminées, des foyers et d’autres ouvrages d’après des plans et des devis. Ils travaillent pour des compagnies de construction et pour des entrepreneurs en briquetage, ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Apprenti briqueteur/apprentie briqueteuse
  • Briqueteur/briqueteuse
  • Briqueteur/briqueteuse d’ouvrages en briques réfractaires
  • Briqueteur-maçon/briqueteuse-maçonne
  • Maçon/maçonne en pierres
  • Tailleur/tailleuse de pierres

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • lire des schémas et des plans pour calculer les matériaux requis;
  • couper et tailler des briques et des blocs de béton conformément aux devis, en se servant d’outils manuels et électriques;
  • préparer et poser des briques, des blocs de béton ou de pierre, des carreaux et d’autres matériaux analogues pour construire ou réparer des murs, des ouvrages de fondation et d’autres ouvrages en construction industrielle, commerciale ou résidentielle;
  • construire des cheminées et des foyers en maçonnerie dans les bâtiments à usage commercial ou résidentiel;
  • construire des enveloppes de cheminées d’usines en briques radiales;
  • garnir des cheminées d’usines de briques réfractaires;
  • faire ou refaire la garniture des fours, des foyers, des chaudières et d’autres ouvrages au moyen de briques réfractaires ou à l’épreuve des acides, de béton réfractaire, de matières plastiques réfractaires et d’autres matériaux;
  • réaliser des parements de murs ou d’autres surfaces en briques, en pierres ou d’autres matériaux analogues;
  • construire et installer des ouvrages à partir d’éléments de maçonnerie préfabriqués;
  • construire des terrasses, des murets ou d’autres ouvrages décoratifs en briques ou d’autres matériaux analogues;
  • remettre à neuf, nettoyer ou peindre, s’il y a lieu, des structures existantes.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Un programme d’apprentissage de trois à quatre ans ou plus de quatre ans d’expérience dans le métier ainsi qu’une formation spécialisée en briquetage, en milieu scolaire ou industriel, sont habituellement exigés pour être admissible au certificat de qualification.
  • Le certificat de qualification de briqueteur-maçon est obligatoire en Nouvelle-Écosse, au Nouveau-Brunswick et au Québec et est offert, bien que facultatif, dans les autres provinces et au Yukon.
  • Le certificat de qualification de poseur de pierres est offert, bien que facultatif, à Terre-Neuve-et-Labrador.
  • Le certificat de qualification de maçon en travaux de restauration en pierre est offert, bien que facultatif, en Nouvelle-Écosse.
  • Les briqueteurs-maçons qualifiés peuvent obtenir la mention Sceau rouge après la réussite de l’examen interprovincial Sceau rouge.

Renseignements supplémentaires

  • La mention Sceau rouge permet une mobilité interprovinciale.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de supervision.

Les calorifugeurs installent des matériaux d’isolation aux systèmes de plomberie, de traitement de l’air, de chauffage, de refroidissement et de réfrigération, et à la tuyauterie, aux cuves pressurisées, aux murs, aux planchers et aux plafonds d’immeubles et à d’autres structures afin de prévenir ou de réduire le passage de la chaleur, du froid, du bruit ou du feu. Ils travaillent pour des compagnies de construction, des entreprises de calorifugeage ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Apprenti calorifugeur/apprentie calorifugeuse
  • Calorifugeur/calorifugeuse
  • Calorifugeur/calorifugeuse (chaleur et froid)
  • Calorifugeur/calorifugeuse de chaudières et de tuyaux
  • Calorifugeur/calorifugeuse d’immeubles
  • Mécanicien/mécanicienne en techniques d’isolation
  • Poseur/poseuse de matériaux ignifuges
  • Poseur/poseuse de matériaux isolants
  • Poseur/poseuse d’isolants acoustiques

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • lire et interpréter des dessins et des spécifications techniques afin d’établir la quantité et la qualité des matériaux isolants nécessaires;
  • mesurer et couper des matériaux isolants aux longueurs requises, à l’aide d’outils manuels ou mécaniques;
  • appliquer et fixer de l’isolant selon les méthodes suivantes : pulvérisation, soufflage, encollage, bridage, rubannage ou autre méthode d’application et d’installation;
  • placer de l’isolant autour des obstacles et entre des poutres et des entretoises;
  • installer des pare-vapeur;
  • appliquer du ciment hydrofuge sur des matériaux d’isolation au moment du surfaçage;
  • enlever, s’il y a lieu, de l’amiante ou de l’urée-formaldéhyde dans des bâtiments.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Un programme d’apprentissage d’une durée de trois à quatre ans ou plus de quatre ans d’expérience dans le métier ainsi qu’une formation spécialisée en calorifugeage, en milieu scolaire ou industriel, sont habituellement exigés pour être admissible au certificat de qualification.
  • Le certificat de qualification de calorifugeur (chaleur et froid) est obligatoire au Québec et est offert, bien que facultatif, à Terre-Neuve-et-Labrador, en Nouvelle-Écosse, à l’Île-du-Prince-Édouard, au Nouveau-Brunswick, au Manitoba, en Saskatchewan, en Alberta, en Colombie-Britannique, au Yukon, dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut.
  • Les calorifugeurs (chaleur et froid) qualifiés peuvent obtenir la mention Sceau rouge après la réussite de l’examen interprovincial Sceau rouge.

Renseignements supplémentaires

  • La mention Sceau rouge permet une mobilité interprovinciale.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de supervision.

Les carreleurs couvrent des murs extérieurs et intérieurs, des planchers et des plafonds de carreaux de céramique, de marbre, de grès cérame ou de mosaïque. Ils travaillent pour des entrepreneurs en construction ou en maçonnerie ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Apprenti carreleur/apprentie carreleuse
  • Carreleur/carreleuse
  • Installateur/installatrice de carreaux
  • Installateur/installatrice de carreaux de céramique
  • Ouvrier spécialisé/ouvrière spécialisée en granito
  • Polisseur/polisseuse de terrazzo
  • Poseur/poseuse de marbre

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • préparer, mesurer et délimiter les surfaces à revêtir;
  • construire des sous-couches et installer des boulons de scellement, des broches et des supports;
  • mélanger, appliquer et étendre du mortier, du ciment, du mastic, de la colle ou d’autres matières adhésives en se servant de truelles;
  • mettre des carreaux en place et, par pression, les asseoir solidement dans le lit de matière adhésive;
  • aligner et remettre des carreaux d’aplomb à l’aide de niveaux, d’équerres et de règles à araser;
  • découper et ajuster les carreaux autour des obstacles ou ouvertures en se servant d’outils de coupe mécaniques ou manuels;
  • bourrer de coulis les joints entre les carreaux et enlever le surplus de coulis;
  • poser des bordures de carreaux;
  • installer et disposer des carreaux de mosaïque de façon à créer des motifs décoratifs sur des murs et des planchers;
  • mélanger le composé d’argile, l’appliquer et le polir;
  • couper, polir et installer le marbre et le granit;
  • remplacer les carreaux brisés ou endommagés;
  • préparer, s’il y a lieu, des devis et des commandes.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Un programme d’apprentissage de trois ou quatre ans ou plus de trois ans d’expérience dans le métier ainsi qu’une formation spécialisée en carrelage, en milieu scolaire ou industriel, sont habituellement exigés pour l’obtention du certificat de qualification.
  • Un certificat de qualification de carreleur est obligatoire au Québec et est offert, bien que facultatif, à Terre-Neuve-et-Labrador, en Nouvelle-Écosse, à l’Île-du-Prince-Édouard, au Nouveau-Brunswick, en Ontario, en Saskatchewan, en Alberta et en Colombie-Britannique.
  • Les carreleurs qualifiés peuvent obtenir la mention Sceau rouge après la réussite de l’examen interprovincial Sceau rouge.

Renseignements supplémentaires

  • La mention Sceau rouge permet une mobilité interprovinciale.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de supervision.

Les charpentiers-menuisiers construisent, érigent, installent, entretiennent et réparent des ouvrages de charpente en bois, en aggloméré, en acier léger ou d’autres matériaux. Ils travaillent pour des compagnies de construction, des entrepreneurs en charpenterie et des services d’entretien d’usine, des entreprises ou d’autres établissements, ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Apprenti charpentier/apprentie charpentière
  • Charpentier/charpentière
  • Charpentier/charpentière de finition
  • Charpentier/charpentière de gros oeuvre
  • Charpentier/charpentière d’entretien
  • Charpentier/charpentière en rénovation
  • Charpentier-constructeur/charpentière-constructrice d’escaliers
  • Charpentier-menuisier/charpentière-menuisière
  • Compagnon charpentier/compagne charpentière
  • Monteur/monteuse de charpentes en métal – charpenterie
Inclusions
  • Constructeur/constructrice de maisons en bois rond

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • étudier les plans, les dessins et les croquis pour déterminer les spécifications techniques et calculer les besoins en matériaux;
  • préparer les tracés, à l’aide d’outils à mesurer, en tenant compte des prescriptions des codes du bâtiment;
  • mesurer, découper, façonner et assembler les éléments en bois, en aggloméré, en acier léger ou d’autres matériaux;
  • ériger des fondations, installer des poutres de plancher, poser le support de revêtement de sol, monter des éléments préassemblés de charpente et de toiture;
  • ajuster et poser les éléments de menuiserie tels que des portes, des escaliers, des moulures et de la quincaillerie;
  • entretenir, réparer et rénover des habitations et des constructions en bois dans des usines, des mines, des hôpitaux, des installations industrielles et d’autres établissements;
  • superviser le travail des apprentis et des autres travailleurs de la construction;
  • préparer, s’il y a lieu, des devis pour les clients.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Un programme d’apprentissage de trois à quatre années ou plus de quatre ans d’expérience dans le métier ainsi qu’une formation spécialisée en charpenterie, en milieu scolaire ou industriel, sont habituellement exigés pour être admissible au certificat de qualification.
  • Le certificat de qualification pour les charpentiers est obligatoire au Québec et est offert, bien que facultatif, dans les autres provinces et les territoires.
  • Le certificat de qualification pour les monteurs de charpente est offert, bien que facultatif, en Saskatchewan.
  • Les charpentiers qualifiés peuvent obtenir la mention Sceau rouge après la réussite de l’examen interprovincial Sceau rouge.

Renseignements supplémentaires

  • La mention Sceau rouge permet une mobilité interprovinciale.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de supervision.

Ce groupe de base inclut tous les chefs qui planifient et dirigent les activités reliées à la préparation et à la cuisson des aliments, et qui préparent et font cuire les repas et les aliments de spécialité. Ils travaillent dans des restaurants, des hôtels, des centres hospitaliers et d’autres établissements de soins de santé, des services alimentaires centralisés, des clubs et des établissements semblables, et à bord de navires.

Exemples d’appellations d’emploi

  • chef cuisinier/chef cuisinière d’entreprise
  • chef de cuisine
  • chef pâtissier/chef pâtissière
  • chef principal/chef principale
  • chef spécialisé/chef spécialisée
  • maître cuisinier/maîtresse cuisinière
  • premier chef/première chef
  • saucier/saucière
  • sous-chef
  • sous-chef de cuisine

 

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

Premiers chefs
  • planifier et diriger les activités reliées à la préparation et à la cuisson des aliments dans plusieurs restaurants faisant partie d’un établissement, des chaînes de restaurants, des centres hospitaliers ou toute autre entreprise ayant des services alimentaires;
  • consulter les clients au sujet des mariages, des banquets et des réceptions spéciales;
  • dresser des menus et s’assurer que la qualité des aliments est conforme aux normes;
  • évaluer les besoins en aliments et, s’il y a lieu, évaluer le coût des aliments et de la main-d’oeuvre;
  • superviser le travail des sous-chefs, des chefs spécialisés, des chefs et des cuisiniers;
  • prendre les dispositions nécessaires pour l’achat et l’entretien du matériel;
  • recruter et embaucher le personnel;
  • préparer et faire cuire, au besoin, des aliments pour des invités spéciaux ou lors d’occasions spéciales.
Sous-chefs
  • superviser le travail des chefs spécialisés, des chefs, des cuisiniers et des autres employés des cuisines;
  • expliquer les nouvelles techniques culinaires et le nouvel équipement au personnel des cuisines;
  • dresser, au besoin, des menus et commander des aliments et des fournitures de cuisine;
  • préparer et faire cuire, s’il y a lieu, des repas ou des aliments de spécialité.
Chefs et chefs spécialisés
  • préparer et faire cuire des repas ou des aliments de spécialité, telles que des pâtisseries, des sauces, des soupes, des salades, des légumes, des plats de viande, de volaille et de poisson, et créer des pièces décoratives pour des événements spéciaux comme des banquets;
  • enseigner aux cuisiniers à préparer, faire cuire, décorer et présenter les aliments;
  • créer de nouvelles recettes;
  • superviser les cuisiniers et les autres employés des cuisines;
  • dresser, s’il y a lieu, des menus;
  • commander, au besoin, des aliments et des fournitures de cuisine.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Le certificat de qualification de cuisinier ou des compétences, formation et expérience équivalentes, sont exigés.
  • Plusieurs années d’expérience dans la préparation des aliments dans un établissement commercial, y compris deux ans dans un poste de surveillance et de l’expérience en tant que sous-chef, chef spécialisé ou chef, ainsi qu’une formation en gestion, sont habituellement exigées des premiers chefs.
  • Plusieurs années d’expérience dans la préparation des aliments dans un établissement commercial sont habituellement exigées des sous-chefs, des chefs spécialisés et des chefs.
  • Les cuisiniers qualifiés peuvent obtenir la mention Sceau rouge après la réussite de l’examen interprovincial Sceau rouge.
  • Les certifications de chef de brigade certifié (CBC) et chef de cuisine certifié (CCC), administrées par l’Institut Culinaire Canadien (ICC) de la Fédération Culinaire Canadienne (FCC) sont offertes aux chefs qualifiés.

Renseignements supplémentaires

  • La mention Sceau rouge permet une mobilité interprovinciale.
  • Il existe une certaine mobilité entre les différents types de chefs de ce groupe de base.
  • Les premiers chefs peuvent passer à des postes de gestion dans le secteur de la restauration.

Les chefs de train coordonnent et supervisent les activités des membres de l’équipage des trains de passagers et de marchandises. Les serre-freins vérifient les freins et autres systèmes et équipement avant le départ du train et aident les chefs de train dans leurs activités en cours de route. Ils travaillent pour des compagnies de transport ferroviaire.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Chef de train
  • Chef de train – centre de triage
  • Chef de train de marchandises
  • Chef de train de voyageurs
  • Serre-freins
  • Serre-freins de queue
  • Serre-freins de tête
  • Serre-freins de train de marchandises

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
Les chefs de train
  • superviser et coordonner les activités des membres de l’équipage des trains de passagers et de marchandises à l’exception des mécaniciens de locomotive, afin d’assurer l’exécution des opérations conformément à la feuille de route et au code des règlements d’exploitation et le respect des horaires;
  • recevoir la feuille de route et en expliquer le contenu aux serre-freins, au mécanicien de locomotive et aux autres membres de l’équipage;
  • communiquer avec les membres de l’équipage par radiotéléphone, par signaux ou autres moyens afin de recevoir et de transmettre les instructions;
  • prendre les billets et en percevoir le prix auprès des passagers, annoncer le nom des gares et répondre aux demandes de renseignements des passagers;
  • rédiger des rapports à la fin du trajet.
  • Les serre-freins
  • vérifier l’équipement et les systèmes du train tels que les appareils de climatisation et de chauffage, les freins et les tuyaux de frein avant le départ du train;
  • communiquer avec les membres de l’équipage par radiotéléphone, par signaux ou autres moyens pour faciliter le déplacement ou la manoeuvre du train;
  • recevoir les directives des répartiteurs, surveiller les signaux, l’état des voies ferrées et l’ouverture et la fermeture des aiguillages;
  • actionner et relâcher les freins à main, relier les tuyaux d’air pour atteler et dételer les wagons de passagers et de marchandises, effectuer, au besoin, des réparations mineures aux attelages, aux tuyaux d’air et aux boîtes des coussinets;
  • aider à prendre les billets et à en percevoir le prix et aider les passagers à monter et à descendre du train.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • De l’expérience comme serre-freins est exigée des chefs de train.
  • De l’expérience comme manoeuvre du transport ferroviaire est habituellement exigée des serre-freins.
  • Un certificat de Règlement d’exploitation ferroviaire du Canada est exigé des chefs de train.
  • Un certificat de Règlement d’exploitation ferroviaire du Canada est exigé des serre-freins.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet aux serre-freins d’accéder à des postes de chef de train.
  • L’expérience permet aux chefs de train d’accéder à des postes de mécanicien de locomotive.

Les chimistes font de la recherche et des analyses qui se rapportent à des opérations industrielles, à l’élaboration de procédés et de produits, au contrôle de la qualité, à la surveillance du milieu, aux diagnostics et traitements médicaux, à la biotechnologie, aux nanotechnologies, ainsi qu’à d’autres applications. Ils font également de la recherche théorique, expérimentale et appliquée sur des procédés chimiques et biochimiques de base afin de créer ou de synthétiser de nouveaux produits ou procédés. Ils travaillent dans des laboratoires de recherche, de développement et de contrôle de la qualité, dans les industries chimiques, pétrochimiques et pharmaceutiques ainsi que dans les industries de l’extraction minière, de la métallurgie et des pâtes et papiers, dans divers établissements de fabrication, de services d’utilité publique, de services de santé et d’établissements d’enseignement ainsi que dans des établissements gouvernementaux.

Exemples d’appellations d’emploi

  • agrochimiste
  • biochimiste
  • chimiste
  • chimiste bioanalytique
  • chimiste clinicien/chimiste clinicienne
  • chimiste en alimentation
  • chimiste en océanographie
  • chimiste en recherche
  • chimiste médicinal/chimiste médicinale
  • chimiste organométallique
  • chimiste qualiticien/chimiste qualiticienne
  • chimiste spécialiste des polymères
  • chimiste spécialiste des revêtements
  • chimiste spécialiste des textiles
  • chimiste spécialiste en chimie analytique
  • chimiste spécialiste en chimie inorganique
  • chimiste spécialiste en environnement
  • chimiste spécialiste en produits pharmaceutiques
  • chimiste théoricien/chimiste théoricienne
  • électrochimiste
  • organicien/organicienne
  • pédochimiste
  • physico-chimiste
  • spécialiste en spectrométrie de masse organique
  • spectroscopiste en résonance magnétique nucléaire (RMN)

 

Fonctions principales

Les chimistes exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • analyser, synthétiser, purifier, modifier et caractériser des composés chimiques ou biochimiques;
  • préparer et exécuter des programmes d’analyse afin de contrôler la qualité des substances brutes, des produits chimiques intermédiaires et des produits finis;
  • exécuter les programmes d’échantillonnage, de collecte et d’analyse des données afin d’identifier des substances toxiques dans le milieu et de les dénombrer;
  • faire de la recherche visant à développer de nouvelles formules et de nouveaux procédés et concevoir de nouvelles applications pour les produits chimiques industriels et leurs composés;
  • faire de la recherche afin de découvrir, de développer, de raffiner et d’évaluer de nouveaux produits, tels que ceux utilisés dans les domaines de la nanomédecine, la nanoélectronique, et d’autres applications en chimie;
  • faire de la recherche fondamentale et appliquée sur les synthèses et propriétés des composés chimiques ainsi que sur les mécanismes des réactions chimiques;
  • étudier l’aspect chimique de l’action des médicaments, du diagnostic et du traitement des maladies, du fonctionnement des organes et de l’examen de santé;
  • participer à des programmes interdisciplinaires de recherche et développement avec des ingénieurs chimistes, des biologistes, des microbiologistes, des agronomes, des géologues ou autres professionnels;
  • agir à titre de conseiller technique dans certains domaines précis;
  • participer, s’il y a lieu, à la commercialisation de nouveaux produits;
  • superviser, s’il y a lieu, d’autres chimistes, technologues et techniciens en chimie.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat en chimie, en biochimie ou dans une discipline connexe est exigé.
  • Une maîtrise ou un doctorat est habituellement exigé pour obtenir un emploi de chercheur en chimie.
  • Un permis d’exercice émis par une association provinciale de chimistes est exigé au Québec et en Alberta, et est offert, bien que facultatif, en Nouvelle-Écosse, en Ontario, en Saskatchewan et en Colombie-Britannique.

Renseignements supplémentaires

  • Les professionnels de ce groupe peuvent passer d’une spécialité à une autre selon l’expérience acquise.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de gestion des usines, de représentation technique, d’élaboration et de gestion de programmes de réglementation et d’enseignement.

Les chiropraticiens diagnostiquent, traitent et préviennent les troubles neuromusculosquelettiques liés à la colonne vertébrale, au système nerveux, au bassin et aux autres articulations du corps, en redressant la colonne ou en effectuant d’autres manipulations correctives. Les chiropraticiens exercent normalement en cabinet privé ou dans des cliniques, en association avec d’autres praticiens de la santé.

Exemples d’appellations d’emploi

  • chiropraticien/chiropraticienne
  • docteur/docteure en chiropratique (D.C.)

 

Fonctions principales

Les chiropraticiens exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • vérifier les antécédents médicaux et familiaux du patient, examiner et observer le patient, effectuer des radiographies et autres tests afin de poser un diagnostic;
  • diagnostiquer les troubles neuromusculosquelettiques de la colonne vertébrale, du bassin, des membres et des tissus connexes;
  • soigner les troubles de la santé en ayant recours à des méthodes naturelles, par exemple des rectifications ou des manipulations des articulations, et par des traitements complémentaires tels que l’électrothérapie, l’acupuncture, la thermothérapie et les massages, en prêtant une attention particulière à la colonne vertébrale;
  • conseiller les patients sur des modes de traitement alternatifs, tels que les exercices correctifs, la posture, le mode de vie et l’alimentation, qui ont un effet positif sur la colonne vertébrale, les articulations, les muscles et le système nerveux;
  • diriger les patients vers des soins médicaux si nécessaires.

Conditions d’accès à la profession

  • Au moins deux années d’études universitaires de premier cycle en sciences et un programme de quatre à cinq ans en chiropratique offert par un établissement accrédité par la commission d’accréditation du Council on Chiropractic Education et la réussite aux examens du Bureau canadien des examens chiropratiques et à ceux administrés par les autorités provinciales compétentes sont exigés.
  • Un permis d’exercice délivré par un organisme de réglementation est exigé dans toutes les provinces ainsi qu’au Yukon.

Les concepteurs et les développeurs Web étudient, conçoivent, développent et produisent des sites Internet et Intranet. Ils travaillent dans des sociétés de développement de logiciels, des firmes d’experts-conseils en technologies de l’information, des agences de publicité ou dans les services informatiques des secteurs privé et public. Ils peuvent également être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • concepteur Web/conceptrice Web
  • concepteur/conceptrice de sites Internet
  • concepteur/conceptrice de sites Intranet
  • développeur Web/développeuse Web
  • développeur/développeuse de sites Internet
  • développeur/développeuse de sites Web
  • développeur/développeuse de sites Web d’affaires électroniques
  • gestionnaire du Web
  • webmestre

 

Fonctions principales

Les concepteurs et les développeurs Web exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • déterminer et documenter avec leurs clients les exigences du site Web;
  • préparer des maquettes et des sérimages;
  • élaborer l’architecture du site Web et déterminer les besoins logiciels et matériels;
  • recueillir, sélectionner et organiser l’information en vue de son intégration et concevoir l’apparence, l’agencement et les flux de données du site Web;
  • créer et optimiser le contenu du site Web en utilisant nombre de graphiques, bases de données, animations, ainsi que d’autres logiciels;
  • planifier, concevoir, écrire, modifier, intégrer et mettre à l’essai les codes informatiques pour les sites Web;
  • mettre à l’essai et effectuer des contrôles de qualité et de sécurité;
  • diriger et coordonner, s’il y a lieu, des équipes multidisciplinaires pour développer les graphiques et les contenus du site Web ainsi que ses capacités et son interactivité;
  • étudier et évaluer, s’il y a lieu, un grand nombre de logiciels de médias interactifs.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme de premier cycle, habituellement en informatique, en communication ou en affaires ou un diplôme d’études collégiales en informatique, en arts graphiques, en conception Web ou en administration des affaires est exigé.
  • Une expérience en tant que programmeur ou designer graphique est habituellement exigée.

Les conducteurs de machines d’abattage d’arbres se servent de débusqueurs à treuil, d’abatteuses-tronçonneuses, de débusqueuses mécaniques ou d’ébrancheuses tronçonneuses et de chargeurs mécaniques pour abattre, débusquer et traiter les arbres sur le chantier. Ils travaillent pour des compagnies et des entrepreneurs en abattage d’arbres.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Conducteur/conductrice d’abatteuse-empileuse
  • Conducteur/conductrice d’abatteuse-porteuse
  • Conducteur/conductrice d’abatteuse-porteuse de bois court
  • Conducteur/conductrice d’appareil de débardage au câble – exploitation forestière
  • Conducteur/conductrice de chargeuse de grumes
  • Conducteur/conductrice de déchiqueteuse
  • Conducteur/conductrice de pince de débardage – exploitation forestière
  • Conducteur/conductrice de porteur de troncs entiers
  • Conducteur/conductrice de tronçonneuse – exploitation forestière
  • Conducteur/conductrice d’ébrancheuse
  • Débardeur/débardeuse en forêt – exploitation forestière
  • Opérateur/opératrice de machine de convertisseur de billes
  • Opérateur/opératrice de mâts métalliques – exploitation forestière
  • Opérateur/opératrice de mototreuil

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
Les opérateurs de câbles forestiers
  • Conduisent des engins pour transporter les arbres des chantiers d’abattage d’arbres à l’aire de déchargement ou de chargement dans les régions montagneuses de l’ouest du pays.
Les conducteurs d’abatteuses-tronçonneuses-porteuses
  • évaluent le site et le terrain, et conduisent des engins lourds pour un grand nombre de travaux de chantier, tels que l’abattage d’arbres, le débroussaillage, le tronçonnage, l’empilage et le transport aux zones d’exploitation forestière.
Les conducteurs d’ébrancheuses-tronçonneuses et de chargeuses d’arbres
  • conduisent divers engins servant au débroussaillage, au tronçonnage, à l’écorçage, au triage et au chargement des grumes ou des arbres sur le chantier.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires peut être exigé.
  • Une formation en cours d’emploi de trois à 16 mois est offerte selon la complexité du matériel utilisé et du type d’exploitation forestière.
  • Les exigences d’expérience varient selon la complexité du matériel utilisé.
  • De l’expérience en tant qu’opérateur de scie à chaîne et conducteur de débardeur peut être exigée des conducteurs d’abatteuses-tronçonneuses-porteuses.
  • Une expérience de trois à cinq ans, en tant que conducteur de matériel d’abattage d’arbres, est habituellement exigée des conducteurs d’abatteuses-empileuses et d’appareils de débardage.
  • Une expérience de un à trois ans, en tant que conducteur de matériel d’abattage d’arbres, est habituellement exigée des conducteurs d’ébrancheuses-tronçonneuses et de chargeuses d’arbres.
  • Un certificat de compétence en conduite d’équipement lourd peut être exigé.
  • Un certificat de conducteur de machinerie d’abattage d’arbres mobile décerné par la compagnie peut être exigé.
  • Un certificat de compétence provincial de freins à air comprimé peut être exigé en Colombie-Britannique, selon le type de matériel utilisé.
  • Un certificat de Système d’information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT) et un certificat en secourisme peuvent être exigés.
  • La connaissance des règlements de la moisson d’arbres est exigée.

Renseignements supplémentaires

  • Il existe une certaine mobilité dans ce groupe de base vers des postes de conducteurs de matériel de plus en plus complexe.
  • Il existe une certaine mobilité entre les employeurs, particulièrement lorsqu’il s’agit d’entreprises d’exploitation forestière semblable.
  • Il est possible de devenir travailleur indépendant à titre d’entrepreneur en exploitation forestière à condition d’investir les fonds nécessaires à l’achat du matériel approprié.
  • Les conducteurs de machines d’abattage d’arbres peuvent effectuer des réparations mineures ainsi que l’entretien des machines.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de supervision en abattage d’arbres et en exploitation forestière.

Les conseillers en emploi prodiguent des conseils et donnent des renseignements aux clients à la recherche d’emploi, sur tous les aspects de la recherche d’emploi et de la planification de carrière. Ils conseillent également les employeurs sur les problèmes liés aux ressources humaines et à l’emploi. Ils travaillent dans des services de ressources humaines d’établissements, des organismes de services d’emploi, des firmes d’experts-conseils, des organismes correctionnels et pour les gouvernements fédéral et provinciaux. Les superviseurs des conseillers en emploi sont compris dans ce groupe de base.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Conseiller/conseillère en emploi
  • Conseiller/conseillère en orientation (sauf éducation)
  • Conseiller/conseillère en perfectionnement professionnel
  • Conseiller/conseillère en replacement
  • Consultant/consultante en réinstallation
Inclusions
  • Agent/agente de développement de la main-d’oeuvre
  • Agent/agente de développement de l’emploi des Autochtones
  • Conseiller/conseillère en déplacement
  • Conseiller/conseillère en réinstallation
  • Consultant/consultante en emploi

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • rencontrer les clients pour obtenir des renseignements sur leurs antécédents professionnels et scolaires, ainsi que leurs objectifs professionnels;
  • identifier les obstacles à l’emploi et aider les clients dans des domaines tels que les aptitudes à l’emploi, les stratégies de recherche d’emploi, la rédaction du curriculum vitae et la préparation avant une entrevue;
  • déterminer les besoins tels que la réadaptation, l’aide financière ou la formation complémentaire et diriger les clients vers les services appropriés;
  • fournir aux travailleurs de l’information et les stratégies sur le maintien d’emploi ou les mutations au sein d’un organisme, la façon de faire face à l’insatisfaction professionnelle, les changements d’orientation en cours de carrière et les transitions en milieu de travail;
  • recueillir des renseignements sur le marché du travail et informer le client des possibilités d’emploi, des conditions d’accès à la profession, des compétences requises et autres renseignements sur les professions;
  • donner des conseils aux employeurs sur les ressources humaines et autres sujets liés à l’emploi;
  • fournir des services de consultation aux groupes et organismes communautaires, aux entreprises et à l’industrie ainsi qu’à d’autres organisations qui s’occupent de fournir des ressources dans la collectivité au niveau de la planification de carrières;
  • administrer et interpréter, s’il y a lieu, des tests afin de cerner les intérêts, les aptitudes et les habiletés des clients.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat ou un diplôme d’études collégiales en counseling d’emploi, en développement de carrière ou dans un domaine connexe, tel que le développement des ressources humaines, la psychologie, l’éducation ou les services sociaux est exigé.
  • Une maîtrise en psychologie du counseling ou dans un domaine connexe tel que la psychologie éducationnelle, la psychologie du développement humain ou le travail social peut être exigée.
  • Au Québec, l’appartenance à une association professionnelle est obligatoire afin d’utiliser le titre de « conseiller ».

Renseignements supplémentaires

  • La mobilité est possible vers des postes dans les services du personnel ou de la formation.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de supervision.

Les conseillers en information scolaire conseillent les étudiants inscrits et éventuels sur leur formation scolaire, leur carrière et leur développement personnel, et coordonnent les services de counseling offerts aux étudiants, aux parents, aux enseignants, aux membres de la faculté et au personnel. Ils travaillent dans des commissions ou des conseils scolaires, et dans des établissements postsecondaires.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Conseiller scolaire/conseillère scolaire
  • Conseiller/conseillère de services aux étudiants
  • Conseiller/conseillère en information scolaire
  • Conseiller/conseillère en orientation de carrière – éducation
Inclusions
  • Coordonnateur/coordonnatrice de services d’emploi pour étudiants

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • conseiller les étudiants concernant des questions scolaires telles que les choix de cours et de programmes, les horaires et l’emploi du temps, l’adaptation scolaire, l’assiduité et les techniques d’étude;
  • conseiller les étudiants sur les carrières et les questions professionnelles, y compris la prospection et la planification de carrières, la rédaction de curriculum vitae, les compétences en entrevue et les stratégies de recherche d’emploi, et leur fournir toute une gamme d’information sur les études et les carrières;
  • coordonner les programmes d’alternance travail-études et de transition entre l’école et le travail ainsi que la prestation de services de counseling et de renseignements offerts aux étudiants, aux parents, aux enseignants et au personnel de l’administration scolaire, tels que des services d’information sur les carrières, des séances de développement professionnel et l’interaction avec d’autres établissements scolaires;
  • discuter avec les enseignants et les parents ou d’autres membres de l’administration scolaire et des spécialistes, comme les psychologues, les orthophonistes et les travailleurs sociaux, des différentes questions et préoccupations, et consulter les administrateurs et les agences communautaires au sujet des programmes et des ressources;
  • administrer et interpréter les tests d’intelligence, de personnalité, d’orientation professionnelle, d’aptitudes et d’intérêts;
  • former et coordonner des groupes ou des ateliers sur les techniques d’étude en milieu secondaire, collégial et universitaire, notamment sur la prise de notes, les stratégies de préparation aux examens et l’angoisse qu’ils causent, et la gestion du temps;
  • visiter les collèges et les écoles secondaires pour dispenser de l’information sur les études aux étudiants éventuels, aux parents et aux conseillers;
  • coordonner ou participer à des programmes d’orientation des étudiants dans les collèges et les universités;
  • voir au recrutement par les employeurs d’étudiants qui terminent leurs études collégiales ou universitaires ainsi qu’au placement d’étudiants en stages de travail;
  • conseiller les étudiants au sujet de questions personnelles et sociales telles que la consommation d’alcool et de drogues, la dépression, la sexualité, les troubles de l’alimentation, l’anxiété, le respect de soi, les problèmes familiaux, les relations avec autrui et la maîtrise de la colère;
  • conseiller les étudiants qui vivent une crise, par exemple le décès d’un ami ou d’un membre de la famille, les tendances suicidaires et les mauvais traitements;
  • superviser, s’il y a lieu, les programmes d’aide par les pairs offerts en milieu scolaire;
  • superviser, s’il y a lieu, les stages d’expérience pratique des étudiants diplômés en orientation;
  • enseigner, s’il y a lieu, à des classes régulières.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat en orientation, en développement de carrière, en éducation ou en sciences sociales est exigé des conseillers qui travaillent en milieu scolaire.
  • Une maîtrise en psychologie de l’orientation ou dans un domaine connexe, comme la psychologie de l’éducation, la psychologie du développement ou le travail social est habituellement exigée.
  • Les conseillers en information scolaire qui travaillent dans les établissements d’enseignement postsecondaire doivent posséder un diplôme de premier cycle et parfois un grade supérieur. Une spécialisation dans un domaine particulier des études peut aussi être exigée.
  • Au Québec, l’adhésion à L’Ordre des conseillers et conseillères d’orientation et des psychoéducateurs et psychoéducatrices du Québec est exigée pour employer la désignation professionnelle «conseiller d’orientation».
  • Un brevet d’enseignement de la province d’emploi ainsi qu’une certaine expérience en enseignement sont habituellement exigés des conseillers qui travaillent dans les écoles.
  • Les conseillers en information scolaire qui travaillent dans des collèges et des universités peuvent devoir obtenir un permis d’exercice de l’organisme provincial de réglementation pour les psychologues, les conseillers d’orientation ou les travailleurs sociaux.

Renseignements supplémentaires

  • Les conseillers au niveau primaire dispensent généralement des services qui sont axés davantage sur les aspects sociaux et personnels de la vie que sur les études ou le cheminement professionnel, aspects plus souvent abordés par les conseillers dans les écoles secondaires.
  • Les conseillers d’orientation qui travaillent dans les collèges, les universités et d’autres établissements peuvent se spécialiser en orientation scolaire, en counseling personnel ou social, ou en orientation professionnelle.

Les constructeurs et les mécaniciens d’ascenseurs assemblent, installent, entretiennent et réparent des ascenseurs et des monte-charges, des escaliers roulants, des trottoirs roulants et d’autre équipement semblable. Ils travaillent pour des entreprises de construction et d’entretien d’ascenseurs.

Exemples d’appellations d’emploi

  • apprenti mécanicien/apprentie mécanicienne d’ascenseurs
  • constructeur/constructrice d’ascenseurs
  • mécanicien/mécanicienne d’ascenseurs
  • réparateur/réparatrice d’escaliers roulants

 

Fonctions principales

Les constructeurs et les mécaniciens d’ascenseurs exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • lire et interpréter des plans pour déterminer l’emplacement des composantes du système;
  • effectuer des travaux de préparation à la construction, y compris la mise en place de charpentes en acier, de filage et de tuyauterie;
  • installer des ascenseurs, des escaliers roulants, des trottoirs roulants, des monte-plats et d’autre équipement conformément aux spécifications;
  • fixer les cadres des cabines aux contrepoids avec des câbles et assembler les cabines d’ascenseur;
  • poser et câbler le matériel de commande électrique et électronique du système;
  • installer, vérifier et ajuster les dispositifs de sécurité;
  • vérifier le fonctionnement du matériel nouvellement installé;
  • détecter les défectuosités des systèmes électriques ou mécaniques;
  • démonter les éléments défectueux et réparer ou remplacer les pièces usées ou jugées peu sûres;
  • ajuster la robinetterie, les encliquetages, les joints d’étanchéité, les garnitures de frein et les autres composantes;
  • exécuter des tâches d’entretien préventif afin d’assurer la sécurité du public.
  • Les constructeurs et les mécaniciens d’ascenseurs peuvent se spécialiser dans la construction, l’entretien ou la réparation.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Un programme d’apprentissage de quatre à cinq ans ou plus de quatre ans d’expérience dans le métier ainsi qu’une formation spécialisée, en milieu scolaire ou industriel, dans le domaine de la construction ou de la réparation d’ascenseurs sont habituellement exigés pour être admissible au certificat de qualification.
  • Le certificat de qualification est obligatoire au Québec et en Alberta et est offert, bien que facultatif, en Colombie-Britannique, dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de supervision.

L’appellation fait référence à toutes les tâches reliées et aux compétences nécessaires à l’exercice de la profession en excluant l’appellation de propriétaires (entrepreneurs), qui réfère à des travailleurs autonomes, et lesquels ne peuvent pas être sélectionnées dans le cadre du Programme des travailleurs étrangers temporaires.

Ce groupe comprend les contremaîtres qui supervisent et coordonnent le travail des ouvriers classés dans les groupes de base suivants : (CNP 7371) Grutiers/grutières, (CNP 7372) Foreurs/foreuses et dynamiteurs/dynamiteuses des mines à ciel ouvert, des carrières et des chantiers de construction, (CNP 7373) Foreurs/foreuses de puits d’eau, (CNP 7451) Débardeurs/débardeuses, (CNP 7452) Manutentionnaires, (CNP 7521) Conducteurs/conductrices d’équipement lourd (sauf les grues), (CNP 7522) Conducteurs/conductrices de machinerie d’entretien public, (CNP 7531) Mécaniciens/mécaniciennes de gare de triage du transport ferroviaire et (CNP 7621) Manœuvres à l’entretien des travaux publics. Ils travaillent dans une gamme variée d’entreprises.

Tâches

Les contremaîtres de ce groupe de base exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • superviser, coordonner et planifier les activités des grutiers et des conducteurs de machinerie de construction, de pavage, de forage, de l’entretien de la voie ferrée et d’autres conducteurs de machinerie lourde semblable;
  • établir des méthodes de travail permettant de respecter les calendriers d’exécution et coordonner les activités avec les autres contremaîtres ou directeurs de projet;
  • commander du matériel et des fournitures;
  • résoudre les problèmes reliés au travail et recommander des mesures afin d’améliorer la productivité;
  • former ou veiller à la formation des travailleurs;
  • recommander des mesures de gestion du personnel, telles que l’embauche et les promotions;
  • rédiger des rapports de production et d’autres rapports;
  • gérer, s’il y a lieu, les opérations de sa propre entreprise;
  • superviser, coordonner et planifier, au besoin, les activités des apprentis, des aides et des manœuvres.

 

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Plusieurs années d’expérience dans le poste supervisé sont exigées.
  • Un certificat de compagnon dans un métier approprié peut être exigé.

L’appellation fait référence à toutes les tâches reliées et aux compétences nécessaires à l’exercice de la profession en excluant l’appellation de propriétaires (entrepreneurs), qui réfère à des travailleurs autonomes, et lesquels ne peuvent pas être sélectionnées dans le cadre du Programme des travailleurs étrangers temporaires.

L’appellation comprend les contremaîtres qui supervisent et coordonnent les activités des travailleurs classés dans les groupes de base suivants : (CNP 7231) Machinistes et vérificateurs/vérificatrices d’usinage et d’outillage, (CNP 7232) Outilleurs-ajusteurs/outilleuses-ajusteuses, (CNP 7233) Tôliers/tôlières, (CNP 7234) Chaudronniers/chaudronnières, (CNP 7235) Assembleurs/assembleuses et ajusteurs/ajusteuses de plaques et de charpentes métalliques, (CNP 7236) Monteurs/monteuses de charpentes métalliques, (CNP 7237) Soudeurs/soudeuses et opérateurs/opératrices de machines à souder et à braser et (CNP 9417) Opérateurs/opératrices de machines d’usinage. Ils travaillent dans des entreprises de fabrication, de transformation et de montage des produits de métaux structural et de tôleries, et dans des ateliers d’usinage.

Tâches

Les contremaîtres et les superviseurs de ce groupe de base exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • superviser, coordonner et planifier les activités des ouvriers qui façonnent, forment et joignent les pièces ou les produits de métal pour les transformer en pièces, en produits, en outils, en matrices ou en moules selon les dimensions prescrites, et ériger des produits et des structures de métal léger et lourd;
  • établir des méthodes de travail permettant de respecter les calendriers d’exécution et de coordonner le travail avec les autres sections;
  • commander du matériel et des fournitures;
  • résoudre les problèmes reliés au travail et recommander des mesures visant à augmenter la productivité;
  • former ou veiller à la formation des travailleurs;
  • recommander des mesures de gestion du personnel, telles que l’embauche et les promotions;
  • assurer le respect des normes de sécurité au travail;
  • rédiger des rapports de production et d’autres rapports;
  • régler les machines et le matériel et écrire des programmes pour les outils à commande numérique par ordinateur (CNC);
  • gérer, s’il y a lieu, les opérations de leurs propres entreprises;
  • superviser, coordonner et organiser, s’il y a lieu, le travail des apprentis, des opérateurs de machines, des aides-usineurs et des manœuvres.

 

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Plusieurs années d’expérience en tant que machiniste ou outilleur-ajusteur qualifié sont exigées.
  • Un certificat de compagnon en tant que machiniste, outilleur-ajusteur ou dans un autre métier relié au travail des métaux est exigé.

L’appellation fait référence à toutes les tâches reliées et aux compétences nécessaires à l’exercice de la profession en excluant l’appellation de propriétaires (entrepreneurs), qui réfère à des travailleurs autonomes, et lesquels ne peuvent pas être sélectionnées dans le cadre du Programme des travailleurs étrangers temporaires.

Les contremaîtres des services agricoles et les surveillants d’exploitations agricoles surveillent le travail des ouvriers agricoles et des manœuvres à la récolte. Les ouvriers agricoles spécialisés dans l’élevage exécutent des programmes d’alimentation, de soins de santé et de reproduction dans des fermes d’élevage de troupeaux laitiers, de bovins, d’ovins, de volaille, de porcins et d’autres fermes d’élevage.

Tâches

Les contremaîtres des services agricoles, les surveillants d’exploitations agricoles et les ouvriers spécialisés dans l’élevage exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

Surveillants d’exploitations agricoles

  • coordonner et superviser le travail des ouvriers agricoles et des manœuvres à la récolte;
  • superviser et surveiller des programmes d’élevage et d’autres programmes liés au bétail, et veiller à leur mise en œuvre;
  • superviser et surveiller des opérations de culture et d’autres programmes liés à la récolte, et veiller à leur mise en œuvre;
  • élaborer des calendriers de travail et établir les méthodes;
  • assurer le respect des procédures de sécurité sur la ferme et de bio-sécurité;
  • tenir des registres de la production et du contrôle de la qualité;
  • exécuter, s’il y a lieu, des tâches agricoles générales.

Ouvriers spécialisés dans élevage du bétail

  • formuler des programmes alimentaires;
  • mettre en œuvre des pâturages ou des programmes d’accouplement en parquets;
  • suivre les procédures de sécurité et de bio-sécurité;
  • reconnaître et traiter certains problèmes de santé du bétail;
  • tenir des registres sur le rendement du bétail;
  • sélectionner le bétail à vendre;
  • dresser les chevaux;
  • exécuter des tâches agricoles générales;
  • superviser, s’il y a lieu, les ouvriers agricoles.

Les surveillants d’exploitations agricoles peuvent se spécialiser dans des domaines tels que les produits laitiers, volaille, porcins, bovins, ovins, équidés, fruits, légumes, l’agriculture mixte ou d’autres spécialisations. Les ouvriers spécialisés dans l’élevage du bétail se spécialisent généralement dans l’élevage d’une seule espèce, par exemple, bovins de boucherie ou troupeaux laitiers ou porcins.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études universitaires, collégiales ou des cours pertinents offerts par l’industrie agricole, et plusieurs années d’expérience reliées au service agricole offert sont habituellement exigés des entrepreneurs de services agricoles.
  • Un diplôme d’études collégiales ou une autre formation spécialisée en agriculture ou en élevage du bétail peut être exigé pour les surveillants d’exploitations agricoles et des ouvriers agricoles spécialisés dans l’élevage.
  • Une formation ou une certification de premiers soins peut être exigée.

L’appellation fait référence à toutes les tâches reliées et aux compétences nécessaires à l’exercice de la profession en excluant l’appellation de propriétaires (entrepreneurs), qui réfère à des travailleurs autonomes, et lesquels ne peuvent pas être sélectionnées dans le cadre du Programme des travailleurs étrangers temporaires.

Ce groupe comprend les contremaîtres qui supervisent et coordonnent les activités des travailleurs inclus dans les groupes de base suivants : (CNP 7271) Charpentiers-menuisiers/charpentières-menuisières et (CNP 7272) Ébénistes. Ils travaillent pour des compagnies de construction, des entrepreneurs en charpenterie, les services d’entretien d’établissements industriels, et des entreprises de fabrication et de réparation de mobilier et d’accessoires sur mesure.

Tâches

Les contremaîtres et les superviseurs de ce groupe de base exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • superviser, coordonner et planifier les activités des charpentiers-menuisiers qui fabriquent, qui rénovent et qui entretiennent des structures en bois et d’autres matériaux de construction; celui des charpentiers-menuisiers qui construisent et qui installent des boiseries à l’intérieur d’édifices résidentiels, commerciaux et industriels; et celui des ébénistes qui fabriquent et qui réparent des armoires, des meubles, des accessoires et des produits semblables en bois faits sur mesure;
  • établir des méthodes de travail permettant de respecter les calendriers d’exécution et coordonner les activités avec les autres services;
  • commander du matériel et des fournitures;
  • résoudre les problèmes reliés au travail et recommander des mesures visant à augmenter la productivité;
  • former ou veiller à la formation des travailleurs;
  • recommander des mesures de gestion du personnel, telles que l’embauche et les promotions;
  • assurer le respect des normes de sécurité au travail;
  • rédiger des horaires et d’autres rapports;
  • gérer, au besoin, les opérations de leurs propres compagnies;
  • superviser, coordonner et organiser, au besoin, le travail des apprentis, des aides et des manœuvres.

 

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Plusieurs années d’expérience en tant que charpentier-menuisier ou ébéniste qualifié sont habituellement exigées.
  • Un certificat de compagnon charpentier est habituellement exigé.

L’appellation fait référence à toutes les tâches reliées et aux compétences nécessaires à l’exercice de la profession en excluant l’appellation de propriétaires (entrepreneurs), qui réfère à des travailleurs autonomes, et lesquels ne peuvent pas être sélectionnées dans le cadre du Programme des travailleurs étrangers temporaires.

L’appellation comprend les contremaîtres qui supervisent et coordonnent les activités des travailleurs classés dans les groupes de base suivants : (CNP 7241) Électriciens/électriciennes (sauf électriciens/électriciennes industriels et de réseaux électriques), (CNP 7242) Électriciens industriels/électriciennes industrielles, (CNP 7243) Électriciens/électriciennes de réseaux électriques, (CNP 7244) Monteurs/monteuses de lignes électriques et de câbles, (CNP 7245) Monteurs/monteuses de lignes et de câbles de télécommunications, (CNP 7246) Installateurs/installatrices et réparateurs/réparatrices de matériel de télécommunications et (CNP 7247) Techniciens/techniciennes en montage et en entretien d’installations de câblodistribution. Ils travaillent dans une gamme variée d’entreprises; les milieux de travail sont indiqués dans les descriptions du groupe de base susmentionné.

Tâches

Les contremaîtres et les superviseurs de ce groupe de base exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • superviser, coordonner et planifier les activités des travailleurs chargés d’installer, de réparer et d’entretenir les câbles électriques, l’appareillage électrique et les mécanismes de contrôle, ainsi que les réseaux électriques et les systèmes de télécommunications et de câblodistribution;
  • établir des méthodes de travail permettant de respecter les calendriers d’exécution et de coordonner le travail avec les autres services ou les sous-traitants;
  • commander du matériel et des fournitures;
  • résoudre les problèmes reliés au travail et recommander des mesures visant à augmenter la productivité;
  • former ou veiller à la formation des travailleurs;
  • recommander des mesures de gestion du personnel, telles que l’embauche et les promotions;
  • assurer le respect des normes de sécurité au travail;
  • rédiger des rapports sur l’avancement des travaux;
  • gérer, s’il y a lieu, les opérations de leurs propres compagnies;
  • superviser, coordonner et organiser, au besoin, le travail des apprentis, des aides et des manœuvres.

 

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Plusieurs années d’expérience comme travailleur qualifié dans le métier supervisé sont exigées.
  • Un certificat de compagnon dans le métier correspondant est exigé.

L’appellation fait référence à toutes les tâches reliées et aux compétences nécessaires à l’exercice de la profession en excluant l’appellation de propriétaires (entrepreneurs), qui réfère à des travailleurs autonomes, et lesquels ne peuvent pas être sélectionnées dans le cadre du Programme des travailleurs étrangers temporaires.

Ce groupe de base comprend les contremaîtres qui supervisent et coordonnent les activités des travailleurs classés dans les groupes intermédiaires  : (CNP 731) Mécaniciens/mécaniciennes de machinerie et d’équipement de transport (sauf véhicules automobiles), (CNP 732) Mécaniciens/ mécaniciennes de véhicules automobiles, (CNP 733) Autres mécaniciens/mécaniciennes. Ils travaillent dans une gamme variée d’établissements; les milieux de travail sont indiqués dans les descriptions du groupe de base incluses dans les groupes intermédiaires susmentionnés.

Tâches

Les contremaîtres de ce groupe de base exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • superviser, coordonner et planifier les activités des travailleurs chargés de réparer et d’entretenir des aéronefs, des locomotives et des wagons de chemin de fer, des machines et du matériel industriels, de la machinerie de construction et d’autre équipement lourd, des machines textiles et d’imprimerie, de la machinerie de chauffage et des fourneaux, des transformateurs et d’autre matériel électrique, des véhicules motorisés, des machines de climatisation et de réfrigération, des appareils électroménagers et d’autre machinerie, telle que des motocyclettes, des hors-bord et des motoneiges;
  • établir des méthodes de travail permettant de respecter les calendriers d’exécution et coordonner les activités avec les autres services;
  • commander du matériel et des fournitures;
  • résoudre les problèmes reliés au travail et recommander des mesures afin d’améliorer la productivité;
  • former des travailleurs ou veiller à leur formation;
  • recommander des mesures de gestion du personnel, telles que l’embauche et les promotions;
  • assurer le respect des normes de sécurité au travail;
  • rédiger des rapports de production et d’autres rapports;
  • gérer, s’il y a lieu, les opérations de leurs propres compagnies;
  • superviser, coordonner et planifier, au besoin, les activités des apprentis, des aides et des manœuvres.

 

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Plusieurs années d’expérience en tant qu’ouvrier qualifié dans un métier correspondant sont habituellement exigées.
  • Un certificat de compagnon dans un métier correspondant est exigé.

Les coordonnateurs et les superviseurs des soins infirmiers coordonnent et supervisent le travail des infirmiers autorisés, des infirmiers psychiatriques autorisés, des infirmiers auxiliaires et de tout autre personnel des soins infirmiers dans la prestation des soins aux patients. Ils travaillent dans des établissements de soins de santé, tels que les centres hospitaliers, les cliniques, les maisons de santé et les agences de soins infirmiers.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Coordonnateur/coordonnatrice des services de soins infirmiers
  • Coordonnateur/coordonnatrice des soins infirmiers
  • Coordonnateur/coordonnatrice des soins infirmiers aux patients
  • Superviseur/superviseure des soins infirmiers
  • Superviseur/superviseure des soins infirmiers – psychiatrie
  • Superviseur/superviseure des soins infirmiers – santé publique

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • superviser le travail des infirmiers autorisés, des infirmiers auxiliaires et de tout autre personnel des soins infirmiers;
  • évaluer les besoins des patients et s’assurer que les soins requis sont dispensés;
  • établir et coordonner les services de soins infirmiers et les autres services de santé;
  • veiller à la qualité des soins infirmiers et au respect des procédures administratives;
  • participer à la mise sur pied de politiques et de procédures de l’unité des soins infirmiers;
  • administrer le budget de l’unité de soins infirmiers et assurer la disponibilité des produits et de l’équipement;
  • participer à la sélection, à l’évaluation et au perfectionnement professionnel du personnel infirmier;
  • prendre part à des projets de recherche en soins infirmiers, soins médicaux et en services pluridisciplinaires;
  • prodiguer eux-mêmes, au besoin, des soins aux patients.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études universitaires ou collégiales ou un diplôme de tout autre programme reconnu en soins infirmiers ou en soins infirmiers psychiatriques est exigé.
  • Des cours en gestion, un diplôme ou un certificat en gestion ou en administration peuvent être exigés.
  • Un permis d’exercice d’un organisme de réglementation est exigé en tant qu’infirmier autorisé dans toutes les provinces et territoires et en tant qu’infirmier psychiatrique autorisé au Manitoba, en Saskatchewan, en Alberta, en Colombie-Britannique et au Yukon.
  • De l’expérience clinique en tant qu’infirmier autorisé ou infirmier psychiatrique autorisé est exigée.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de direction, tels que directeur des soins infirmiers.

Les courtiers en douanes dédouanent les marchandises et les acheminent à destination, au nom de leurs clients importateurs et exportateurs. Les courtiers maritimes achètent et vendent de l’espace à bord des cargos et achètent et vendent des navires, des yachts et autres embarcations à la demande de leurs clients. Ce groupe de base comprend aussi les autres courtiers, non classés ailleurs, qui négocient des transactions commerciales, la logistique ou d’autres services, entre différents pourvoyeurs, au nom de leurs clients. Les courtiers sont employés par des maisons de courtage en douanes, de courtage maritime ou d’autres établissements de courtage ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • courtier en douanes agréé/courtière en douanes agréée
  • courtier maritime/courtière maritime
  • courtier/courtière en affrètement de navire
  • courtier/courtière en douanes
  • courtier/courtière en fret
  • courtier/courtière en opérations gazières

Inclusion(s)

  • agent maritime/agente maritime

 

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

Les courtiers en douanes

  • préparer des documents de dédouanement et remplir d’autres formulaires au nom de leurs clients conformément aux règlements, aux lois et aux formalités douanières;
  • signer des documents de dédouanement, au nom des clients, en utilisant des procurations;
  • assurer le règlement des droits d’entrée, l’entreposage, le transport des marchandises importées, et les acquits-à-caution pour les marchandises imposables;
  • indiquer aux clients les taux des droits et de douanes des différents articles;
  • aviser les clients quant aux restrictions sur les importations et les exportations, les tarifs douaniers, les lettres de crédit, les assurances et toute autre exigence reliée aux douanes;
  • représenter, s’il y a lieu, les clients devant des tribunaux administratifs ou dans des négociations avec d’autres officiels gouvernementaux.

Les courtiers maritimes et les autres courtiers

  • acheter et vendre de l’espace à marchandise dans des cales de navire, pour le compte de particuliers, de sociétés et de gouvernements;
  • consulter des publications commerciales et d’autres documents afin de signaler aux clients l’espace disponible dans les cales de navire, le lieu et l’heure du départ, la destination et le tarif, et noliser des navires pour des clients;
  • négocier des conditions et des tarifs et rédiger des contrats et d’autres documents;
  • acheminer et vendre des navires, des yachts et d’autres embarcations, au nom de leurs clients;
  • inspecter des navires, noter les particularités et négocier le prix d’achat ou de vente, au nom de leurs clients;
  • prendre les dispositions nécessaires pour l’assurance des cargos ou des navires;
  • obtenir l’enregistrement et des permis pour des navires.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est exigé.
  • Quelques années d’études postsecondaires, en commerce ou dans une discipline connexe, peuvent être exigées.
  • Les courtiers en douanes doivent poursuivre plusieurs années de formation en cours d’emploi et compléter un cours de courtiers en douanes donné par l’International Federation of Customs Brokers Association.
  • Un permis de courtier en douanes, émis par l’Agence des services frontaliers du Canada, est exigé des particuliers et des entreprises qui opèrent dans le courtage en douanes.
  • Les courtiers maritimes qui vendent de l’espace sur les cargos doivent habituellement avoir plusieurs années de formation en cours d’emploi ou une expérience connexe, par exemple à l’établissement des horaires au sein d’une entreprise d’expédition. Les courtiers maritimes qui vendent des embarcations doivent habituellement avoir une expérience et une connaissance approfondies de divers types d’embarcations.
  • Des cours par correspondance sont offerts aux courtiers maritimes par l’Institute of Chartered Ship Brokers.

Renseignements supplémentaires

  • Il n’y a pas de mobilité possible entre les différents courtiers compris dans ce groupe de base.

Les couvreurs installent, réparent ou remplacent des toits plats ainsi que des bardeaux, des bardeaux de fente et d’autres tuiles sur des toits en pente. Les poseurs de bardeaux installent et remplacent des bardeaux, des tuiles et des recouvrements similaires sur des toits en pente. Ils travaillent pour des entrepreneurs en toitures, des entrepreneurs en bâtiment ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Apprenti couvreur/apprentie couvreuse
  • Couvreur/couvreuse
  • Couvreur/couvreuse de toits multicouches
  • Couvreur/couvreuse de toits plats
  • Couvreur/couvreuse de toits résidentiels à forte pente
  • Couvreur/couvreuse de toits unicouches
  • Couvreur/couvreuse en asphalte
  • Poseur/poseuse de bardeaux

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
Les couvreurs
  • installer, réparer ou remplacer des systèmes de toits multicouches à l’aide de matériaux tels que des feutres saturés d’asphalte, du bitume chaud et du gravier;
  • installer, réparer ou remplacer des systèmes de toits unicouches à l’aide de revêtements hydrofuges en plastique modifié, en élastomères ou en matériaux bitumineux;
  • poser, réparer ou remplacer des bardeaux, des bardeaux de fente et d’autres tuiles de revêtement sur des couvertures de bâtiments à toits en pente;
  • poser des chéneaux en tôle;
  • appliquer des enduits hydrofuges sur du béton et d’autres surfaces en maçonnerie au-dessous ou au-dessus du niveau du sol;
  • installer et réparer des toits en métal à l’aide d’outils manuels et mécaniques;
  • dresser des échafaudages afin d’assurer la sécurité sur les toits;
  • estimer, au besoin, le coût des matériaux nécessaires et fournir des devis.
Les poseurs de bardeaux
  • poser ou remplacer des bardeaux d’asphalte, de bois et de fente et des tuiles en produits terreux ou en terre cuite sur des couvertures de bâtiments à toits en pente;
  • dresser des échafaudages afin d’assurer la sécurité sur les toits.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Un programme d’apprentissage de deux à trois ans ou plus de trois ans d’expérience dans ce métier ainsi qu’une formation, en milieu scolaire ou industriel, sont habituellement exigés des couvreurs pour être admissible au certificat de qualification.
  • Le certificat de qualification du couvreur est obligatoire au Québec et est offert, bien que facultatif, dans les autres provinces et les territoires.
  • Un certificat de qualification pour les couvreurs de toits résidentiels à forte pente est offert, bien que facultatif, en Colombie-Britannique.
  • Les couvreurs qualifiés peuvent obtenir la mention Sceau rouge après la réussite de l’examen interprovincial Sceau rouge.
  • Les poseurs de bardeaux requièrent une formation en cours d’emploi d’une durée de un à deux ans.

Renseignements supplémentaires

  • La mention Sceau rouge permet une mobilité interprovinciale.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de supervision.

Plusieurs appellations sont possibles, mais doivent concerner les cuisiniers et cuisinières qui ont un diplôme de cuisine ou plusieurs années d’expérience pertinente.

Pour les cuisiniers diplômés, l’appariement se fait sur la base du diplôme et du relevé de notes. Sont admissibles au traitement simplifié les cuisiniers qui ont suivi un programme d’apprentissage équivalent au diplôme d’études professionnelles en cuisine (DEP) sanctionnant un minimum de 1 470 heures de formation (c’est-à-dire un programme d’au moins une année et demie).

Pour les cuisiniers d’expérience, l’appariement se fait sur la base des attestations de travail. Sont admissibles au traitement simplifié les cuisiniers qui ont au moins trois ans d’expérience pertinente à titre de cuisinier.

Tâches

Les cuisiniers exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • préparer et faire cuire des plats ou des repas complets;
  • préparer et faire cuire des repas spéciaux pour des patients, conformément aux directives du diététiste ou du chef cuisinier;
  • superviser les aides de cuisine et établir leurs horaires de travail;
  • superviser les opérations de la cuisine;
  • tenir l’inventaire de la nourriture, des fournitures et du matériel;
  • voir, s’il y a lieu, à l’organisation et à la supervision des buffets;
  • nettoyer, s’il y a lieu, la cuisine et les aires de travail;
  • dresser, s’il y a lieu, des menus, déterminer les portions, évaluer les besoins en aliments et le coût des aliments et commander le matériel nécessaire;
  • procéder, s’il y a lieu, à l’embauche et à la formation du personnel de cuisine.

Les cuisiniers peuvent se spécialiser dans la préparation et la cuisson de mets ethniques ou de plats spéciaux.

*** Les aides de cuisine et les serveurs au comptoir (dans les CNP 6711) ne sont pas compris dans cette profession. La confusion est possible car ils peuvent aussi cuire des aliments et préparer des plats.

 

Les débosseleurs réparent et remettent en état les parties endommagées des carrosseries et les garnitures intérieures des véhicules automobiles, repeignent les surfaces de carrosserie, et réparent ou remplacent les éléments en verre des automobiles. Ils travaillent pour des concessionnaires d’automobiles, dans des ateliers de carrosserie et dans des centres d’estimation. Ce groupe de base comprend également les réparateurs de carrosserie qui réparent et retouchent les éléments de carrosserie défectueux et endommagés de véhicules nouvellement assemblés. Ils travaillent dans des usines de fabrication et de montage de véhicules automobiles.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Apprenti peintre/apprentie peintre de véhicules automobiles
  • Apprenti réparateur/apprentie réparatrice de carrosseries de véhicules automobiles
  • Finisseur/finisseuse de tôles – construction de véhicules automobiles
  • Mécanicien/mécanicienne de carrosseries d’automobiles
  • Peintre – réparation de véhicules automobiles
  • Peintre d’automobiles – réparation de véhicules automobiles
  • Réparateur/réparatrice de carrosseries d’automobiles
  • Réparateur/réparatrice de tôles – construction de véhicules automobiles
  • Technicien/technicienne de carrosseries de véhicules automobiles – camions
  • Technicien/technicienne de glaces de véhicule automobile

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • lire le rapport d’estimation des dommages et des coûts de réparation pour déterminer et planifier les réparations à effectuer;
  • réparer et remplacer des éléments d’avant-train et de caisse de véhicules automobiles, des portières, et des éléments de châssis et de dessous de caisse;
  • débosseler des éléments de carrosserie, tels que des bosses, des pliures et autres défectuosités, à l’aide de tasseaux et de marteaux;
  • utiliser des appareils de soudure ou du plastique de remplissage pour niveler des trous, des bosses et des joints;
  • enlever les pare-chocs, les panneaux et les calandres endommagés à l’aide de clés et de chalumeaux coupeurs, et boulonner ou souder les pièces de rechange en place;
  • redresser des châssis à l’aide d’équipement de traction et d’ancrage de châssis et de dessous de caisse;
  • limer, meuler et poncer des surfaces réparées à l’aide d’outils manuels ou mécaniques;
  • masquer et fixer des surfaces d’automobiles au moyen de ruban adhésif en préparation de la peindre;
  • mélanger la peinture et marier les couleurs;
  • appliquer des peintures primaires et de finition au pinceau ou au pistolet;
  • réparer et remplacer des éléments en verre comme des pare-brise, des vitres et des toits ouvrants;
  • réparer ou remplacer des éléments d’habitacle tels que des carcasses de sièges, des moquettes et de l’isolation de plancher;
  • inspecter les véhicules réparés et les essayer sur la route pour en vérifier la stabilité et la direction.

Conditions d’accès à la profession

Débosseleurs
  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Un programme d’apprentissage de trois à quatre ans en débosselage de véhicules ou plus de trois ans d’expérience en débosselage de véhicules et une formation scolaire en débosselage sont habituellement exigés pour être admissible au certificat de qualification.
  • Le certificat de qualification de débosseleur-peintre est obligatoire en Nouvelle-Écosse, en Ontario et en Alberta et est offert, bien que facultatif, à Terre-Neuve-et-Labrador, à l’Île-du-Prince-Édouard, au Nouveau-Brunswick, au Manitoba, en Saskatchewan, en Colombie-Britannique, au Yukon, aux Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut.
  • Le certificat de qualification de débosseleur est obligatoire en Ontario et en Alberta, et est offert, bien que facultatif, au Yukon et dans les Territoires du Nord-Ouest.
  • Les débosseleurs-peintres qualifiés peuvent obtenir la mention Sceau rouge après la réussite de l’examen interprovincial Sceau rouge.
Peintres d’automobiles
  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Un programme d’apprentissage de deux à trois ans en peinture d’automobiles ou un an d’expérience dans le métier de peintre d’automobiles et un programme scolaire en peinture d’automobiles sont habituellement exigés pour être admissible au certificat de qualification.
  • Le certificat de qualification de peintre d’automobiles est obligatoire en Alberta et est offert, bien que facultatif, à Terre-Neuve-et-Labrador, en Nouvelle-Écosse, à l’Île-du-Prince-Édouard, au Nouveau-Brunswick, en Ontario, au Manitoba, en Saskatchewan, en Colombie-Britannique, dans les Territoires du Nord-Ouest et au Yukon.
  • Les peintres d’automobiles qualifiés peuvent obtenir la mention Sceau rouge après la réussite de l’examen interprovincial Sceau rouge.
Installateurs et réparateurs de glaces de véhicule automobile
  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Une certification dans l’industrie du verre d’automobiles est habituellement exigée.
  • Un programme d’apprentissage et le certificat de qualification sont offerts, bien que facultatif, aux techniciens de vitres d’automobiles en Nouvelle-Écosse, en Ontario, en Alberta et en Colombie-Britannique.
Réparateurs de carrosserie – construction de véhicules automobiles
  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Une formation en cours d’emploi de un à deux ans est offerte par l’employeur.

Renseignements supplémentaires

  • La mention Sceau rouge permet une mobilité interprovinciale.
  • L’expérience permet aux débosseleurs-peintres d’accéder à des postes de supervision.
  • Un programme d’apprentissage permet aux réparateurs de carrosserie dans la construction de véhicules automobiles d’accéder à des postes de débosseleurs. L’expérience leur permet également d’accéder à des postes de supervision dans la construction de véhicules automobiles.

Les dentistes diagnostiquent, soignent, préviennent et contrôlent les maladies des dents et de la bouche. Ils travaillent en pratique privée ou peuvent travailler dans des centres hospitaliers, des cliniques, des centres de santé publique ou des universités.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Chirurgien buccal et maxillo-facial/chirurgienne buccale et maxillo-faciale
  • Dentiste
  • Dentiste en hygiène publique
  • Dentiste pédiatrique
  • Endodontiste
  • Orthodontiste
  • Parodontiste
  • Pathologiste stomatologue
  • Prosthodontiste
  • Radiologiste stomatologiste

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • examiner les dents, les gencives et les tissus adjacents pour diagnostiquer les maladies, les blessures et les caries et décider du traitement approprié;
  • remettre en état, extraire et remplacer les dents malades ou cariées;
  • pratiquer des chirurgies buccales et périodontales et faire d’autres traitements;
  • nettoyer les dents et enseigner aux patients les pratiques d’hygiène dentaire;
  • concevoir des pontiques et ajuster les prothèses dentaires et les appareils de maintien visant à corriger les malformations des dents et des mâchoires ou rédiger des devis descriptifs ou des prescriptions à l’intention des denturologistes et des techniciens dentaires;
  • superviser les hygiénistes dentaires, les assistants dentaires et les autres employés.

Les dentistes peuvent se spécialiser dans les domaines tels que la chirurgie maxillo-faciale, l’orthodontie, la pédiatrie dentaire, la périodontie, l’endodontie, la prosthodontie, la pathologie bucco-dentaire, la radiologie buccale ou l’hygiène dentaire publique.

Conditions d’accès à la profession

  • De un à quatre ans d’études universitaires pré-dentaire ou, au Québec, il est possible d’être admis au programme de médecine dentaire avec un diplôme d’études collégiales en science et un baccalauréat en médecine dentaire sont exigés.
  • Un permis d’exercice provenant d’un organisme de réglementation provincial ou territorial est exigé.
  • Une formation supplémentaire permet aux dentistes généralistes d’accéder à un domaine spécialisé.
  • Un permis approprié de spécialisation est exigé.

Renseignements supplémentaires

  • Un certificat du Bureau national d’examens dentaires du Canada donne aux dentistes et aux diplômés de programmes dentaires approuvés le droit d’exercer leur profession dans toutes les provinces canadiennes s’ils répondent aux critères des autorités provinciales et territoriales qui émettent les permis.

Les denturologistes examinent les patients et conçoivent, fabriquent et réparent des prothèses dentaires amovibles. La plupart des denturologistes travaillent en cabinet privé.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Denturologiste
  • Denturologue
  • Mécanicien-dentiste/mécanicienne-dentiste

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • mesurer les mâchoires du client pour déterminer les dimensions et la forme des dentiers et des prothèses dentaires à fabriquer;
  • prendre les empreintes des dents, des gencives et des mâchoires du client;
  • concevoir et fabriquer les dentiers et les prothèses dentaires ou demander à d’autres travailleurs de les fabriquer;
  • insérer, ajuster et adapter les nouvelles prothèses dentaires;
  • réparer les dentiers et les prothèses dentaires;
  • effectuer le regarnissage, le rebasage et l’ajustement des dentiers et des prothèses dentaires;
  • fabriquer des protecteurs, des prothèses pour arrêter les ronflements et des prothèses amovibles sur les implants;
  • commander, au besoin, des radiogrammes;
  • préparer, au besoin, des prothèses partielles;
  • effectuer, au besoin, des procédures de blanchiment et de nettoyage des dentiers et des prothèses dentaires.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études collégiales de deux ou trois ans en denturologie est exigé.
  • Une période d’apprentissage dans une clinique de denturologie reconnue peut être exigée.
  • Le permis d’exercice accordé par l’organisme de réglementation de la province ou du territoire est exigé.

Les designers d’intérieur et les décorateurs d’intérieur créent et réalisent des concepts d’aménagement d’intérieur esthétique, fonctionnel et sécuritaire pour des immeubles de type résidentiel, commercial, culturel, institutionnel et industriel. Ils travaillent dans des firmes d’architectes et de design d’intérieur, des établissements de vente au détail, des sociétés de construction, des centres hospitaliers, des compagnies aériennes, des chaînes d’hôtels et de restaurants, et d’autres établissements, ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Cuisiniste
  • Décorateur/décoratrice d’intérieur
  • Designer de l’aménagement intérieur d’avions
  • Designer d’intérieur
  • Planificateur/planificatrice d’aménagements fonctionnels de bureaux
  • Planificateur/planificatrice d’aménagements fonctionnels pour la vente au détail
  • Technicien/technicienne en design d’intérieurs
Inclusions
  • Conseiller/conseillère en gestion de l’espace
  • Conseiller/conseillère en staging de maisons

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • consulter les clients pour déterminer leurs besoins, leurs préférences, les exigences en matière de sécurité et l’utilisation prévue de l’espace;
  • élaborer des plans détaillés et des maquettes en trois dimensions montrant la disposition des murs, des séparations, des étalages, de l’éclairage et des autres installations à l’aide de logiciels de dessin assisté par ordinateur (DAO) et de logiciels graphiques;
  • élaborer des plans, des élévations, des coupes et des dessins de détails et donner des conseils sur le choix des couleurs, des finis et des matériaux, des revêtements de sol et muraux, des décorations de fenêtre, de l’éclairage intérieur et extérieur, du mobilier et d’autres objets en tenant compte des normes d’ergonomie et d’hygiène professionnelle;
  • évaluer les coûts et les matériaux nécessaires et fournir, s’il y a lieu, des conseils en matière de crédit-bail, d’immobilier et de commercialisation;
  • préparer les plans et les détails d’exécution du design d’intérieurs final selon les règles de l’art et en conformité avec les codes en vigueur;
  • travailler dans un contexte d’interdisciplinarité;
  • diriger, s’il y a lieu, l’équipe de designers et de sous-traitants.

Les designers d’intérieur sont experts en matière d’architecture intérieure, de construction et de codes du bâtiment. Ils peuvent se spécialiser dans le design et le décor intérieur d’immeubles de type résidentiel, commercial, institutionnel, culturel et industriel, ainsi que d’avions, de bateaux ou de trains, de foires commerciales et d’expositions.

Les décorateurs d’intérieur peuvent se spécialiser dans le décor d’espaces intérieurs résidentiels ou commerciaux, la mise en valeur de résidences, le conseil de couleurs et l’organisation résidentielle.

Conditions d’accès à la profession

Designers d’intérieur
  • Un diplôme d’études universitaires ou collégiales en design d’intérieur est habituellement exigé des designers d’intérieur.
  • L’examen nord-américain de qualification « National Council for Interior Design Qualification » (NCIDQ) peut être exigé des designers d’intérieur après six ans d’études et d’expérience combinés.
  • L’accréditation par un institut ou une association provinciale est exigée pour utiliser les titres protégés liés aux designers d’intérieur dans toutes les provinces sauf l’Île-du-Prince-Édouard.
Décorateurs d’intérieur
  • Un diplôme ou un certificat collégial en décoration intérieur est habituellement exigé des décorateurs d’intérieur.
  • L’adhésion au « Canadian Decorators’ Association » est offerte aux décorateurs qualifiés.

Les designers graphiques conçoivent et produisent du matériel graphique et visuel pour communiquer efficacement des renseignements pour des imprimés, de la publicité, des films, des emballages, des affiches, des panneaux indicateurs et des produits médias interactifs tels que des sites Web et des disques compacts. Ils travaillent dans des entreprises de graphisme et de publicité, des établissements qui ont un service de publicité ou de communications et des centres de production multimédia, ou ils peuvent être des travailleurs autonomes. Les designers graphiques qui occupent des postes de supervision, de consultation ou de gestion de projets sont compris dans ce groupe de base. Les illustrateurs conçoivent et réalisent des illustrations pour représenter en images divers contenus d’information. Les illustrateurs sont presque exclusivement des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • animateur/animatrice – films d’animation
  • bédéiste
  • concepteur publicitaire/conceptrice publicitaire
  • concepteur/conceptrice d’animation 3D
  • designer graphique
  • designer visuel/designer visuelle en multimédia
  • dessinateur publicitaire/dessinatrice publicitaire
  • dessinateur/dessinatrice de billets de banque
  • graphiste
  • illustrateur graphique multimédia/illustratrice graphique multimédia
  • illustrateur médical/illustratrice médicale
  • illustrateur scientifique/illustratrice scientifique
  • illustrateur/illustratrice
  • maquettiste – design graphique

 

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

Designers graphiques
  • consulter les clients pour déterminer l’aspect général, les éléments graphiques et le contenu des outils de communication afin de répondre à leurs besoins;
  • déterminer les moyens les plus appropriés pour produire l’effet visuel désiré et la méthode de communication convenable;
  • concevoir les éléments graphiques qui répondent aux objectifs de la commande;
  • préparer les esquisses, les mises en pages et les éléments graphiques des sujets à représenter à l’aide d’outils traditionnels, de logiciels multimédias et de logiciels de traitement de l’image, de mise en pages et de dessin;
  • évaluer les coûts des matériaux et le temps nécessaire pour exécuter les éléments graphiques;
  • utiliser les répertoires existants de photographies et d’illustrations et les guides typographiques ou faire appel aux services d’un illustrateur ou d’un photographe pour produire des illustrations ou des photographies qui répondent aux besoins de communication des clients;
  • établir les lignes directrices pour les illustrateurs et les photographes;
  • coordonner tous les aspects de la production des versions imprimée, audiovisuelle ou sur support électronique, c’est-à-dire des sites Web, des disques compacts et des terminaux interactifs;
  • coordonner la sous-traitance;
  • travailler dans un contexte d’interdisciplinarité;
  • superviser d’autres designers graphiques ou techniciens en graphisme.
Illustrateurs
  • consulter les clients pour déterminer la nature et le contenu des illustrations afin de répondre à leurs besoins de communication;
  • concevoir et réaliser, à la main ou à l’aide de logiciels de dessin assisté par ordinateur (DAO), des esquisses puis des illustrations finales à caractère réaliste ou fantaisiste pour des imprimés tels que des livres, des revues, des emballages, des cartes de souhaits et des produits de papeterie;
  • participer à l’élaboration d’un scénarimage pour des productions électroniques telles que des produits multimédias, interactifs et numériques, des publicités télévisées et des émissions de télévision;
  • faire du dessin d’animation 2D et 3D ou de l’illustration par ordinateur;
  • adapter, s’il y a lieu, les illustrations graphiques existantes.
  • Les illustrateurs peuvent se spécialiser dans un type particulier d’illustration telle que l’illustration enfantine, publicitaire, éditoriale, humoristique, médicale, scientifique, technique ou graphique multimédia.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études universitaires en arts visuels, avec spécialisation en design graphique, en art publicitaire, en communication graphique ou en bande dessinée ou un diplôme d’études collégiales en arts graphiques est exigé.
  • De l’expérience ou une formation de niveau postsecondaire ou collégial ou dans un institut technique en conception de produits multimédias peut être exigée.
  • Une formation en biologie, en génie, en architecture ou dans un domaine scientifique en plus d’une formation artistique sont habituellement exigées des illustrateurs médicaux, techniques et scientifiques.
  • Un dossier de présentation illustrant les aptitudes créatrices et le talent artistique est exigé des designers graphiques et des illustrateurs.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de direction ou de gestion du design.
  • Le titre de « graphiste agréé » est reconnu par la loi en Ontario.

Les designers industriels conçoivent et produisent des dessins pour des produits manufacturés. Ils travaillent dans des entreprises de fabrication et des entreprises de design ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • concepteur/conceptrice de produits
  • conseiller/conseillère en design industriel
  • designer industriel/designer industrielle
  • dessinateur/dessinatrice de meubles
  • dessinateur/dessinatrice de produits industriels

 

Fonctions principales

Les designers industriels exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • consulter des clients, des ingénieurs ou des spécialistes en production afin d’établir les exigences des produits;
  • analyser l’usage projeté du produit ainsi que les préférences des utilisateurs;
  • effectuer des recherches sur les coûts, les propriétés des matériaux de production et les méthodes de production;
  • développer des concepts de dessins, des croquis ou des modèles pour approbation à la main ou par conception assistée par ordinateur (CAO);
  • préparer des plans de fabrication, des spécifications techniques et des lignes directrices de production et construire un prototype du design;
  • consulter des ingénieurs et le personnel de production pendant la phase de fabrication.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études universitaires en design industriel, en architecture, en génie ou un diplôme d’études collégiales en design industriel est exigé.
  • Un dossier de présentation démontrant des aptitudes créatives est exigé.

Renseignements supplémentaires

  • Il existe une certaine mobilité entre les postes de ce groupe.
  • Il est possible d’accéder à d’autres postes de designers.

Les diététistes et les nutritionnistes planifient, mettent en oeuvre, et supervisent des programmes de nutrition et de services alimentaires. Ils travaillent dans divers milieux, y compris les centres hospitaliers, les agences de soins de santé à domicile, les établissements de soins de longue durée, les centres de santé communautaire, l’industrie de l’alimentation, les établissements d’enseignement et les organismes gouvernementaux et sportifs, ou ils peuvent agir à titre de consultants privés.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Diététicien/diététicienne en santé publique
  • Diététicien-conseil/diététicienne-conseil
  • Diététicien-nutritionniste/diététicienne-nutritionniste
  • Diététiste
  • Diététiste administratif/diététiste administrative
  • Diététiste autorisé/diététiste autorisée
  • Diététiste clinicien/diététiste clinicienne
  • Diététiste-chercheur/diététiste-chercheuse
  • Nutritionniste
  • Nutritionniste communautaire
  • Nutritionniste en santé publique
  • Spécialiste en nutrition

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • élaborer, mettre en oeuvre et superviser des programmes de nutrition, de préparation des aliments et de restauration, dans des centres hospitaliers, des centres d’hébergement, des écoles, des cafétérias d’entreprises ou des établissements similaires;
  • fournir des conseils sur la nutrition et sur l’interprétation d’étiquette aux professionnels de la santé, aux particuliers, aux diététistes stagiaires, aux groupes communautaires, aux autorités gouvernementales et aux médias;
  • évaluer l’état nutritionnel des particuliers et aider à prévenir ou à traiter les conséquences d’une alimentation inadéquate;
  • planifier, évaluer et mettre en oeuvre des programmes d’éducation nutritionnelle et élaborer du matériel éducatif à l’intention d’un auditoire varié;
  • agir de façon autonome ou dans un contexte d’interdisciplinarité afin de déterminer les besoins alimentaires des patients et concevoir, mettre en oeuvre et évaluer des menus normaux et thérapeutiques dans le but de maintenir et d’améliorer l’état de santé général;
  • analyser les documents scientifiques courants concernant la nutrition, faire de la recherche et évaluer l’efficacité des programmes pour améliorer la valeur nutritive, la saveur, l’apparence et la préparation des aliments;
  • travailler au sein de l’industrie au développement, aux essais, à l’évaluation et à la mise en marché de denrées alimentaires, ou agir en tant que représentant commercial en fournissant des renseignements au sujet des produits aux professionnels de la santé;
  • s’entretenir avec d’autres professionnels de la santé, des groupes communautaires, le gouvernement et les médias afin d’offrir des conseils sur l’interprétation de la nutrition, l’intervention en nutrition ainsi que la politique nutritionnelle;
  • superviser la formation des diététistes stagiaires.

Les diététistes et les nutritionnistes peuvent se spécialiser dans des domaines tels que la gestion des services alimentaires, la nutrition clinique, la nutrition communautaire, la santé publique ou la recherche en diététique.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat ou une maîtrise en diététique, en nutrition ou dans un domaine connexe tel que les sciences alimentaires et les sciences de la nutrition ou la biochimie et une formation pratique supervisée sont exigés.
  • Un permis d’exercice est exigé dans toutes les provinces pour les diététistes.
  • L’appartenance à l’association nationale, Les diététistes du Canada, peut être une condition d’exercice pour les diététistes.
  • La formation universitaire et pratique exigée des diététistes s’applique habituellement aux nutritionnistes.
  • Un permis d’exercice est exigé pour les nutritionnistes en Nouvelle-Écosse (en tant que diététiste-nutritionniste autorisé), au Nouveau-Brunswick, au Québec et en Alberta.
  • L’appartenance à l’organisme Les diététistes du Canada ou à l’organisme de réglementation provincial est possible pour les nutritionnistes qui possèdent la même formation universitaire et pratique que les diététistes.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet aux diététistes et aux nutritionnistes d’accéder à des postes de direction.

Les directeurs financiers planifient, organisent, dirigent, contrôlent et évaluent les opérations de services financiers et de comptabilité. Ils élaborent et mettent en oeuvre les procédures et les systèmes financiers d’un établissement. Ils fixent les normes de rendement et préparent divers rapports financiers pour la haute direction. Ils travaillent dans les services financiers et départements de comptabilité des entreprises et organismes des secteurs privé et public.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Administrateur/administratrice des finances
  • Contrôleur/contrôleuse – services financiers
  • Directeur financier/directrice financière
  • Directeur/directrice – services financiers
  • Directeur/directrice de la comptabilité
  • Directeur/directrice de la planification et de l’analyse financière
  • Directeur/directrice des services de vérification interne
  • Directeur/directrice du contrôle financier
  • Trésorier/trésorière
Inclusions
  • Administrateur/administratrice de régimes de retraite
  • Directeur/directrice du service de gestion des risques d’entreprise
  • Directeur/directrice du service des pensions

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • planifier, organiser, diriger, contrôler et évaluer les activités d’un service de comptabilité, de vérification ou autre service financier;
  • élaborer et mettre en oeuvre les politiques, les procédures et les systèmes financiers d’un établissement;
  • préparer les états financiers, les états récapitulatifs et les autres rapports d’analyse de rentabilité et de gestion financière ou en coordonner la préparation;
  • coordonner le processus de planification financière et de budget, en faire l’analyse et corriger les prévisions;
  • superviser le développement et la mise sur pied de modèles de simulation financière;
  • évaluer les systèmes de rapports financiers, les pratiques comptables et les initiatives d’investissement et proposer des modifications concernant les procédés, les systèmes d’exploitation, les budgets et autres fonctions de contrôle financier aux cadres supérieurs et chefs d’autres services ou aux directeurs régionaux;
  • embaucher, organiser, former et gérer le personnel;
  • faire la liaison entre l’entreprise et ses actionnaires, le public investisseur et les analystes financiers externes;
  • définir les normes de rentabilité de projets d’investissement et s’occuper des fusions ou des acquisitions;
  • aviser et rapporter à la haute direction toute tendance critique par rapport à la performance financière de l’entreprise.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat en administration des affaires, en économie, en commerce ou dans un domaine connexe est exigé.
  • Une maîtrise en administration des affaires (option finance) ou autre programme de maîtrise en gestion peut être exigée.
  • Plusieurs années d’expérience en comptabilité, en vérification, en budgétisation, en planification et en analyse financière ou dans toute autre activité à caractère financier sont exigées.
  • Un titre professionnel reconnu en comptabilité peut être exigé des directeurs de la comptabilité ou de la vérification (CPA, CA, CPA, CMA, ou CPA, CGA).

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de cadres supérieurs, tels que vice-président des finances.

Les directeurs d’édition, cinéma, radiotélédiffusion et arts de la scène planifient, organisent, dirigent, contrôlent et évaluent les activités de maisons d’édition, de sociétés cinématographiques, de troupes de théâtre, de maisons d’enregistrement de disques et de stations de radiodiffusion et de télédiffusion. Ils travaillent dans des stations de radio et de télévision, pour des journaux, des périodiques, des maisons d’édition, des sociétés cinématographiques, des troupes de théâtre, des maisons d’enregistrement de disques et des sociétés de production vidéo.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Directeur/directrice de compagnie de danse
  • Directeur/directrice de compagnie de production vidéo
  • Directeur/directrice de compagnie d’opéra
  • Directeur/directrice de compagnie théâtrale
  • Directeur/directrice de corps de ballet
  • Directeur/directrice de la diffusion
  • Directeur/directrice de la programmation d’émissions de radio
  • Directeur/directrice de la rédaction
  • Directeur/directrice de maison d’édition
  • Directeur/directrice de publication de livres
  • Directeur/directrice de station de diffusion
  • Directeur/directrice de station de radio
  • Directeur/directrice de station de télévision
  • Directeur/directrice des droits d’auteur – édition
  • Rédacteur en chef/rédactrice en chef – gestion

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • déterminer les procédures et mettre en oeuvre les politiques à l’intérieur d’un journal, d’une maison d’édition, d’une société cinématographique, d’une troupe de théâtre, d’une maison d’enregistrement de disques, d’une société de production vidéo et d’une station de radio ou de télévision;
  • planifier et tenir à jour les calendriers de production en ce qui a trait aux parutions, aux émissions, aux films, aux représentations théâtrales et aux productions sonores et vidéo;
  • préparer et vérifier les budgets;
  • embaucher et superviser le personnel;
  • consulter des organismes de réglementation gouvernementaux pour évaluer et étudier les programmes et les politiques afin d’assurer leur conformité aux règlements;
  • mettre en oeuvre ou approuver le développement des projets d’articles, de livres, de films, d’émissions, d’enregistrements de musique et de productions théâtrales et communiquer avec des auteurs, des compositeurs, des réalisateurs et des directeurs.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études universitaires ou collégiales en communication, en radiotélédiffusion, en journalisme ou dans un autre domaine des arts est habituellement exigé.
  • Plusieurs années d’expérience dans l’édition, le cinéma, la radiotélédiffusion ou le théâtre sont habituellement exigées.

Les directeurs de banque, du crédit et d’autres services de placements planifient, organisent, dirigent, contrôlent et évaluent les activités des établissements financiers ou les services opérationnels de ceux-ci, ou les services de crédit dans les établissements industriels ou commerciaux. Ils veillent au développement des affaires et gèrent la performance globale en fonction des orientations stratégiques et des politiques établies. Les directeurs de banque travaillent dans des banques, des sociétés de fiducie et des coopératives de crédit. Les directeurs du crédit travaillent dans le service de crédit des grands magasins, des services d’utilité publique, des concessionnaires automobiles, des compagnies d’assurances ou d’autres organismes industriels ou commerciaux. Les directeurs d’autres services de placements travaillent pour des sociétés émettrices de cartes de crédit, de prêts à la consommation, de fonds communs de placement, de placements hypothécaires ou d’autres institutions financières qui sont reliées aux prêts, au financement et aux placements.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Directeur adjoint/directrice adjointe des opérations – opérations bancaires, crédit et placements
  • Directeur régional/directrice régionale du recouvrement
  • Directeur/directrice de banque
  • Directeur/directrice de centre de recouvrement
  • Directeur/directrice de coopérative de crédit
  • Directeur/directrice de société de fiducie
  • Directeur/directrice des opérations bancaires
  • Directeur/directrice des opérations bancaires commerciales
  • Directeur/directrice des opérations de compagnie émettrice de cartes de crédit
  • Directeur/directrice des prêts hypothécaires et des prêts à la consommation
  • Directeur/directrice du centre de cartes de crédit
  • Directeur/directrice du centre des opérations bancaires de sociétés
  • Directeur/directrice du crédit
  • Directeur/directrice du service-conseil aux entreprises – opérations bancaires, crédit et placements
  • Directeur/directrice du service-conseil aux particuliers – opérations bancaires, crédit et placements

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
Les directeurs de banque
  • planifier, organiser, diriger, contrôler et évaluer les activités d’une division dans des banques, des sociétés de fiducie, des coopératives de crédit ou d’autres institutions financières, ou d’un service dans ces institutions, notamment, gérer les prêts personnels et commerciaux, acheter ou vendre des valeurs mobilières, gérer des fonds d’investissement, administrer des fiducies, régler des successions et effectuer d’autres opérations connexes;
  • veiller à ce que les politiques et procédures soient appliquées conformément aux lignes directrices établies et faire des recommandations visant à améliorer le processus;
  • cultiver des relations d’affaires dans leur milieu de façon à promouvoir la vente de prêts, d’investissements et autres services bancaires afin d’attirer des particuliers et des représentants d’entreprises;
  • interviewer des particuliers et des représentants d’entreprises et répondre aux demandes des clients;
  • analyser, examiner et approuver ou rejeter les demandes de prêts et de crédit en conformité aux limites autorisées;
  • voir au traitement des formules de demande de prêt et des enquêtes de crédit;
  • surveiller la préparation des rapports financiers mensuels et des rapports sur l’évolution de la succursale;
  • embaucher le personnel et identifier les besoins en matière de formation.
Les directeurs du crédit
  • planifier, organiser, diriger, contrôler et évaluer les activités d’un service du crédit dans des établissements industriels ou commerciaux;
  • administrer les comptes de prêts personnels ou commerciaux et les comptes de prêts aux grandes entreprises;
  • conseiller les clients sur le choix des services financiers commerciaux et personnels correspondant à leurs besoins;
  • examiner et analyser les demandes de prêts et de crédit, les garanties offertes et faire des recommandations;
  • approuver ou refuser les demandes de crédit en conformité aux limites autorisées et établir la limite de crédit et le calendrier de remboursement;
  • veiller au recouvrement des comptes en souffrance ou non payés;
  • veiller à ce que les politiques et procédures relatives au crédit soient appliquées conformément aux lignes directrices établies et selon les lois applicables en matière de financement;
  • préparer des rapports de crédit et de prêts;
  • embaucher le personnel et identifier les besoins en matière de formation.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études universitaires ou collégiales en administration des affaires, en sciences commerciales, en économie ou dans un domaine connexe est habituellement exigé.
  • Une maîtrise en administration des affaires, en finance ou en sciences de la gestion peut être exigée pour la gestion de prêts commerciaux de grande envergure.
  • La participation à un programme de formation en gestion interne ou externe est habituellement exigée.
  • Plusieurs années d’expérience dans le domaine, y compris de l’expérience en supervision, sont exigées.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de cadres supérieurs dans ce domaine.

Les directeurs de bibliothèque, d’archives, de musée et de galerie d’art planifient, organisent, dirigent, contrôlent et évaluent les activités d’une bibliothèque, d’un service des archives, d’un musée, d’une galerie d’art ou d’un service dans un tel établissement. Ils travaillent dans des bibliothèques, des services d’archives, des musées et des galeries d’art qui ne vendent pas au détail.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Administrateur/administratrice de musée
  • Bibliothécaire en chef
  • Directeur adjoint/directrice adjointe des archives
  • Directeur exécutif/directrice exécutive de musée
  • Directeur/directrice de bibliothèque
  • Directeur/directrice de galerie d’art
  • Directeur/directrice des archives

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • planifier, organiser, diriger, contrôler et évaluer les activités d’une bibliothèque, d’un réseau de bibliothèques, d’un service d’archives ou d’un réseau de services d’archives, d’un musée ou d’une galerie d’art ou d’un service technique dans un tel établissement;
  • élaborer et administrer des politiques et des programmes;
  • préparer et administrer des budgets;
  • élaborer, exécuter et faire la promotion des programmes de publicité et de relations publiques;
  • préparer des projets et des demandes de subventions et de financement;
  • préparer des analyses, des recommandations et des rapports opérationnels et financiers;
  • recruter et assurer la formation du personnel professionnel, technique et de soutien;
  • remplir, au besoin, les fonctions de bibliothécaire, d’archiviste ou de conservateur dans un petit établissement.

Les directeurs de bibliothèque, de service d’archives, de musée et de galerie d’art peuvent se spécialiser dans un genre particulier de collection.

Conditions d’accès à la profession

Directeurs de bibliothèque
  • Un diplôme d’études supérieures en bibliothéconomie et en sciences de l’information et plusieurs années d’expérience comme bibliothécaire, y compris de l’expérience en supervision sont exigés.
Directeurs des archives
  • Un diplôme d’études supérieures en archivistique ou en histoire et plusieurs années d’expérience comme archiviste ou en recherche historique, y compris de l’expérience en supervision sont exigés.
Directeurs de musée ou de galerie d’art
  • Un diplôme d’études supérieures dans un domaine relié à une collection en particulier ou un programme de formation en administration des arts et plusieurs années d’expérience comme conservateur, restaurateur ou artiste ou de l’expérience dans d’autres aspects de la muséologie, et du travail dans une galerie d’art sont habituellement exigés.

Renseignements supplémentaires

  • Il y a de la mobilité entre les directeurs de bibliothèque et les directeurs d’archives et entre les directeurs de musée et les directeurs de galerie d’art.

Les directeurs de la construction planifient, organisent, dirigent, contrôlent et évaluent les activités des entreprises de construction ou des divisions opérationnelles de ces compagnies, sous la direction d’un directeur général ou d’un autre cadre supérieur. Ils travaillent pour des entreprises de construction domiciliaire, commerciale et industrielle ou dans des divisions opérationnelles d’entreprises à l’extérieur de l’industrie de la construction.

Exemples d’appellations d’emploi

  • directeur/directrice de la construction
  • directeur/directrice de la construction d’immeubles commerciaux
  • directeur/directrice de la construction d’immeubles industriels
  • directeur/directrice de la construction d’immeubles résidentiels
  • directeur/directrice de la construction d’oléoducs
  • directeur/directrice de la construction domiciliaire
  • directeur/directrice de projets de construction
  • entrepreneur général/entrepreneuse générale
  • surintendant/surintendante de travaux de construction

 

Fonctions principales

Les directeurs de la construction exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • planifier, organiser, diriger, contrôler et évaluer les projets de construction du début à la fin conformément au calendrier d’exécution des travaux, au cahier des charges et au budget prévu;
  • préparer et soumettre les prévisions budgétaires concernant le projet de construction;
  • planifier et préparer les calendriers d’exécution et les étapes à suivre, et vérifier les progrès en regard de ces données;
  • préparer les contrats et négocier les révisions, les changements et les ajouts aux ententes contractuelles avec les architectes, les experts-conseils, les clients, les fournisseurs et les sous-traitants;
  • élaborer et mettre en oeuvre les programmes de contrôle de la qualité;
  • représenter l’entreprise sur des questions, telles que les services professionnels et la négociation des conventions collectives;
  • préparer des rapports sur l’avancement des travaux et fournir aux clients le programme de construction;
  • diriger l’achat de tous les matériaux de construction et l’acquisition des terrains;
  • embaucher le personnel et superviser le travail des sous-traitants et des employés subalternes.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études universitaires en génie civil ou un diplôme d’études collégiales en technologie du génie civil est habituellement exigé.
  • Une maîtrise en gestion de projets peut être exigée.
  • Plusieurs années d’expérience dans l’industrie de la construction, y compris de l’expérience comme contremaître de construction ou surintendant de chantier, sont habituellement exigées.
  • Une vaste expérience dans l’industrie de la construction peut suppléer aux exigences d’études postsecondaires.
  • Certains employeurs peuvent exiger le statut d’ingénieur professionnel ou un certificat de qualification dans un métier de la construction.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de cadres supérieurs.

Les directeurs de la fabrication planifient, organisent, dirigent, contrôlent et évaluent les activités des usines de fabrication, ou des services de l’exploitation ou de la production à l’intérieur des usines de fabrication, sous la direction d’un directeur général ou d’un autre cadre supérieur. Ils travaillent dans des entreprises de fabrication.

Exemples d’appellations d’emploi

  • directeur/directrice de distillerie
  • directeur/directrice de fabrique de vêtements
  • directeur/directrice de fonderie
  • directeur/directrice de la fabrication
  • directeur/directrice de la production – fabrication
  • directeur/directrice de la production d’automobiles
  • directeur/directrice des opérations de fabrication
  • directeur/directrice d’usine de fabrication
  • directeur/directrice d’usine de pneus
  • directeur/directrice d’usine de textiles
  • directeur/directrice d’usine d’impression
  • directeur/directrice d’usine laitière
  • surintendant/surintendante de manufacture

Inclusion(s)

  • maître brasseur/maître brasseuse

 

Fonctions principales

Les directeurs de la fabrication exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • planifier, organiser, diriger, contrôler et évaluer les activités d’usines de fabrication ou les services de l’exploitation ou de la production à l’intérieur d’usines de fabrication;
  • élaborer et mettre en oeuvre des programmes visant à assurer l’utilisation efficace des matériaux, de la main-d’oeuvre et de l’équipement afin d’atteindre les objectifs de production fixés;
  • préparer et gérer les budgets des usines ou des services de production;
  • préparer des calendriers de production et tenir l’inventaire des matières premières et des produits finis;
  • prévoir et apporter des changements aux machines et à l’équipement, au système de production et aux méthodes de travail;
  • diriger un système de contrôle de la qualité et mettre en place des méthodes de rapports sur la production;
  • préparer des calendriers d’entretien de l’équipement et recommander le remplacement des machines;
  • embaucher et superviser les employés et leur donner de la formation liée à l’utilisation du nouvel équipement ou aux techniques de production ou surveiller leur formation.

Conditions d’accès à la profession

  • Un programme d’études universitaires ou collégiales en génie ou en administration des affaires est habituellement exigé.
  • Cinq à dix ans d’expérience en supervision dans un centre de fabrication sont exigés.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de direction.

Les directeurs de la publicité, du marketing, des relations publiques et des affaires électroniques planifient, organisent, dirigent, contrôlent et évaluent les activités d’établissements et de services voués à la publicité, au marketing et aux relations publiques dans les secteurs commerciaux, industriels et d’affaires électroniques. Ils travaillent dans des établissements commerciaux et industriels, la fonction publique, des agences de marketing, de publicité et de relations publiques, ou des cabinets d’experts-conseils.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Directeur publicitaire/directrice publicitaire
  • Directeur/directrice de campagne de financement
  • Directeur/directrice de la commercialisation Web
  • Directeur/directrice de la promotion
  • Directeur/directrice de la publicité
  • Directeur/directrice des affaires électroniques
  • Directeur/directrice des communications Internet
  • Directeur/directrice des communications Web
  • Directeur/directrice des relations avec les médias
  • Directeur/directrice des relations publiques
  • Directeur/directrice des ventes et du marketing
  • Directeur/directrice du marketing

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
Les directeurs de la publicité
  • planifient, dirigent et évaluent les activités des entreprises et des services qui élaborent et lancent des campagnes de promotion de la vente des produits et des services.
Les directeurs du marketing
  • établissent des réseaux de distribution pour les produits et les services, effectuent des études de marché et analysent leurs résultats; ils participent à l’élaboration des produits, dirigent et évaluent les stratégies de commercialisation des établissements.
Les directeurs des relations publiques
  • dirigent et évaluent les établissements et les services qui élaborent et mettent sur pied des stratégies de communication et des programmes d’information; ils font la publicité pour annoncer des activités et des événements et s’occupent des relations avec les médias au nom des entreprises, des gouvernements et autres organisations.
Les directeurs des affaires électroniques
  • planifient, organisent, dirigent, contrôlent et évaluent la conception, le développement et la mise à jour des sites Internet et Intranet ainsi que d’applications mobiles pour gérer la présence de l’organisme en ligne, y compris les relations publiques, les communications, les activités commerciales et la gestion des médias sociaux.

Conditions d’accès à la profession

Directeurs de la publicité et des relations publiques
  • Un diplôme d’études universitaires ou collégiales en communications, en relations publiques, en marketing, en journalisme ou dans un domaine connexe et plusieurs années d’expérience en tant qu’agent de publicité, de relations publiques ou de communications sont exigés.
Directeurs du marketing
  • Un diplôme d’études universitaires ou collégiales en administration des affaires ou dans un domaine connexe, avec spécialisation dans la vente ou le marketing et plusieurs années d’expérience comme représentant des ventes, du marketing ou des relations publiques ou dans un emploi connexe sont exigés.
Directeurs des affaires électroniques
  • Un diplôme d’études universitaires ou collégiales dans un domaine associé aux affaires électroniques, au développement du contenu des sites Web ou aux services Internet et mobiles et de l’expérience en conception de sites Web, en développement de médias interactifs, en administration de données ou en analyse de systèmes informatiques, ou encore de l’expérience liée au contenu de sites Web sont habituellement exigés.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de cadres supérieurs.

Les directeurs de la restauration et des services alimentaires planifient, organisent, dirigent, contrôlent et évaluent les activités de restaurants, de bars, de cafétérias ou d’autres établissements du domaine de la restauration. Ils travaillent dans des établissements de services d’aliments et de boissons, ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Directeur adjoint/directrice adjointe de la restauration
  • Directeur/directrice de bar
  • Directeur/directrice de cafétéria
  • Directeur/directrice de la salle à manger
  • Directeur/directrice des banquets
  • Directeur/directrice des services alimentaires
  • Directeur/directrice des services de traiteur
  • Directeur/directrice d’hôtel – service des aliments et boissons
  • Gérant/gérante de restaurant
  • Restaurateur/restauratrice – services d’alimentation

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • planifier, organiser, diriger, contrôler et évaluer les activités d’un restaurant, d’un bar, d’une cafétéria ou d’un autre genre d’établissement relié au domaine de la restauration;
  • déterminer le genre de services qui seront offerts et mettre sur pied des procédures de fonctionnement;
  • embaucher les membres du personnel et veiller à leur formation;
  • établir l’horaire de travail et contrôler le rendement des employés;
  • contrôler les stocks et les recettes et réviser les méthodes et les prix au besoin;
  • donner suite aux plaintes des clients et voir à ce que les règles de santé et de sécurité soient respectées;
  • négocier avec les fournisseurs des dispositions relatives à la fourniture de produits alimentaires et d’autres produits;
  • négocier avec les clients des dispositions relatives aux services de traiteurs ou à l’utilisation des installations pour des banquets ou des réceptions.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études collégiales ou tout autre programme en gestion des services d’alimentation ou d’hébergement est habituellement exigé.
  • Plusieurs années d’expérience dans le domaine des services alimentaires, y compris de l’expérience en supervision, sont exigées.
  • La réussite d’un programme pour un service raisonnable de boissons est habituellement exigée des directeurs d’établissements où l’on sert des boissons alcoolisées.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de cadres dans le domaine des services alimentaires.

(Uniquement pour les établissements d’enseignement désignés et reconnus par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur ou un autre ministère ou un organisme mandataire de l’État) 

Les directeurs d’école planifient, organisent, dirigent, contrôlent et évaluent les activités du personnel enseignant et des autres employés dans une école primaire ou secondaire. Ils travaillent dans des écoles publiques ou privées. Les administrateurs de programmes d’enseignement aux niveaux primaire et secondaire planifient, organisent, dirigent, contrôlent et évaluent les affaires pédagogiques d’un système scolaire. Ils travaillent pour des commissions ou conseils scolaires.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Administrateur/administratrice de conseil scolaire
  • Directeur adjoint/directrice adjointe d’école
  • Directeur général/directrice générale d’école
  • Directeur/directrice de district scolaire
  • Directeur/directrice de l’enseignement en établissement pénitentiaire
  • Directeur/directrice de l’enseignement primaire
  • Directeur/directrice de l’enseignement spécialisé
  • Directeur/directrice d’école
  • Directeur/directrice d’école pour personnes malentendantes
  • Directeur/directrice d’école privée
  • Directeur/directrice d’école secondaire
  • Surintendant/surintendante d’école secondaire

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
Directeurs d’école
  • planifier, organiser, diriger, contrôler et évaluer, par l’intermédiaire des chefs de département ou des superviseurs, les activités du personnel enseignant et du personnel de soutien;
  • examiner les programmes afin de s’assurer de leur conformité aux normes de la commission ou du conseil scolaire ou de la province et élaborer des programmes dans la limite de leur mandat;
  • coordonner les activités d’enseignement de l’établissement et, à cette fin, affecter le personnel à ses fonctions, déterminer le nombre d’élèves dans chaque classe et préparer les horaires;
  • organiser et appliquer des méthodes de gestion des dossiers;
  • préparer et administrer le budget du programme ou de l’établissement;
  • diriger et coordonner les services d’entretien et l’utilisation des installations scolaires;
  • recruter et engager, s’il y a lieu, les enseignants et autre personnel;
  • enseigner, au besoin.
Administrateurs de programmes d’enseignement aux niveaux primaire et secondaire
  • planifier, organiser, diriger, contrôler et évaluer, par l’intermédiaire de directeurs d’école, les affaires pédagogiques d’un système scolaire;
  • évaluer les programmes d’études, les méthodes d’enseignement et la participation publique aux divers programmes du système scolaire et réviser les programmes si nécessaire;
  • élaborer et administrer les programmes d’enseignement et de formation destinés aux élèves et aux adultes;
  • faire des recommandations concernant le budget annuel de fonctionnement du système scolaire;
  • diriger ou surveiller le recrutement, la nomination, la formation, l’évaluation et la promotion du personnel enseignant.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat en éducation est exigé.
  • Une maîtrise en éducation peut être exigée.
  • Plusieurs années d’expérience comme enseignant en chef ou chef de département sont exigées.
  • Un certificat d’enseignant est exigé par la province d’emploi.
  • Un certificat de directeur d’école est parfois exigé des directeurs d’école.
  • Un certificat d’agent de supervision est parfois exigé des administrateurs de programmes d’enseignement aux niveaux primaire et secondaire.

Renseignements supplémentaires

  • Il existe peu de mobilité entre les établissements scolaires, c’est-à-dire entre les postes de directeur d’école primaire et de directeur d’école secondaire.

Les directeurs de ce groupe de base planifient, organisent, dirigent, contrôlent et évaluent les opérations d’un établissement, d’un service ou d’une installation de télécommunications. Ils travaillent pour des services de télécommunication par câble, sans fil et par satellite et pour d’autres compagnies de télécommunications.

Exemples d’appellations d’emploi

  • directeur régional/directrice régionale – système de télécommunications
  • directeur régional/directrice régionale de compagnie de téléphone
  • directeur/directrice de l’exploitation de réseau – télécommunications
  • directeur/directrice de l’exploitation et des services de transmission – télécommunications
  • directeur/directrice de l’installation de réseaux – télécommunications
  • directeur/directrice des installations à micro-ondes – télécommunications
  • directeur/directrice des installations de télécommunications
  • directeur/directrice des services de commutation – télécommunications
  • directeur/directrice des services de réseau – télécommunications
  • directeur/directrice des services de télécommunications
  • directeur/directrice des télécommunications
  • directeur/directrice d’installation de réseaux

 

Fonctions principales

Les directeurs d’entreprises de télécommunications exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • planifier, organiser, diriger, contrôler et évaluer les opérations d’un établissement, d’un service ou d’une installation de télécommunications;
  • consulter les directeurs principaux pour établir les politiques régissant l’élaboration, l’exploitation et la maintenance des services de télécommunications;
  • diriger et contrôler le volume et l’écoulement du trafic de télécommunications dans le secteur désigné, par le truchement de superviseurs subalternes et d’employés techniques;
  • analyser et évaluer l’installation et les services d’opération et d’entretien des télécommunications et formuler des recommandations en vue de leur amélioration;
  • veiller à ce que les règlements en matière de télécommunications et les directives des organismes gouvernementaux de réglementation soient respectés;
  • assurer la liaison avec les représentants de filiales ou de compagnies de transit pour régler des problèmes communs de télécommunications et assurer l’exploitation efficace du système de télécommunications;
  • recruter le personnel et voir à sa formation.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études universitaires en sciences, en génie électrique ou dans un domaine connexe est habituellement exigé.
  • Plusieurs années d’expérience dans une profession technique connexe, y compris de l’expérience de supervision, sont habituellement exigées.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de cadres supérieurs de gestion en télécommunications.

Les directeurs des achats planifient, organisent, dirigent, contrôlent et évaluent les activités d’un service des achats et élaborent et mettent en oeuvre les politiques d’achat d’une entreprise ou d’un établissement. Ils travaillent dans les secteurs public et privé.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Directeur/directrice des achats de produits alimentaires
  • Directeur/directrice des logistiques de chaîne d’approvisionnements
  • Directeur/directrice du service des achats
  • Directeur/directrice du service des approvisionnements
  • Gestionnaire de contrats
  • Gestionnaire de contrats d’achat
  • Gestionnaire du matériel

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • planifier, organiser, diriger, contrôler et évaluer les activités d’achats d’un établissement;
  • développer des politiques et des procédures d’achat et contrôler le budget du service des achats;
  • identifier les vendeurs de matériel, d’équipement ou de fournitures;
  • évaluer le coût et la qualité des produits ou des services;
  • négocier ou superviser la négociation de contrats d’achat;
  • participer à l’élaboration des spécifications pour l’équipement, les produits ou les matériaux de substitution;
  • examiner et traiter les plaintes à l’endroit des fournisseurs;
  • faire passer les entrevues, embaucher le personnel et veiller à sa formation.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat ou un diplôme d’études collégiales en gestion des affaires, en commerce ou en économie est habituellement exigé.
  • Un diplôme d’études dans une discipline connexe peut être exigé des directeurs des achats responsables d’achats de matériel ou de services commerciaux spécialisés. Par exemple, un baccalauréat ou un diplôme d’études collégiales en génie peut être exigé des directeurs des achats responsables de produits industriels.
  • Le titre de professionnel en gestion de la chaîne d’approvisionnement (p.g.c.a.) ou l’inscription au programme d’études offert par l’Association de la gestion de la chaîne d’approvisionnement peut être exigé.
  • Plusieurs années d’expérience en tant qu’agent aux achats sont exigées.

Les directeurs des assurances, de l’immobilier et du courtage financier planifient, organisent, dirigent, contrôlent et évaluent les activités d’entreprises ou d’établissements qui offrent des services en matière d’assurance, d’hypothèques, d’immobilier ou de valeurs mobilières. Ils sont généralement responsables du développement des affaires et doivent faire en sorte que leurs groupes atteignent un certain rendement par rapport aux objectifs fixés. Ils sont employés par des compagnies d’assurance, des agences immobilières, des courtiers en valeurs mobilières, en hypothèques, des négociants en placements et des négociants de produits de base.

Exemples d’appellations d’emploi

  • directeur/directrice de service immobilier
  • directeur/directrice des assurances
  • directeur/directrice des courtiers en hypothèques
  • directeur/directrice des négociants de produits de base
  • directeur/directrice des placements – courtage financier
  • directeur/directrice des ventes de valeurs mobilières
  • directeur/directrice des ventes d’obligations
  • directeur/directrice du courtage – placements
  • directeur/directrice du courtage financier
  • directeur/directrice du parquet
  • directeur/directrice du service des réclamations d’assurance

Inclusion(s)

  • promoteur immobilier/promotrice immobilière

 

Fonctions principales

Les directeurs des assurances, de l’immobilier et du courtage financier de ce groupe de base exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

Les directeurs des assurances

  • planifient, organisent, dirigent, contrôlent et évaluent les activités d’un établissement ou d’un service qui vend de l’assurance-automobile, de l’assurance-incendie, de l’assurance-vie, de l’assurance de biens et d’autres types d’assurances.

Les directeurs de services immobiliers

  • planifient, organisent, dirigent, contrôlent et évaluent les activités d’un établissement ou d’un service qui achète, qui vend et qui loue des propriétés résidentielles et commerciales pour des clients.

Les directeurs des courtiers en hypothèque

  • planifient, organisent, dirigent, contrôlent et évaluent les activités d’un établissement ou d’un service qui trouve des prêteurs ou des établissements de crédit pour des clients qui cherchent une hypothèque.

Les directeurs des ventes de valeurs mobilières

  • planifient, organisent, dirigent, contrôlent et évaluent les activités d’un établissement ou d’un service qui achète et qui vend des actions, des obligations et d’autres formes de valeurs mobilières pour le compte de clients particuliers ou d’établissements et gèrent les placements de leur propre clientèle.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études universitaires ou collégiales en administration des affaires, en économie ou dans un domaine connexe est habituellement exigé.
  • Plusieurs années d’expérience au sein de l’industrie visée sont habituellement exigées.
  • Un permis relié au service offert tel que le courtage en immobilier, le courtage en hypothèques, le courtage en valeurs mobilières ou le courtage en assurance, peut être exigé.
  • Dans l’industrie de l’assurance, une désignation professionnelle reconnue est habituellement exigée.

Renseignements supplémentaires

  • Il n’y a pas de mobilité entre les différents types de directeurs de ce groupe de base.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de cadres supérieurs.

Les directeurs des ressources humaines planifient, organisent, dirigent, contrôlent et évaluent les activités d’un service des ressources humaines et du personnel. En outre, ils élaborent des politiques et mettent en oeuvre des programmes et des procédures en matière de planification des ressources humaines, de recrutement, de négociation des conventions collectives, de formation et de perfectionnement, de classification de postes et d’administration de la rémunération et des avantages sociaux. Ils représentent la direction et participent activement aux réunions des différents comités paritaires afin de veiller à gérer de façon continue les relations entre la direction et les employés. Ils travaillent dans les secteurs privé et public.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Administrateur/administratrice des ressources humaines
  • Directeur/directrice de la formation et du perfectionnement du personnel
  • Directeur/directrice de la rémunération et des avantages sociaux
  • Directeur/directrice de la santé et de la sécurité au travail
  • Directeur/directrice des relations avec les employés
  • Directeur/directrice des relations de travail
  • Directeur/directrice des relations industrielles
  • Directeur/directrice des ressources humaines
  • Directeur/directrice des services du personnel
  • Directeur/directrice du personnel
  • Directeur/directrice du recrutement

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • planifier, organiser, diriger, contrôler et évaluer les activités d’un service du personnel ou des ressources humaines;
  • planifier les besoins en ressources humaines de concert avec les directeurs des différents services;
  • coordonner les activités de formation interne et externe et les activités de recrutement;
  • élaborer et mettre en oeuvre les politiques et les procédures sur les relations de travail et négocier des conventions collectives;
  • administrer les programmes de perfectionnement, de formation linguistique et de santé et de sécurité des employés;
  • conseiller et aider les différents directeurs de service à interpréter et à administrer les politiques et les programmes du personnel;
  • voir à la classification et à l’évaluation des postes;
  • organiser et diriger les réunions d’information sur les politiques d’emploi, la rémunération et les avantages sociaux et participer activement à divers comités paritaires;
  • gérer le programme de gestion de la qualité de l’entreprise;
  • s’assurer que les lois relatives au travail, telles que la Loi sur l’équité salariale, soient respectées.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat dans un domaine relié à la gestion du personnel tel que l’administration des affaires, les relations industrielles, le commerce ou la psychologie ou la réalisation d’un programme de perfectionnement professionnel en gestion du personnel est exigé.
  • Plusieurs années d’expérience comme agent du personnel ou spécialiste des ressources humaines sont exigées.
  • Certains employeurs peuvent exiger le titre de conseiller en ressources humaines agréé (CRHA).

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de cadres supérieurs.
  • Les autres comités paritaires gérés par les directeurs des ressources humaines peuvent être concernés par des problèmes tels que l’alcoolisme ou la toxicomanie.

Les directeurs de services d’architecture et de sciences planifient, organisent, dirigent, contrôlent et évaluent les activités d’un service ou d’une entreprise d’architecture, d’architecture paysagiste ou de travaux scientifiques ou statistiques. Ils travaillent pour divers organismes du secteur privé et établissements du secteur public et dans des entreprises d’architecture et de recherche scientifique.

Exemples d’appellations d’emploi

  • actuaire en chef
  • directeur/directrice de la recherche – foresterie
  • directeur/directrice de la recherche – industrie manufacturière
  • directeur/directrice de la recherche – industrie minière
  • directeur/directrice de programme de sciences de la vie
  • directeur/directrice de service d’agrochimie
  • directeur/directrice de service d’architecture
  • directeur/directrice de service de géologie pétrolière
  • directeur/directrice de service de recherche scientifique
  • directeur/directrice de service de statistique
  • directeur/directrice en architecture paysagiste

 

Fonctions principales

Les directeurs de services d’architecture et de sciences exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • planifier, organiser, diriger, contrôler et évaluer les activités et le fonctionnement de services ou d’entreprises d’architecture, d’architecture paysagiste, de recherche et développement scientifique, ou de laboratoires ou de services de contrôle de la qualité;
  • élaborer et mettre en oeuvre des politiques, des normes et des directives pour l’exécution des travaux d’architecture et des tâches scientifiques ou techniques effectuées par le service, le laboratoire ou l’entreprise;
  • attribuer, coordonner et vérifier les travaux techniques du service ou des groupes d’études;
  • recruter le personnel et veiller à son perfectionnement professionnel dans les domaines appropriés;
  • participer directement, s’il y a lieu, à la conception, à l’élaboration et à l’inspection des projets techniques ou aux travaux scientifiques, théoriques ou appliqués, du service;
  • consulter, au besoin, les clients ou discuter avec eux afin d’établir les devis descriptifs, d’expliquer les propositions, de présenter les rapports de recherche dans le domaine de l’architecture ou d’exposer les découvertes scientifiques.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études universitaires en architecture et l’appartenance à une association d’architectes ainsi que plusieurs années d’expérience en architecture sont exigés des directeurs de services d’architecture.
  • Un diplôme d’études universitaires en architecture paysagiste et un permis d’architecte paysagiste ainsi que plusieurs années d’expérience comme architecte paysagiste sont exigés des directeurs d’architecture paysagiste.
  • Une maîtrise ou un doctorat dans une discipline scientifique et plusieurs années d’expérience dans une discipline scientifique connexe sont exigés des directeurs de services de sciences et des autres directeurs de ce groupe.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de cadres supérieurs dans les domaines d’expertise.

Les directeurs de services d’ingénierie planifient, organisent, dirigent, contrôlent et évaluent les activités d’un département, d’un service ou d’une entreprise d’ingénierie. Ils travaillent dans divers établissements du secteur privé et du gouvernement ainsi que dans des sociétés d’ingénieurs-conseils et des entreprises de recherche scientifique.

Exemples d’appellations d’emploi

  • directeur/directrice de la recherche et du développement en ingénierie
  • directeur/directrice de l’ingénierie
  • directeur/directrice du service de génie des télécommunications
  • directeur/directrice du service de génie électrique
  • directeur/directrice du service d’ingénierie
  • directeur/directrice du service d’ingénierie de la production

 

Fonctions principales

Les directeurs de services d’ingénierie exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • planifier, organiser, diriger, contrôler et évaluer les activités et les opérations d’un département, d’un service ou d’une entreprise d’ingénierie;
  • élaborer et mettre en oeuvre des politiques, des normes et des directives pour l’exécution des travaux d’ingénierie dans le département, le service, le laboratoire ou l’entreprise;
  • consulter les clients ou discuter avec eux afin d’établir les devis descriptifs, d’expliquer les propositions, de présenter les rapports de recherche et les découvertes dans le domaine du génie;
  • attribuer, coordonner et vérifier les travaux techniques du service ou des groupes d’études;
  • recruter le personnel et veiller à son perfectionnement professionnel dans les domaines appropriés;
  • participer directement, s’il y a lieu, à la conception, à l’élaboration et à l’inspection des projets techniques ou au travail d’ingénierie du service.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat en génie est habituellement exigé.
  • Une vaste expérience dans le domaine du génie, y compris de l’expérience de supervision, est exigée.
  • L’appartenance à une association provinciale ou territoriale d’ingénieurs professionnels, en tant qu’ingénieur professionnel est habituellement exigée.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à d’autres postes de direction technique, ou des postes de recherche ou de cadre supérieur.

Les directeurs de services d’hébergement planifient, organisent, dirigent, contrôlent et évaluent les activités d’un service d’hébergement ou d’un service à l’intérieur d’un tel établissement. Ils travaillent dans des hôtels, des motels, des lieux de villégiature, des résidences pour étudiants et autres établissements semblables ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Directeur adjoint/directrice adjointe d’hôtel
  • Directeur/directrice de motel
  • Directeur/directrice de station de ski
  • Directeur/directrice d’établissement de villégiature saisonnier
  • Directeur/directrice d’hôtel
  • Directeur/directrice du service de la réception – services d’hébergement
  • Directeur/directrice du service des réservations
  • Exploitant/exploitante de gîte du passant
  • Exploitant/exploitante de maison de chambres pour touristes
  • Exploitant/exploitante de petit hôtel
  • Gérant/gérante d’hôtel

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • élaborer, mettre en oeuvre et évaluer des politiques et des procédures relatives au mode d’exploitation du service ou de l’établissement;
  • préparer les budgets et analyser les revenus et les dépenses;
  • prendre part à l’élaboration des prix et des stratégies de promotion;
  • négocier avec les fournisseurs lors de l’achat de marchandises et d’approvisionnements;
  • discuter avec les clients de l’utilisation des installations pour des congrès, des banquets, des réceptions et d’autres activités;
  • recruter, superviser et former le personnel et établir des horaires de travail;
  • régler les plaintes des clients.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études universitaires ou collégiales en gestion hôtelière ou dans une discipline connexe est habituellement exigé des directeurs qui travaillent dans des chaînes hôtelières ou des établissements d’hébergement importants.
  • Plusieurs années d’expérience au sein de l’industrie hôtelière sont habituellement exigées et peuvent suppléer à la formation scolaire.

Les directeurs des services sociaux, communautaires et correctionnels planifient, organisent, dirigent, contrôlent et évaluent les programmes et les activités d’agences de services sociaux et communautaires, d’institutions correctionnelles, de services de counselling, d’organisations syndicales, d’associations professionnelles, de partis politiques et d’organismes non gouvernementaux.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Administrateur régional/administratrice régionale des services sociaux
  • Administrateur/administratrice des services d’aide sociale à l’enfance
  • Directeur/directrice d’association
  • Directeur/directrice d’association commerciale
  • Directeur/directrice de centre communautaire
  • Directeur/directrice de centre de détention
  • Directeur/directrice de district des services aux familles
  • Directeur/directrice de groupe de protection de l’environnement
  • Directeur/directrice de la sécurité du revenu
  • Directeur/directrice de l’aide sociale
  • Directeur/directrice de prison
  • Directeur/directrice de société d’aide à l’enfance
  • Directeur/directrice de traitement et de formation correctionnels
  • Directeur/directrice des services aux membres d’organisme doté d’une affiliation
  • Directeur/directrice des services bénévoles
  • Directeur/directrice d’établissement correctionnel
  • Directeur/directrice d’organisation politique
  • Directeur/directrice d’organisation syndicale
  • Directeur/directrice du travail social

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • planifier, organiser, diriger, contrôler et évaluer l’exécution de programmes de services sociaux et communautaires tels que la sécurité du revenu, l’aide à l’enfance et les services d’abris en cas d’urgence;
  • gérer le fonctionnement et les activités des centres sociaux et communautaires, d’installations correctionnelles et des centres de détention;
  • administrer les programmes d’organismes non gouvernementaux engagés dans des questions d’ordre social telles que les soins de santé, les droits de la personne, la protection des consommateurs, le développement international et la protection de l’environnement;
  • administrer les programmes des organismes dotés d’une affiliation tels que les partis politiques, les organisations syndicales et les associations de gens d’affaires et de professionnels;
  • établir des procédures administratives pour satisfaire aux objectifs du conseil d’administration ou de la haute direction;
  • diriger et conseiller les spécialistes et les autres employés chargés d’exécuter des programmes de services sociaux et communautaires à l’intention du public, des organismes et des associations gérées par leurs membres;
  • planifier, administrer et contrôler les budgets affectés aux programmes, au matériel et aux services de soutien;
  • représenter leur organisation respective dans les communications avec le gouvernement et les médias;
  • participer à l’élaboration de politiques, en rédigeant des rapports et des documents d’information pour des comités de gestion et des groupes de travail;
  • veiller à l’embauche et à la formation des spécialistes et des autres employés.

Conditions d’accès à la profession

  • Une maîtrise en sciences sociales ou dans une discipline de l’administration et plusieurs années d’expérience dans un poste connexe, tel que travailleur de services sociaux et communautaires, recherchiste des politiques sociales ou de santé, conseiller ou agent de programme, agent de probation ou de libération conditionnelle, ou travailleur social, sont habituellement exigées des directeurs des services sociaux, communautaires et correctionnels.
  • Une vaste expérience dans un poste, une profession ou une industrie connexe est exigée des directeurs d’associations et d’organismes dotés d’une affiliation.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience et une formation supplémentaire permettent d’accéder à des postes de haute direction en services sociaux, communautaires et correctionnels.

Les directeurs des soins de santé planifient, organisent, dirigent, contrôlent et évaluent la prestation des services des soins de santé tels que le diagnostic et le traitement et les soins infirmiers et thérapeutiques dans des établissements assurant la prestation des soins de santé et d’autres établissements. Ils travaillent dans des centres hospitaliers, des cliniques médicales, des centres de soins de longue durée et d’autres organismes en soins de santé.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Chef du personnel médical
  • Chef du service d’anesthésie
  • Chef du service de médecine d’urgence
  • Directeur/directrice de clinique médicale
  • Directeur/directrice des programmes de soins de santé mentale à domicile
  • Directeur/directrice des services de réadaptation
  • Directeur/directrice des services de soins à domicile – services médicaux
  • Directeur/directrice des services de soins infirmiers – services médicaux
  • Directeur/directrice du service de chirurgie
  • Directeur/directrice du service de diététique
  • Directeur/directrice du service de médecine clinique
  • Directeur/directrice du service de médecine de laboratoire
  • Directeur/directrice du service de physiothérapie
  • Directeur/directrice du service d’ergothérapie

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • planifier, organiser, diriger, contrôler et évaluer la prestation des services des soins de santé au sein d’un service dans un établissement de santé, ou dans d’autres milieux de soins de santé;
  • consulter les conseils d’administration et les cadres supérieurs afin de maintenir et de formuler des normes pour la prestation des soins de santé;
  • élaborer des systèmes d’évaluation afin de surveiller la qualité des soins de santé donnés aux patients;
  • surveiller l’utilisation des services diagnostiques, des lits pour les patients hospitalisés et des autres installations afin de s’assurer que les ressources sont utilisées avec efficacité et efficience;
  • préparer et mettre en application des plans pour des nouveaux programmes, des projets spéciaux, des projets d’acquisition de matériel et d’appareils ainsi que des projets de dotation dans leur service ou entreprise;
  • planifier et contrôler le budget du service ou de l’établissement;
  • représenter le service ou l’établissement lors de réunions avec des représentants du gouvernement, le grand public, les médias et autres organismes;
  • surveiller les activités des superviseurs en soins de santé et des autres professionnels;
  • recruter le personnel médical du service ou de l’établissement.

Les directeurs des soins de santé se spécialisent dans l’administration de soins de santé particuliers tels que la diététique, la médecine clinique, la médecine de laboratoire, les soins infirmiers, la physiothérapie ou la chirurgie.

Conditions d’accès à la profession

  • Les directeurs des services tels que ceux de la chirurgie, de la médecine clinique ou de la médecine de laboratoire doivent habituellement avoir les diplômes et la formation d’un médecin spécialiste.
  • Les directeurs des autres services tels que ceux des soins infirmiers, de la diététique ou de la physiothérapie doivent habituellement avoir le diplôme et la formation des professionnels des soins de santé du service concerné.
  • Plusieurs années d’expérience dans la profession concernée, y compris de l’expérience en supervision, sont habituellement exigées.
  • Les directeurs doivent être agréés dans la profession concernée.

Renseignements supplémentaires

  • Il n’y a pas ou peu de mobilité entre les services des différents domaines de spécialisation médicale.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de cadres supérieurs dans la prestation des soins de santé.

Les directeurs des opérations du transport planifient, organisent, dirigent, contrôlent et évaluent, sous la direction d’un directeur général ou d’un autre cadre supérieur, les opérations d’entreprises ou de services de transport telles que des compagnies de chemin de fer; d’aviation; des lignes maritimes; d’autobus et de transports en commun; et des entreprises de camionnage. Les directeurs du mouvement du fret planifient, organisent, dirigent, contrôlent et évaluent, sous la direction d’un directeur général ou d’un autre cadre supérieur, la circulation des marchandises. Ils travaillent dans des entreprises de transport et d’expédition de marchandises, des agences d’expédition et dans les sections d’expédition des commerces de détail et des secteurs de la fabrication et des utilités publiques.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Capitaine d’armement – transport maritime
  • Directeur/directrice de compagnie d’autobus
  • Directeur/directrice de la distribution – logistique
  • Directeur/directrice de service d’expédition de fret
  • Directeur/directrice des opérations aériennes
  • Directeur/directrice du service de transport ferroviaire de marchandises
  • Directeur/directrice du service de transport urbain
  • Directeur/directrice du service des transports
  • Directeur/directrice du service ferroviaire
  • Directeur/directrice du trafic – transports
  • Directeur/directrice du transport
Inclusions
  • Gestionnaire de lignes de croisières

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
Les directeurs du transport – opérations
  • planifier, organiser, diriger, contrôler et évaluer les opérations d’une entreprise de transport;
  • définir les politiques et les normes du service, y compris les procédures concernant la sécurité et la manutention de marchandises dangereuses et veiller au respect des règlements du transport;
  • veiller à la répartition, l’entretien et le service des véhicules routiers, des navires ou des avions;
  • contrôler le budget de l’entreprise ou du service, y compris les acquisitions;
  • contrôler le rendement de l’entreprise ou du service, rédiger des rapports à l’intention de la haute direction et planifier les changements d’horaires et de politiques;
  • recruter le personnel et voir à sa formation.
Les directeurs du transport – mouvement du fret
  • planifier, organiser, diriger, contrôler et évaluer les activités d’une entreprise ou d’un service chargé de coordonner, de planifier et de contrôler le mouvement des marchandises;
  • prendre des dispositions pour l’envoi de documentation et surveiller les horaires des expéditions et le mouvement des marchandises en transit et en retrouver la trace;
  • définir les objectifs de rendement, surveiller l’établissement des tarifs pour les services de transport et contrôler les recettes;
  • élaborer les plans et les procédures qui s’appliquent au transport et à l’entreposage des marchandises;
  • négocier des services et des taux préférentiels avec les transporteurs, les opérateurs d’entrepôt et les représentants de compagnies d’assurance;
  • contrôler le budget du service;
  • recruter le personnel et voir à sa formation.

Conditions d’accès à la profession

Directeurs du transport – opérations
  • Un baccalauréat en administration des affaires ou en génie est habituellement exigé.
  • Plusieurs années d’expérience dans les opérations de transport sont habituellement exigées, y compris de l’expérience en supervision.
  • Une vaste expérience comme superviseur et comme conducteur dans un mode de transport en particulier, tel que pilote, conducteur de locomotive, capitaine de navire ou camionneur peut suppléer aux titres scolaires.
  • Un certificat de qualification comme conducteur dans un mode de transport en particulier tel que pilote de ligne, capitaine de navire ou camionneur est habituellement exigé.
Directeurs du transport – mouvement du fret
  • Un diplôme d’études secondaires est exigé.
  • Un diplôme d’études collégiales ou universitaires en administration des affaires ou en gestion du transport peut être exigé.
  • Plusieurs années d’expérience du travail de bureau ou d’expérience administrative pratique et de l’expérience dans le domaine du fret sont exigées.

Renseignements supplémentaires

  • Il n’y a pas ou peu de mobilité entre les directeurs du transport – opérations et les directeurs du transport – mouvement du fret.
  • Il n’y a pas ou peu de mobilité entre les directeurs des opérations de transport terrestre, maritime et aérien.

Les directeurs des ventes corporatives planifient, organisent, dirigent, contrôlent et évaluent les activités d’établissements et de services voués aux ventes commerciales, industrielles, institutionnelles, électroniques et aux ventes en gros et au détail. Ils travaillent dans des établissements de ventes commerciales, industrielles et de ventes en gros et au détail.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Chef de la gestion nationale des comptes – secteur des ventes
  • Directeur régional/directrice régionale des ventes
  • Directeur/directrice de l’expansion commerciale
  • Directeur/directrice des ventes corporatives

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • planifier, diriger et évaluer les activités du service des ventes d’un établissement commercial ou industriel, d’une entreprise de commerce de gros ou de détail et d’autres établissements;
  • organiser les opérations de ventes régionales et divisionnaires;
  • établir des politiques et procédures organisationnelles ayant trait aux ventes;
  • décider de la planification stratégique à mettre en place en ce qui a trait aux nouvelles lignes de produits;
  • diriger les équipes de ventes dans le développement de relations d’affaires avec les clients corporatifs, et gérer les négociations de contrats de ventes;
  • recruter, organiser, former et gérer le personnel;
  • travailler avec le département de marketing, s’il y a lieu, pour comprendre et communiquer des messages de marketing sur le terrain.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études universitaires ou collégiales en administration des affaires ou dans un domaine connexe, avec spécialisation dans la vente et plusieurs années d’expérience comme représentant des ventes ou dans une profession connexe sont habituellement exigés.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de cadres supérieurs.

Les économistes, les recherchistes et les analystes des politiques économiques, effectuent des recherches, contrôlent des données, analysent de l’information et préparent des plans et des rapports dans le but de résoudre des problèmes économiques et commerciaux, et ils élaborent des modèles afin d’analyser, d’expliquer et de prévoir les phénomènes et les tendances économiques. Ils formulent des conseils sur des questions comme les finances, la fiscalité et la politique monétaire, le commerce international, les produits agricoles et les ressources naturelles, le marché du travail et l’industrie. Ils travaillent pour des ministères et organismes gouvernementaux et dans tout le secteur privé, y compris les associations, syndicats, organismes de recherche, banques et sociétés de placements.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Analyste des politiques économiques
  • Analyste en économie
  • Conseiller économique/conseillère économique
  • Économiste
  • Économiste agricole
  • Économiste de l’énergie
  • Économiste des placements
  • Économiste des ressources naturelles
  • Économiste du commerce
  • Économiste du commerce international
  • Économiste du travail
  • Économiste en fiscalité
  • Économiste financier/économiste financière
  • Économiste industriel/économiste industrielle
Inclusions
  • Analyste commercial/analyste commerciale en économie
  • Analyste des traitements – politiques économiques
  • Conseiller/conseillère en consommation – économie

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • effectuer des recherches et élaborer des modèles afin d’analyser, d’expliquer et de prévoir les phénomènes et les tendances économiques, et mettre au point des méthodes pour rassembler et analyser les données;
  • prévoir la production et la consommation de biens et de services précis d’après la production et la consommation passées et la conjoncture économique générale et particulière à l’industrie;
  • prévoir les tendances du revenu et des dépenses, des taux d’intérêt et des taux de change;
  • analyser les facteurs de la croissance économique et suggérer aux organismes gouvernementaux les mesures propres à accroître l’activité économique;
  • analyser les facteurs qui influencent la participation au sein de la population active, l’emploi, les salaires, le chômage et d’autres issues du marché du travail;
  • étudier des formules mathématiques et des techniques statistiques et les appliquer à l’essai et à la quantification des théories économiques et à la solution de problèmes économiques;
  • étudier les caractéristiques de la monnaie et du crédit ainsi que le fonctionnement des banques et autres institutions financières, afin d’élaborer des politiques monétaires et de faire des prévisions financières;
  • contrôler les données économiques pour évaluer l’efficacité des politiques monétaires et fiscales, et pour formuler des conseils sur le bien-fondé de ces politiques;
  • examiner les problèmes liés à l’activité économique d’entreprises particulières;
  • examiner les méthodes de financement, les coûts et les techniques de production ainsi que les politiques de mise en marché pour recommander d’éventuelles améliorations;
  • étudier des données statistiques sur les échanges internationaux de biens et de services;
  • prévoir la production et la consommation de ressources renouvelables ainsi que la consommation et l’épuisement des ressources non renouvelables;
  • effectuer des recherches sur les conditions du marché local, régional ou national afin de déterminer le volume des ventes et le niveau des prix de produits et de services, d’évaluer les possibilités de débouchés et les tendances futures et d’élaborer des stratégies d’affaires;
  • suivre les tendances économiques régionales et locales;
  • étudier les procédés réglementaires et fournir de l’information pour étayer des poursuites judiciaires impliquant le gouvernement ou d’autres parties.

Conditions d’accès à la profession

  • Une maîtrise en économie ou dans un domaine connexe, comme l’administration des affaires ou la statistique, est habituellement exigée.
  • Un doctorat en économie peut être exigé.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de direction en économie.

Les éducateurs de la petite enfance planifient, organisent et mettent en oeuvre des programmes pour enfants âgés entre 0 et 12 ans. Les aides-éducateurs de la petite enfance s’occupent des nourrissons et des enfants d’âge préscolaire et scolaire sous la direction des éducateurs de la petite enfance. Les éducateurs et les aides-éducateurs de la petite enfance font participer les enfants à des activités afin de stimuler leur développement intellectuel, physique et affectif en assurant leur sécurité et leur bien-être. Ils travaillent dans des centres de la petite enfance, des garderies, des maternelles, des organismes pour l’enfance en difficulté et dans d’autres milieux où des services d’éducation de la petite enfance sont fournis. Les superviseurs d’éducateurs et d’aides-éducateurs de la petite enfance sont compris dans ce groupe de base.

Exemples d’appellations d’emploi

  • aide au niveau préscolaire
  • aide de garderie
  • aide-éducateur/aide-éducatrice de garderie
  • assistant/assistante de la petite enfance
  • éducateur/éducatrice de la petite enfance
  • éducateur/éducatrice de la petite enfance au niveau préscolaire
  • préposé/préposée au programme d’éducation de la petite enfance
  • responsable d’éducateurs au niveau préscolaire
  • superviseur/superviseure des services de garderie
  • surveillant/surveillante en éducation de la petite enfance
  • travailleur/travailleuse des services de garderie
  • travailleur/travailleuse en éducation de la petite enfance
  • travailleur/travailleuse en garderie

Inclusion(s)

  • aide-éducateur/aide-éducatrice à la prématernelle
  • éducateur/éducatrice en garderie

 

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

Éducateurs de la petite enfance
  • préparer et mettre à exécution des programmes d’éducation de la petite enfance qui favorisent le développement physique, cognitif, affectif et social des enfants;
  • diriger les activités des enfants en leur racontant des histoires, en leur enseignant des chansons, en les amenant à des endroits d’intérêt dans la région et en leur donnant l’occasion d’exprimer leur créativité par l’art, les jeux de rôles, la musique et l’activité physique;
  • planifier et maintenir un environnement qui protège la santé, la sécurité et le bien-être des enfants;
  • évaluer les capacités, les habiletés, les intérêts et les besoins des enfants, et discuter des progrès ou des problèmes des enfants avec leurs parents et d’autres membres du personnel;
  • observer les enfants de façon à déceler les difficultés d’apprentissage ou les troubles comportementaux, et préparer des rapports pour les parents, les tuteurs ou le superviseur;
  • guider et aider les enfants de façon à ce qu’ils prennent de bonnes habitudes pour les repas, la toilette et l’habillage;
  • établir des relations avec les collègues et d’autres fournisseurs de services communautaires aux enfants et collaborer avec ceux-ci;
  • planifier et organiser, au besoin, des activités pour les enfants d’âge scolaire qui participent aux programmes de garde avant et après l’école;
  • superviser et coordonner, au besoin, les activités d’autres éducateurs et aides-éducateurs de la petite enfance.
Aides-éducateurs de la petite enfance
  • appuyer les éducateurs de la petite enfance dans la réalisation de programmes qui promeuvent le développement physique, cognitif, affectif et social des enfants;
  • impliquer les enfants dans des activités en leur racontant des histoires, en leur enseignant des chansons et en préparant des bricolages;
  • préparer et servir les collations et disposer les salles ou le mobilier pour le dîner et les siestes;
  • aider les enfants à prendre de bonnes habitudes pour les repas, l’habillement et la toilette;
  • fournir aux éducateurs de la petite enfance et aux superviseurs des observations écrites sur les enfants;
  • assurer l’entretien de l’équipement de la garderie et participer aux tâches ménagères et à la cuisson;
  • assister aux réunions du personnel pour discuter des progrès et des difficultés des enfants;
  • aider, s’il y a lieu, les éducateurs de la petite enfance et les superviseurs à tenir les dossiers.

Conditions d’accès à la profession

Éducateurs de la petite enfance

  • Un programme d’études collégiales de deux à quatre ans en éducation de la petite enfance ou un baccalauréat en développement de l’enfant est exigé.
  • L’accréditation est exigée en Ontario et la reconnaissance professionnelle en Colombie-Britannique pour les éducateurs de la petite enfance. L’accréditation est habituellement exigée dans les autres provinces et territoires pour les éducateurs de la petite enfance.

Aides-éducateurs de la petite enfance

  • Un diplôme d’études secondaires est exigé.
  • De l’expérience avec les enfants est exigée.
  • Un programme menant à un certificat d’aide-éducateur de la petite enfance ou des cours au niveau postsecondaire en éducation de la petite enfance peuvent être exigés.
  • L’accréditation par une association provinciale ou territoriale en tant qu’éducateur de la petite enfance peut être exigée.

Renseignements supplémentaires

  • Plusieurs années d’expérience, ainsi qu’un niveau avancé en éducation de la petite enfance, permettent d’accéder à des postes supérieurs, tels que superviseur des services de garderie.

Les électriciens industriels installent, entretiennent, vérifient, dépannent et réparent du matériel électrique industriel et des commandes électriques et électroniques connexes. Ils travaillent pour des entrepreneurs en électricité et dans des services d’entretien d’usines, d’exploitations minières, de chantiers navals et autres établissements industriels.

Exemples d’appellations d’emploi

  • apprenti électricien industriel/apprentie électricienne industrielle
  • électricien industriel/électricienne industrielle
  • électricien naval/électricienne navale
  • électricien/électricienne de chantier naval
  • électricien/électricienne de manufacture
  • électricien/électricienne d’entretien d’usines
  • électricien/électricienne d’exploitation minière
  • électricien/électricienne d’usine

 

Fonctions principales

Les électriciens industriels exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • lire et interpréter les schémas électriques, les plans et les devis descriptifs du code de l’électricité pour déterminer l’emplacement du matériel électrique industriel;
  • installer, vérifier, remplacer et réparer des câbles électriques, prises de courant, boîtes de commutation, conduits, artères, montages de câbles à fibres optiques et coaxiaux, appareils d’éclairage et autres composants;
  • procéder aux essais de matériel électrique et électronique et de composants pour vérifier la continuité, le courant, la tension et la résistance;
  • entretenir, réparer, installer et procéder aux essais des appareils de coupure, transformateurs, compteurs de tableaux de distribution, régulateurs et réacteurs;
  • entretenir, réparer, installer et procéder aux essais des moteurs électriques, générateurs, alternateurs, batteries d’accumulateurs industriels, et systèmes hydrauliques et pneumatiques de contrôle électrique;
  • dépanner, entretenir et réparer les systèmes de contrôle industriels électriques et électroniques et autres dispositifs connexes;
  • exécuter des programmes d’entretien préventif et tenir des registres d’entretien;
  • installer, entretenir et calibrer, s’il y a lieu, des instruments industriels et dispositifs connexes.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Un programme d’apprentissage d’électricien industriel de quatre ou cinq ans ou plus de cinq ans d’expérience dans le métier ainsi qu’une formation spécialisée d’électricien industriel, en milieu scolaire ou industriel, sont habituellement exigés pour être admissible au certificat de qualification.
  • Le certificat de qualification d’électricien industriel est obligatoire à l’Île-du-Prince-Édouard, au Québec et au Manitoba et est offert, bien que facultatif, à Terre-Neuve-et-Labrador, en Nouvelle-Écosse, au Nouveau-Brunswick, en Ontario, en Colombie-Britannique et au Yukon.
  • Un certificat supplémentaire pour électriciens de construction peut être exigé des électriciens industriels lorsque l’équipement électrique industriel n’appartient pas à l’employeur.
  • Les électriciens industriels qualifiés peuvent obtenir la mention Sceau rouge après la réussite de l’examen interprovincial Sceau rouge.

Renseignements supplémentaires

  • La mention Sceau rouge permet une mobilité interprovinciale.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de supervision.

Les électromécaniciens entretiennent, mettent à l’essai, remettent à neuf et réparent des moteurs électriques, des transformateurs, de l’appareillage de connexion et d’autres dispositifs électriques. Ils travaillent dans des ateliers indépendants de réparation électrique, des ateliers d’entretien des entreprises de fabrication d’équipement électrique et dans des ateliers de réparation en usine.

Exemples d’appellations d’emploi

  • apprenti électromécanicien/apprentie électromécanicienne
  • bobineur-réparateur/bobineuse-réparatrice de bobines
  • bobineur-réparateur/bobineuse-réparatrice de moteurs industriels
  • bobineur-réparateur/bobineuse-réparatrice d’induits
  • dépanneur/dépanneuse de transformateurs de puissance
  • électromécanicien/électromécanicienne
  • rebobineur/rebobineuse de moteurs électriques
  • réparateur/réparatrice de transformateurs
  • réparateur/réparatrice de transformateurs électriques
  • technicien/technicienne de systèmes de moteurs électriques

 

Fonctions principales

Les électromécaniciens exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • mettre à l’essai et observer des composantes et des systèmes électriques, électroniques et mécaniques à l’aide d’appareils d’essai et de mesure;
  • localiser et réparer les pannes des moteurs électriques, des transformateurs, de l’appareillage de connexion, des générateurs et d’autre matériel électromécanique;
  • remplacer ou remettre à neuf des arbres, des coussinets, des commutateurs et d’autres composants;
  • enrouler, assembler et installer divers types de bobinages pour moteurs ou transformateurs électriques;
  • effectuer l’équilibrage dynamique ou statique d’armatures ou de rotors par le soudage et le brasage des connexions électriques, et en alignant et ajustant les pièces;
  • mettre à l’essai, réparer ou remplacer des câblages ou des composants défectueux dans l’appareillage de connexion électrique;
  • mettre à l’essai des moteurs, des transformateurs, des appareillages de connexion ou d’autres dispositifs électriques réparés afin d’en assurer la performance appropriée;
  • effectuer des travaux d’usinage pour remettre à neuf ou modifier des arbres, des commutateurs ou d’autres pièces;
  • faire de l’entretien et de la réparation sur place.
  • Les électromécaniciens peuvent se spécialiser dans certains genres de dispositifs, tels que les moteurs électriques ou les transformateurs, ou accomplir certaines fonctions, telles que l’enroulement des bobines.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires et une formation ou un programme professionnel sont habituellement exigés.
  • Un programme d’apprentissage de quatre ans ou plus de quatre ans d’expérience de travail ainsi qu’une formation spécialisée en électromécanique, en milieu industriel, sont habituellement exigés pour être admissible au certificat de qualification.
  • Le certificat de qualification de l’électromécanicien est offert, bien que facultatif, à Terre-Neuve-et-Labrador, en Nouvelle-Écosse, à l’Île-du-Prince-Édouard, au Nouveau-Brunswick, en Ontario, au Manitoba, en Alberta, en Colombie-Britannique, au Yukon et au Nunavut.
  • Le certificat de qualification de réparateur de moteurs et de matériel électriques – bobinage est offert, bien que facultatif, au Québec.
  • Le certificat de qualification de l’électromécanicien (entreprise d’électricité) est offert, bien que facultatif, au Nouveau-Brunswick.
  • Les électromécaniciens qualifiés peuvent obtenir la mention Sceau rouge après la réussite de l’examen interprovincial Sceau rouge.

Renseignements supplémentaires

  • La mention Sceau rouge permet une mobilité interprovinciale.
  • Bien que les travailleurs de ce groupe de base puissent se spécialiser, ils doivent être compétents dans la réparation de tous les dispositifs électriques.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de supervision.

Les électroniciens d’entretien font l’entretien et la réparation de matériel électronique utilisé par le grand public et des établissements commerciaux, tels que des systèmes audio et vidéo, des ordinateurs et des périphériques, du matériel de bureau et d’autre matériel et équipement électroniques. Ils travaillent dans des entreprises d’entretien et de vente au détail, pour des distributeurs en gros, et dans les services d’entretien et de réparation des usines de fabrication de matériel électronique.

Exemples d’appellations d’emploi

  • apprenti technicien/apprentie technicienne en entretien et en réparation électroniques
  • responsable de l’entretien et de la réparation d’antennes satellites
  • superviseur/superviseure d’électrotechniciens d’entretien et de réparation
  • technicien/technicienne de photocopieuses
  • technicien/technicienne de systèmes d’alarme
  • technicien/technicienne en entretien et en réparation de matériel audio-vidéo
  • technicien/technicienne en entretien et en réparation de matériel de bureau
  • technicien/technicienne en entretien et en réparation de matériel informatique
  • technicien/technicienne en entretien et en réparation de radios et de téléviseurs
  • technicien/technicienne en entretien sur place de produits électroniques

 

Fonctions principales

Les électroniciens d’entretien exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • installer, entretenir et réparer le matériel électronique pour le grand public et pour l’usage commercial, tel que téléviseurs, radios, magnétoscopes, appareils stéréophoniques, photocopieurs, ordinateurs et périphériques;
  • inspecter et tester le matériel électronique, les composants et les ensembles électroniques à l’aide de multimètres, de vérificateurs de circuits, d’oscilloscopes, de sondes logiques et autres appareils, outils et équipement électroniques de mesure;
  • repérer le circuit, le composant ou le matériel défectueux et déterminer la raison de la panne;
  • régler, aligner, remplacer ou réparer le matériel électronique, les ensembles ou les composants électroniques en se référant aux manuels et aux schémas, et en utilisant des fers à souder ou tout autre outil manuel ou mécanique;
  • remplir les bordereaux de travail et les rapports d’essai et d’entretien;
  • superviser, s’il y a lieu, d’autres techniciens du service d’entretien et de réparation.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études collégiales de deux à trois ans en électronique ou un programme d’apprentissage de quatre ans en entretien et réparation de matériel électronique ou un diplôme d’études secondaires ou des cours de niveau collégial en électronique et une formation en cours d’emploi sont exigés.
  • Le certificat de qualification pour les électrotechniciens (produits du consommateur) est offert, bien que facultatif, en Ontario, en Colombie-Britannique et au Yukon.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de supervision.

Les enseignants au niveau collégial et les autres instructeurs en formation professionnelle de ce groupe enseignent les matières scolaires, les arts appliqués, les matières de formation professionnelle et les techniques dans des cégeps, des collèges communautaires, des collèges d’agriculture, des instituts techniques et professionnels, des écoles de langue et d’autres établissements de niveau collégial. Ce groupe de base comprend aussi les formateurs qui travaillent au sein d’établissements d’enseignement privés, d’entreprises, d’organismes communautaires et des gouvernements pour donner des cours internes de formation ou de perfectionnement. Les enseignants au niveau collégial qui sont chefs de département sont compris dans ce groupe.

Exemples d’appellations d’emploi

  • agent/agente de formation – compagnie
  • chargé/chargée de cours au niveau collégial
  • chef de département – cégep
  • directeur/directrice de département au niveau collégial
  • enseignant/enseignante de cégep
  • formateur/formatrice – institut technologique
  • formateur/formatrice en dessin commercial
  • formateur/formatrice en entreprise
  • formateur/formatrice en informatique
  • formateur/formatrice en lutte contre l’incendie
  • professeur/professeure au niveau collégial
  • professeur/professeure au programme d’assistance juridique
  • professeur/professeure de collège communautaire
  • professeur/professeure de langues – école de langues
  • professeur/professeure d’institut professionnel
  • professeur/professeure d’institut technologique

 

Fonctions principales

Les enseignants au niveau collégial et autres instructeurs en formation professionnelle exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • enseigner aux étudiants selon une démarche systématique comprenant des exposés, des démonstrations, des discussions en groupe, des travaux en laboratoire, des ateliers, des séminaires, des études de cas, des travaux sur le terrain et des projets individuels ou en groupe;
  • préparer le programme ainsi que les plans de cours et le matériel d’enseignement;
  • préparer, administrer et noter les examens et les travaux afin d’évaluer les progrès des étudiants;
  • renseigner les étudiants sur les programmes d’études et les choix de carrière;
  • donner un enseignement individualisé, de type tutoriel ou correctif aux étudiants qui en ont besoin;
  • superviser les projets individuels ou de groupes, les stages de formation pratique, les travaux pratiques et la formation en cours d’emploi;
  • superviser les adjoints à l’enseignement;
  • fournir, s’il y a lieu, des services de consultation aux organismes gouvernementaux, aux entreprises ou autres;
  • faire partie, s’il y a lieu, de comités traitant de questions telles que les budgets, la révision des programmes, les exigences des cours et les conditions d’obtention des diplômes.
  • Les enseignants au niveau collégial et autres instructeurs en formation professionnelle sont spécialisés dans des domaines ou champs d’études en particulier comme les arts visuels, l’hygiène dentaire, la soudure, les techniques de génie, les techniques policières, l’informatique, la gestion et les techniques d’éducation de la petite enfance.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat, un diplôme d’études collégiales ou des compétences marquées dans la discipline d’enseignement sont exigés.
  • Une maîtrise dans la discipline d’enseignement peut être exigée.
  • Un certificat, un diplôme ou un grade en éducation des adultes peut être exigé.
  • Un programme d’apprentissage et un certificat de qualification ou un certificat de l’industrie sont exigés des professeurs de métiers. Des cours complémentaires en enseignement ou un brevet d’enseignement provincial peuvent également être exigés.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes d’administration en éducation postsecondaire.

Les enseignants au niveau secondaire préparent et enseignent des matières de formation générale, technique, spécialisée ou professionnelle dans des établissements d’enseignement secondaire, publics ou privés. Les enseignants au niveau secondaire qui occupent des postes de chef de département sont inclus dans ce groupe de base.

Exemples d’appellations d’emploi

  • bibliothécaire-professeur/bibliothécaire-professeure au niveau secondaire
  • chef de département au niveau secondaire
  • enseignant/enseignante au niveau secondaire
  • enseignant/enseignante en adaptation scolaire au niveau secondaire
  • orthopédagogue au niveau secondaire
  • professeur suppléant/professeure suppléante au niveau secondaire
  • professeur/professeure à l’éducation des adultes au niveau secondaire
  • professeur/professeure d’anglais – langue seconde au niveau secondaire
  • professeur/professeure d’anglais au niveau secondaire
  • professeur/professeure de biologie au niveau secondaire
  • professeur/professeure de commerce au niveau secondaire
  • professeur/professeure de formation professionnelle au niveau secondaire
  • professeur/professeure de français – langue seconde au niveau secondaire
  • professeur/professeure de métiers au niveau secondaire – formation professionnelle
  • professeur/professeure d’histoire au niveau secondaire

 

Fonctions principales

Les enseignants au niveau secondaire exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • préparer la matière à enseigner aux élèves conformément à un programme approuvé;
  • enseigner aux élèves selon un plan méthodique comprenant des cours magistraux, des discussions, des présentations audiovisuelles, des études en laboratoire, en atelier et pratiques;
  • distribuer et corriger les devoirs;
  • préparer, administrer et corriger les examens;
  • évaluer les progrès des élèves, cerner leurs besoins individuels et discuter de leurs résultats avec les parents et les autorités scolaires;
  • préparer et mettre en oeuvre des programmes de rattrapage pour les élèves qui ont besoin d’un encadrement plus poussé;
  • participer aux réunions du personnel, aux conférences éducatives et aux ateliers de formation destinés aux enseignants;
  • enseigner ou évaluer, s’il y a lieu, les élèves inscrits à des cours en ligne ou à distance;
  • conseiller, s’il y a lieu, les élèves au sujet de leur choix de cours et de questions personnelles et professionnelles;
  • superviser, s’il y a lieu, les stagiaires en enseignement.
  • Les enseignants au niveau secondaire peuvent se spécialiser dans des domaines tels que les mathématiques, l’anglais, le français, l’orthopédagogie ou l’enseignement d’une langue seconde. Les enseignants de matières techniques et de métiers au niveau secondaire peuvent se spécialiser, par exemple, en coiffure ou en mécanique automobile.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat en éducation, souvent précédé d’un baccalauréat en arts ou en sciences, est exigé des enseignants de matières scolaires.
  • Un baccalauréat en éducation, généralement précédé d’une formation ou d’une expérience spécialisée dans la matière enseignée, est exigé des professeurs d’éducation technique ou professionnelle.
  • Au Québec, un programme d’apprentissage et un certificat de qualification ou un certificat de l’industrie sont exigés des professeurs de métiers.
  • Plusieurs années d’expérience en enseignement sont habituellement exigées des chefs de département.
  • Une formation supplémentaire est exigée pour se spécialiser en anglais ou en français, langue seconde, ou en orthopédagogie.
  • Un brevet d’enseignement provincial est exigé.
  • L’adhésion à une association ou une fédération provinciale ou territoriale d’enseignants et enseignantes peut être exigée.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de directeur adjoint ou à d’autres postes d’administration au sein du système scolaire.
  • Au Québec, les programmes de formation professionnelle (métiers) sont habituellement offerts au niveau secondaire.

Les enseignants aux niveaux primaire et préscolaire enseignent des matières de base telles que la lecture, l’orthographe et les mathématiques ou des matières spécialisées telles que le français ou l’anglais, langue seconde, dans des écoles primaires, publiques et privées.

Exemples d’appellations d’emploi

  • bibliothécaire-professeur/bibliothécaire-professeure au niveau primaire
  • enseignant/enseignante à la maternelle
  • enseignant/enseignante au niveau primaire
  • enseignant/enseignante en adaptation scolaire au niveau primaire
  • enseignant/enseignante en éducation spécialisée au niveau primaire
  • orthopédagogue au niveau primaire
  • professeur/professeure d’anglais – langue seconde au niveau primaire
  • professeur/professeure de français – langue seconde au niveau primaire
  • professeur/professeure d’immersion en français au niveau primaire
  • suppléant/suppléante au niveau primaire

 

Fonctions principales

Les enseignants aux niveaux primaire et préscolaire exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • préparer la matière à enseigner aux élèves conformément au programme approuvé;
  • enseigner aux élèves à l’aide d’un plan méthodique comprenant des cours, des discussions, des présentations audiovisuelles et des sorties éducatives;
  • diriger les élèves dans des activités visant à promouvoir leur développement physique, mental et social et leur maturité scolaire;
  • distribuer et corriger les devoirs;
  • préparer, faire passer et corriger des examens;
  • évaluer les progrès des élèves et discuter des résultats avec les élèves, les parents et les autorités scolaires;
  • cerner les besoins en apprentissage de chaque enfant;
  • préparer et mettre en oeuvre des programmes de rattrapage pour les enfants qui ont besoin d’un encadrement plus poussé;
  • participer à des réunions du personnel, des conférences éducatives et des ateliers de formation destinés aux enseignants;
  • surveiller, s’il y a lieu, les aides-enseignants et les stagiaires en enseignement.
  • Les enseignants aux niveaux primaire et préscolaire peuvent se spécialiser dans des domaines tels que l’orthopédagogie et l’enseignement des langues secondes.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat en éducation est exigé.
  • Un baccalauréat en développement de l’enfant peut être exigé.
  • Une formation supplémentaire est exigée pour se spécialiser en orthopédagogie ou dans l’enseignement des langues secondes.
  • Un brevet d’enseignement provincial est exigé. Un brevet supplémentaire est exigé pour enseigner le français ou l’anglais, langue seconde.
  • L’adhésion à une association ou une fédération provinciale ou territoriale d’enseignants peut être exigée.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de conseiller pédagogique ou de directeur d’école.

Les ensembliers de théâtre, dessinateurs de mode, concepteurs d’expositions et autres concepteurs artistiques créent et réalisent des concepts de décors et de costumes pour des productions cinématographiques, télévisées, théâtrales et vidéo, des modèles de vêtements et de tissus, des expositions et des étalages et d’autres objets de création tels que des bijoux et des trophées. Les ensembliers de théâtre travaillent dans les industries des arts de la scène et de la radiotélédiffusion ainsi que dans le cadre de festivals. Les dessinateurs de mode travaillent dans les entreprises de vêtements et de tissus, ou ils peuvent être des travailleurs autonomes. Les étalagistes et les concepteurs d’expositions travaillent dans les musées et dans les établissements de commerce de détail. Les autres concepteurs artistiques de ce groupe de base travaillent dans des entreprises de fabrication, ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Concepteur/conceptrice de bijoux
  • Concepteur/conceptrice de trophées
  • Concepteur/conceptrice d’expositions muséologiques
  • Costumier/costumière – design
  • Couturier/couturière – haute couture
  • Décorateur-étalagiste/décoratrice-étalagiste de vitrines
  • Designer d’éclairage
  • Dessinateur/dessinatrice de mode
  • Dessinateur/dessinatrice de vêtements
  • Étalagiste – conception et aménagement d’étalages
  • Fourreur-modéliste/fourreuse-modéliste
  • Modéliste de chaussures
  • Modéliste de tissus
Inclusions
  • Concepteur/conceptrice d’expositions – musées et galeries d’art
  • Concepteur/conceptrice d’installations
  • Coordonnateur/coordonnatrice de mode
  • Présentateur marchand/présentatrice marchande
  • Styliste de mode

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
Les ensembliers de théâtre
  • conçoivent et créent des décors, des milieux, des propriétés, des costumes et de l’éclairage pour les productions théâtrales, cinématographiques et vidéo, les opéras et les ballets.
Les dessinateurs de mode
  • conçoivent et créent des vêtements et des accessoires pour hommes, femmes et enfants.
Les concepteurs d’expositions
    • planifient et préparent des expositions et des montages permanents et provisoires ou amovibles dans les musées, les foires commerciales, les congrès, les espaces commerciaux et pour d’autres démonstrations.

Les ensembliers de théâtre peuvent se spécialiser dans le design des costumes, de l’éclairage ou des décors de théâtre; les dessinateurs de mode peuvent se spécialiser dans les vêtements pour hommes, pour dames ou pour enfants ou dans différents articles tels que les vêtements de sport, les chaussures et les vêtements habillés.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme universitaire en beaux-arts ou en arts visuels avec spécialisation dans le design des décors de théâtre, le design des vêtements ou de l’aménagement des étalages ou un diplôme d’études collégiales ou d’un établissement d’enseignement des arts avec spécialisation dans le design des décors de théâtre, le design des vêtements ou l’aménagement des étalages est exigé.
  • Un dossier de présentation démontrant les aptitudes créatrices est exigé.
  • L’exploitation de logiciels de conception assistée par ordinateur (CAO) peut être exigée.

Les ergothérapeutes élaborent des programmes individuels ou de groupe à l’intention des personnes qui souffrent de maladies, de blessures, de troubles de développement, de problèmes émotifs ou psychologiques, ou qui vieillissent dans le but d’entretenir, de restaurer ou d’améliorer leur capacité à s’occuper d’elles-mêmes et à travailler, à fréquenter l’école ou à s’adonner à des loisirs. De plus, ils élaborent et mettent en oeuvre des programmes de promotion de la santé en collaboration avec des particuliers, des groupes communautaires et des employeurs. Ils travaillent dans les établissements de soins, des écoles, des organismes privés et des organismes de services sociaux, ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • ergothérapeute
  • ergothérapeute – conseiller/conseillère en réadaptation
  • ergothérapeute clinicien/ergothérapeute clinicienne
  • ergothérapeute en milieu communautaire
  • ergothérapeute en recherche et développement
  • ergothérapeute gestionnaire de cas

 

Fonctions principales

Les ergothérapeutes exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • analyser les capacités et les attentes des clients en ce qui a trait aux activités de la vie en les observant, en discutant avec eux et en effectuant des évaluations formelles;
  • élaborer des programmes d’intervention visant à répondre aux besoins des clients en matière de soins auto-administrés et d’activités professionnelles et de loisirs;
  • tenir les dossiers des clients;
  • travailler dans un contexte d’interdisciplinarité en vue d’établir des plans d’intervention;
  • agir à titre de consultant et de conseiller relativement aux programmes de promotion de la santé visant à prévenir les incapacités et à optimiser l’autonomie dans toutes les activités de la vie;
  • superviser, au besoin, le personnel de soutien et les stagiaires, et dispenser de la formation.
  • Les ergothérapeutes peuvent se spécialiser auprès d’une population spécifique, comme les enfants ou les personnes âgées, les personnes atteintes de problèmes particuliers comme la démence, une lésion traumatique du cerveau ou la douleur chronique, ou s’occuper d’interventions particulières, par exemple des programmes de réinsertion professionnelle.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme universitaire en ergothérapie, comprenant un stage supervisé, est exigé.
  • La réussite d’un examen de certification national ou provincial est exigée.
  • Un permis d’exercice délivré par un organisme de réglementation est exigé dans toutes les provinces et tous les territoires.
  • L’adhésion à l’association nationale, soit l’Association canadienne des ergothérapeutes, est exigée dans certaines provinces.
  • Une formation complémentaire ou de l’expérience peut permettre aux ergothérapeutes d’acquérir une expertise dans un domaine précis.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience et une formation complémentaire permettent aux ergothérapeutes d’accéder à des postes de direction ou d’administration.

Les estimateurs en construction analysent les coûts et préparent les évaluations des projets de génie civil, d’architecture ou de construction électrique, mécanique ou structurale. Ils travaillent pour des firmes de construction domiciliaire, commerciale ou industrielle, des entrepreneurs en électricité, en mécanique ou des entrepreneurs spécialisés, ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Économiste en construction agréé/économiste en construction agréée
  • Estimateur principal/estimatrice principale – construction
  • Estimateur/estimatrice de coûts de construction
  • Évaluateur/évaluatrice en chef – construction
  • Évaluateur/évaluatrice en construction
  • Métreur/métreuse – construction

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • préparer des évaluations de coûts éventuels des matériaux, de la main-d’oeuvre et de l’équipement nécessaires pour mener à bien des projets de construction, selon les soumissions, les estimations de prix, les plans et les devis descriptifs;
  • donner des conseils sur les procédures à suivre pour les soumissions, étudier et analyser les soumissions reçues, en recommander l’acceptation et négocier les contrats;
  • mettre en place et tenir à jour des systèmes et des procédures de soumission, de contrôle et de rapports;
  • préparer des relevés et des prévisions de coûts et de dépenses, à intervalles réguliers, pendant la durée du projet;
  • préparer et tenir à jour des répertoires de fournisseurs, d’entrepreneurs et de sous-traitants;
  • communiquer avec des ingénieurs, des architectes, des propriétaires, des entrepreneurs et des sous-traitants, assurer la liaison avec eux et les consulter et préparer des études de faisabilité économique sur les changements et les ajustements aux évaluations des coûts;
  • gérer et coordonner des projets de construction et préparer des états d’avancement des travaux.

Les estimateurs en construction peuvent se spécialiser dans l’évaluation des coûts des projets de construction structurale, électrique ou mécanique.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est exigé.
  • Un diplôme d’études collégiales de trois ans en techniques du génie civil ou de la construction ou plusieurs années d’expérience en tant que travailleur qualifié, dans un des métiers de la construction tels que la plomberie, la charpenterie ou l’électricité sont exigés.
  • La certification émise par l’Institut canadien des économistes en construction est habituellement exigée.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes d’estimateurs en chef ou de gestion en construction.

Les estimateurs et les évaluateurs déterminent la valeur de terrains, d’entreprises, de domaines et d’autres biens immobiliers, à des fins de vente, d’achat, d’imposition ou d’aliénation des actifs. Les évaluateurs déterminent également la valeur des biens personnels et des articles ménagers. Les estimateurs, les experts en évaluation et les évaluateurs travaillent pour des organismes gouvernementaux, des sociétés immobilières et d’autres compagnies du secteur privé ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Estimateur/estimatrice de biens
  • Évaluateur agréé/évaluatrice agréée
  • Évaluateur commercial/évaluatrice commerciale
  • Évaluateur/évaluatrice de biens
  • Évaluateur/évaluatrice de biens immobiliers
  • Expert/experte en évaluation d’entreprise (EEE)
Inclusions
  • Analyste en immobilier

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
Les estimateurs
  • évaluer des terrains, des bâtiments, des structures, de la machinerie, de l’équipement et des améliorations de propriétés à des fins d’imposition, de financement et de planification régionale, ainsi qu’avant la vente ou l’achat;
  • étudier et analyser des renseignements tels que ceux portant sur des ventes conclues antérieurement, des titres de propriété, des plans de structure et des certificats de localisation, des cartes pédologiques, des plans de lotissement, des plans de services d’aqueduc et d’égouts, des coûts de location et des servitudes;
  • expliquer les procédés d’estimation aux contribuables.
Les experts en évaluation d’entreprise
  • recueillir et analyser les registres financiers d’une entreprise, tels que les états financiers, les budgets, les prévisions et les chiffres des ventes, afin d’évaluer la compétitivité de l’entreprise ou de déterminer sa valeur marchande;
  • préparer des rapports de planification successorale, d’évaluation de biens matrimoniaux, d’assurance et de perte d’entreprise;
  • comparaître en tant que témoin expert devant un tribunal, un organisme de réglementation des valeurs mobilières et d’autres conseils ou commissions de réglementation.
Les évaluateurs
    • déterminer la valeur des biens, des bâtiments, de la machinerie et de l’équipement industriel et commerciaux, des effets personnels et des articles ménagers;
    • préparer des rapports d’évaluation pour des établissements de crédit, des compagnies d’assurances, des ministères, des tribunaux, des fondés de pouvoirs, des créanciers, des acheteurs ou des vendeurs aux enchères.

Les estimateurs peuvent se spécialiser en tant qu’experts-conseils dans un domaine en particulier de l’appréciation, tel que le secteur résidentiel, commercial, industriel ou institutionnel ou de terrains agricoles.

Les évaluateurs peuvent se spécialiser dans un domaine en particulier de l’évaluation, tel que l’évaluation immobilière.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études collégiales en évaluation municipale et une accréditation par l’association d’évaluation municipale de la province sont exigés des estimateurs.
  • Un baccalauréat ou un diplôme d’études collégiales en comptabilité, en administration des affaires ou en commerce et une accréditation par l’Institut canadien des experts en évaluation d’entreprises, après avoir terminé avec succès leur programme d’appréciation des affaires et des fonds d’État, sont habituellement exigés des experts en évaluation d’entreprises.
  • Un diplôme d’études collégiales ou une formation professionnelle en évaluation ou plusieurs années d’expérience dans un poste connexe à l’évaluation sont habituellement exigés des évaluateurs.
  • Au Québec, l’appartenance à l’Ordre des évaluateurs agréés du Québec (OEAQ) est obligatoire pour utiliser le titre d’évaluateur agréé/évaluatrice agréée.
  • Plusieurs années d’expérience en tant qu’agent immobilier, agent des droits de passage ou administrateur d’immeubles sont habituellement exigées des évaluateurs immobiliers, qui peuvent aussi devoir être agréés comme évaluateurs résidentiels au Canada.
  • Une accréditation par l’Institut canadien des évaluateurs est exigée des évaluateurs d’immeubles résidentiels, de fonds de commerce ou de propriétés industrielles.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de direction dans chacun de ces domaines.

Les évaluateurs de systèmes informatiques exécutent des scripts d’essai pour évaluer la performance des applications logicielles et des systèmes d’information et de télécommunication. Ils travaillent dans les services informatiques des secteurs privé et public.

Exemples d’appellations d’emploi

  • coordonnateur/coordonnatrice d’essais de logiciels
  • essayeur/essayeuse d’applications
  • essayeur/essayeuse de réception par les utilisateurs
  • essayeur/essayeuse de systèmes
  • technicien/technicienne en essai d’applications
  • technicien/technicienne en essai de logiciels
  • technicien/technicienne en essai de systèmes
  • testeur/testeuse de logiciels

 

Fonctions principales

Les évaluateurs de systèmes informatiques exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • élaborer et documenter des scénarios d’essai de logiciels;
  • installer du matériel et des logiciels et configurer des logiciels de systèmes d’exploitation en prévision des essais;
  • exécuter et analyser des essais sur des logiciels d’application et des systèmes d’information et de télécommunication et documenter leurs résultats;
  • élaborer et mettre en oeuvre des règles, procédures et des scripts d’essai de logiciels et systèmes d’information;
  • identifier, produire des rapports, faire le suivi et proposer des solutions pour les défectuosités du produit.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études collégiales en informatique, en programmation informatique ou en administration de réseaux est habituellement exigé.
  • Des cours collégiaux ou autres en programmation informatique ou en administration de réseaux sont habituellement exigés.
  • Une certification ou une formation fournie par un vendeur de logiciels peut être exigée par certains employeurs.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes en programmation informatique, en développement de médias interactifs, en développement Web ou en analyse de systèmes.

Les experts en sinistres examinent les circonstances qui entourent les sinistres et déterminent la valeur des pertes ou des dommages couverts par des polices d’assurance. Ils travaillent dans les services des réclamations des compagnies d’assurance ou comme experts indépendants. Les rédacteurs sinistres examinent des demandes d’indemnisation et autorisent des paiements. Ils travaillent au siège social ou dans des succursales des compagnies d’assurance.

Exemples d’appellations d’emploi

  • estimateur/estimatrice de dommages
  • expert/experte en estimation de réclamations – assurance
  • expert/experte en sinistres – assurance
  • représentant/représentante en réclamations d’assurance

Inclusion(s)

  • rédacteur production/rédactrice production

 

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

Les experts en sinistres

  • enquêter sur les circonstances qui entourent les demandes d’indemnisation afin d’en vérifier la validité;
  • inspecter les dommages causés aux automobiles, aux habitations ou aux autres biens;
  • noter les déclarations des demandeurs et consulter les demandeurs, les témoins, les médecins, ou autres individus concernés, et examiner les dossiers et les rapports afférents aux cas;
  • calculer la somme des pertes ou des dommages couverts par les polices d’assurance;
  • négocier les règlements;
  • rédiger des rapports d’expertise.

Les rédacteurs sinistres

  • réviser, étudier et calculer des demandes d’indemnisation traitées par des experts en sinistres et en autoriser les paiements;
  • étudier les rapports des experts en sinistres et les demandes analogues ou les précédents pour définir l’étendue de la couverture;
  • garantir la validité des réclamations et procéder au règlement de la réclamation selon les procédures et les pratiques de la compagnie;
  • discuter des demandes d’indemnisation avec des avocats, des médecins ou autres personnes ressources;
  • approuver des demandes d’assurance automobile, d’assurance-incendie, d’assurance-invalidité, d’assurance-vie, d’assurance dentaire et d’autres assurances.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est exigé.
  • Un diplôme d’études universitaires ou collégiales ou des études postsecondaires ou plusieurs années d’expérience comme commis aux assurances dans un bureau de réclamations ou dans un bureau d’assurance sont exigés.
  • Plusieurs années de formation en cours d’emploi et une formation spécialisée, en milieu industriel de l’assurance, et des programmes de formation sont exigés.
  • Les experts en sinistres indépendants doivent obtenir un permis d’exercice provincial ou territorial.

Renseignements supplémentaires

  • Un programme de formation, offert par l’Institut d’assurance du Canada ou son équivalent provincial, permet aux experts en sinistres et aux rédacteurs en sinistres d’être reconnus comme Professionnel d’assurance agréé (PAA) ou comme Fellow, Professionnel d’assurance agréé (FPAA), après avoir suivi des cours universitaires supplémentaires.

Les finisseurs de béton lissent et finissent le béton fraîchement coulé, appliquent des produits de cure et de traitement de surface, installent, entretiennent et remettent à neuf diverses structures maçonnées, comme des fondations, des planchers, des plafonds, des trottoirs, des routes, des terrasses extérieures et des immeubles de grande hauteur. Ils sont employés par des entrepreneurs en construction, des entrepreneurs cimentiers et des fabricants de produits préfabriqués en béton, ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Profil

Exemples d’appellations d’emploi

  • Apprenti cimentier-applicateur/apprentie cimentière-applicatrice
  • Finisseur/finisseuse de béton
  • Finisseur/finisseuse de béton préfabriqué
  • Maçon/maçonne en béton
  • Maçon-cimentier/maçonne-cimentière

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • vérifier des coffrages, des couches de fondation granulaire et des éléments d’armature, et diriger la pose du béton sur des surfaces à revêtir en tenant compte de la pente prévue;
  • éliminer des creux et des bosses afin d’épandre uniformément le béton fraîchement coulé;
  • utiliser des rouleaux compresseurs automatiques pour tasser et aplanir des couches de béton;
  • niveler la surface du béton, selon les spécifications de pente et de profondeur, à l’aide de règles à araser ou de taloches;
  • utiliser des outils manuels ou mécaniques pour travailler le béton et lui donner le fini voulu;
  • installer des boulons d’ancrage, des plaques d’acier, des seuils de porte et d’autres accessoires dans le béton fraîchement coulé;
  • appliquer des produits de durcissement et de scellement pour protéger les surfaces en béton;
  • imperméabiliser, hydrofuger et restaurer des surfaces en béton;
  • réparer, refaire ou remplacer la surface de sections usées ou endommagées des planchers, des murs, des chaussées et d’autres ouvrages en béton.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Un programme d’apprentissage de deux à quatre ans ou plus de trois ans d’expérience dans le métier et une formation spécialisée en finition de béton, en milieu scolaire ou industriel, sont habituellement exigés pour être admissible au certificat de qualification.
  • Le certificat de qualification de finisseur de béton est obligatoire au Québec et offert, bien que facultatif, à Terre-Neuve-et-Labrador, en Nouvelle-Écosse, à l’Île-du-Prince-Édouard, au Nouveau-Brunswick, au Manitoba, en Alberta et en Colombie-Britannique.
  • Le certificat de maçon-cimentier est offert, bien que facultatif, en Ontario.
  • Les finisseurs de béton qualifiés peuvent obtenir la mention Sceau rouge après la réussite de l’examen interprovincial Sceau rouge.

Renseignements supplémentaires

  • La mention Sceau rouge permet une mobilité interprovinciale.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de supervision.

Les géoscientifiques incluent les géologues, les géochimistes et les géophysiciens qui exécutent des programmes d’exploration et de recherche qui visent à approfondir la connaissance de la structure, de la composition et des processus de la terre, à localiser, à identifier et à extraire des ressources en hydrocarbures, en minéraux et de la nappe phréatique, et à évaluer et à atténuer les effets des projets de développement et d’enlèvement des déchets sur l’environnement. Les océanographes mènent des programmes d’exploration et de recherche sur les phénomènes et les processus océaniques, les caractéristiques biologiques, chimiques et physiques des océans, les interactions entre les océans et les environnements atmosphériques et géologiques, et les impacts qu’a l’activité humaine sur les écosystèmes océaniques et marins. Les géoscientifiques travaillent dans des sociétés pétrolières et minières, des firmes d’ingénieurs-conseils et d’experts-conseils en géologie et en géophysique, les gouvernements et des établissements d’enseignement, ou ils peuvent être des travailleurs autonomes. Les océanographes travaillent dans les gouvernements, des établissements d’enseignement, et des sociétés privées qui se consacrent à l’exploration de gisements sur le plancher océanique et de zones de mariculture, ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • écogéologue
  • géochimiste
  • géologue
  • géologue minier/géologue minière
  • géologue pétrolier/géologue pétrolière
  • géologue prospecteur/géologue prospectrice
  • géologue spécialiste de la mise en valeur
  • géologue spécialiste de la nappe phréatique
  • géophysicien/géophysicienne
  • glaciologue
  • hydrogéologue
  • hydrologue
  • minéralogiste
  • océanographe
  • paléontologue
  • pétrologue
  • sédimentologue
  • sismologue
  • stratigraphe

 

Fonctions principales

Les géoscientifiques exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • faire de la recherche théorique et appliquée pour améliorer la connaissance des caractéristiques superficielles et souterraines de la terre, de son histoire et de l’opération des systèmes physiques, chimiques et biologiques qui contrôlent son évolution;
  • planifier et diriger des campagnes géologiques, géochimiques et géophysiques et des programmes de forage et d’essais géologiques et y participer;
  • planifier et diriger des programmes de relevés sismiques, géodésiques, électromagnétiques, magnétiques, gravimétriques, radiométriques, par radar et par autres moyens de télédétection, et y participer;
  • planifier et diriger l’analyse des données rassemblées lors des relevés géologiques, géochimiques et géophysiques, des résultats des diagraphies et d’autres tests, des cartes, des notes et des coupes transversales, et y participer;
  • élaborer des modèles et des logiciels appliqués à l’analyse et à l’interprétation des données;
  • planifier et mener des études analytiques de carottes, de déblais de forage et d’échantillons de roches pour en déterminer la composition chimique, minérale, biologique et la composition en hydrocarbures et pour évaluer l’environnement sédimentaire et l’âge géologique;
  • évaluer l’étendue, l’orientation et la composition des gisements de minéraux et d’hydrocarbures;
  • identifier les dépôts de matériaux de construction et déterminer leurs caractéristiques et leur application possible pour les agrégats en béton, les remblais pour des routes ou pour d’autres usages;
  • mener des études géologiques et géophysiques en vue du développement régional et fournir des conseils dans des domaines tels que le choix des emplacements, la gestion des déchets et la restauration des sites contaminés;
  • recommander l’achat de terres, l’exécution de programmes d’exploration et de cartographie et d’exploitation minière;
  • identifier et fournir des conseils sur les risques naturels prévisibles tels que l’érosion des pentes, les glissements de terrain, l’instabilité des sols, l’affaissement de terrains, les tremblements de terre et les éruptions volcaniques;
  • superviser, au besoin, et coordonner les travaux de forage, d’achèvement et de reconditionnement des puits ainsi que les activités minières.
  • Les géologues peuvent se spécialiser dans les domaines tels que la géologie houillère, la géologie environnementale, la géochronologie, l’hydrogéologie, les gisements miniers et minéraux, la géologie du pétrole, la stratigraphie, la géologie tectonique, la volcanologie et d’autres domaines.
  • Les géochimistes peuvent se spécialiser en géochimie analytique, en géochimie pétrolière ou minérale, en hydrogéochimie ou dans d’autres domaines.
  • Les géophysiciens peuvent se spécialiser en géologie du pétrole, en physique de la terre, en géodésie, en géologie électromagnétique, en séismologie, et dans d’autres domaines.

Les océanographes exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes:

  • faire de la recherche océanographique théorique et appliquée pour améliorer la connaissance des caractéristiques et du fonctionnement physique, chimique et biologique des océans;
  • planifier et diriger l’échantillonnage et l’analyse de l’eau marine, de plancton, de poissons, de sédiments et de roches, et y participer;
  • étudier les propriétés physiques des océans afin d’élaborer des modèles, des graphiques, et des simulations par ordinateur de conditions océaniques telles que les marées, les vagues, les courants et le transport de sédiments;
  • étudier à fond le plancher de l’océan et les structures géologiques sous-marines, mener des levés sismiques et étudier la formation de bassins océaniques afin d’établir une représentation graphique du plancher océanique, de l’érosion côtière, de la sédimentation et des zones possibles pour l’exploration extracôtière de pétrole et de gaz;
  • planifier et mener des enquêtes sur les propriétés chimiques des océans, les processus et les planchers océaniques, l’atmosphère marin et les volcans sous-marins afin d’analyser l’impact des changements environnementaux;
  • étudier la vie marine et son interaction avec les environnements physiques et chimiques afin d’évaluer l’impact des polluants sur l’écologie marine et d’élaborer des méthodes de mariculture écologiques.
  • Les océanographes peuvent se spécialiser en océanographie biologique, chimique, géologique ou physique, ou dans d’autres domaines reliés à l’étude des océans.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études universitaires en géologie, en géochimie ou dans un domaine connexe est exigé des géoscientifiques.
  • Une maîtrise ou un doctorat en géophysique, en physique, en mathématiques ou en génie peut être exigé afin d’obtenir un emploi de géophysicien.
  • L’affiliation à une association provinciale ou territoriale d’ingénieurs professionnels, de géologues, de géophysiciens et de géoscientifiques est habituellement exigée pour l’emploi et est obligatoire pour la pratique dans toutes les provinces et tous les territoires sauf à l’Île-du-Prince-Édouard et au Yukon.
  • Les géologues et les géophysiciens peuvent se joindre à une association après avoir obtenu un diplôme reconnu, avoir effectué plusieurs années de travail supervisé et, dans certaines provinces, avoir réussi un examen de compétence.
  • Un diplôme universitaire en sciences, en mathématiques, en statistique ou en ingénierie et un diplôme d’études supérieures sont exigés des océanographes.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet aux personnes de ce groupe de passer d’une spécialité à une autre.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes supérieurs ou de supervision dans ce groupe de base.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de gestion dans l’industrie minière, pétrolière ou dans d’autres industries.

Les gestionnaires de systèmes informatiques planifient, organisent, dirigent, contrôlent et évaluent les activités d’organisations qui analysent, conçoivent, mettent au point, mettent en exploitation, font fonctionner et administrent des logiciels informatiques et de télécommunications, des réseaux et des systèmes informatiques. Ils travaillent dans les secteurs public et privé.

Exemples d’appellations d’emploi

  • directeur/directrice de centre de données
  • directeur/directrice de l’analyse des systèmes et du traitement des données
  • directeur/directrice des systèmes d’information
  • directeur/directrice des systèmes d’information de gestion (SIG)
  • directeur/directrice des systèmes informatiques
  • directeur/directrice du développement de logiciels
  • directeur/directrice du développement des systèmes
  • directeur/directrice du traitement des données
  • directeur/directrice du traitement informatique
  • directeur/directrice en génie logiciel

 

Fonctions principales

Les gestionnaires de systèmes informatiques exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • planifier, organiser, diriger, contrôler et évaluer les activités des services et entreprises s’occupant de systèmes informatiques et de traitement électronique de l’information;
  • élaborer et mettre en oeuvre des politiques et des procédures visant le traitement électronique des données et le développement et les opérations de systèmes informatiques;
  • rencontrer les clients pour discuter des caractéristiques des systèmes, des spécifications techniques, des coûts et des échéanciers;
  • former et gérer des équipes de spécialistes en informatique pour concevoir, mettre au point, mettre en exploitation, faire fonctionner et administrer des logiciels informatiques et de télécommunication, des réseaux et des systèmes informatiques;
  • contrôler le budget et les dépenses d’un service, d’une entreprise ou d’un projet;
  • recruter et superviser des analystes, des ingénieurs et des techniciens en informatique, des programmeurs et d’autres employés, et assurer leur perfectionnement professionnel et leur formation.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat ou une maîtrise en informatique, en administration, en commerce ou en génie est habituellement exigé.
  • Plusieurs années d’expérience en analyse de systèmes, en administration de données, en génie logiciel, en conception de réseaux ou en programmation, y compris une expérience en supervision, sont exigées.

Les gestionnaires en agriculture planifient, organisent, dirigent, contrôlent et évaluent les activités et les travaux d’une exploitation agricole. Ils sont responsables de la culture et de la récolte des produits de la terre, de l’élevage du bétail, de la volaille et d’autres animaux, et de la commercialisation des produits de la ferme. Ils sont habituellement des exploitants propriétaires de leur propre établissement.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Acériculteur/acéricultrice
  • Apiculteur/apicultrice
  • Cultivateur/cultivatrice de blé
  • Cultivateur/cultivatrice de plaques de gazon
  • Directeur/directrice de vignoble
  • Éleveur/éleveuse d’animaux domestiques
  • Éleveur/éleveuse de chevaux
  • Éleveur/éleveuse de porcs
  • Exploitant/exploitante de ferme laitière
  • Exploitant/exploitante de ranch
  • Fruiticulteur/fruiticultrice
  • Horticulteur maraîcher/horticultrice maraîchère
  • Jardinier-maraîcher/jardinière-maraîchère
  • Pomiculteur/pomicultrice
  • Producteur grainier/productrice grainière
  • Producteur/productrice de pommes de terre
  • Producteur/productrice de poulets
  • Viticulteur/viticultrice

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • diriger l’ensemble des activités d’une ferme, d’un ranch ou d’un verger;
  • déterminer le genre et la quantité de cultures à cultiver ainsi que les espèces d’animaux à élever;
  • organiser et coordonner l’ensemencement, la culture et la récolte des produits; élever du bétail, de la volaille et d’autres animaux;
  • engager et gérer le personnel agricole;
  • établir un programme de commercialisation;
  • établir et tenir des registres de production et des registres financiers;
  • acheter des machines agricoles, des animaux, des semences, du fourrage et divers approvisionnements;
  • maintenir en bon état les machines et le matériel agricole et les bâtiments;
  • effectuer des travaux agricoles.

Les gestionnaires en agriculture gèrent des fermes de différentes tailles et peuvent se spécialiser dans la culture de produits tels que le blé, les pommes ou les pommes de terre, ou dans l’élevage des bovins, des porcins ou de la volaille.

Conditions d’accès à la profession

  • Une vaste expérience du domaine agricole acquise dans une ferme, comme fermier, surveillant de ferme, ou ouvrier agricole spécialisé dans la culture ou l’élevage, est habituellement exigée.
  • Un diplôme d’études universitaires ou collégiales en gestion agricole ou autre domaine lié à la production agricole ou à l’élevage peut être exigé.

Exclusions

  • Entrepreneurs/entrepreneuses de services agricoles, surveillants/surveillantes d’exploitations agricoles et ouvriers spécialisés/ouvrières spécialisées dans l’élevage (8252)
  • Gestionnaires en horticulture (0822)

Les gestionnaires en construction domiciliaire possèdent, dirigent et gèrent des entreprises de construction de nouvelles maisons. Les gestionnaires en rénovation domiciliaire possèdent, dirigent et gèrent des entreprises de rénovation de maisons existantes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • constructeur/constructrice de résidences
  • entrepreneur/entrepreneuse de résidences
  • entrepreneur/entrepreneuse en rénovation
  • entrepreneur/entrepreneuse en restauration domiciliaire
  • rénovateur/rénovatrice de résidences

 

Fonctions principales

Les gestionnaires en construction et rénovation domiciliaire exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • planifier, organiser, diriger, contrôler et évaluer les activités d’une entreprise de construction ou de rénovation domiciliaire;
  • préparer des soumissions pour des projets de construction et de rénovation domiciliaire;
  • consulter les clients, les architectes et les ingénieurs au sujet des plans et du cahier des charges;
  • choisir, embaucher et superviser les sous-traitants commerciaux pour accomplir du travail spécialisé, tel que la plomberie, le chauffage et les travaux d’électricité;
  • planifier et préparer les calendriers de travail et coordonner le travail des sous-traitants;
  • vérifier le travail des sous-traitants afin qu’il soit conforme aux normes de qualité, aux plans et au cahier des charges;
  • préparer et tenir un répertoire de fournisseurs et de sous-traitants commerciaux;
  • élaborer et exécuter des stratégies publicitaires et de mise en marché afin de promouvoir les produits et services de l’entreprise;
  • faire, s’il y a lieu, des travaux de menuiserie ou autres travaux au cours de la construction ou de la rénovation d’une maison.

Conditions d’accès à la profession

  • Une vaste expérience dans l’industrie de la construction domiciliaire, y compris de l’expérience comme contremaître, est habituellement exigée pour les constructeurs et les rénovateurs de maisons qui sont des travailleurs autonomes.
  • La certification Leadership in Energy and Environmental Design (LEED) peut être considérée comme un atout lors d’appels d’offres et de l’obtention de projets de construction et de rénovation.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience et la formation prolongées en gestion permettent d’accéder à des postes de cadre supérieur.

Les gestionnaires en horticulture planifient, organisent, dirigent et contrôlent les activités des employés de pépinière et de serre qui cultivent et vendent des arbres, des arbustes, des fleurs et des plantes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Exploitant/exploitante de pépinière
  • Exploitant/exploitante de propriété forestière de production d’arbres de Noël
  • Exploitant/exploitante de serre
  • Floriculteur/floricultrice
  • Gestionnaire de pépinière
  • Gestionnaire de serre
  • Producteur/productrice de plantes – pépinière

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • planifier, organiser, diriger et contrôler les activités de pépinières et de serres;
  • établir les conditions environnementales requises pour cultiver des arbres, des arbustes, des fleurs et des plantes et préparer les calendriers de plantation et de soin en conséquence;
  • déterminer le genre et la quantité de produits à cultiver;
  • surveiller le personnel qui s’occupe de planter, de transplanter, de fertiliser et de vaporiser les produits;
  • identifier et contrôler les insectes, les maladies et les mauvaises herbes;
  • élaborer des plans de marketing;
  • renseigner les clients sur les techniques de jardinage et l’entretien des arbres, des arbustes, des fleurs, des plantes et des pelouses;
  • commander du matériel et des produits tels que des engrais, du matériel d’entretien de pelouses et de jardins et d’autres accessoires de pépinière et de serre;
  • embaucher et gérer le personnel, voir à sa formation et établir les horaires de travail;
  • tenir les registres de l’inventaire, des finances et du personnel.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études collégiales en horticulture est habituellement exigé.
  • De l’expérience en tant que surveillant de pépinière ou de serre est exigée.

Énoncé principal

Les grutiers manoeuvrent des grues ou des pelles à benne traînante pour lever, déplacer et à mettre en place de la machinerie, de l’équipement et d’autres gros objets dans des chantiers de construction ou des sites industriels, des ports, des gares ferroviaires de marchandises, des mines de surface et d’autres emplacements semblables. Ils travaillent pour des compagnies industrielles, des compagnies de construction et de manutention de fret, des sociétés minières et des compagnies ferroviaires.

Exemples d’appellations d’emploi

  • conducteur/conductrice de grue automotrice
  • conducteur/conductrice de grue mobile
  • conducteur/conductrice de pelle à benne traînante – grutage
  • conducteur/conductrice de pont roulant
  • grutier/grutière
  • opérateur/opératrice de grue à flèche sur camion
  • opérateur/opératrice de grue à portique
  • opérateur/opératrice de grue à tour
  • opérateur/opératrice de grue de chantier
  • opérateur/opératrice de grue hissable
  • opérateur/opératrice de treuil (sauf exploitation de mines souterraines)

Inclusion(s)

  • monteur/monteuse (sauf construction navale et assemblage d’aéronefs)

 

Fonctions principales

Les grutiers exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • manoeuvrer des grues automotrices et des grues à tour afin de lever, de déplacer et de mettre en place de l’équipement et des matériaux;
  • effectuer les inspections préalables à l’exécution des travaux et calculer la capacité des grues et le poids en prévision de l’attelage et du levage;
  • manoeuvrer des sonnettes de battage afin d’enfoncer dans le sol des pieux qui serviront d’appui aux bâtiments et aux autres structures;
  • manoeuvrer des grues équipées du matériel nécessaire au dragage des voies navigables et autres endroits;
  • manoeuvrer des grues à portique afin de charger et décharger les navires amarrés à quai;
  • manoeuvrer des grues de relevage servant à déplacer des objets et des matériaux dans des dépôts;
  • manoeuvrer des ponts roulants ou des ponts-grues afin de lever, de déplacer et de mettre en place de la machinerie ou des matériaux;
  • manoeuvrer des grues de plates-formes de forage afin de décharger et de recharger les navires de ravitaillement;
  • manoeuvrer des grues montées sur bateaux ou chalands afin de lever, de déplacer et de mettre en place de l’équipement et des matériaux;
  • manoeuvrer des pelles à benne traînante pour exposer les filons de charbon et les dépôts de minerais dans les mines à ciel ouvert;
  • assembler, au besoin, des grues automotrices sur les lieux;
  • effectuer des travaux d’entretien routinier tels que le nettoyage et la lubrification des grues.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Un programme d’apprentissage d’un à trois ans ou une formation spécialisée de grutier en milieu industriel est habituellement exigé.
  • Le certificat de qualification des opérateurs de grues automotrices, pour certains types de grues, est obligatoire en Nouvelle-Écosse, au Nouveau-Brunswick, au Québec, en Ontario, au Manitoba, en Alberta et en Colombie-Britannique et est offert, bien que facultatif, dans les autres provinces et les Territoires du Nord-Ouest.
  • Le certificat de qualification des opérateurs de grue à tour est obligatoire à Terre-Neuve-et-Labrador, en Nouvelle-Écosse, au Québec, en Ontario, au Manitoba, en Alberta et en Colombie-Britannique et est offert, bien que facultatif, à l’Île-du-Prince-Édouard.
  • Le certificat de qualification des conducteurs de treuil, pour certains types de grues, est obligatoire au Québec, en Ontario, au Manitoba, en Alberta et en Colombie-Britannique et est offert, bien que facultatif, au Nouveau-Brunswick, en Saskatchewan, dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut.
  • Un permis de conduire provincial peut être exigé pour permettre aux conducteurs de grues automotrices de circuler sur les voies publiques.
  • Une certification à l’interne peut être exigée des grutiers par l’employeur.
  • Les opérateurs de grue automotrice et de grue à tour qualifiés peuvent obtenir la mention Sceau rouge après la réussite de l’examen interprovincial Sceau rouge.

Renseignements supplémentaires

  • La mention Sceau rouge permet une mobilité interprovinciale.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de supervision.

Les hygiénistes dentaires assurent un traitement d’hygiène dentaire et donnent des renseignements reliés à la prévention des maladies et des affections des dents et de la bouche. Ils travaillent dans des cabinets de dentistes, des centres hospitaliers, des cliniques, des établissements d’enseignement, des organismes gouvernementaux et dans l’industrie privée. Les thérapeutes dentaires remplissent des fonctions limitées dans le domaine de la médecine dentaire visant la prévention ou le traitement des maladies et des affections des dents et de la bouche. Ils travaillent pour le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux et fournissent des services en milieu rural et dans les régions éloignées.

Exemples d’appellations d’emploi

  • hygiéniste dentaire
  • infirmier dentaire/infirmière dentaire
  • thérapeute dentaire

 

Fonctions principales

Les hygiénistes et les thérapeutes dentaires exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

Hygiénistes dentaires
  • examiner les dents des clients et consulter le dentiste au sujet des soins à leur donner;
  • prendre les empreintes des dents;
  • donner des conseils aux clients sur l’hygiène buccale;
  • nettoyer et stimuler les gencives pour prévenir les maladies des gencives;
  • enlever les taches et le tartre des dents afin de prévenir la carie dentaire et la carie de la racine;
  • enduire les dents de fluorure;
  • prendre des radiographies et les développer;
  • effectuer, s’il y a lieu, des actes de dentisterie restaurative ou d’orthodontie, sous la direction d’un dentiste;
  • superviser, s’il y a lieu, les assistants dentaires dans la prestation des soins de santé.
Thérapeutes dentaires
  • examiner les dents des clients et consulter le dentiste au sujet des soins à leur donner;
  • prendre les empreintes des dents;
  • prendre des radiographies et les développer;
  • enlever les taches et le tartre sur les dents afin de prévenir la carie dentaire et la carie de la racine;
  • enduire les dents de fluorure;
  • donner des conseils aux patients sur les procédures d’hygiène buccale;
  • superviser les assistants dentaires dans la prestation des soins de santé;
  • réparer et obstruer les caries, extraire les dents et remplacer des parties de la couronne dentaire, au besoin.

Conditions d’accès à la profession

  • Un programme de niveau collégial, de un à trois ans, ou tout autre programme en hygiène dentaire reconnu par l’organisme de réglementation dans la province ou le territoire de résidence, est exigé des hygiénistes dentaires.
  • La réussite d’un programme collégial de deux à trois ans, ou des compétences équivalentes d’un établissement dentaire reconnu ou la réussite du programme de dentothérapie offerte par l’Université des Premières Nations du Canada (First Nations University of Canada) de Prince Albert en Saskatchewan, est exigée des thérapeutes dentaires.
  • Un permis d’exercice accordé par l’organisme de réglementation est exigé des hygiénistes dentaires.
  • Un permis d’exercice est exigé des thérapeutes dentaires à Terre-Neuve-et-Labrador, en Saskatchewan, au Yukon, dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut.

Ce groupe de base comprend les infirmiers autorisés, les infirmiers psychiatriques autorisés et les finissants d’un programme en sciences infirmières qui ne sont pas encore autorisés (infirmiers diplômés/bacheliers). Ils dispensent des soins infirmiers aux patients, offrent des programmes d’éducation en soins de la santé et fournissent des services consultatifs concernant des questions relatives à l’exercice en sciences infirmières. Ils travaillent dans divers milieux, y compris les centres hospitaliers, les établissements de soins de santé, les établissements de soins prolongés, les centres de réadaptation, les cabinets de médecins, les cliniques, les organismes communautaires, les entreprises, les maisons privées, et les organismes publics et privés ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • consultant/consultante en soins infirmiers
  • infirmier autorisé/infirmière autorisée
  • infirmier chercheur/infirmière chercheuse
  • infirmier clinicien/infirmière clinicienne
  • infirmier psychiatrique autorisé/infirmière psychiatrique autorisée
  • infirmier/infirmière en santé communautaire
  • infirmier/infirmière en santé du travail
  • infirmier/infirmière en santé publique
  • infirmier/infirmière en soins critiques
  • infirmier/infirmière en soins d’urgence
  • infirmier/infirmière en soins intensifs
  • infirmier/infirmière en soins privés

Inclusion(s)

  • agent/agente de prévention des infections

 

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

Les infirmiers autorisés en soins généraux

  • évaluer les patients afin d’identifier les soins infirmiers appropriés;
  • collaborer avec les autres membres des équipes interdisciplinaires de soins de santé afin de planifier, d’implanter, de coordonner et d’évaluer les soins aux patients en consultation avec les patients et leurs familles;
  • administrer les médicaments et les traitements prescrits par un médecin ou selon les politiques et les protocoles en vigueur;
  • surveiller, évaluer, documenter et consigner les symptômes et les changements dans l’état des patients, et prendre des mesures nécessaires;
  • utiliser du matériel ou des appareils médicaux ou en surveiller l’utilisation;
  • assister les médecins dans les interventions chirurgicales et les autres procédures médicales;
  • superviser, s’il y a lieu, les infirmiers auxiliaires autorisés et les autres membres du personnel infirmier;
  • élaborer et mettre à exécution, s’il y a lieu, la démarche de planification de renvoi des patients lorsque ceux-ci sont admis en établissement;
  • informer et conseiller, au besoin, les patients et leurs familles sur certains aspects de la santé, en collaboration avec d’autres travailleurs dans le domaine de la santé.
  • Les infirmiers autorisés peuvent se spécialiser dans des domaines tels que la chirurgie, les soins obstétriques, les soins psychiatriques, les soins de phase aiguë, la pédiatrie, la gériatrie, la santé communautaire, la médecine du travail, les soins d’urgence, la réadaptation ou l’oncologie.

Les infirmiers en santé du travail

  • élaborent et mettent en oeuvre des programmes d’éducation sur la santé pour les employés et dispensent des soins d’infirmiers autorisés dans des entreprises et industries privées.

Les infirmiers en santé communautaire

  • donnent des renseignements sur la santé et des soins d’infirmiers autorisés dans des unités de santé publique et à domicile, ils gèrent les cas complexes de soins à domicile, prennent part à des évaluations des besoins de la collectivité et à l’élaboration de programmes, effectuent des tests de dépistage de maladies et assurent la prestation de programmes d’immunisation.

Les infirmiers en psychiatrie

  • dispensent des soins infirmiers et des services de counselling et donnent des cours de dynamique de la vie aux patients dans les hôpitaux psychiatriques, les cliniques de santé mentale, les établissements de soins de longue durée ainsi qu’au sein de la collectivité.

Les consultants en soins infirmiers

  • fournissent des services consultatifs à des établissements, à des associations et à des organisations de soins de santé sur les questions et les préoccupations relatives à la profession d’infirmier et à l’exercice en sciences infirmières.

Les chercheurs infirmiers en sciences infirmières

  • effectuent des travaux de recherche liés aux sciences infirmières, en tant que travailleurs autonomes ou employés de centres hospitaliers, d’organismes privés et publics et du gouvernement.

Les infirmiers cliniciens

  • fournissent leadership, conseils et orientation en ce qui concerne la prestation de soins basés sur la recherche à des groupes précis de patients dont le soin relève d’organisations de soins de santé particulières.

Conditions d’accès à la profession

Infirmiers autorisés

  • Un diplôme d’études universitaires ou collégiales, ou la réussite d’un autre programme reconnu en sciences infirmières est exigé.
  • De l’expérience ou une formation supplémentaire est exigée pour pouvoir se spécialiser dans un domaine particulier des sciences infirmières.
  • Une maîtrise ou un doctorat en sciences infirmières est habituellement exigé des infirmiers cliniciens spécialisés, des infirmiers cliniciens, des consultants en soins infirmiers et des chercheurs en sciences infirmières.
  • Un permis d’exercice d’un organisme de réglementation provincial ou territorial est exigé dans toutes les provinces et tous les territoires.

Infirmiers psychiatriques autorisés

  • Un programme de niveau collégial ou universitaire d’infirmier psychiatrique autorisé est exigé.
  • Un permis d’exercice est exigé au Manitoba, en Saskatchewan, en Alberta, en Colombie-Britannique et au Yukon.

Renseignements supplémentaires

  • La qualification des infirmiers formés exclusivement en tant qu’infirmier psychiatrique autorisé est règlementée au Manitoba, en Saskatchewan, en Alberta et en Colombie-Britannique. Dans toutes les autres provinces et tous les territoires, les infirmiers autorisés peuvent travailler en tant qu’infirmiers psychiatriques sans permis additionnel d’infirmier psychiatrique autorisé.
  • L’expérience permet aux infirmiers autorisés et aux infirmiers psychiatriques autorisés d’accéder à des postes de supervision ou de direction.

Les infirmiers auxiliaires administrent des soins infirmiers aux patients, habituellement sous la supervision des médecins, des infirmiers autorisés ou d’autres membres de l’équipe de santé. Les techniciens de salle d’opération préparent les patients et assistent les médecins praticiens avant et pendant les chirurgies. Les infirmiers auxiliaires travaillent dans des centres hospitaliers, des maisons de soins infirmiers, des établissements de soins prolongés, des centres de réadaptation, des cabinets de médecins, des cliniques, des entreprises, des centres de santé communautaire et chez des particuliers. Les techniciens de salle d’opération travaillent dans les centres hospitaliers.

Exemples d’appellations d’emploi

  • infirmier auxiliaire autorisé/infirmière auxiliaire autorisée
  • infirmier auxiliaire diplômé/infirmière auxiliaire diplômée
  • infirmier auxiliaire immatriculé/infirmière auxiliaire immatriculée
  • technicien/technicienne de salle d’opération

 

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

Infirmiers auxiliaires
  • fournir des services infirmiers, dans les limites de l’exercice professionnel, aux patients selon leur évaluation et les procédures du plan d’intervention des soins;
  • faire des interventions infirmières, par exemple, contrôler les signes vitaux des patients, appliquer les techniques d’asepsie, y compris faire des pansements stériles, assurer le contrôle des infections, contrôler l’alimentation des patients et prélever des spécimens;
  • administrer des médicaments, en observer les effets thérapeutiques et consigner les résultats de ces observations;
  • administrer des soins personnels avant et après les interventions chirurgicales et réconforter les patients;
  • contrôler l’inhalothérapie et la thérapie intraveineuse en cours;
  • surveiller les progrès des patients, évaluer et documenter l’efficacité des interventions infirmières et collaborer avec les autres membres de l’équipe médicale;
  • informer les patients et leurs familles sur certains aspects de la santé et de la sécurité.
Techniciens de salle d’opération
  • préparer les patients pour une intervention chirurgicale en lavant, en rasant et en aseptisant les champs opératoires;
  • préparer les instruments et l’équipement nécessaires à l’opération, aider l’équipe chirurgicale à revêtir des chemises d’hôpital et des gants et donner aux chirurgiens les instruments demandés pendant l’opération;
  • surveiller l’état des patients pendant la chirurgie, tel que l’absorption, l’élimination et des pertes sanguines, communiquer et documenter tout changement;
  • nettoyer et stériliser la salle d’opération et les instruments.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études collégiales ou la réussite d’un programme de formation pratique ou d’un autre programme reconnu est exigé des infirmiers auxiliaires.
  • L’adhésion à un organisme de réglementation est exigée dans toutes les provinces et tous les territoires.
  • La réussite d’un examen professionnel est exigée dans toutes les provinces et tous les territoires.
  • Une formation scolaire supplémentaire en techniques de salle d’opération est exigée des techniciens de salle d’opération.

Renseignements supplémentaires

  • L’obligation de travailler sous la supervision d’un médecin ou d’un infirmier autorisé varie d’une province ou d’un territoire à l’autre.

Les ingénieurs chimistes recherchent, conçoivent et mettent au point du matériel et des procédés de transformation chimique, supervisent l’exploitation et l’entretien d’usines dans les industries de la chimie, des plastiques, des produits pharmaceutiques, des ressources, des pâtes et papiers et de la transformation des aliments, et exécutent des tâches liées au contrôle de la qualité, à la protection de l’environnement et au génie biochimique et biotechnique. Ils travaillent dans une vaste gamme d’industries de fabrication et de traitement, des firmes de consultants, la fonction publique, des instituts de recherche et des établissements d’enseignement.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Ingénieur chimiste/ingénieure chimiste de projets
  • Ingénieur chimiste/ingénieure chimiste des pâtes et papiers
  • Ingénieur chimiste/ingénieure chimiste du contrôle des procédés
  • Ingénieur/ingénieure de raffinerie
  • Ingénieur/ingénieure des adhésifs
  • Ingénieur/ingénieure des combustibles liquides
  • Ingénieur/ingénieure des polymères
  • Ingénieur/ingénieure des procédés chimiques
  • Ingénieur/ingénieure en biochimie
  • Ingénieur/ingénieure en biotechnique
  • Ingénieur/ingénieure en chimie de l’environnement
  • Ingénieur/ingénieure en hygiène industrielle
  • Ingénieur/ingénieure en pétrochimie
  • Ingénieur/ingénieure en traitement des déchets
  • Ingénieur/ingénieure en traitement des déchets industriels
Inclusions
  • Ingénieur/ingénieure du transport par pipeline

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • effectuer des études de faisabilité économique et technique dans des domaines reliés aux industries de la chimie, du pétrole, des pâtes et papiers, des aliments et autres industries de transformation;
  • effectuer des recherches visant à élaborer ou à améliorer les procédés, les réactions et les produits chimiques;
  • évaluer le matériel et les techniques de transformation chimique et déterminer les spécifications de production;
  • concevoir et mettre à l’essai des installations et du matériel de traitement chimique et autres processus connexes;
  • surveiller la construction, la modification, l’exploitation et l’entretien d’installations pilotes, d’unités ou d’installations de traitement;
  • mettre sur pied et diriger des programmes de contrôle de la qualité, des procédures d’opération et des stratégies de contrôle pour assurer l’uniformité et la conformité aux normes en ce qui a trait aux matières premières, aux produits, aux déchets ou aux émissions;
  • préparer des documents contractuels et évaluer des soumissions portant sur les aspects de processus des travaux de construction industrielle;
  • superviser des techniciens, des technologues et d’autres ingénieurs;
  • s’acquitter, au besoin, de tâches administratives notamment élaborer des directives et des prescriptions concernant la manutention des produits chimiques dangereux, la protection de l’environnement ou des normes sur les aliments, les matériaux et les produits de consommation.

Les ingénieurs chimistes peuvent se spécialiser dans le domaine des produits et des procédés d’un secteur industriel particulier, tel que la fabrication des pâtes et papiers, les produits pharmaceutiques, le raffinage du pétrole, le traitement de l’énergie, les plastiques, l’extraction et l’affinage des minerais ou la production d’adhésifs et de revêtements. Ils peuvent aussi se spécialiser dans des domaines fonctionnels de diverses industries, tels que le contrôle des procédés, le contrôle de la pollution ou les processus de fermentation.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat en génie chimique ou dans une discipline connexe du génie est exigé.
  • Un doctorat ou une maîtrise dans une discipline connexe du génie peut être exigé.
  • L’appartenance à une association provinciale ou territoriale d’ingénieurs professionnels est exigée pour approuver des dessins et des rapports techniques et pour exercer la profession à titre d’ingénieur (Ing.).
  • L’affiliation à une association professionnelle est possible après l’obtention d’un diplôme dans un programme d’enseignement agréé, une expérience de travail de trois ou quatre ans sous supervision en génie et la réussite d’un examen sur l’exercice de la profession.

Renseignements supplémentaires

  • Il y a une très grande mobilité entre les spécialisations de génie chimique dans les postes aux niveaux inférieurs.
  • L’expérience est exigée afin d’accéder à des postes supérieurs ou de supervision dans ce groupe de base.
  • Les ingénieurs travaillent souvent dans un environnement multidisciplinaire et acquièrent des connaissances et des compétences qui leur permettent d’exercer leur profession dans les domaines connexes des sciences, du génie, des ventes, de la commercialisation ou de la gestion.
  • Les ingénieurs chimistes travaillent en étroite collaboration avec les chimistes et d’autres scientifiques et ingénieurs. La mobilité est possible entre certains champs de spécialisation de ces disciplines.

Les ingénieurs civils planifient, conçoivent, élaborent et dirigent des projets de construction ou de réparation de bâtiments, de structures terrestres, de centrales électriques, de routes, d’aéroports, de chemins de fer, de réseaux de transport rapide, de ponts, de tunnels, de canaux, de barrages, d’installations portuaires et côtières ainsi que de systèmes liés aux services routiers et de transport, aux services de distribution d’eau et aux services sanitaires. Les ingénieurs civils peuvent également se spécialiser dans l’analyse des fondations, dans l’inspection des bâtiments et des charpentes, dans l’arpentage, dans la géomatique et dans la planification municipale. Ils travaillent dans des firmes d’ingénieurs-conseils, à tous les ordres de gouvernement, dans des entreprises de construction et dans de nombreux autres secteurs industriels ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • ingénieur arpenteur/ingénieure arpenteuse
  • ingénieur civil/ingénieure civile
  • ingénieur municipal/ingénieure municipale
  • ingénieur sanitaire/ingénieure sanitaire
  • ingénieur/ingénieure de la circulation
  • ingénieur/ingénieure de ponts
  • ingénieur/ingénieure de projet de construction
  • ingénieur/ingénieure de structures
  • ingénieur/ingénieure des routes
  • ingénieur/ingénieure des transports
  • ingénieur/ingénieure des travaux publics
  • ingénieur/ingénieure en construction
  • ingénieur/ingénieure en environnement
  • ingénieur/ingénieure en géomatique
  • ingénieur/ingénieure en gestion des eaux
  • ingénieur/ingénieure en hydraulique
  • ingénieur/ingénieure en levés géodésiques

Inclusion(s)

  • ingénieur/ingénieure de systèmes d’information spatiale

 

Fonctions principales

Les ingénieurs civils exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • s’entretenir avec les clients et les autres membres de l’équipe d’ingénieurs et effectuer des recherches pour déterminer les exigences relatives à la réalisation des projets;
  • planifier et concevoir de grands ouvrages de génie civil tels que des bâtiments, des routes, des ponts, des barrages, des installations d’alimentation en eau et de gestion des déchets et des ouvrages en acier structurel;
  • élaborer des devis descriptifs et des méthodes de construction;
  • évaluer divers matériaux de construction et formuler des recommandations à ce sujet;
  • étudier, interpréter et approuver des travaux d’arpentage et des ouvrages de génie civil;
  • fournir des services de génie civil sur le terrain;
  • s’assurer que les plans satisfont aux lignes directrices, aux prescriptions des codes du bâtiment et à d’autres règlements;
  • préparer les calendriers d’exécution et voir à ce qu’ils soient respectés;
  • effectuer des études de faisabilité, des analyses économiques, des études sur la circulation municipale et régionale, des études des répercussions sur l’environnement et autres études;
  • surveiller la qualité de l’air, de l’eau et du sol et élaborer des méthodes de nettoyage des sites contaminés;
  • effectuer des analyses techniques des données de levés afin d’obtenir des renseignements sur la topographie, le sol, l’hydrologie et autres renseignements et rédiger des rapports;
  • agir à titre de chargé de projet ou de chantier pour les travaux d’arpentage ou de construction;
  • préparer des documents contractuels et étudier et évaluer des soumissions concernant des projets de construction;
  • superviser le travail des techniciens, des technologues et autres ingénieurs et examiner et approuver des travaux de conception, des calculs et des estimations de coûts.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat en génie civil ou dans une discipline connexe du génie est exigé.
  • Un doctorat ou une maîtrise dans une discipline connexe du génie peut être exigé.
  • L’appartenance à une association provinciale ou territoriale d’ingénieurs professionnels est exigée pour approuver des dessins et des rapports techniques et pour exercer la profession à titre d’ingénieur (Ing.).
  • L’affiliation à une association professionnelle est possible après l’obtention d’un diplôme dans un programme d’enseignement agréé, une expérience de travail de trois ou quatre ans sous supervision en génie et la réussite d’un examen sur l’exercice de la profession.
  • La certification Leadership in Energy and Environmental Design (LEED) est offerte par le Conseil du bâtiment durable du Canada et peut être exigé par certains employeurs.

Renseignements supplémentaires

  • Il y a une très grande mobilité entre les spécialisations de génie civil dans les postes de niveau inférieur.
  • L’expérience est exigée afin d’accéder à des postes supérieurs ou de supervision dans ce groupe de base.
  • Les ingénieurs travaillent souvent dans un environnement multidisciplinaire et acquièrent des connaissances et des compétences qui leur permettent d’exercer leur profession dans les domaines connexes des sciences, du génie, des ventes, de la commercialisation ou de la gestion.

Les ingénieurs électriciens et électroniciens conçoivent, planifient, étudient, évaluent et mettent à l’essai de l’équipement et des systèmes électriques et électroniques. Ils travaillent pour des services publics d’électricité, des entreprises de télécommunications, des fabricants de matériel électrique et électronique, des firmes de consultants et pour une gamme variée d’industries de fabrication, de transformation et de transport et pour la fonction publique.

Exemples d’appellations d’emploi

  • ingénieur concepteur/ingénieure conceptrice d’éclairage routier
  • ingénieur concepteur/ingénieure conceptrice en électricité
  • ingénieur électricien/ingénieure électricienne
  • ingénieur électronicien/ingénieure électronicienne
  • ingénieur/ingénieure de réseaux électriques
  • ingénieur/ingénieure de systèmes de commande
  • ingénieur/ingénieure de systèmes de télévision
  • ingénieur/ingénieure d’essais en électronique
  • ingénieur/ingénieure en avionique
  • ingénieur/ingénieure en contrôle de procédés électriques
  • ingénieur/ingénieure en instrumentation et en contrôle
  • ingénieur/ingénieure en planification de la distribution électrique
  • ingénieur/ingénieure en planification de systèmes électriques

 

Fonctions principales

Les ingénieurs électriciens et électroniciens exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • diriger des recherches en matière de faisabilité, de conception, d’exploitation et de performance des réseaux de production et de transmission d’électricité, des composants et des appareillages électriques et des systèmes électroniques de communication, d’instrumentation et de contrôle;
  • préparer des estimations de coûts et de temps ainsi que des devis de conception pour les systèmes et les installations électriques et électroniques, et rédiger des rapports;
  • concevoir des circuits, des composants, des réseaux et des installations électriques et électroniques;
  • mener des simulations, des caractérisations, des modélisations de processus et de l’intégration de micro ou de nanodispositifs dans l’élaboration de nouveaux produits et dispositifs électroniques;
  • surveiller et vérifier l’installation, la modification, la mise à l’essai et le fonctionnement des systèmes et des appareils électriques et électroniques;
  • élaborer des normes d’entretien et d’exploitation pour les systèmes et les appareils électriques et électroniques;
  • rechercher la cause des défaillances du matériel électrique et électronique;
  • préparer des documents contractuels et évaluer des soumissions portant sur des travaux de construction ou d’entretien industriels;
  • superviser des techniciens, des technologues, des programmeurs, des analystes et d’autres ingénieurs.
  • Les ingénieurs électriciens et électroniciens peuvent se spécialiser dans un certain nombre de domaines, notamment la conception d’installations électriques résidentielles, commerciales ou industrielles, la production et la transmission d’énergie électrique et les systèmes d’instrumentation et de contrôle.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat en génie électrique ou électronique ou dans une discipline connexe du génie est exigé.
  • Une maîtrise ou un doctorat dans une discipline connexe du génie peut être exigé.
  • Un permis d’exercice émis par une association provinciale ou territoriale d’ingénieurs professionnels est exigé pour pouvoir approuver des dessins et des rapports techniques et pour exercer la profession à titre d’ingénieur (Ing.).
  • L’affiliation à une association professionnelle est possible après l’obtention d’un diplôme dans un programme d’enseignement agréé, une expérience de travail sous supervision de trois ou quatre ans en génie et la réussite d’un examen sur l’exercice de la profession.
  • La certification Leadership in Energy and Environmental Design (LEED) est offerte par le Conseil du bâtiment durable du Canada et peut être exigée par certains employeurs.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience est exigée afin d’accéder à des postes supérieurs ou de supervision dans ce groupe de base.
  • Les ingénieurs travaillent souvent dans un environnement multidisciplinaire et acquièrent des connaissances et des compétences qui leur permettent d’exercer leur profession dans les domaines connexes des sciences, du génie, des ventes, de la commercialisation ou de la gestion.

Les ingénieurs informaticiens (sauf ingénieurs et concepteurs en logiciel) font de la recherche, planifient, conçoivent, élaborent et évaluent des ordinateurs et du matériel connexe ainsi que des réseaux informatiques d’information et de communication, dont des systèmes sur ordinateur principal, des réseaux locaux et des réseaux étendus, des réseaux à fibres optiques, des réseaux de communication sans fil, des intranets, Internet et d’autres systèmes de communication de données. Ils travaillent pour des fabricants de matériel informatique et de télécommunications, dans des entreprises de génie, de fabrication et de télécommunications, dans des cabinets d’expertise en informatique, dans des organismes gouvernementaux et des établissements d’enseignement et de recherche et dans les services informatiques des entreprises des secteurs privé et public.

Exemples d’appellations d’emploi

  • architecte de matériel technique
  • concepteur/conceptrice de cartes de circuit imprimé pour matériel
  • concepteur/conceptrice de réseaux à fibres optiques
  • concepteur/conceptrice de systèmes – matériel
  • ingénieur/ingénieure de réseaux de communication sans fil
  • ingénieur/ingénieure d’essai de réseaux
  • ingénieur/ingénieure en développement du matériel
  • ingénieur/ingénieure en matériel de télécommunications
  • ingénieur/ingénieure en matériel informatique

 

Fonctions principales

Les ingénieurs informaticiens (sauf ingénieurs en logiciel) exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

Ingénieurs informaticiens et ingénieurs en matériel de télécommunications
  • analyser les besoins des utilisateurs et concevoir et mettre au point une architecture de système et des spécifications;
  • faire des recherches, concevoir, mettre au point et intégrer du matériel informatique et de télécommunications comme des microprocesseurs, des circuits intégrés et des lasers semi-conducteurs;
  • concevoir et effectuer des simulations de contrôle et des essais au banc des composantes;
  • superviser, inspecter et assurer le soutien en matière de conception pendant la fabrication, et la mise en application du matériel informatique et de télécommunications;
  • forger et entretenir des relations avec les fournisseurs et les clients;
  • diriger et coordonner, s’il y a lieu, une équipe d’ingénieurs, de technologues, de techniciens et de dessinateurs aux fins de conception et d’élaboration de matériel informatique et de télécommunications.
Ingénieurs en systèmes de réseaux et ingénieurs de la communication de données
  • faire des recherches, concevoir et élaborer l’architecture des réseaux de communication et d’information;
  • faire des recherches, évaluer et intégrer les réseaux avec le matériel et les logiciels de communication de données;
  • évaluer, documenter et optimiser la capacité et la performance des réseaux de communication et d’information;
  • diriger et coordonner, s’il y a lieu, des équipes de spécialistes en conception aux fins de conception et d’intégration d’architecture de systèmes d’information et de communication, de matériel et de logiciels.
  • Les ingénieurs informaticiens peuvent se spécialiser dans divers domaines, dont le traitement des signaux analogues et numériques, les circuits intégrés, les micro-ondes, les fibres optiques, les lasers, les microprocesseurs et la radioastronomie.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat en génie informatique, électrique ou électronique ou en génie physique est exigé des ingénieurs informaticiens.
  • Une maîtrise ou un doctorat dans une discipline du génie connexe peut être exigé.
  • Un permis d’exercice émis par une association provinciale ou territoriale d’ingénieurs est exigé pour approuver des dessins et des rapports techniques et exercer la profession à titre d’ingénieur (Ing.).
  • L’affiliation à une association professionnelle est possible après l’obtention d’un diplôme dans un programme d’enseignement agréé, une expérience de travail de trois ou quatre ans sous supervision en génie et la réussite d’un examen sur l’exercice de la profession.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience est exigée afin d’accéder à des postes supérieurs ou de supervision dans ce groupe de base.
  • Les ingénieurs travaillent souvent dans un environnement multidisciplinaire et acquièrent des connaissances et des compétences qui leur permettent d’exercer leur profession dans les domaines connexes des sciences, du génie, des ventes, de la commercialisation ou de la gestion.

Les ingénieurs mécaniciens étudient, conçoivent et élaborent des appareils et des systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation, de production d’énergie, de transport, de traitement et de fabrication. Ils exécutent également des tâches liées à l’évaluation, à la mise en place, à l’exploitation et à l’entretien d’installations mécaniques. Les ingénieurs mécaniciens travaillent dans des firmes de consultants, des services de production d’énergie et dans une grande variété d’industries de fabrication, de transformation et de transport, ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • ingénieur acousticien/ingénieure acousticienne
  • ingénieur concepteur/ingénieure conceptrice en génie thermique
  • ingénieur frigoriste/ingénieure frigoriste
  • ingénieur mécanicien/ingénieure mécanicienne
  • ingénieur mécanicien/ingénieure mécanicienne d’entretien
  • ingénieur/ingénieure de l’automobile
  • ingénieur/ingénieure en chauffage, ventilation et climatisation (CVC)
  • ingénieur/ingénieure en conception mécanique
  • ingénieur/ingénieure en économie d’énergie
  • ingénieur/ingénieure en fabrication d’outils
  • ingénieur/ingénieure en génie nucléaire
  • ingénieur/ingénieure en mécanique des fluides
  • ingénieur/ingénieure en production d’électricité
  • ingénieur/ingénieure en robotique
  • ingénieur/ingénieure en tuyauterie

 

Fonctions principales

Les ingénieurs mécaniciens exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • effectuer des recherches sur la faisabilité, la conception, l’exploitation et la performance de mécanismes, des composants et des systèmes;
  • planifier et diriger des projets et préparer les matériaux, des estimations de coûts et de temps, des rapports et des devis de conception concernant la machinerie et les systèmes;
  • concevoir des centrales, des machines, des composants, des outils, des appareils et du matériel;
  • analyser la dynamique et les vibrations des systèmes et structures mécaniques;
  • surveiller et inspecter la mise en place, la modification et la mise en service d’installations mécaniques sur des chantiers de construction ou dans des locaux industriels;
  • élaborer des normes d’entretien, les horaires et programmes d’entretien et encadrer les équipes d’entretien industriel;
  • rechercher la cause des défaillances mécaniques ou des problèmes d’entretien non prévus;
  • préparer des documents contractuels et évaluer des soumissions portant sur des travaux de construction ou d’entretien industriel;
  • superviser des techniciens, des technologues et autres ingénieurs et réviser et approuver les designs, les calculs et les coûts estimatifs.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat en génie mécanique ou dans une discipline connexe du génie est exigé.
  • Un doctorat ou une maîtrise dans une discipline connexe du génie peut être exigé.
  • L’appartenance à une association provinciale ou territoriale d’ingénieurs professionnels est exigée pour approuver des dessins et des rapports techniques et pour exercer la profession à titre d’ingénieur (Ing.).
  • L’affiliation à une association professionnelle est possible après l’obtention d’un diplôme dans un programme d’enseignement agréé, une expérience de travail sous supervision de trois ou quatre ans en génie et la réussite d’un examen sur l’exercice de la profession.

Renseignements supplémentaires

  • Il y a une très grande mobilité entre les spécialisations de génie mécanique dans les postes de niveaux inférieurs.
  • L’expérience est exigée afin d’accéder à des postes supérieurs ou de supervision dans ce groupe de base.
  • Les ingénieurs mécaniciens travaillent en étroite collaboration avec les ingénieurs civils, électriciens, chimistes, industriels, les ingénieurs de l’aérospatiale et autres ingénieurs. La mobilité est possible entre certains champs de spécialisation de ces disciplines.
  • Les ingénieurs travaillent souvent dans un environnement multidisciplinaire et acquièrent des connaissances et des compétences qui leur permettent d’exercer leur profession dans les domaines connexes des sciences, du génie, des ventes, de la commercialisation ou de la gestion.

Les ingénieurs miniers planifient, conçoivent, organisent et supervisent l’aménagement des mines, des installations minières, des systèmes et du matériel. Ils préparent et supervisent l’extraction des minéraux et minerais métallifères et non métallifères dans des mines souterraines ou à ciel ouvert. Ils travaillent dans des sociétés minières, des firmes d’ingénieurs-conseils, des usines de fabrication, la fonction publique et dans des instituts de recherche et des établissements d’enseignement.

Exemples d’appellations d’emploi

  • ingénieur minier/ingénieure minière
  • ingénieur/ingénieure en aération de mines
  • ingénieur/ingénieure en conception de mines
  • ingénieur/ingénieure en minerais
  • ingénieur/ingénieure en mise en valeur de mines
  • ingénieur/ingénieure en production minière
  • ingénieur/ingénieure en schémas d’installation de mines
  • ingénieur/ingénieure en sécurité des mines

 

Fonctions principales

Les ingénieurs miniers exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • effectuer des levés et des études préliminaires sur le minerai, les dépôts miniers ou de houille afin d’évaluer la faisabilité économique et environnementale de futures opérations minières;
  • déterminer les méthodes sécuritaires et efficaces d’exploitation de gisements miniers;
  • déterminer les méthodes appropriées de forage et de dynamitage pour l’exploitation minière, la construction ou la démolition et donner des conseils sur ces méthodes;
  • concevoir des puits, des systèmes d’aération, des services miniers, des systèmes de traction et des structures de soutien;
  • concevoir, élaborer et mettre à l’essai des applications informatiques pour la conception, la modélisation, la représentation cartographique des mines et la surveillance des conditions dans les mines;
  • planifier et concevoir ou choisir la machinerie d’extraction minière et de traitement minier en collaboration avec d’autres spécialistes du génie minier;
  • planifier, organiser et superviser la mise en valeur des mines et de leurs structures et l’opération et l’entretien des mines;
  • préparer des devis estimatifs des opérations et des projets, ainsi que des calendriers d’exécution et des rapports;
  • mettre en pratique et coordonner des programmes de sécurité minière;
  • superviser et coordonner le travail des techniciens, des technologues, du personnel d’arpentage et d’autres ingénieurs et scientifiques.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat en génie minier ou dans une discipline connexe du génie est exigé.
  • Un doctorat ou une maîtrise dans une discipline connexe du génie peut être exigé.
  • L’appartenance à une association provinciale ou territoriale d’ingénieurs professionnels est exigée pour approuver des dessins et des rapports techniques et pour exercer la profession à titre d’ingénieur (Ing.).
  • L’affiliation à une association professionnelle est possible après l’obtention d’un diplôme dans un programme d’enseignement agréé, une expérience de travail de trois ou quatre ans sous supervision en génie et la réussite d’un examen sur l’exercice de la profession.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience est exigée afin d’accéder à des postes supérieurs ou de supervision dans ce groupe de base.
  • Les ingénieurs miniers travaillent en étroite collaboration avec les géologues, les ingénieurs géologues, les ingénieurs métallurgistes et autres ingénieurs et scientifiques. La mobilité est possible entre certains champs de spécialisation de ces disciplines.
  • Les ingénieurs travaillent souvent dans un environnement multidisciplinaire et acquièrent des connaissances et des compétences qui leur permettent d’exercer leur profession dans les domaines connexes des sciences, du génie, des ventes, de la commercialisation ou de la gestion.

Les ingénieurs d’industrie et de fabrication mènent des études, élaborent et supervisent des programmes visant l’utilisation optimale du matériel, des ressources humaines, de la technologie, des matériaux et des procédés en vue d’améliorer l’efficacité et la productivité. Ils travaillent dans des firmes de consultants, des usines de fabrication et de traitement, dans la fonction publique et dans des institutions financières, de santé et autres. Ils peuvent également être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • ingénieur industriel/ingénieure industrielle
  • ingénieur/ingénieure d’usine
  • ingénieur/ingénieure en contrôle de la qualité
  • ingénieur/ingénieure en fabrication
  • ingénieur/ingénieure en mesure du travail
  • ingénieur/ingénieure en prévention des incendies
  • ingénieur/ingénieure en production
  • ingénieur/ingénieure en production assistée par ordinateur (PAO)
  • ingénieur/ingénieure en sécurité

 

Fonctions principales

Les ingénieurs d’industrie et de fabrication exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • concevoir et établir les plans d’aménagement de l’usine et des installations;
  • étudier la machinerie et les installations nouvelles et recommander ou choisir des combinaisons efficaces;
  • élaborer des systèmes et des méthodes de fabrication souples ou intégrés;
  • effectuer des études et mettre en place des programmes visant à tenir les stocks à un niveau optimum pour la production et permettre une utilisation optimale de la machinerie, des matériaux et des ressources;
  • analyser les coûts de production;
  • concevoir, élaborer et mener des études de temps et des programmes de simplification du travail;
  • déterminer les ressources humaines et les compétences requises et élaborer des programmes de formation;
  • établir des normes de rendement, des systèmes d’évaluation, des échelles de salaires et des programmes d’encouragement;
  • effectuer des études sur la fiabilité et le rendement des installations de l’usine et des systèmes de production et d’administration;
  • élaborer des normes, des calendriers et des programmes d’entretien;
  • établir des programmes et mener des études visant à améliorer l’hygiène et la sécurité industrielles ou à identifier les risques d’incendie et autres dangers et à y apporter des mesures correctives;
  • évaluer ou inventorier les installations industrielles;
  • superviser des techniciens, des technologues, des analystes, du personnel administratif et d’autres ingénieurs.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat en génie industriel ou dans une discipline connexe du génie est exigé.
  • Un doctorat ou une maîtrise dans une discipline connexe du génie peut être exigé.
  • L’appartenance à une association provinciale ou territoriale d’ingénieurs professionnels est exigée pour approuver des dessins et des rapports techniques et pour exercer la profession à titre d’ingénieur (Ing.).
  • L’affiliation à une association professionnelle est possible après l’obtention d’un diplôme dans un programme d’enseignement agréé, une expérience de travail de trois ou quatre ans sous supervision en génie et la réussite d’un examen sur l’exercice de la profession.

Renseignements supplémentaires

  • Les ingénieurs d’industrie élaborent et mettent en oeuvre des systèmes organisationnels et de gestion, et les ingénieurs de fabrication conçoivent des procédés de production.
  • Il y a une très grande mobilité entre les spécialisations de génie industriel dans les postes aux niveaux inférieurs.
  • L’expérience est exigée afin d’accéder à des postes supérieurs ou de supervision dans ce groupe de base.
  • Les ingénieurs travaillent souvent dans un environnement multidisciplinaire et acquièrent des connaissances et des compétences qui leur permettent d’exercer leur profession dans les domaines connexes des sciences, du génie, des ventes, de la commercialisation ou de la gestion.

Les ingénieurs en aérospatiale font de la recherche et travaillent à la conception et à la mise au point de véhicules et de systèmes aérospatiaux et de leurs composantes. Ils effectuent des tâches liées à la mise à l’essai, à l’évaluation, à l’installation, à la mise en opération et à l’entretien de ces véhicules et systèmes. Ils travaillent pour des fabricants d’aéronefs et d’engins spatiaux, des transporteurs aériens, la fonction publique, et dans des instituts de recherche et des établissements d’enseignement.

Exemples d’appellations d’emploi

  • ingénieur/ingénieure en aérodynamique
  • ingénieur/ingénieure en aéronautique
  • ingénieur/ingénieure en aérospatiale
  • ingénieur/ingénieure en aérospatiale – contraintes des matériaux
  • ingénieur/ingénieure en conception d’aéronefs
  • ingénieur/ingénieure en essais aérospatiaux
  • ingénieur/ingénieure en structures aérospatiales
  • ingénieur/ingénieure en systèmes aérospatiaux

 

Fonctions principales

Les ingénieurs en aérospatiale exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • concevoir et mettre au point des véhicules, des systèmes et des composantes aérospatiaux, par exemple des aéronefs, des engins spatiaux, des missiles, des satellites et des systèmes de communication dans l’espace;
  • mettre au point et diriger des simulations informatiques de véhicules, de systèmes et de composantes aérospatiaux en ayant recours à des modèles mathématiques avancés;
  • préparer les spécifications du matériel et des procédés utilisés dans la fabrication, l’entretien, la réparation ou la modification de l’aérospatiale;
  • superviser et coordonner la fabrication, l’assemblage, la modification, la réparation et la révision de l’aéronef ou de l’engin spatial;
  • coordonner les vols d’essai et les essais au sol des aéronefs et des engins spatiaux;
  • élaborer des prescriptions d’emploi, des calendriers d’entretien et des manuels pour les opérateurs;
  • élaborer les phases techniques du soutien logistique et opérationnel des véhicules et systèmes aérospatiaux;
  • enquêter et faire des rapports sur les défectuosités des structures ou tout autre composante ou système, les accidents ou incidents, et faire des recommandations pour apporter des mesures correctives.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat en aérospatiale ou dans une discipline connexe du génie, telle que le génie mécanique ou le génie physique, est exigé.
  • Un doctorat ou une maîtrise dans une discipline connexe du génie peut être exigé.
  • L’appartenance à une association provinciale ou territoriale d’ingénieurs professionnels est exigée pour approuver des dessins et des rapports techniques et pour exercer la profession à titre d’ingénieur (Ing.).
  • L’affiliation à une association professionnelle est possible après l’obtention d’un diplôme dans un programme d’enseignement agréé, une expérience de travail sous supervision de trois ou quatre ans en génie et la réussite d’un examen sur l’exercice de la profession.

Renseignements supplémentaires

  • Il existe une très grande mobilité entre les spécialisations de génie en aérospatiale dans les postes de niveau inférieur.
  • L’expérience est exigée afin d’accéder à des postes supérieurs ou de supervision dans ce groupe de base.
  • Les ingénieurs en aérospatiale travaillent en étroite collaboration avec d’autres scientifiques et ingénieurs. La mobilité est possible entre certains champs de spécialisation de ces disciplines.
  • Les ingénieurs travaillent souvent dans un environnement multidisciplinaire et acquièrent des connaissances et des compétences qui leur permettent d’exercer leur profession dans les domaines connexes des sciences, du génie, des ventes, de la commercialisation ou de la gestion.

Les ingénieurs et les concepteurs en logiciel étudient, conçoivent, évaluent et intègrent des applications logicielles, des environnements techniques, des systèmes d’exploitation, des logiciels intégrés, des entrepôts de données et des logiciels de télécommunication et en assurent l’entretien. Ils travaillent dans des firmes d’experts-conseils ou de recherche et développement en technologies de l’information ou dans des services informatiques des secteurs privé et public. Ils peuvent également être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • architecte d’applications
  • architecte technique de logiciels
  • concepteur/conceptrice de systèmes logiciels
  • ingénieur concepteur/ingénieure conceptrice en logiciels
  • ingénieur vérificateur/ingénieure vérificatrice en conception logicielle
  • ingénieur/ingénieure en essai de logiciels
  • ingénieur/ingénieure en intégration de systèmes logiciels
  • ingénieur/ingénieure en logiciels
  • ingénieur/ingénieure en logiciels de télécommunications
  • ingénieur/ingénieure en logiciels intégrés
  • spécialiste en architecture logicielle

Inclusion(s)

  • architecte de systèmes

 

Fonctions principales

Les ingénieurs et les concepteurs en logiciel exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • établir et documenter les besoins des utilisateurs et élaborer les spécifications logiques et matérielles;
  • étudier et évaluer les informations techniques et faire la synthèse pour concevoir, élaborer et tester les systèmes assistés par ordinateur y compris des applications mobiles;
  • élaborer des modèles de données, de processus et de réseaux pour optimiser l’architecture et évaluer la performance et la fiabilité des prototypes;
  • planifier, concevoir et coordonner l’élaboration, l’installation, l’intégration et l’exploitation des systèmes assistés par ordinateur y compris des applications mobiles;
  • évaluer, tester, mettre au point, documenter, améliorer et élaborer des procédures d’entretien pour les systèmes d’exploitation, les environnements de communication et les logiciels d’application;
  • diriger et coordonner, s’il y a lieu, des équipes de professionnels des systèmes d’information pour l’élaboration de logiciels et de systèmes d’information intégrés, de logiciels de commande de processus et d’autres systèmes de contrôle de logiciel intégré.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme de premier cycle en informatique, en génie des systèmes informatiques, en génie logiciel ou en mathématiques ou un diplôme d’études collégiales en informatique est habituellement exigé.
  • Un diplôme de deuxième ou de troisième cycle dans une discipline connexe peut être exigé.
  • Un permis d’exercice accordé par une association provinciale ou territoriale d’ingénieurs est exigé des ingénieurs pour avaliser les dessins industriels et les rapports et pour exercer la profession.
  • Les ingénieurs diplômés sont admissibles à l’enregistrement comme suite à un programme éducatif accrédité, une expérience de travail supervisé de trois ou quatre ans en génie et la réussite d’un examen d’exercice professionnel.
  • Une expérience en programmation informatique est habituellement exigée.

Les ingénieurs métallurgistes et des matériaux dirigent des études sur les propriétés et les caractéristiques des métaux et des minerais non métallifères, et planifient, conçoivent et mettent à l’essai de la machinerie et des procédés pour concentrer, extraire, affiner et traiter les métaux, les alliages et autres matériaux tels que la céramique, les matériaux semi-conducteurs et les matériaux composites. Ils travaillent dans des firmes d’ingénieurs-conseils, des compagnies minières, de traitement et de fabrication des métaux, dans la fonction publique, dans des instituts de recherche et des établissements d’enseignement.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Ingénieur céramiste/ingénieure céramiste
  • Ingénieur métallurgiste/ingénieure métallurgiste
  • Ingénieur/ingénieure de fonderie
  • Ingénieur/ingénieure en électrométallurgie
  • Ingénieur/ingénieure en hydrométallurgie
  • Ingénieur/ingénieure en matériaux
  • Ingénieur/ingénieure en métallurgie physique
  • Ingénieur/ingénieure en prévention de la corrosion
  • Ingénieur/ingénieure en pyrométallurgie
  • Ingénieur/ingénieure en soudage

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • effectuer des études et concevoir, élaborer et spécifier les procédés et la machinerie pour concentrer, extraire, affiner et traiter les métaux et les minerais;
  • effectuer des études sur les propriétés et les caractéristiques des matériaux et concevoir, élaborer et spécifier des procédés pour le moulage, le modelage, le façonnage et le traitement thermique des métaux, des alliages et des systèmes métalliques, des produits céramiques, des matériaux semi-conducteurs et autres matériaux;
  • effectuer des études chimiques et physiques analytiques, des analyses de défaillance et autres études et recommander le choix et la conception du matériel, des mesures de contrôle de la corrosion, des analyses opérationnelles et autres procédures;
  • coordonner les épreuves de production et de contrôle de l’affinage des métaux, les opérations de fusion et de fonderie ou les opérations de production de minerais non métallifères;
  • superviser les technologues, les techniciens et les autres ingénieurs et scientifiques.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat en génie métallurgique, chimique, des matériaux ou des produits céramiques ou dans une discipline connexe du génie est exigé.
  • Un doctorat ou une maîtrise dans une discipline connexe du génie peut être exigé.
  • L’appartenance à une association provinciale ou territoriale d’ingénieurs professionnels est exigée pour approuver des dessins et des rapports techniques et pour exercer la profession à titre d’ingénieur (Ing.).
  • L’affiliation à une association professionnelle est possible après l’obtention d’un diplôme dans un programme d’enseignement agréé, une expérience de travail de trois ou quatre ans sous supervision en génie et la réussite d’un examen sur l’exercice de la profession.

Renseignements supplémentaires

  • Les ingénieurs métallurgistes effectuent des recherches et mettent au point des alliages et des systèmes nouveaux permettant d’extraire les métaux des minerais, tandis que les ingénieurs des matériaux effectuent des recherches et mettent au point des matières non métalliques nouvelles possédant des caractéristiques physiques conformes à des exigences précises.
  • Il y a une très grande mobilité entre les spécialisations de génie métallurgique et des matériaux dans les postes aux niveaux inférieurs.
  • L’expérience est exigée afin d’accéder à des postes supérieurs ou de supervision dans ce groupe de base.
  • Les ingénieurs métallurgiques et des matériaux travaillent en étroite collaboration avec les autres ingénieurs et scientifiques. La mobilité est possible entre certains champs de spécialisation de ces disciplines.
  • Les ingénieurs travaillent souvent dans un environnement multidisciplinaire et acquièrent des connaissances et des compétences qui leur permettent d’exercer leur profession dans les domaines connexes des sciences, du génie, des ventes, de la commercialisation ou de la gestion.

Les inhalothérapeutes aident les médecins à diagnostiquer, à traiter et à soigner les patients souffrant de troubles respiratoires et cardiopulmonaires. Les perfusionnistes cardiovasculaires fournissent une aide technique aux patients qui subissent une chirurgie cardiaque, ainsi qu’aux patients qui ont besoin de support respiratoire ou circulatoire. Les technologues cardiopulmonaires aident les médecins en ce qui a trait aux aspects techniques du diagnostic et du traitement des maladies cardiopulmonaires et respiratoires. Les inhalothérapeutes travaillent dans des centres hospitaliers, des établissements de soins prolongés, des centres de santé publique et des entreprises qui dispensent des services d’inhalothérapie à domicile. Les perfusionnistes cardiovasculaires et les technologues cardiopulmonaires travaillent principalement dans des centres hospitaliers. Ce groupe de base comprend les superviseurs et les formateurs en inhalothérapie, en perfusion cardiovasculaire et en technologie cardiopulmonaire.

Exemples d’appellations d’emploi

  • chef inhalothérapeute
  • chef technologue respiratoire
  • formateur/formatrice en inhalothérapie
  • inhalothérapeute
  • perfusionniste
  • perfusionniste cardiovasculaire
  • perfusionniste clinique
  • perfusionniste clinique certifié/perfusionniste clinique certifiée
  • superviseur/superviseure en perfusion cardiovasculaire
  • technologue en soins cardiopulmonaires
  • thérapeute respiratoire autorisé/thérapeute respiratoire autorisée

Inclusion(s)

  • technologue en anesthésie
  • technologue en polysomnographie

 

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

Les inhalothérapeutes

  • effectuer des tests diagnostiques, notamment des analyses des gaz du sang artériel et des épreuves fonctionnelles cardiorespiratoires;
  • actionner et surveiller des inhalateurs servant à l’administration de vapeurs médicamenteuses d’oxygène, d’un mélange d’air et d’oxygène, air humidifié et de médicaments;
  • utiliser, surveiller, entretenir et mettre à l’essai divers équipements diagnostiques et thérapeutiques;
  • évaluer l’état des patients et aider à effectuer certaines interventions, telles que le dégagement des voies respiratoires, l’introduction de tubes, les inductions et les tubages;
  • pratiquer la respiration artificielle et le massage cardiaque externe;
  • aider pendant le transport de patients à risques;
  • superviser et former les étudiants et d’autres inhalothérapeutes;
  • prendre part à des programmes de soins à domicile pour les patients atteints de troubles respiratoires chroniques et informer les patients et leurs familles;
  • participer à des recherches concernant les troubles cardiaques et pulmonaires.
  • Les inhalothérapeutes peuvent se spécialiser dans des domaines tels que l’anesthésie, les soins de phase aiguë, la pédiatrie, les diagnostics cardiopulmonaires et les services d’inhalothérapie à domicile.

Les perfusionnistes cardiovasculaires

  • monter, entretenir et actionner le matériel extracorporel de support circulatoire, les pompes de déblocage des artères et autres dispositifs pour le coeur afin d’assister ou de remplacer temporairement les fonctions cardiorespiratoires des patients lors d’une opération à coeur ouvert;
  • administrer des produits sanguins, des médicaments et d’autres substances à l’aide d’un ensemble coeur-poumon artificiel et d’autres appareils, suivant les instructions des cardiologues et des anesthésistes, afin d’assurer un transport adéquat d’oxygène par le sang vers tous les organes du corps;
  • contrôler les signes vitaux afin de soutenir et d’assurer le maintien des fonctions physiologiques et des besoins métaboliques des patients lors d’une chirurgie cardiopulmonaire;
  • participer à l’entretien routinier, à l’étalonnage et à l’inspection de tous les équipements liés à la perfusion;
  • superviser et former les étudiants et d’autres perfusionnistes cliniques.

Les technologues cardiopulmonaires

  • effectuer des tests diagnostiques, comme des épreuves de capacité pulmonaire ou d’asthme, ou aider les médecins à effectuer des épreuves de stress cardiaque ou cardiopulmonaire et des bronchoscopies;
  • déterminer les caractéristiques du sang des patients, comme le temps de coagulation activée et la capacité de saturation en oxygène;
  • utiliser, contrôler, entretenir, calibrer et tester l’équipement diagnostique et thérapeutique;
  • contrôler l’état des patients et informer le médecin de tout changement;
  • préparer les médicaments et administrer des soins inhalés et d’autres traitements sous la supervision du cardiologue;
  • fournir de l’information et des soins aux patients pendant les tests;
  • aider à préparer la salle de cathétérisme cardiaque et les cathéters spécialisés et aider les cardiologues pendant un cathétérisme;
  • assurer l’analyse, la programmation et le contrôle des prothèses comme les cardiostimulateurs et les défibrillateurs pendant les interventions chirurgicales;
  • superviser et former les étudiants et d’autres technologues cardiopulmonaires;
  • fournir un soutien technique dans le cadre des recherches.

Conditions d’accès à la profession

  • Une formation collégiale de trois ans, une formation en milieu hospitalier ou un diplôme universitaire spécialisé en inhalothérapie, comprenant une formation clinique, est exigé des inhalothérapeutes.
  • Un permis d’exercice est exigé des inhalothérapeutes à Terre-Neuve-et-Labrador, en Nouvelle-Écosse, au Nouveau-Brunswick, au Québec, en Ontario, au Manitoba, en Saskatchewan ainsi qu’en Alberta.
  • Une certification nationale est disponible pour les inhalothérapeutes qui travaillent à l’Île-du-Prince-Édouard, en Colombie-Britannique, au Yukon, dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut.
  • Un programme d’inhalothérapie ou de sciences infirmières, avec au moins un an d’expérience dans le métier, en tant qu’inhalothérapeute ou infirmier autorisé et la réussite d’un programme d’études collégiales ou universitaires en perfusion, comprenant une formation clinique, sont exigés des perfusionnistes cardiovasculaires.
  • L’inscription à la Société canadienne de perfusion clinique est exigée des perfusionnistes cardiovasculaires.
  • Un diplôme collégial de deux ans dans un domaine connexe des soins de santé, comme un diplôme en inhalothérapie, un diplôme en sciences infirmières ou un diplôme universitaire dans une science connexe et la réussite d’un programme d’études supérieures collégiales en technologie cardiopulmonaire et une formation supplémentaire en technologie pulmonaire disponible à travers des cours ou par une formation clinique supervisée en milieu de travail sont exigés des technologues cardiopulmonaires.
  • L’adhésion à l’association nationale, la Canadian Association of Cardio-Pulmonary Technologists (CACPT), peut être exigée des technologues cardiopulmonaires.

Renseignements supplémentaires

  • Les superviseurs et formateurs inclus dans ce groupe de base doivent avoir de l’expérience dans leur domaine respectif à titre d’inhalothérapeutes, de perfusionnistes cardiovasculaires et de technologues cardiopulmonaires.

Les inspecteurs de ce groupe de base évaluent et contrôlent les dangers pour la santé et la sécurité et élaborent des stratégies de contrôle des dangers. Ils inspectent les restaurants, les établissements industriels, les systèmes d’aqueducs municipaux, les installations publiques, les institutions et d’autres milieux de travail afin d’assurer le respect des normes gouvernementales relatives aux systèmes sanitaires, au contrôle de la pollution, à la manipulation et à l’entreposage de substances dangereuses et à la sécurité en milieu de travail. Ils travaillent dans les secteurs public et privé.

Exemples d’appellations d’emploi

  • agent/agente de santé et sécurité
  • agent/agente de santé et sécurité au travail
  • agent/agente en hygiène de l’environnement
  • inspecteur/inspectrice de déchets dangereux
  • inspecteur/inspectrice de l’eau
  • inspecteur/inspectrice de restaurants
  • inspecteur/inspectrice en dératisation
  • inspecteur/inspectrice en lutte contre la pollution
  • inspecteur/inspectrice en normes de santé
  • inspecteur/inspectrice en santé publique
  • superviseur/superviseure d’inspecteurs en santé publique

Inclusion(s)

  • superviseur/superviseure sécurité – santé et sécurité au travail

 

Fonctions principales

Les inspecteurs de ce groupe de base exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • contrôler les conditions sanitaires des restaurants, hôtels, écoles, centres hospitaliers et autres institutions ou établissements publics;
  • effectuer des enquêtes et contrôler les programmes de l’environnement naturel afin d’identifier les sources de pollution;
  • recueillir des échantillons des spécimens biologiques et chimiques pour fins d’analyse; mesurer les dangers physiques, biologiques et chimiques en milieu de travail et effectuer des vérifications environnementales et sécuritaires;
  • enquêter sur les plaintes concernant la santé et la sécurité, les déversements de produits chimiques, les épidémies ou les empoisonnements et les accidents de travail;
  • inspecter les milieux de travail afin de s’assurer que l’équipement, les matériaux et les procédés de production ne représentent aucun danger pour la sécurité ou pour la santé des employés ou du grand public;
  • élaborer, mettre en oeuvre et évaluer des programmes et des stratégies en matière de santé et sécurité;
  • entamer des procédures de mise en application afin de condamner à une amende ou de fermer un établissement qui ne respecte pas les règlements municipaux, provinciaux ou fédéraux;
  • fournir des services de consultation et des programmes de formation aux employeurs, aux employés et au grand public sur les questions reliées à la santé publique, à la protection environnementale et à la sécurité en milieu de travail.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat ou un diplôme d’études collégiales dans une discipline telle que science alimentaire, études environnementales, chimie ou santé et sécurité est habituellement exigé.
  • Plusieurs années d’expérience et une formation en milieu de travail peuvent, dans certains établissements, suppléer à la formation scolaire.
  • Une certification d’inspecteur des services de la santé publique, décernée par l’Association canadienne de la santé publique, est exigée des inspecteurs des services de la santé publique qui travaillent à l’extérieur du Québec.
  • Une certification décernée par le Conseil canadien des professionnels en sécurité agréés (CCPSA) peut être exigée des agents de la santé et de la sécurité au travail.

Les inspecteurs en construction inspectent la construction et l’entretien des bâtiments neufs ou existants, des ponts, des routes et des installations industrielles afin d’assurer la conformité aux devis descriptifs et aux codes de la construction et veillent à la sécurité des chantiers. Ils sont employés par les gouvernements municipaux, provinciaux et fédéral, les compagnies de construction, les firmes d’experts-conseils en génie civil et en architecture, ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Agent/agente de la sécurité dans l’industrie de la construction
  • Inspecteur/inspectrice de béton précontraint
  • Inspecteur/inspectrice de ponts
  • Inspecteur/inspectrice d’habitations
  • Inspecteur/inspectrice en construction
  • Inspecteur/inspectrice en construction de bâtiments
  • Inspecteur/inspectrice en construction de mines
  • Inspecteur/inspectrice en construction d’habitations
  • Inspecteur/inspectrice en construction routière
  • Inspecteur/inspectrice en plomberie

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • examiner les plans, les dessins, les schémas et les tracés d’implantation de nouveaux bâtiments, des rénovations de bâtiment et des autres structures proposées;
  • inspecter la construction d’édifices, de ponts, de barrages, d’autoroutes et autres travaux de construction et d’ingénierie afin d’assurer la conformité aux plans, aux devis descriptifs, et aux codes de la construction ou autres arrêtés;
  • inspecter et mettre à l’essai les installations électriques ou de plomberie dans des édifices afin d’assurer la conformité aux règlements municipaux, provinciaux ou fédéraux;
  • inspecter les charpentes métalliques, les coffrages en béton, les treillis et les armatures métalliques, le ciment ou le béton précontraint afin de vérifier la qualité des produits et d’assurer la conformité aux devis descriptifs et aux codes du bâtiment;
  • inspecter la construction des canalisations d’égouts et de pipelines;
  • inspecter les chantiers de construction afin d’assurer que les normes de sécurité soient respectées;
  • inspecter les structures existantes, déceler et noter les défauts de structure, les dangers d’incendie ou tout autre défaut susceptible de constituer une entrave à la sécurité;
  • inspecter les maisons neuves ou à vendre au nom des clients, évaluer et fournir des rapports sur l’état physique de la propriété;
  • planifier, concevoir, développer, mettre en oeuvre et évaluer les activités en milieu de travail afin de s’assurer que les travailleurs se conforment aux politiques de l’entreprise et aux règlements de sécurité du gouvernement.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est exigé.
  • Un diplôme d’études collégiales en techniques de bâtiment ou en techniques du génie civil ou d’architecture et plusieurs années d’expérience connexe ou plusieurs années d’expérience en tant qu’ouvrier qualifié dans un des métiers de la construction tels que la plomberie, la charpenterie ou l’électricité sont exigés.
  • Un certificat de qualification provincial dans un métier de la construction ou un diplôme de technologue en génie est habituellement exigé.
  • La certification Leadership in Energy and Environmental Design (LEED) est offerte par le Conseil du bâtiment durable du Canada et peut être exigé par certains employeurs.
  • L’accréditation, en tant qu’agent de la sécurité dans l’industrie de la construction, émise par des associations provinciales reconnues peut être exigée dans les provinces où de telles associations existent.
  • Les inspecteurs d’habitations nécessitent un permis d’exercice en Ontario, en Alberta et en Colombie-Britannique.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de gestion en construction.

Les installateurs de brûleurs à l’huile et à combustibles solides installent et entretiennent des appareils de chauffage à l’huile, au charbon et au bois dans des bâtiments à usage commercial et résidentiel. Ils travaillent pour des compagnies de service et d’installation de systèmes de chauffage.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Apprenti mécanicien/apprentie mécanicienne de brûleurs à mazout
  • Installateur/installatrice de brûleurs à mazout
  • Installateur/installatrice de brûleurs au bois
  • Mécanicien/mécanicienne de brûleurs à mazout
  • Mécanicien/mécanicienne de service de chauffage
  • Poseur-réparateur/poseuse-réparatrice d’appareils de chauffage (sauf à gaz)
  • Technicien/technicienne en systèmes de chauffage

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • lire et interpréter des dessins et des spécifications techniques afin de déterminer les travaux à exécuter;
  • disposer les éléments du système de chauffage au brûleur à l’huile et les assembler en se servant d’outils manuels ou mécaniques;
  • installer les éléments du brûleur tels que les thermostats, les moteurs, les conduits et les dispositifs de sécurité, et les raccorder à l’alimentation en carburant, à la ventilation et au système électrique;
  • mettre les brûleurs en marche et régler leur fonctionnement;
  • localiser les défauts des brûleurs à l’huile, ainsi que ceux de leurs composantes et contrôleurs, et les réparer;
  • installer, entretenir et réparer des systèmes de chauffage au charbon et au bois;
  • assurer un service d’entretien périodique d’appareils de chauffage à l’huile et à combustibles solides.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires et une formation ou un programme professionnel sont habituellement exigés.
  • Un programme d’apprentissage de trois à quatre ans ou plus de quatre ans d’expérience de travail ainsi qu’une formation spécialisée dans l’installation et la réparation de systèmes de chauffage en milieu industriel sont habituellement exigés pour être admissible au certificat de qualification.
  • Le certificat de qualification de technicien de systèmes de chauffage à mazout est obligatoire en Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick et est offert, bien que facultatif, à Terre-Neuve-et-Labrador, à l’Île-du-Prince-Édouard, en Colombie-Britannique, au Yukon, dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut.
  • Les techniciens de systèmes de chauffage à mazout qualifiés peuvent obtenir la mention Sceau rouge après la réussite de l’examen interprovincial Sceau rouge.

Renseignements supplémentaires

  • La mention Sceau rouge permet une mobilité interprovinciale.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de supervision.

Les installateurs et les réparateurs de matériel de télécommunications installent, vérifient, entretiennent et réparent des téléphones, de l’équipement de commutation et de l’équipement de télécommunications associé à la transmission et au traitement des émissions en phonie, des signaux vidéo et d’autres données sur une foule de support, dont les fibres optiques, les micro-ondes, la radio et les satellites. Ils travaillent dans des établissements de services téléphoniques et d’autres services de transmission par télécommunications.

Exemples d’appellations d’emploi

  • apprenti électricien/apprentie électricienne en communications – commutation
  • installateur/installatrice d’autocommutateurs privés – télécommunications
  • installateur/installatrice de radios mobiles
  • installateur/installatrice de téléphones
  • installateur/installatrice et réparateur/réparatrice de réseaux commutés
  • monteur/monteuse de lignes et de postes téléphoniques
  • technicien/technicienne de matériel de télécommunications
  • technicien/technicienne de téléphones cellulaires
  • technicien/technicienne en communications téléphoniques
  • vérificateur/vérificatrice de central téléphonique – télécommunications

 

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

Les installateurs et les réparateurs de téléphones

  • installer, aménager, enlever et entretenir l’équipement téléphonique, les câbles et les pièces de quincaillerie connexes;
  • vérifier les réseaux téléphoniques installés pour repérer les interruptions de transmission;
  • réparer ou remplacer les téléphones, les câbles et l’équipement connexe défectueux ou endommagés.

Les installateurs et les réparateurs de réseaux commutés

  • installer des systèmes, des circuits et de l’équipement de liaisons électromécaniques, analogiques et numériques dans les centraux téléphoniques et les centres de commutation;
  • inspecter et mettre à l’essai les systèmes, les circuits et l’équipement de liaison;
  • analyser les résultats des essais et régler, modifier ou réparer les systèmes de liaison, les réseaux et l’équipement et les logiciels connexes.

Les vérificateurs de services de télécommunications exercent

  • utiliser des systèmes d’essais informatisés pour procéder à des essais de service sur les lignes et l’équipement des abonnés;
  • établir la nature, la cause et l’endroit de la panne;
  • envoyer le personnel de réparation approprié sur les lieux;
  • remplir les rapports d’essais et tenir à jour les dossiers d’essais et de services;
  • aider, au besoin, le personnel de réparation à vérifier les lignes, les circuits et les systèmes, à isoler et à relever les pannes et à vérifier les dossiers.

Les techniciens en matériel de télécommunications

  • installer, enlever et entretenir du matériel de télécommunications divers et des systèmes connexes, tels que des appareils de transmission par télex et télécopie, des téléimprimeurs, des postes de radiomobiles, des téléphones cellulaires, des téléavertisseurs et d’autres appareils de télécommunications;
  • configurer les systèmes d’exploitation et installer les logiciels d’accès à Internet;
  • inspecter et vérifier le fonctionnement de l’équipement de télécommunications;
  • diagnostiquer et repérer les défaillances du matériel et régler, remplacer ou réparer l’équipement de télécommunications.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est exigé.
  • Un programme d’apprentissage de trois à quatre ans ou plus de trois ans d’expérience dans le métier et une formation spécialisée en installation et en réparation de matériel de télécommunications, en milieu scolaire ou industriel, sont exigés des installateurs et réparateurs de téléphones et de réseaux commutés.
  • Un diplôme d’études collégiales en électricité et en électronique et plusieurs mois de formation en cours d’emploi ou un programme d’apprentissage de trois ou quatre ans sont exigés des techniciens en matériel de télécommunications.
  • Le certificat de qualification de technicien en communications est offert, bien que facultatif, en Nouvelle-Écosse, en Alberta, en Colombie-Britannique, dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut.
  • De l’expérience en tant qu’installateur et réparateur (téléphone et réseau commuté) est habituellement exigée des vérificateurs de services de télécommunications.

Les instructeurs pour personnes ayant une déficience enseignent aux enfants et aux adultes à l’aide de diverses techniques pour promouvoir la communication, la réadaptation, les compétences sociales et l’indépendance. Ils travaillent dans des centres de réadaptation, des établissements d’enseignement spécialisé et dans l’ensemble du système scolaire.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Éducateur spécialisé/éducatrice spécialisée en orientation et en mobilité
  • Éducateur spécialisé/éducatrice spécialisée pour personnes aveugles
  • Éducateur spécialisé/éducatrice spécialisée pour personnes ayant des besoins spéciaux
  • Éducateur spécialisé/éducatrice spécialisée pour personnes ayant une déficience intellectuelle
  • Éducateur spécialisé/éducatrice spécialisée pour personnes ayant une difficulté d’apprentissage
  • Éducateur spécialisé/éducatrice spécialisée pour personnes ayant une mobilité réduite
  • Éducateur spécialisé/éducatrice spécialisée pour personnes malentendantes
  • Éducateur spécialisé/éducatrice spécialisée pour personnes sourdes
  • Instructeur/instructrice de braille
  • Instructeur/instructrice de la lecture sur les lèvres
  • Instructeur/instructrice en langue des signes

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • élaborer des plans d’enseignement et d’intervention individualisés d’après les besoins spéciaux des clients, afin de les aider à atteindre leurs objectifs en matière de réadaptation et d’indépendance;
  • évaluer les limitations physiques et les capacités en orientation et en mobilité des clients, ainsi que les obstacles cognitifs, sociaux et affectifs auxquels ils font face afin d’établir des objectifs en matière d’adaptation et de réhabilitation;
  • aider les personnes ayant une déficience physique, intellectuelle, visuelle ou auditive, ou les personnes souffrant de plusieurs troubles, à acquérir des compétences pratiques, et leur fournir une formation à l’emploi;
  • apprendre aux personnes ayant une déficience et à leurs familles à se servir de techniques de réadaptation, d’appareils prothétiques, de fauteuils roulants et d’autres appareils conçus pour aider les clients à optimiser leur indépendance et leur potentiel;
  • apprendre aux personnes ayant une déficience visuelle à lire et à écrire en braille et à se servir d’équipements ou d’aides spéciaux comme des personnes et des animaux-guides, des cannes longues et d’autres aides à la mobilité;
  • apprendre aux personnes malentendantes ou sourdes la labiolecture, la dactylologie et la langue des signes selon leurs besoins individuels en matière de communication;
  • apprendre aux personnes malentendantes ou sourdes à former et à émettre des sons à l’aide de prothèses auditives, et d’autres appareils et techniques;
  • collaborer avec des spécialistes, tels que des conseillers en réadaptation, des orthophonistes et des ergothérapeutes, pour élaborer des programmes qui adressent les besoins spéciaux des clients.

Conditions d’accès à la profession

  • Un programme collégial en éducation spécialisée, en réadaptation, en orientation et en mobilité, ou en déficience visuelle, auditive ou intellectuelle est exigé.
  • Un baccalauréat en éducation spécialisée ou dans un domaine connexe tel que le travail social ou la psychologie peut être exigé.

Les machinistes règlent et conduisent diverses machines-outils afin de tailler ou de meuler le métal, le plastique ou d’autres matériaux pour fabriquer ou modifier des pièces ou des produits de dimensions précises. Les vérificateurs d’usinage et d’outillage vérifient les pièces usinées et l’outillage afin d’assurer le maintien des normes de qualité. Ils travaillent dans des usines de fabrication de machinerie, d’équipement, de véhicules automobiles, de pièces d’automobiles, d’aéronefs et d’autres pièces métalliques façonnées, ainsi que dans des ateliers.

Exemples d’appellations d’emploi

  • apprenti machiniste/apprentie machiniste
  • contrôleur/contrôleuse de l’usinage
  • machiniste
  • machiniste d’aviation
  • machiniste généraliste
  • usineur/usineuse d’automobile
  • vérificateur/vérificatrice d’atelier d’usinage
  • vérificateur/vérificatrice de l’outillage
  • vérificateur/vérificatrice de pièces usinées

 

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

Les machinistes

  • lire et interpréter des dessins techniques, des plans, des graphiques et des tableaux ou examiner des échantillons de pièces afin de déterminer les opérations d’usinage à effectuer et de déterminer la séquence optimale des opérations;
  • calculer les dimensions et les tolérances, mesurer et agencer les éléments à usiner;
  • régler, faire fonctionner et entretenir diverses machines-outils, de même que de l’outillage à commande numérique par ordinateur (CNC), pour exécuter des travaux d’usinage de précision, non répétitifs, notamment des travaux de sciage, de tournage, de fraisage, d’alésage, de rabotage, de perçage et de rectification;
  • ajuster et assembler les pièces métalliques usinées et les sous-assemblages au moyen d’outils manuels et mécaniques;
  • vérifier, à l’aide d’instruments de mesure de précision, si les dimensions des produits sont exactes et conformes aux spécifications;
  • régler, au besoin, et programmer des machines-outils à l’intention des opérateurs de machines d’usinage.

Les vérificateurs d’usinage et d’outillage

  • vérifier les dimensions des pièces usinées et de l’outillage à l’aide de micromètres, de verniers, de calibres, de calibres de hauteur, de comparateurs optiques, de machines de mesure des coordonnées et autres appareils et matériel spécialisés de mesurage;
  • entretenir, réparer et étalonner des instruments de mesure de précision, tels que des indicateurs à cadran, des calibres fixes, des calibres de hauteur et d’autres instruments de mesure;
  • relever tout écart par rapport aux spécifications et aux tolérances, et en aviser le contremaître;
  • remplir et tenir des rapports d’inspection.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Un programme d’apprentissage de quatre ans ou plus de quatre ans d’expérience de travail ainsi qu’une formation spécialisée en usinage des métaux, en milieu industriel, peuvent être exigés pour être admissible au certificat de qualification.
  • Un certificat de qualification pour les machinistes est offert, bien que facultatif, dans toutes les provinces et tous les territoires.
  • Un certificat de qualification pour les inspecteurs d’outils et d’appareils de contrôle est offert, bien que facultatif, en Ontario.
  • Un certificat de qualification de machiniste sur matériel à commande numérique par ordinateur (CNC) est offert, bien que facultatif, au Nouveau-Brunswick, au Québec et au Manitoba.
  • Plusieurs années d’expérience en tant que machiniste, outilleur-ajusteur ou opérateur de machines-outils peuvent être exigées des vérificateurs d’usinage et d’outillage.
  • Les machinistes qualifiés peuvent obtenir la mention Sceau rouge après la réussite de l’examen interprovincial Sceau rouge.

Renseignements supplémentaires

  • La connaissance des matériaux exotiques ou composés peut être exigée des machinistes dans le domaine de l’aviation et dans d’autres secteurs de pointe.
  • La mention Sceau rouge permet une mobilité interprovinciale.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de supervision.

Les mathématiciens et les statisticiens font des recherches sur les théories mathématiques ou statistiques, élaborent des techniques mathématiques ou statistiques et les appliquent pour résoudre des problèmes relevant de la science, du génie, du commerce et des sciences sociales. Les actuaires appliquent les principes des mathématiques, de la statistique, des probabilités et de la théorie du risque pour évaluer l’incidence financière éventuelle de circonstances futures. Les mathématiciens, les statisticiens et les actuaires travaillent dans les universités, la fonction publique, les banques et les sociétés de fiducie, les compagnies d’assurance, les firmes d’experts-conseils en prestations de retraite, les associations professionnelles ou les firmes d’experts-conseils en sciences et en génie.

Exemples d’appellations d’emploi

  • actuaire
  • actuaire en assurances
  • actuaire-conseil
  • analyste en statistique
  • démographe
  • mathématicien/mathématicienne
  • statisticien/statisticienne
  • statisticien/statisticienne en biologie

 

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

Mathématiciens
  • effectuer des recherches afin d’approfondir les connaissances mathématiques dans les domaines traditionnels des mathématiques tels que l’algèbre, la géométrie, la probabilité et la logique;
  • appliquer des techniques mathématiques à la résolution de problèmes dans des domaines scientifiques tels que les sciences physiques, l’ingénierie, l’informatique ou d’autres champs d’activité tels que la recherche opérationnelle, le commerce ou la gestion.
Statisticiens
  • effectuer des recherches sur les bases mathématiques de la science statistique;
  • mettre au point la méthodologie statistique et donner des conseils sur les applications pratiques des méthodes statistiques;
  • appliquer une théorie et des méthodes statistiques pour donner des renseignements dans le domaine scientifique ou d’autres champs d’activité tels que la biologie et l’agriculture, le commerce et l’économie, les sciences physiques et l’ingénierie et les sciences sociales.
Actuaires
  • appliquer des modèles mathématiques pour prévoir et calculer les coûts futurs probables des prestations d’assurance et de retraite;
  • concevoir des politiques d’assurance sur la vie, la santé et les biens et calculer les primes, cotisations et prestations associées aux polices d’assurance, aux régimes de retraite et aux pensions de retraite;
  • aider, s’il y a lieu, les gestionnaires de fonds de placement à prendre des décisions concernant la distribution de l’actif dans les portefeuilles et la gestion du risque. Ils se servent aussi de ces techniques pour fournir des preuves juridiques sur la valeur des gains futurs.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études supérieures en mathématiques ou en statistiques est habituellement exigé des mathématiciens et des statisticiens.
  • Des études postsecondaires en actuariat, en mathématiques, en statistique, en économie, en commerce ou en administration des affaires sont habituellement exigées des actuaires.
  • Les actuaires sont reconnus par l’Institut canadien des actuaires lorsqu’ils réussissent les examens professionnels et qu’ils cumulent trois ans d’expérience dans le domaine de l’actuariat comme actuaire adjoint ou dans un poste connexe.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet aux actuaires d’accéder à des postes de gestion en finance, en assurance et en services-conseils. Ils peuvent aussi être des travailleurs autonomes.

Les mécaniciens de centrales font fonctionner et entretiennent des réacteurs, des turbines, des chaudières, des générateurs, des machines fixes et des équipements auxiliaires afin de générer de l’électricité et de chauffer, d’éclairer et de réfrigérer des établissements commerciaux, institutionnels et industriels, et leur fournir d’autres services utilitaires. Les opérateurs de réseaux électriques surveillent et utilisent des tableaux de contrôle et de l’équipement connexe dans des centres de commande électrique afin de contrôler la distribution d’énergie électrique dans les réseaux de transmission. Ils travaillent dans des centrales électriques, des services publics d’électricité, des usines de fabrication, des centres hospitaliers, des universités, des établissements gouvernementaux et commerciaux.

Exemples d’appellations d’emploi

  • apprenti répartiteur/apprentie répartitrice de l’énergie
  • contrôleur/contrôleuse de systèmes – réseau électrique
  • mécanicien/mécanicienne de centrale
  • mécanicien/mécanicienne de machines fixes
  • mécanicien/mécanicienne de machines fixes de centrale
  • opérateur/opératrice de centrale électrique
  • opérateur/opératrice de centrale nucléaire sur le terrain
  • opérateur/opératrice de centre d’exploitation de distribution – réseau électrique
  • opérateur/opératrice de réacteur nucléaire
  • opérateur/opératrice de réseau électrique
  • opérateur/opératrice de salle de commande – réseau électrique
  • opérateur/opératrice d’installation auxiliaire
  • opérateur/opératrice d’installation d’énergie provenant de déchets
  • répartiteur/répartitrice de centre de conduite d’un réseau – centrale électrique
  • technicien/technicienne de systèmes d’opération d’immeubles

 

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

Les mécaniciens de centrales

  • faire fonctionner des systèmes de commande automatisés ou informatisés et des machines fixes et des équipements auxiliaires, telles que des réacteurs, des chaudières, des turbines, des générateurs, des pompes, des compresseurs, des dispositifs de contrôle de la pollution et d’autres machines, pour générer de l’électricité et pour éclairer, chauffer, ventiler et réfrigérer des bâtiments et des installations industriels;
  • démarrer et arrêter l’équipement de centrale, contrôler les fonctionnalités de commutateurs de commande, régler les niveaux d’eau et communiquer avec les opérateurs de systèmes afin de régler et de coordonner la transmission d’énergie, la fréquence et la tension du courant électrique;
  • surveiller et inspecter l’équipement de l’usine, les postes d’ordinateur, les commutateurs, la robinetterie, les indicateurs, les alarmes, les compteurs et autres instruments afin de mesurer la température, la pression, le débit et les émissions d’air et de carburant pour déceler les fuites et autres défaillances d’équipement et de veiller à ce que l’équipement fonctionne au meilleur rendement possible;
  • analyser et enregistrer les relevés des instruments et les défaillances d’équipement;
  • rechercher la cause des problèmes, prendre des mesures correctives et faire des réparations mineures pour éviter les pannes de l’équipement ou des systèmes;
  • répondre à des situations d’urgence si nécessaire;
  • nettoyer et lubrifier les générateurs, les turbines, les pompes et les compresseurs et effectuer d’autres travaux d’entretien régulier en utilisant des lubrifiants appropriés et des outils manuels et électriques et des outils de précision;
  • tenir à jour des registres quotidien des activités opérationnelles, des activités de sécurité et d’entretien et rédiger des rapports concernant le fonctionnement et la non-conformité de l’établissement;
  • participer, s’il y a lieu, à l’élaboration de procédures d’exploitation, d’entretien et de sécurité.

Les opérateurs de réseaux électriques

  • faire fonctionner et surveiller des tableaux de contrôle automatisés et de l’équipement auxiliaire dans des centres de commande électrique afin de contrôler la distribution et de régler le débit d’électricité dans le réseau de transmission;
  • coordonner, programmer et diriger la transmission d’électricité et la tension du courant électrique des centrales et des sous-stations, afin de répondre aux demandes de distribution durant les opérations quotidiennes, les pannes, les réparations, et l’importation et l’exportation d’électricité;
  • surveiller les instruments, les compteurs et les alarmes des centrales et en effectuer des inspections visuelles pour s’assurer que l’intensité et la tension du courant tombent à l’intérieur des limites, ainsi que pour détecter les défaillances d’équipement, les perturbations et les pannes;
  • émettre des permis de travail et d’essai au personnel d’entretien mécanique et électrique, aider le personnel technique et d’entretien à trouver et isoler les problèmes de systèmes, et aider lors des examens de routine des systèmes;
  • remplir et tenir à jour les dossiers, les registres et les rapports de la centrale.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Un programme collégial de formation de mécanicien de centrales et plusieurs années d’expérience sont exigés des mécaniciens de centrales.
  • Un certificat provincial ou territorial en techniques des centrales électriques, selon la classe, est exigé des mécaniciens de centrales.
  • Le certificat de mécanicien de machines fixes, selon la classe, est obligatoire en Nouvelle-Écosse et au Québec, et est offert, bien que facultatif, au Nouveau-Brunswick.
  • Un programme d’apprentissage d’opérateur de réseaux électriques de trois à cinq ans ou plus de trois ans d’expérience de travail dans le métier et des cours au niveau collégial ou industriel en technologie électrique ou électronique sont exigés des opérateurs de réseaux électriques.
  • Le certificat de compétence est offert, bien que facultatif, aux opérateurs de réseaux électriques à Terre-Neuve-et-Labrador.
  • Les opérateurs de salle de commande dans les centrales nucléaires doivent obtenir une licence de la Commission canadienne de sûreté nucléaire.

Renseignements supplémentaires

  • Il existe peu de mobilité entre les opérateurs de centrales nucléaires et les autres opérateurs de centrales électriques.
  • L’expérience et une formation supplémentaire permettent aux mécaniciens de centrales ou de machines fixes de passer à une classe supérieure.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de supervision.

Les mécaniciens de chantier et les mécaniciens industriels installent, entretiennent, dépannent, remettent en état et réparent de la machinerie industrielle fixe ainsi que du matériel mécanique. Ce groupe de base comprend les mécaniciens et monteurs de machines dans l’industrie du textile. Les mécaniciens de chantier travaillent pour des entrepreneurs de chantier. Les mécaniciens industriels travaillent dans des usines de transformation, des entreprises de services publics et divers autres établissements industriels.

Exemples d’appellations d’emploi

  • affûteur/affûteuse de cardes
  • apprenti mécanicien industriel/apprentie mécanicienne industrielle
  • apprenti mécanicien-monteur/apprentie mécanicienne-monteuse
  • mécanicien industriel/mécanicienne industrielle
  • mécanicien/mécanicienne de chantier à l’entretien
  • mécanicien/mécanicienne de chantier de construction
  • mécanicien/mécanicienne de machines à coudre industrielles
  • mécanicien/mécanicienne de machines à tricoter
  • mécanicien/mécanicienne de machines textiles
  • mécanicien/mécanicienne de matériel d’usine
  • mécanicien/mécanicienne d’entretien d’usine de traitement
  • mécanicien-monteur/mécanicienne-monteuse
  • monteur-ajusteur/monteuse-ajusteuse de métiers à tisser
  • réparateur/réparatrice de cardes
  • réparateur/réparatrice de machines textiles
  • réparateur/réparatrice de métiers à tisser – industrie du textile
  • réparateur/réparatrice de métiers de filature
  • technicien/technicienne de machines de filature à fibres libérées
  • technicien/technicienne de métiers à tisser

 

Fonctions principales

Les mécaniciens de chantier et les mécaniciens industriels exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • lire des plans, des diagrammes et des schémas pour déterminer la façon de procéder;
  • installer, aligner, démonter et déplacer, en respectant les plans et à l’aide d’outils manuels et électriques, de la machinerie industrielle fixe ou du matériel mécanique comme des pompes, des ventilateurs, des réservoirs, des convoyeurs, des chaudières et des générateurs;
  • faire fonctionner des appareils et du matériel de levage, comme des grues, des vérins et des tracteurs, pour mettre en place des machines et des pièces pendant l’installation, le montage et la réparation de la machinerie;
  • inspecter et examiner de la machinerie et du matériel pour en déceler les dérèglements et les défaillances;
  • installer, dépanner et entretenir les systèmes de transmission de courant, sous vide, hydrauliques et pneumatiques ainsi que les contrôleurs programmables;
  • ajuster la machinerie et réparer ou remplacer les pièces défectueuses;
  • se servir d’outils d’usinage, notamment des tours et des meules, pour fabriquer les pièces nécessaires à la remise en état, à l’entretien ou au montage des machines;
  • nettoyer, lubrifier et effectuer d’autres travaux de l’entretien routinier de la machinerie;
  • ériger des fondations destinées à recevoir de la machinerie ou diriger d’autres travailleurs dans la construction de telles fondations;
  • assembler de la machinerie et du matériel, à l’aide d’outils manuels et électriques et de matériel de soudage, avant de les installer.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires et une formation ou un programme professionnel sont habituellement exigés.
  • Un programme d’apprentissage de trois à quatre ans ou plus de cinq ans d’expérience de travail ainsi qu’une formation spécialisée en réparation de machinerie industrielle ou en tant que mécanicien-monteur en milieu industriel, sont habituellement exigés pour être admissible au certificat de qualification.
  • Une formation supplémentaire dans la transformation du textile et de l’expérience en tant qu’opérateur de machine de fabrication du textile peuvent être exigées des mécaniciens de machines dans l’industrie du textile provenant d’autres industries.
  • Le certificat de qualification de mécanicien industriel (de chantier) est offert, bien que facultatif, dans toutes les provinces et tous les territoires.
  • Le certificat de qualification de mécanicien de chantier est offert, bien que facultatif, au Québec et en Ontario.
  • Le certificat de qualification de mécanicien de machine à coudre industrielle est offert, bien que facultatif, au Québec.
  • Les mécaniciens de chantier et les mécaniciens industriels qualifiés peuvent obtenir la mention Sceau rouge après la réussite de l’examen interprovincial Sceau rouge.

Renseignements supplémentaires

  • Les mécaniciens de chantier travaillent surtout à l’installation initiale de machinerie industrielle et de matériel d’usine, tandis que les mécaniciens industriels effectuent plutôt l’entretien et les réparations qui suivent l’installation de machinerie et de matériel.
  • Les mécaniciens industriels et de chantier peuvent suivre une formation polyvalente dans un second métier, notamment en tuyauterie, en soudure, en usinage ou en entretien électrique.
  • La mention Sceau rouge permet une mobilité interprovinciale.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de supervision.

Les mécaniciens de locomotive conduisent des locomotives pour assurer le transport de passagers et de marchandises par chemin de fer. Ils travaillent pour des sociétés de transport ferroviaire. Les mécaniciens de cour de triage conduisent des locomotives dans des cours de chemin de fer, dans des établissements industriels ou des endroits analogues. Ils travaillent pour des sociétés de transport ferroviaire et pour des usagers industriels ou commerciaux du transport ferroviaire.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Mécanicien/mécanicienne au triage – secteur ferroviaire
  • Mécanicien/mécanicienne de chemin de fer
  • Mécanicien/mécanicienne de locomotive – secteur ferroviaire
  • Mécanicien/mécanicienne de manoeuvre – secteur ferroviaire
  • Mécanicien-aiguilleur/mécanicienne-aiguilleuse – secteur ferroviaire

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
Les mécaniciens de locomotives
  • actionner les commandes des locomotives pour assurer le transport des passagers et des marchandises par chemin de fer;
  • utiliser des systèmes de communication pour communiquer avec les membres de l’équipage et les employés de la régulation du trafic, afin d’assurer la conduite sûre de la locomotive et le respect de l’horaire;
  • examiner les locomotives qui leur sont assignées et vérifier les commandes et l’équipement.
Les mécaniciens de locomotive de cour de triage
  • conduire des locomotives pour atteler et dételer des wagons en vue de leur chargement ou de leur déchargement;
  • exécuter l’aiguillage conformément aux instructions reçues par écrit ou par radiotéléphone;
  • examiner les locomotives, faire le plein de carburant ou exécuter des réparations de routine sur les locomotives.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • De l’expérience comme chef de train est exigée des mécaniciens de locomotive et peut l’être des mécaniciens de locomotive de cour de triage.
  • De l’expérience comme manoeuvre de cour de triage peut être exigée des mécaniciens de locomotives de cour de triage.
  • Un certificat de Règlement d’exploitation ferroviaire du Canada est exigé des mécaniciens de locomotives.

Renseignements supplémentaires

  • La mobilité entre les postes de mécaniciens de locomotive d’une société ou compagnie de transport ferroviaire à une autre est limitée en raison des dispositions quant aux politiques d’ancienneté des conventions collectives.

Les mécaniciens d’équipement lourd, réparent, dépannent, ajustent, remettent en état et entretiennent l’équipement mobile lourd nécessaire aux travaux de construction, de transport, d’exploitation forestière, minière, pétrolière et gazière, de manutention, d’aménagement paysager, de défrichement, d’agriculture et autres travaux semblables. Ils travaillent pour des entreprises propriétaires d’équipement lourd, pour des concessionnaires, dans divers points de location et de service, des sociétés de transport ferroviaire et les services de transport en commun des régions urbaines.

Exemples d’appellations d’emploi

  • apprenti mécanicien/apprentie mécanicienne d’équipement lourd
  • mécanicien/mécanicienne de locomotives – réparation
  • mécanicien/mécanicienne de matériel lourd
  • mécanicien/mécanicienne de matériel mobile lourd d’exploitation minière
  • mécanicien/mécanicienne de moteurs diesel – matériel lourd
  • mécanicien/mécanicienne de tracteurs
  • mécanicien/mécanicienne d’équipement agricole
  • mécanicien/mécanicienne d’équipement de chantier
  • mécanicien/mécanicienne d’équipement mobile lourd d’exploitation forestière
  • technicien/technicienne d’équipement agricole
  • technicien/technicienne d’équipement lourd

 

Fonctions principales

Les mécaniciens d’équipement lourd exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • vérifier le fonctionnement des bouteurs, des grues, des niveleuses et d’autres équipements lourds utilisés pour la construction, l’agriculture et l’exploitation forestière et minière, et inspecter diverses machines pour déceler les défauts et les défaillances;
  • déterminer la nature des défauts et des défaillances, en se servant d’équipement de contrôle informatisé et d’autre outillage d’essai, en vue de préciser l’ampleur des réparations à effectuer;
  • ajuster l’équipement et réparer ou remplacer les pièces, les installations ou les éléments défectueux, à l’aide d’outils manuels ou mécaniques;
  • mettre à l’essai l’équipement réparé pour s’assurer qu’il fonctionne bien et que les réparations soient conformes aux exigences du fabricant;
  • nettoyer, lubrifier et effectuer d’autres travaux de l’entretien routinier de l’équipement;
  • assurer l’entretien des accessoires et des outils de travail comme des machines utilisées pour la récolte et pour creuser des sillons, des lames, des charrues, des treuils et des flèches latérales;
  • réparer, s’il y a lieu, des camions lourds;
  • fixer, s’il y a lieu, des composantes et régler des nouvelles machines agricoles.
  • Les mécaniciens d’équipement lourd peuvent se spécialiser dans des types de machinerie particulière, comme des multiculteurs et des véhicules chenillés, ou dans le réglage de moteurs, de transmissions à changement de vitesse sous charge, dans les moteurs à injection, l’hydraulique ou l’électronique.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires et une formation ou un programme professionnel sont habituellement exigés.
  • Un programme d’apprentissage de trois à cinq ans ou plus de quatre ans d’expérience de travail ainsi qu’une formation spécialisée en réparation de matériel lourd en milieu industriel, sont habituellement exigés pour être admissible au certificat de qualification.
  • Le certificat de qualification de technicien d’équipement lourd est obligatoire au Québec et en Alberta et est offert, bien que facultatif, dans les autres provinces et les territoires.
  • Le certificat de qualification de technicien d’équipement agricole est offert, bien que facultatif, à Terre-Neuve-et-Labrador, en Nouvelle-Écosse, à l’Île-du-Prince-Édouard, au Nouveau-Brunswick, en Ontario, au Manitoba, en Saskatchewan, en Alberta et en Colombie-Britannique.
  • Les techniciens d’équipement lourd et les techniciens de machines agricoles qualifiés peuvent obtenir la mention Sceau rouge après la réussite de l’examen interprovincial Sceau rouge.

Renseignements supplémentaires

  • La mention Sceau rouge permet une mobilité interprovinciale.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de supervision.

Les mécaniciens d’aéronefs entretiennent, réparent, révisent, modifient et testent les systèmes structurels, mécaniques et hydrauliques des aéronefs. Les contrôleurs d’aéronefs vérifient les aéronefs et leurs systèmes à la suite de travaux de fabrication, de modification, d’entretien, de réparation ou de révision. Les mécaniciens et les contrôleurs d’aéronefs travaillent dans des entreprises de fabrication, d’entretien, de réparation ou de révision d’aéronefs, pour des lignes aériennes ou d’autres opérateurs d’aéronefs.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Contrôleur/contrôleuse à la réparation et à la révision d’aéronefs
  • Contrôleur/contrôleuse d’atelier de réparation d’aéronefs
  • Contrôleur/contrôleuse de systèmes de bord d’aéronef
  • Contrôleur/contrôleuse d’essais en vol
  • Mécanicien/mécanicienne d’aéronefs
  • Mécanicien/mécanicienne de circuits hydrauliques d’aéronef
  • Technicien breveté/technicienne breveté d’aéronefs
  • Technicien/technicienne d’atelier de pièces mécaniques aéronautiques
  • Technicien/technicienne de turbines à gaz d’aéronef
  • Technicien/technicienne d’entretien d’aéronefs (TEA) (sauf avionique)
  • Technicien/technicienne en réparations structurales d’aéronef
  • Vérificateur/vérificatrice d’aéronefs

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
Les mécaniciens d’aéronefs
  • dépanner les problèmes des systèmes structurels, mécaniques ou hydrauliques des aéronefs, et ajuster et réparer ces systèmes conformément aux spécifications techniques, aux dessins techniques, aux manuels et aux procédures en vigueur;
  • réparer et réviser les systèmes structurels, mécaniques ou hydrauliques d’aéronefs;
  • installer ou modifier des moteurs d’aéronefs ou d’autres systèmes d’aéronefs, comme des systèmes mécaniques et hydrauliques, des systèmes de contrôle de vol, des circuits de carburant et des systèmes pneumatiques;
  • démonter des cellules, des moteurs ou d’autres systèmes d’aéronefs pour les réparer, les remettre en état et les nettoyer, et les remonter;
  • effectuer l’entretien de routine et en rendre compte;
  • commander des pièces et des fournitures et en tenir l’inventaire.
Les contrôleurs d’aéronefs
    • vérifier les systèmes structurels et mécaniques des aéronefs et s’assurer que ces systèmes satisfont aux normes de performance et de sécurité de Transports Canada et de la compagnie;
    • vérifier le travail des mécaniciens d’aéronefs chargés des travaux d’entretien, de réparation, de révision ou de modification des aéronefs ou des systèmes mécaniques d’aéronefs afin d’assurer le respect des normes et des procédures établies;
    • tenir des rapports détaillés concernant la réparation, le contrôle et la certification des aéronefs.

Les mécaniciens d’aéronefs sont généralement spécialisés dans des systèmes d’aéronefs particuliers, tels les moteurs, les organes auxiliaires, les cellules, les hélices, les composantes mécaniques ou les systèmes hydrauliques, ainsi que dans des types d’aéronefs précis, comme les avions légers, les avions de transport à réaction et les hélicoptères.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est exigé.
  • Un diplôme d’études collégiales en entretien d’aéronefs ou un programme d’apprentissage de quatre ans est habituellement exigé.
  • Plusieurs années de formation en cours d’emploi sont exigées des mécaniciens d’aéronefs.
  • Une licence de technicien d’entretien d’aéronefs (TEA) de Transports Canada est exigée des mécaniciens et des contrôleurs d’aéronefs qui signent des certificats après maintenance et qui attestent de la capacité de vol des aéronefs.
  • Le certificat de qualification de technicien d’entretien d’aéronefs est offert, bien que facultatif, en Ontario, dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut.
  • Le certificat de qualification de technicien en structures d’aéronefs est offert, bien que facultatif, en Colombie-Britannique.
  • Une qualification professionnelle est offerte, bien que facultative, dans certaines des professions de ce groupe par le Conseil canadien de l’entretien des aéronefs.
  • Plusieurs années d’expérience en tant que mécanicien d’aéronefs sont exigées des contrôleurs d’aéronefs.

Renseignements supplémentaires

  • Les mécaniciens d’aéronefs peuvent passer à des postes de contremaîtres, de surveillants d’atelier ou de contrôleurs d’aéronefs.
  • L’expérience permet aux contrôleurs d’aéronefs d’accéder à des postes de contrôleurs d’atelier.
  • Les mécaniciens et contrôleurs d’aéronefs peuvent ajouter à leur licence de TEA les attestations et les annotations leur permettant de contrôler et de certifier des aéronefs et des systèmes d’aéronefs plus variés.
  • Les licences de TEA sont émises dans les catégories suivantes : M – maintenance des petits et gros aéronefs, E – systèmes électroniques, S – structures d’aéronefs.

Les mécaniciens et réparateurs de véhicules automobiles, de camions et d’autobus inspectent, établissent un diagnostic pour localiser les défectuosités, réparent et entretiennent les systèmes et éléments mécaniques, électriques et électroniques des véhicules automobiles, des autobus, des camions légers et des camions lourds de transport routier. Ils travaillent pour des concessionnaires d’automobiles, des garages, des représentants de commerce en poids lourds et en remorques, des centres d’entretiens et des stations-service, des garages spécialisés, des sociétés de transport et des commerces ayant des ateliers d’entretien et de réparation d’automobiles. Ce groupe de base comprend aussi les réparateurs de véhicules automobiles qui effectuent les principales réparations et remplacent les pièces des éléments mécaniques de véhicules automobiles nouvellement assemblés. Ils travaillent dans des usines de fabrication de véhicules automobiles.

Exemples d’appellations d’emploi

  • apprenti mécanicien/apprentie mécanicienne de véhicules automobiles
  • mécanicien/mécanicienne d’autobus
  • mécanicien/mécanicienne d’automobiles
  • mécanicien/mécanicienne de boîtes de vitesses
  • mécanicien/mécanicienne de camions et de véhicules de transport
  • mécanicien/mécanicienne de systèmes de freinage
  • metteur/metteuse à niveau – construction de véhicules automobiles
  • réparateur/réparatrice de moteurs – construction de véhicules automobiles
  • réparateur/réparatrice de remorques de camions
  • spécialiste de la mise au point de véhicules automobiles
  • technicien/technicienne à l’entretien et à la réparation d’automobiles

 

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

Les mécaniciens de véhicules automobiles

  • vérifier les commandes et discuter avec les surveillants des travaux à exécuter;
  • observer le fonctionnement des moteurs en marche, essayer les véhicules sur la route et vérifier les éléments et les circuits des véhicules à l’aide d’appareils de diagnostic informatisés et autres appareils, pour repérer et isoler les défectuosités;
  • régler, réparer ou remplacer, au moyen d’outils manuels ou d’autres équipements spéciaux, les pièces ou éléments défectueux de divers systèmes du véhicule, comme les circuits d’alimentation en carburant, les dispositifs de freinage, les mécanismes de direction et de suspension, les moteurs et les groupes propulseurs, les systèmes d’échappement et les dispositifs antipollution, les systèmes de climatisation et de régulation de la température de l’habitacle et les systèmes électriques et électroniques;
  • essayer les systèmes réparés et les régler selon les spécifications de bon fonctionnement du manufacturier;
  • effectuer des opérations d’entretien périodique telles que la vidange d’huile, la lubrification et la mise au point;
  • discuter avec les clients des opérations effectuées, de l’état général des véhicules et des réparations qui devront être faites dans l’avenir.

Les réparateurs de véhicules automobiles

  • vérifier et mettre à l’essai des systèmes mécaniques, comme des moteurs, des transmissions, des essieux et des systèmes de freinage, afin de localiser les défectuosités et les imperfections;
  • identifier les causes des défectuosités ou du mauvais fonctionnement et vérifier les diagnostics avec les surveillants afin de déterminer si les pièces sont réparables ou si elles doivent être remplacées;
  • réparer ou remplacer les composantes ou les éléments défectueux à l’aide d’outils manuels ou mécaniques;
  • mettre à l’essai et ajuster les éléments selon les spécifications pour en assurer le bon fonctionnement;
  • remplir des rapports pour consigner les défectuosités et les travaux exécutés.

Les mécaniciens de camions et de remorques

  • régler, réparer ou remplacer les pièces et les composantes des systèmes des camions de transport routier, y compris le châssis, le cadre, la cabine, la carrosserie, le moteur et le groupe propulseur, le système de carburant, les freins à air, la direction et les systèmes hydrauliques, électriques et électroniques;
  • ajuster, réparer ou remplacer les pièces et les composantes des systèmes des camions lourds, y compris les systèmes structurels, électriques et les systèmes de freinage.
  • Les travailleurs inclus dans ce groupe de base peuvent se spécialiser dans les domaines suivants : moteur et alimentation en carburant, systèmes de transmission, systèmes de climatisation, de refroidissement et de chauffage, direction, alignement, freins, lignes de compression, suspension, systèmes électriques et électroniques, réparation de remorques routières ou services de diagnostic.

Conditions d’accès à la profession

Mécaniciens de véhicules automobiles

  • Un diplôme d’études secondaires et une formation ou un programme professionnel sont habituellement exigés.
  • Un apprentissage de quatre ans comme mécanicien de véhicules automobiles ou plus de quatre ans d’expérience de travail ainsi qu’une formation spécialisée en technique de l’automobile en milieu industriel, sont exigés pour l’obtention d’un certificat.
  • Un certificat de qualification de mécanicien de véhicules automobiles est obligatoire en Nouvelle-Écosse, à l’Île-du-Prince-Édouard, au Nouveau-Brunswick, en Ontario et en Alberta et est offert, bien que facultatif, à Terre-Neuve-et-Labrador, au Québec, au Manitoba, en Saskatchewan, en Colombie-Britannique, au Yukon, aux Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut.
  • Un certificat de qualification comme mécanicien de véhicules automobiles (transmissions) est obligatoire en Ontario.
  • Un certificat de qualification comme mécanicien de véhicules automobiles (systèmes de direction, de suspension et de freinage) est obligatoire au Nouveau-Brunswick et en Ontario.
  • Un certificat de qualification pour techniciens à l’entretien et à la réparation d’automobiles (mécanicien de station-service) est obligatoire en Nouvelle-Écosse et est offert, bien que facultatif, à l’Île-du-Prince-Édouard.
  • Les mécaniciens de véhicules automobiles qualifiés peuvent obtenir la mention Sceau rouge après la réussite de l’examen interprovincial Sceau rouge.

Réparateurs de véhicules automobiles

  • Un diplôme d’études secondaires et une formation ou un programme professionnel sont habituellement exigés.
  • Une formation en cours d’emploi de deux à trois ans est fournie par les employeurs.

Mécaniciens de camions et de remorques de camions

  • Un diplôme d’études secondaires et une formation ou un programme professionnel sont habituellement exigés.
  • Un programme d’apprentissage de quatre ans en mécanique de camions de transport ou de remorques de camions ou plus de quatre ans d’expérience de travail ainsi qu’une formation spécialisée en mécanique de camions de transport en milieu industriel, sont exigés pour obtenir le certificat de qualification.
  • Un certificat de qualification de mécanicien de camions et de véhicules de transport est obligatoire en Nouvelle-Écosse, en Ontario et en Alberta et est offert, bien que facultatif, à Terre-Neuve-et-Labrador, à l’Île-du-Prince-Édouard, au Nouveau-Brunswick, au Québec, au Manitoba, en Saskatchewan, en Colombie-Britannique et au Yukon.
  • Un certificat de qualification comme technicien de remorques de camions est obligatoire en Ontario et est offert, bien que facultatif, à Terre-Neuve-et-Labrador, en Nouvelle-Écosse, à l’Île-du-Prince-Édouard, au Nouveau-Brunswick, au Manitoba, en Colombie-Britannique et au Yukon.
  • Les réparateurs de remorques de camions et les mécaniciens de camions et de camions de transport qualifiés peuvent obtenir la mention Sceau rouge après la réussite de l’examen interprovincial Sceau rouge.

Renseignements supplémentaires

  • Une formation supplémentaire permet aux mécaniciens d’automobiles, de camions et de véhicules de transport de travailler dans l’un ou l’autre de ces domaines.
  • La mention Sceau rouge permet une mobilité interprovinciale.
  • L’expérience permet aux mécaniciens dans ce groupe de base d’accéder à des postes de supervision.
  • Un programme d’apprentissage permet aux réparateurs de véhicules automobiles dans la fabrication de véhicules automobiles d’accéder à des postes de mécaniciens de véhicules automobiles. L’expérience leur permet d’accéder à des postes de supervision en fabrication de véhicules automobiles.

Les mécaniciens, les techniciens et les contrôleurs d’avionique et d’instruments et d’appareillages électriques d’aéronefs installent, règlent, réparent et révisent les systèmes avioniques et les instruments et appareillages électriques d’aéronefs. Ce groupe de base comprend également les inspecteurs en avionique qui vérifient les instruments et les appareillages électriques et électroniques à la suite du montage, de modifications, de réparations ou de révisions. Ils travaillent dans des entreprises de fabrication, d’entretien, de réparation et de révision d’aéronefs, et pour des lignes aériennes et d’autres opérateurs d’aéronefs.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Électricien/électricienne d’aéronefs
  • Inspecteur/inspectrice d’instruments de bord
  • Inspecteur/inspectrice en avionique
  • Mécanicien/mécanicienne de réparation et de révision d’instruments d’aéronef – avionique
  • Mécanicien/mécanicienne d’instruments d’aéronef
  • Technicien/technicienne d’entretien – avionique
  • Technicien/technicienne d’entretien d’aéronef (TEA) – avionique
  • Technicien/technicienne d’équipement électrique d’aéronef
  • Technicien/technicienne d’instruments d’aéronef
  • Technicien/technicienne en avionique

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
Les mécaniciens et techniciens d’instruments d’aéronefs
  • réparent, révisent, installent, calibrent et essayent les instruments d’aéronefs.
Les mécaniciens et techniciens en équipement électrique d’aéronef
  • réparent, révisent, modifient, installent et essayent les systèmes et équipements électriques d’aéronefs.
Les mécaniciens et techniciens en avionique
  • recherchent les causes des pannes, réparent, révisent, essayent, modifient, installent et inspectent les systèmes d’avionique et les composantes électroniques d’aéronefs, y compris l’équipement de communication, de navigation et de pilotage automatique.
Les inspecteurs en avionique
    • vérifient et inspectent les systèmes avioniques et les instruments et les appareillages électriques d’aéronefs; attestent que les travaux d’installation, d’entretien, de réparation et de révision satisfont aux normes de performance et de sécurité de Transports Canada et de la compagnie.

Les mécaniciens et les techniciens d’aéronefs qui travaillent dans des ateliers de réparation et de mise au point testent des composantes électriques et électroniques ainsi que des composantes d’instruments.

Les mécaniciens et techniciens en avionique qui travaillent dans des hangars d’entretien recherchent les causes des pannes, effectuent des réparations et installent et inspectent les systèmes et les composantes des aéronefs.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études collégiales de deux à trois ans en avionique ou en électronique est exigé des mécaniciens et techniciens d’instruments et des mécaniciens et techniciens en avionique.
  • Un diplôme d’études collégiales en technique d’appareillages électriques ou électroniques est exigé des mécaniciens et techniciens en équipement électrique d’aéronef.
  • Quatre années de formation en milieu de travail ou l’apprentissage en entreprise sont exigées de tous les mécaniciens et techniciens dans ce groupe de base.
  • Une formation de niveau collégial de deux à trois ans en avionique ou en électronique et trois à cinq ans d’expérience en tant que mécanicien ou technicien en avionique sont exigés des inspecteurs en avionique.
  • Une licence de technicien d’entretien d’aéronefs (TEA) (catégorie E – avionique) de Transports Canada est exigée des mécaniciens, techniciens et inspecteurs en avionique qui signent des libérations d’entretien et qui attestent de la navigabilité des aéronefs.
  • Les membres de certaines des professions incluses dans ce groupe de base peuvent obtenir une certification spécialisée du Conseil canadien de l’aviation et de l’aérospatiale (CCAA).
  • Au Québec, l’appartenance à l’Ordre des technologues professionnels du Québec est exigée pour utiliser le titre de technologue professionnel.

Renseignements supplémentaires

  • Les inspecteurs en avionique et les mécaniciens et techniciens d’entretien peuvent obtenir sur leur licence de TEA des annotations leur permettant de vérifier et de certifier une gamme plus variée d’aéronefs et de systèmes d’aéronefs.
  • La licence de TEA peut être obtenue si les critères d’études et de formation mentionnés ci-dessus sont respectés à condition de réussir les examens de TEA de Transports Canada.
  • Dans certaines spécialisations seulement, l’expérience permet d’accéder à des postes de supervision.

Ce groupe de base comprend les médecins spécialistes en médecine clinique, en médecine de laboratoire et en chirurgie. Les spécialistes en médecine clinique diagnostiquent et traitent les maladies et les troubles physiologiques ou psychologiques, et exercent des fonctions de consultant auprès des autres médecins. Les spécialistes en médecine de laboratoire étudient la nature, la pathogenèse et l’évolution des maladies chez les humains. Les spécialistes en chirurgie pratiquent des interventions chirurgicales et supervisent les procédures chirurgicales. Les spécialistes en médecine clinique exercent en cabinet privé ou dans un centre hospitalier, alors que les spécialistes en médecine de laboratoire et en chirurgie travaillent dans les centres hospitaliers. Les résidents en médecine spécialisée sont inclus dans ce groupe de base.

Exemples d’appellations d’emploi

  • anatomopathologiste
  • anesthésiste
  • cardiologue
  • chirurgien cardiaque/chirurgienne cardiaque
  • chirurgien général/chirurgienne générale
  • chirurgien orthopédiste/chirurgienne orthopédiste
  • chirurgien pédiatre/chirurgienne pédiatre
  • chirurgien plasticien/chirurgienne plasticienne
  • chirurgien thoracique/chirurgienne thoracique
  • chirurgien vasculaire/chirurgienne vasculaire
  • dermatologue
  • endocrinologue
  • gastroentérologue
  • gériatre
  • hématologiste
  • hématopathologiste
  • immunologiste clinicien/immunologiste clinicienne et allergologiste
  • médecin biochimiste
  • médecin microbiologiste
  • néphrologue
  • neurochirurgien/neurochirurgienne
  • neurologue
  • neuropathologiste
  • obstétricien-gynécologue/obstétricienne-gynécologue
  • oncologue
  • ophtalmologiste
  • orthopédiste
  • oto-rhino-laryngologiste
  • pathologiste général/pathologiste générale
  • pédiatre
  • physiatre
  • pneumologue
  • psychiatre
  • radiodiagnosticien/radiodiagnosticienne
  • radio-oncologue
  • respirologue
  • rhumatologue
  • urgentologue
  • urologue

 

Fonctions principales

Les médecins spécialistes exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

Spécialistes en médecine clinique
  • diagnostiquer et traiter les maladies et les troubles physiologiques ou psychiatriques;
  • commander des épreuves de laboratoire, des rayons X et autres procédures de diagnostic;
  • prescrire des médicaments et des traitements et diriger les patients au service de chirurgie;
  • exercer des fonctions de consultant auprès des autres médecins;
  • faire, s’il y a lieu, de la recherche.
Spécialistes en médecine de laboratoire
  • étudier la nature, la pathogenèse et l’évolution des maladies chez les humains, ainsi que les changements structurels et fonctionnels causés par les maladies;
  • mener des analyses microscopiques et chimiques à partir de prélèvements et de spécimens;
  • superviser les activités de laboratoire;
  • exercer des fonctions de consultant auprès des autres médecins.
Spécialistes en chirurgie
  • évaluer les maladies ou les troubles afin de déterminer quelles seront les procédures chirurgicales appropriées;
  • pratiquer et superviser des interventions chirurgicales pour corriger les anormalités et les déficiences physiques et réparer les blessures;
  • exercer des fonctions de consultant auprès des autres médecins.

Conditions d’accès à la profession

Médecins spécialistes

  • Un baccalauréat ou au Québec, un diplôme d’études collégiales et une année préparatoire aux études médicales sont habituellement exigés.
  • Un diplôme d’une faculté de médecine reconnue et une formation dans une spécialisation sont exigés.
  • La réussite aux examens du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada et un permis d’exercice provincial ou territorial sont exigés.

Spécialistes en médecine clinique

  • Une résidence de quatre à cinq ans dans une spécialité est exigée.
  • Une résidence reconnue de deux ans en sous-spécialisation peut être exigée.

Spécialistes en médecine de laboratoire

  • Une résidence de quatre à cinq ans dans une spécialité est exigée.

Spécialistes en chirurgie

  • Une résidence de cinq à six ans dans une spécialité est exigée.
  • Une formation de deux ans dans une sous-spécialisation peut être exigée.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de direction, tels que directeur de la médecine de laboratoire ou directeur des services de chirurgie.

Les mineurs d’extraction et de préparation, mines souterraines, font des travaux de forage et de dynamitage, conduisent du matériel d’extraction et exécutent des tâches connexes pour extraire le charbon et le minerai des mines souterraines et pour construire des tunnels, des passages et des puits qui facilitent l’exploitation minière. Ils travaillent dans des mines souterraines de charbon et de minerais métallifères et non métallifères, ainsi que pour des entrepreneurs spécialisés en construction de mines, de puits et de tunnels.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Apprenti mineur/apprentie mineuse de roche dure
  • Boutefeu – exploitation de mines souterraines
  • Conducteur/conductrice de chargeuse à pelle
  • Dynamiteur/dynamiteuse de cheminées
  • Foreur/foreuse – exploitation de mines souterraines
  • Foreur/foreuse au diamant – exploitation de mines souterraines
  • Inspecteur/inspectrice de puits – mines souterraines
  • Mineur/mineuse
  • Mineur/mineuse d’exploitations par descenderie
  • Mineur/mineuse en montant
  • Opérateur/opératrice de machine de mine
  • Opérateur/opératrice de machine de traçage
  • Opérateur/opératrice de treuil – exploitation de mines souterraines
  • Préposé/préposée aux explosifs – exploitation de mines souterraines

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • installer et utiliser des foreuses pour exécuter une série déterminée de trous de mines;
  • utiliser des foreuses à diamant ou d’autres foreuses spécialisées, telles que des foreuses de montage, pour évaluer les formations géologiques ou pour construire des passages souterrains;
  • installer et utiliser des machines de mine pour abattre le charbon, le roc ou le minerai du front de taille;
  • placer les charges explosives, régler les amorces et détoner les explosifs pour réaliser les schémas de tir et la fragmentation du roc désirés dans les mines souterraines;
  • conduire une benne minière, une chargeuse-déchargeuse, ou une chargeuse mécanique, afin de charger le minerai et de le transporter des galeries horizontales, des galeries chassantes et des passages verticaux jusqu’aux cheminées de minerais;
  • exécuter les tâches nécessaires pour assurer la sécurité et permettre l’avancement des opérations d’extraction, notamment détacher les blocs instables des parois et du plafond, creuser des trous et installer des tirants d’ancrage, rallonger et mettre en place des canalisations d’air et d’eau, conduire des appareils de chargement du minerai, inspecter les puits de mine, faire fonctionner les treuils qui transportent les travailleurs, l’équipement et les matériaux dans les puits de mine, et construire des étançons et des boisages au besoin;
  • effectuer l’entretien régulier du matériel d’extraction.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Une formation théorique d’une durée d’au plus six semaines, suivie de périodes de formation spécialisée en tant qu’aide ou dans des postes de soutien, est habituellement offerte.
  • L’expérience de manoeuvre de mine ou de travailleur minier est habituellement exigée.
  • Un certificat provincial de dynamiteur peut être exigé.
  • Un certificat du programme de tronc commun de base ou de mineur souterrain de roches dures peut être obtenu en Ontario.
  • Le certificat de qualification de mineur est offert, bien que facultatif, au Québec et au Manitoba.
  • Un permis ou un certificat de la compagnie est souvent exigé pour les postes de ce groupe de base.
  • Un certificat de secourisme peut être exigé.

Renseignements supplémentaires

  • Il existe une mobilité vers d’autres groupes professionnels en exploitation minière, tels que des postes d’entretien et de soutien dans les mines souterraines.
  • Il existe une mobilité entre les employeurs à l’intérieur de chacun des trois types d’exploitations minières souterraines suivants : les mines de charbon, les mines de roches dures et les mines de potasse, de sel ou de roches tendres.
  • La mobilité d’un type de mine à l’autre est assez limitée à cause des différences dans les techniques de production.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de supervision de l’exploitation des mines.

Les monteurs de charpentes métalliques fabriquent, érigent, montent, posent, réparent et entretiennent des éléments de charpentes métalliques et de béton précoulé, des éléments d’armature de constructions en béton armé, des murs rideaux, des ouvrages de ferronnerie décoratifs et d’autres éléments métalliques utilisés dans la construction de bâtiments, de ponts, de routes, de barrages et d’autres ouvrages ou équipements. Ils travaillent pour des entrepreneurs en construction de charpentes métalliques.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Apprenti ferronnier/apprentie ferronnière
  • Façonneur/façonneuse de pièces décoratives en fer
  • Ferrailleur/ferrailleuse
  • Ferronnier/ferronnière
  • Ferronnier-monteur/ferronnière-monteuse de systèmes de construction en métal
  • Monteur/monteuse de structures d’acier

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • lire les plans et les spécifications techniques pour préparer le travail à exécuter;
  • décharger et mettre en place les éléments en acier pour que chaque pièce puisse être soulevée en temps et lieu;
  • monter tous types d’échafaudages et installer des équipements et gréements de levage;
  • guider l’opérateur de grue pour la mise en place des éléments d’acier conformément aux plans;
  • aligner et souder ou boulonner les éléments d’acier;
  • monter des éléments de charpente et des éléments architecturaux en béton précoulé dans la construction de bâtiments, de ponts, de tours et autres ouvrages;
  • assembler et monter des constructions métalliques préfabriquées;
  • placer et fixer des tiges ou des treillis métalliques dans les coffrages à béton afin de renforcer les structures de béton;
  • poser des ouvrages de ferronnerie décoratifs ou autres tels que murs rideaux, escaliers, rampes et portes automatiques;
  • examiner les structures et l’équipement pour y relever des traces de détérioration, des défauts ou des infractions aux devis descriptifs;
  • démonter les structures et l’équipement, s’il y a lieu.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Un programme d’apprentissage de deux à trois ans ou plus de trois ans d’expérience dans le métier ainsi qu’une formation spécialisée en ferronnerie, en milieu scolaire ou industriel, sont habituellement exigés pour être admissible au certificat de qualification.
  • Le certificat de qualification pour les monteurs de charpentes en acier (généraliste) est obligatoire en Alberta et est offert, bien que facultatif, à Terre-Neuve-et-Labrador, en Nouvelle-Écosse, à l’Île-du-Prince-Édouard, au Nouveau-Brunswick, en Ontario, au Manitoba et en Colombie-Britannique.
  • Le certificat de qualification pour les monteurs de charpentes en acier (barres d’armature) est obligatoire au Québec et en Alberta et est offert, bien que facultatif, à Terre-Neuve-et-Labrador, en Nouvelle-Écosse, à l’Île-du-Prince-Édouard, au Nouveau-Brunswick, en Ontario, en Saskatchewan et en Colombie-Britannique.
  • Le certificat de qualification pour les monteurs de charpentes en acier (structural/ornemental) est obligatoire en Alberta et est offert, bien que facultatif, à Terre-Neuve-et-Labrador, en Nouvelle-Écosse, à l’Île-du-Prince-Édouard, au Nouveau-Brunswick, en Ontario, en Saskatchewan et en Colombie-Britannique.
  • Le certificat de qualification pour les monteurs de charpentes métalliques (monteur de systèmes de construction en métal) est obligatoire en Alberta.
  • Les monteurs de charpentes métalliques qualifiés peuvent obtenir la mention Sceau rouge après la réussite de l’examen interprovincial Sceau rouge.

Renseignements supplémentaires

  • La mention Sceau rouge permet une mobilité interprovinciale.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de supervision.

Les monteurs de lignes électriques et de câbles montent, entretiennent et réparent des réseaux aériens et souterrains de transmission et de distribution d’électricité. Ils travaillent pour des compagnies de production, de transmission et de distribution d’électricité, des entrepreneurs en électricité et des services d’utilité publique.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Apprenti monteur/apprentie monteuse de lignes – réseau électrique
  • Épisseur/épisseuse de câbles – réseau électrique
  • Inspecteur/inspectrice de lignes électriques
  • Installateur/installatrice de câbles électriques – réseau électrique
  • Monteur/monteuse de lignes électriques
  • Monteur/monteuse de lignes sur chantier de construction – lignes électriques
  • Technicien/technicienne de lignes électriques

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • installer, entretenir, dépanner et réparer des réseaux de distribution et de transmission d’électricité, y compris des lignes et des câbles électriques aériens et souterrains, des isolateurs, des conducteurs, des parafoudres, des coupe-circuits, des transformateurs et d’autre matériel connexe;
  • monter et entretenir des poteaux et des pylônes en acier, en bois ou en béton de même que des câbles de haubanage;
  • épisser, souder et isoler des conducteurs et des câbles connexes, pour raccorder la distribution d’énergie et le réseau de transmission à l’aide d’outils à épisser et de matériel et d’outils électriques appropriés;
  • vérifier et mettre à l’essai des lignes et des câbles électriques aériens et souterrains, de même que du matériel auxiliaire, à l’aide d’appareils de vérification électrique;
  • grimper dans des échelles ou utiliser des nacelles à commandes hydrauliques pour effectuer des travaux en hauteur dans les poteaux et les pylônes, ou travailler dans des espaces restreints, comme des tranchées et des tunnels, pour installer des lignes et des câbles électriques de même que d’autre matériel auxiliaire;
  • installer et entretenir des réseaux d’éclairage des rues;
  • communiquer avec d’autres travailleurs afin de coordonner la préparation et la réalisation des travaux.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Un apprentissage comme monteur de lignes d’une durée de trois ou quatre ans dans le cadre d’un programme provincial ou plus de quatre ans d’expérience dans ce métier ainsi qu’une formation spécialisée en technologie électrique, en milieu scolaire ou industriel, sont habituellement exigés pour les monteurs de lignes électriques et de câbles.
  • Le certificat de qualification pour les techniciens de lignes électriques est offert, bien que facultatif, à Terre-Neuve-et-Labrador, en Nouvelle-Écosse, à l’Île-du-Prince-Édouard, au Nouveau-Brunswick, en Ontario, en Saskatchewan, en Alberta, en Colombie-Britannique, au Yukon, dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut.
  • Le certificat de qualification pour les monteurs de lignes sous tension de construction est offert, bien que facultatif, à Terre-Neuve-et-Labrador.
  • Le certificat de qualification pour les monteurs de lignes de distribution d’électricité est offert, bien que facultatif, au Nouveau-Brunswick.
  • Les techniciens de lignes électriques qualifiés peuvent obtenir la mention Sceau rouge après la réussite de l’examen interprovincial Sceau rouge.

Renseignements supplémentaires

  • La mention Sceau rouge permet une mobilité interprovinciale.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de supervision.

Les monteurs de lignes et de câbles de télécommunications installent, réparent et entretiennent des lignes et des câbles de télécommunications. Ils travaillent pour des compagnies de télédistribution, des services téléphoniques et d’autres services de télécommunications.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Apprenti monteur/apprentie monteuse de lignes – télécommunications
  • Installateur/installatrice de lignes de télécommunications
  • Monteur/monteuse de lignes de télécommunications
  • Réparateur/réparatrice de câbles de télécommunications
  • Technicien/technicienne aux épissures – téléphonie
  • Technicien/technicienne de lignes téléphoniques
  • Technicien/technicienne en communications – construction
  • Technicien/technicienne en construction – câblodistribution

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • installer, enlever, entretenir et réparer des lignes et des câbles aériens ou souterrains pour les communications téléphoniques et d’autres télécommunications, ainsi que le matériel connexe;
  • installer des lignes et des câbles de câblodistribution (sans réparation ni entretien);
  • épisser et réparer des câbles téléphoniques et d’autres câbles de télécommunications de type et de dimensions variés, notamment des lignes simples, des câbles coaxiaux ainsi que des fibres optiques;
  • inspecter et mettre à l’essai des lignes et des câbles de télécommunications en vue d’étudier leurs caractéristiques de transmission et de déceler les défaillances;
  • analyser des résultats d’essais et les consigner;
  • monter sur des poteaux, des échelles ou d’autres installations de soutien pour travailler en hauteur ou dans des espaces restreints, comme des tranchées, des tunnels et des espaces où il faut ramper;
  • communiquer avec d’autres travailleurs pour coordonner la préparation et la réalisation du travail à effectuer;
  • aider à ériger et à enlever des poteaux et des pylônes de télécommunications ainsi que des installations de soutien connexes;
  • conduire, au besoin, des engins de creusage ou d’autre équipement lourd.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est exigé.
  • Un programme d’apprentissage de quatre ans en montage de lignes et de câbles de télécommunications ou plus de trois ans d’expérience dans le métier et une formation spécialisée en montage de lignes électriques, en milieu scolaire ou industriel, ou un programme d’études collégiales de deux ans en électronique sont habituellement exigés.
  • Le certificat de qualification des spécialistes de câblage de réseaux est offert, bien que facultatif, en Ontario.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de supervision.

Les omnipraticiens et les médecins en médecine familiale diagnostiquent et traitent les maladies, les troubles physiologiques et les traumatismes de l’organisme humain. Ils sont des professionnels de la santé de première ligne et ils dispensent des soins de santé aux patients. Ils travaillent habituellement en cabinet privé, y compris les pratiques partagées, les centres hospitaliers et les cliniques. Ce groupe de base comprend les résidents qui suivent une formation d’omnipraticien ou de médecin en médecine familiale.

Exemples d’appellations d’emploi

  • docteur/docteure en médecine (M.D.)
  • médecin de famille
  • omnipraticien/omnipraticienne
  • résident/résidente en médecine générale

Inclusion(s)

  • médecin de médecine préventive communautaire
  • médecin missionnaire

 

Fonctions principales

Les omnipraticiens et les médecins en médecine familiale exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • examiner les patients, consigner leur historique médical, ordonner l’exécution de tests de laboratoire, de radiographies et autres épreuves diagnostiques, et consulter d’autres médecins afin d’évaluer la santé physique et psychologique des patients;
  • prescrire et administrer des médicaments et des traitements;
  • effectuer des interventions chirurgicales courantes ou y participer;
  • dispenser des soins d’urgence;
  • assurer la gestion des soins actifs;
  • vacciner les patients afin de prévenir et de soigner les maladies;
  • assister aux accouchements et dispenser des soins prénatals et postnatals;
  • donner des conseils aux patients et à leurs familles concernant les soins de santé, y compris la promotion de la santé et la prévention des maladies et des accidents;
  • fournir des conseils et un encadrement aux patients et à leur famille en ce qui a trait à une foule de questions touchant la santé et le mode de vie;
  • jouer le rôle de protecteur des droits des patients;
  • coordonner ou gérer les soins primaires dispensés aux patients;
  • fournir aux patients les soins à long terme requis;
  • superviser les services de soins à domicile;
  • signaler les naissances, les décès et les cas de maladies contagieuses et les autres maladies aux autorités gouvernementales.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat ou au Québec, un programme d’études collégiales et une année préparatoire aux études médicales sont habituellement exigés.
  • Un diplôme d’une faculté de médecine reconnue et deux à trois ans de résidence en médecine familiale sont exigés.
  • La réussite aux examens du Conseil médical du Canada ou du Collège des médecins du Québec et un permis d’exercice provincial ou territorial sont exigés.

Renseignements supplémentaires

  • Une formation supplémentaire permet aux omnipraticiens et aux médecins de médecine familiale de devenir médecins spécialistes.

Les opérateurs au contrôle de la réduction en pâte des pâtes et papiers, de la fabrication du papier et du couchage font fonctionner et surveillent le matériel et l’équipement multifonctionnel afin de contrôler le traitement du bois, des résidus de pâte, du papier recyclable, des substances cellulosiques, de la pulpe et du carton. Ils travaillent dans des usines de pâtes et papiers.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Opérateur/opératrice de groupe de fabrication de la pâte – pâtes et papiers
  • Opérateur/opératrice de station de mélange – pâtes et papiers
  • Opérateur/opératrice d’installation de blanchiment – pâtes et papiers
  • Pupitreur/pupitreuse à la machine à papier
  • Pupitreur/pupitreuse à la réduction de la pâte
  • Technicien/technicienne à la fabrication de la pâte

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • faire fonctionner, coordonner et surveiller les équipements de procédé de la réduction en pâte des pâtes et papiers, de la fabrication du papier et du couchage, à partir du poste central de commande ou des panneaux de commande sur des machines et des panneaux de contrôle dans les cabines d’équipement en vue de contrôler les opérations de transformation et la machinerie lors de la fabrication de produits de pâtes et papiers;
  • contrôler la transformation du bois, des résidus de pâte, du papier recyclable, des substances cellulosiques, de la pulpe et du carton, et surveiller le traitement chimique et physique des procédés de transformation à l’aide d’un système de contrôle distribué et d’ordinateurs de régulation des procédés;
  • surveiller les indicateurs, les jauges, les écrans vidéo et d’autres instruments pour détecter les pannes d’équipement, et veiller à ce que le matériel de contrôle de la réduction en pâte des pâtes et papiers, de la fabrication du papier et du couchage fonctionne selon les spécifications;
  • analyser des relevés de lecture et des échantillons de production et faire les ajustements nécessaires, ou demander aux autres opérateurs d’usines de pâtes, de la production de papier et du couchage de faire les ajustements à la production de pâte, à la fabrication du papier et du processus de couchage et de l’équipement, au besoin;
  • remplir et tenir à jour des rapports de production.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est exigé.
  • Un diplôme d’études collégiales ou un programme en transformation des produits forestiers ou dans un domaine connexe peut être exigé pour un opérateur au contrôle de la réduction en pâte des pâtes et papiers.
  • Plusieurs semaines de formation spécialisée en milieu industriel et plusieurs mois de formation en cours d’emploi sont exigés.
  • Plusieurs années d’expérience comme opérateur de machines de papetière, de machines à papier et de machines de finissage au sein de la même compagnie sont habituellement exigées.
  • Un certificat en secourisme industriel peut être exigé.
  • Un certificat de compétence pour le gaz naturel peut être exigé.

Renseignements supplémentaires

  • Il existe peu de mobilité parmi les postes compris dans ce groupe de base.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de supervision.

Les opérateurs de presses à imprimer règlent et font fonctionner des presses à bobines et à feuilles pour imprimer des textes, des illustrations et des dessins et sur une variété de matériaux tels que du papier, du plastique, du verre, du cuir et du métal. Ils travaillent dans des imprimeries commerciales, pour des journaux, des revues et d’autres compagnies d’impression, et des établissements des secteurs public et privé qui possèdent leur propre unité d’imprimerie.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Apprenti opérateur/apprentie opératrice de presse
  • Conducteur/conductrice de presse offset
  • Opérateur adjoint/opératrice adjointe de presse
  • Opérateur/opératrice de presse à imprimer
  • Opérateur/opératrice de presse à rotogravure – imprimerie
  • Opérateur/opératrice de presse flexographique
  • Pressier en chef/pressière en chef

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • lire les bons de commande afin de déterminer les spécifications du travail, telles que le temps de production, les séquences de couleur et la quantité requise, et en informer le personnel de l’imprimerie;
  • installer les plaques et les cylindres et faire les ajustements nécessaires;
  • remplir les encriers, prendre des mesures, effectuer les ajustements et déterminer les réglages nécessaires pour obtenir la couleur et la viscosité désirées;
  • préparer la presse et vérifier les échantillons pour évaluer le couvrage de l’encre, l’alignement et le repérage;
  • vérifier les tirages réguliers à partir d’un pupitre de commande par ordinateur afin d’assurer la conformité aux normes de qualité et faire des ajustements au besoin;
  • enlever et nettoyer les plaques et les cylindres après le tirage;
  • diriger le personnel de l’imprimerie et veiller au respect des règles de sécurité.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Un diplôme d’études collégiales en technologie de l’imprimerie ou une formation spécialisée, en milieu scolaire ou industriel, complétée par une formation en cours d’emploi est habituellement exigé.
  • Le certificat de compétence est offert, bien que facultatif, au Québec.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de supervision tels que surveillant d’imprimerie.

Les opérateurs de salle de commande centrale et de conduite de procédés industriels dans le raffinage du pétrole et le traitement du gaz et des produits chimiques surveillent et font fonctionner des usines pétrolières, pétrochimiques et chimiques et surveillent, ajustent et entretiennent l’équipement et les installations de traitement de ces usines. Ils travaillent dans des raffineries de pétrole, des usines de traitement de gaz naturel, des compagnies pétrochimiques et de pipelines et des compagnies de produits industriels, agricoles et de spécialités chimiques et pharmaceutiques.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Chef technicien/chef technicienne au traitement de produits chimiques
  • Maître opérateur/maître opératrice – traitement des produits chimiques
  • Opérateur/opératrice à la production d’un champ de gaz
  • Opérateur/opératrice à la récupération de gaz
  • Opérateur/opératrice à la salle des cuves – usine de chlore-alcali
  • Opérateur/opératrice au raffinage du pétrole
  • Opérateur/opératrice au traitement des produits pharmaceutiques
  • Opérateur/opératrice aux procédés dans une raffinerie de pétrole
  • Opérateur/opératrice aux procédés de traitement des produits chimiques
  • Opérateur/opératrice de panneau – traitement des produits chimiques
  • Opérateur/opératrice de station de compression – pipelines
  • Opérateur/opératrice d’installation d’acides
  • Opérateur/opératrice d’installation de gaz
  • Technicien spécialiste/technicienne spécialiste des procédés – traitement des produits chimiques
  • Technicien spécialiste/technicienne spécialiste des procédés de raffinerie

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • actionner des panneaux de commande électroniques ou informatisés à partir d’une salle de commande centrale de façon à surveiller et à optimiser le déroulement des processus physiques et chimiques de plusieurs installations de traitement;
  • contrôler le démarrage et l’arrêt des processus ainsi que le dépannage;
  • surveiller l’équipement utilisé dans les procédés externes;
  • ajuster les appareils, les robinets, les pompes et l’équipement de commandes et de traitement;
  • autoriser ou endosser des autorisations de travaux d’entretien;
  • arrêter, isoler et préparer l’entretien des installations de traitement ou l’équipement de production;
  • prélever des échantillons, réaliser des essais, enregistrer des données, donner suite à des contrôles statistiques du processus pour les opérations de traitement et rédiger des rapports de production;
  • établir des procédures d’exploitation pour un fonctionnement normal, de démarrage ou d’arrêt de l’unité;
  • participer à des vérifications et à des programmes de sécurité et répondre à des appels d’urgence, s’il y a lieu;
  • veiller au respect des règlements sur la sécurité et l’environnement;
  • passer de l’une à l’autre des opérations par rotation des postes de travail, au besoin;
  • travailler, s’il y a lieu, en équipe où les responsabilités de surveillance sont partagées et participer à la formation d’autres travailleurs;
  • être formé, s’il y a lieu, dans un métier spécialisé et exercer ce métier par rotation des postes de travail.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est exigé. Des cours en mathématique, en chimie et en physique sont souvent spécifiés.
  • Un diplôme d’études collégiales en techniques de transformation, en sciences ou dans un domaine connexe peut être exigé pour certains postes.
  • Plusieurs années de formation professionnelle en cours d’emploi sont exigées des opérateurs et des techniciens de conduite de procédés dans le raffinage du pétrole et le traitement des produits chimiques.
  • De l’expérience comme opérateur dans le raffinage du pétrole ou le traitement des produits chimiques, dans toutes les unités des opérations contrôlées par la salle de commande centrale, est exigée des chefs opérateurs.
  • Un certificat d’opérateur ou de technicien de salle de commande centrale dans le raffinage du pétrole, émis par l’entreprise, peut être exigé.
  • Un permis provincial de mécanicien de centrales, d’opérateur de compresseurs ou de spécialiste en réfrigération peut être exigé lorsque certains types d’équipements sont compris dans le procédé.
  • Un certificat dans le transport des matières dangereuses, un certificat en secourisme et en lutte contre les incendies ou un certificat des Systèmes d’information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT) peuvent être exigés.

Renseignements supplémentaires

  • Il existe une grande mobilité d’un poste à l’autre au sein d’une même entreprise, souvent dans le cadre d’un programme de perfectionnement ou de formation.
  • La mobilité d’une usine à l’autre est possible, mais peut être limitée par la pratique établie de former les travailleurs de l’usine et de leur accorder des promotions.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de supervision ou de gestion.
  • L’utilisation d’équipement de protection personnel peut être exigée des travailleurs de ce groupe de base qui peuvent être exposés à des matières toxiques, des produits chimiques inflammables ou à des explosifs.

Les opérateurs d’installations du traitement de l’eau surveillent et font fonctionner des systèmes de contrôle informatisés et l’équipement connexe dans des usines de traitement et de filtration de l’eau afin de régler le traitement et la distribution de l’eau. Les opérateurs du traitement des déchets liquides surveillent et font fonctionner des systèmes de contrôle informatisés et l’équipement connexe dans des usines de traitement des eaux usées, des eaux d’égout et des effluents liquides afin de régler le traitement et l’élimination de l’eau d’égout et des déchets. Ils travaillent pour des administrations municipales et des installations industrielles. Ce groupe de base inclut également les opérateurs de traitement des déchets dans les installations de compostage et autres services de gestion des déchets.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Opérateur/opératrice de procédés industriels de traitement des déchets liquides
  • Opérateur/opératrice de station de filtration de l’eau
  • Opérateur/opératrice de station de traitement des eaux usées
  • Opérateur/opératrice de systèmes environnementaux – traitement des eaux
  • Opérateur/opératrice d’installation de purification de l’eau
  • Opérateur/opératrice d’installation de traitement de l’eau
  • Opérateur/opératrice d’installation de traitement d’eaux résiduaires
  • Opérateur/opératrice d’installation de traitement des déchets

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
Les opérateurs d’installations du traitement de l’eau
  • faire fonctionner et surveiller des systèmes de contrôle informatisés et l’équipement connexe dans les usines de traitement et de filtration de l’eau afin de régler le traitement et la distribution de l’eau;
  • surveiller et inspecter l’équipement et les systèmes de l’usine afin de détecter les pannes et de s’assurer que les systèmes fonctionnent normalement;
  • faire la lecture des débitmètres, des indicateurs de niveau et autres appareils d’enregistrement afin de mesurer le débit en eau et les niveaux de consommation, la concentration bactérienne ainsi que la concentration en chlore et en fluorure;
  • prélever des échantillons d’eau et faire des dosages chimiques et des numérations bactériennes, analyser les résultats des essais et les relevés des lectures d’instruments et apporter les ajustements nécessaires à l’équipement et aux systèmes de l’usine au besoin;
  • fournir des instructions verbales ou écrites pour les changements de commandes de processus aux réseaux d’adduction et de distribution afin d’assurer que l’eau produite est conforme aux exigences de qualité normalisée;
  • effectuer des vérifications de sécurité dans l’usine de traitement et sur les terrains;
  • répondre aux demandes du public concernant la qualité de l’eau et les urgences;
  • remplir et tenir à jour le journal des activités de l’usine, des rapports et des statistiques;
  • effectuer des travaux d’entretien mineur ou aider les gens de métier qualifiés à installer ou à réparer les machines de l’usine, s’il y a lieu;
  • mesurer, mélanger et transporter des produits chimiques pour entretenir les apports, s’il y a lieu.
Les opérateurs d’installations du traitement des déchets liquides
  • faire fonctionner et surveiller des systèmes de contrôle informatisés et l’équipement connexe dans des usines de traitement des eaux usées, de traitement des eaux d’égout et de traitement des résidus liquides afin de régler l’écoulement de l’eau d’égout dans les bassins de décantation, d’aération et de digestion afin de traiter et d’éliminer des effluents et des déchets;
  • patrouiller l’usine pour vérifier les pompes, les moteurs, les filtres, les chlorateurs et les autres pièces d’équipement des usines, faire régulièrement la lecture des indicateurs de niveau, des appareils de mesure et autres instruments d’enregistrement, afin de détecter les défaillances de l’équipement et de s’assurer que ce dernier et les systèmes de l’usine fonctionnent dans les limites prévues;
  • tester et ajuster les taux d’alimentation en produits chimiques afin d’assurer que les processus de désinfection soient conformes aux normes de qualité;
  • prélever des échantillons d’eaux usées et des eaux d’égout, faire les tests et analyser les résultats; apporter les ajustements nécessaires à l’équipement et aux systèmes de l’usine au besoin;
  • effectuer des vérifications de sécurité dans l’usine de traitement et sur les terrains;
  • remplir et tenir à jour le journal des activités de l’usine et des rapports;
  • effectuer de l’entretien préventif aux équipements d’usine afin d’assurer que l’installation fonctionne conformément aux normes requises;
  • aider, s’il y a lieu, les gens de métier qualifiés avec l’installation et la réparation des machines d’usine.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est exigé.
  • Des cours collégiaux ou une formation industrielle spécialisée en chimie, dans la lutte contre la pollution ou d’autres sujets connexes sont habituellement exigés.
  • La certification en traitement et en alimentation de l’eau (niveau selon le classement de l’installation) est exigée pour les opérateurs d’usine de traitement de l’eau.
  • La certification en eau potable est exigée au Québec et en Ontario pour les opérateurs qui travaillent dans le traitement et la distribution de l’eau.
  • La certification à la collecte des eaux usées et de traitement des eaux usées (niveau selon le classement de l’installation) est exigée pour les opérateurs d’installation de traitement des eaux usées.
  • La certification d’opérateur d’installation de déchets solides, d’enfouissement ou de compostage peut être exigée des opérateurs de traitement des déchets, d’installations de compostage et d’autres services de gestion des déchets.
  • Le certificat Systèmes d’information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT), le transport de matières dangereuses ou des cours sur les pratiques sécuritaires peuvent être exigés.
  • Une formation en cours d’emploi est offerte.
  • De l’expérience en tant que travailleur dans le domaine de traitement de l’eau ou des eaux usées, peut être exigée.

Renseignements supplémentaires

  • Il existe peu de mobilité entre les opérateurs d’installations de traitement de l’eau et les opérateurs de traitement des déchets.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de supervision.

Les optométristes examinent les yeux des patients pour évaluer et diagnostiquer les maladies et les troubles oculaires. Ils prescrivent et ajustent des lunettes ou des lentilles cornéennes, et recommandent des traitements tels que des exercices pour corriger les problèmes de vision ou les troubles oculaires. Ils exercent en cabinet privé, dans des cliniques d’optométrie et des centres de santé communautaire.

Exemples d’appellations d’emploi

  • docteur/docteure en optométrie (O.D.)
  • optométriste

 

Fonctions principales

Les optométristes exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • examiner les yeux des patients et faire des examens à l’aide d’ophtalmoscopes, de biomicroscopes et autres appareils spécialisés afin de déterminer la santé oculaire et l’acuité de la vue;
  • prescrire et administrer des traitements (à l’exclusion d’interventions chirurgicales) afin de sauvegarder, d’améliorer et de corriger la vue, et de gérer les autres maladies et troubles oculaires;
  • prescrire, dispenser et ajuster des lunettes, des lentilles cornéennes et autres aides visuelles;
  • éduquer et conseiller les patients sur l’utilisation et l’entretien des lentilles cornéennes, l’hygiène oculaire, les options chirurgicales et non-chirurgicales, les soins et l’entretien préventifs liés au travail et au style de vie;
  • diriger les patients vers des ophtalmologistes ou autres médecins et chirurgiens afin de soigner tous problèmes oculaires ou maladies, telles que les cataractes, le glaucome et la dégénérescence maculaire et conditions généralisés telles que le diabète et l’hypertension artérielle;
  • prescrire, s’il y a lieu, des médicaments provenant d’une liste restreinte.
  • Les optométristes peuvent se spécialiser dans l’ajustement d’aides visuelles destinées aux personnes souffrant de cécité partielle, l’ajustement de lentilles cornéennes ou la correction de troubles particuliers de la vue.

Conditions d’accès à la profession

  • Trois ans d’études universitaires de premier cycle en sciences et un programme d’études universitaires de quatre à cinq ans en optométrie sont exigés.
  • Un permis d’exercice d’un organisme de réglementation provincial ou territorial est exigé.

Les peintres et les décorateurs appliquent de la peinture, du papier peint et d’autres revêtements de finition sur les surfaces intérieures et extérieures des bâtiments et d’autres structures. Ils travaillent pour des compagnies de construction et des entrepreneurs de peinture ou d’entretien de bâtiments, ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Apprenti peintre-décorateur/apprentie peintre-décoratrice
  • Peintre
  • Peintre d’entretien
  • Peintre en bâtiment
  • Peintre-décorateur/peintre-décoratrice
  • Poseur/poseuse de papiers peints

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • lire des devis pour déterminer la quantité de matériaux requis;
  • préparer et nettoyer des surfaces, par des méthodes telles que le raclage, le sablage, le sablage par jet de sable ou d’eau et le nettoyage à la vapeur, enlever le vieux papier peint et la peinture écaillée, réparer les fissures et les trous dans des murs, lisser les surfaces avec du papier sablé et appliquer des produits de scellement;
  • mélanger et allonger la peinture afin d’obtenir les couleurs et les textures désirées;
  • appliquer de la peinture ou d’autres matériaux, comme de la teinture, des laques, de l’émail, de l’huile ou un vernis, de la fibre de verre, ou un revêtement métallique ou ignifuge, à l’aide de pinceaux, de rouleaux ou de pistolets;
  • mesurer, couper et poser du papier peint ou du tissu sur des murs;
  • assembler et ériger des échafaudages fixes ou des échafaudages volants;
  • conseiller les clients, s’il y a lieu, sur l’agencement des couleurs ou le choix de revêtements muraux;
  • fournir, s’il y a lieu, aux clients des estimations de coûts.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Un programme d’apprentissage de trois à quatre ans ou plus de trois ans d’expérience dans le métier sont habituellement exigés pour être admissible à un certificat de qualification.
  • Le certificat de qualification de peintre et décorateur est obligatoire au Québec et est offert, bien que facultatif, dans les autres provinces et les territoires.
  • Les peintres et les décorateurs qualifiés peuvent obtenir la mention Sceau rouge après la réussite de l’examen interprovincial Sceau rouge.

Renseignements supplémentaires

  • La mention Sceau rouge permet une mobilité interprovinciale.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de supervision.

Les ambulanciers et le personnel paramédical donnent des soins d’urgence pré-hospitaliers aux patients blessés ou malades et les transportent aux centres hospitaliers ou vers d’autres centres médicaux pour des soins plus poussés. Ils travaillent pour des services ambulanciers privés, des centres hospitaliers, des services d’incendie, des ministères et organismes gouvernementaux, des entreprises de fabrication, des sociétés minières et d’autres établissements du secteur privé. Ce groupe de base comprend également les membres du personnel ambulancier et paramédical qui agissent en tant que superviseurs.

Exemples d’appellations d’emploi

  • ambulancier paramédical/ambulancière paramédicale
  • ambulancier/ambulancière
  • paramédic – soins avancés
  • paramédic – soins critiques
  • paramédic – soins primaires
  • surveillant/surveillante des services ambulanciers
  • technicien/technicienne en soins médicaux d’urgence
  • technicien-ambulancier paramédical/technicienne-ambulancière paramédicale
  • technologue-ambulancier paramédical/technologue-ambulancière paramédicale

Inclusion(s)

  • assistant/assistante en soins médicaux d’urgence
  • technicien/technicienne en soins ambulanciers

 

Fonctions principales

Les ambulanciers et le personnel paramédical exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • déterminer la gravité des blessures ou de la maladie des victimes de traumatisme, des patients souffrant de maladies ou de stress respiratoires, des victimes de dose excessive de médicaments ou de poison, des victimes d’accident de travail et autres individus malades ou blessés afin de déterminer les soins médicaux d’urgence nécessaires;
  • administrer les soins d’urgence pré-hospitaliers aux patients, tels que la réanimation cardiorespiratoire (RCR), l’oxygénothérapie, l’immobilisation spinale, les bandages ou les attelles;
  • administrer et maintenir en place des intraveineuses, installer l’équipement d’appoint dans le cas de problèmes de ventilation ou de circulation sanguine, donner des médicaments et fournir d’autres traitements avancés d’urgence aux patients;
  • utiliser les moyens de transport aériens, terrestres ou maritimes afin d’amener les patients aux centres hospitaliers ou à d’autres centres médicaux pour leur prodiguer d’autres soins médicaux;
  • collaborer avec les centres de répartition des ambulances, les membres du personnel de centres hospitaliers, de services policiers et de services d’incendie, ainsi qu’avec les membres de famille des patients afin d’avoir accès à tous les renseignements pertinents et de fournir aux patients les traitements appropriés;
  • documenter et consigner la nature des blessures et des maladies et le traitement donné;
  • aider le personnel du centre hospitalier à dispenser les soins médicaux, au besoin;
  • entretenir le matériel et les fournitures nécessaires aux soins d’urgence;
  • former et superviser, au besoin, les autres travailleurs de ce groupe de base;
  • aider, si nécessaire, au triage des patients en situation d’urgence.

Conditions d’accès à la profession

  • La réussite d’un programme d’une durée d’un à trois ans offert en milieu collégial ou hospitalier, ou la réussite d’un autre programme de formation reconnu en soins paramédicaux ou en techniques de soins médicaux d’urgence, est exigée.
  • Un permis d’exercice délivré par un organisme de réglementation est exigé dans toutes les provinces.
  • Un permis de classe appropriée est exigé des conducteurs de véhicules d’urgence.

Les travailleurs de soutien du cinéma, de la radiotélédiffusion, de la photographie et des arts de la scène accomplissent des tâches de soutien reliées à ces secteurs d’activités. Ils travaillent dans des réseaux et des stations de radio et de télévision, des studios d’enregistrement, des compagnies de production de films et de vidéos et dans des compagnies et des troupes de théâtre.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Accessoiriste
  • Aide aux effets spéciaux
  • Assistant éclairagiste/assistante éclairagiste
  • Assistant/assistante à la réalisation
  • Assistant/assistante au script
  • Constructeur/constructrice de décors
  • Grutier/grutière à la girafe
  • Habilleur/habilleuse – cinéma, radiotélédiffusion et arts de la scène
  • Machiniste de plateau
  • Opérateur/opératrice de grue de caméra
  • Opérateur/opératrice de projecteur à faisceau dirigé
  • Souffleur/souffleuse
Inclusions
  • Opérateur/opératrice de cinéma
  • Opérateur/opératrice de machines cinématographiques
  • Projectionniste

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
Les grutiers du cinéma et radiotélédiffusion
  • montent, assemblent, ajustent, entretiennent et remplacent les bobines et les pièces des projecteurs; dépistent et réparent les problèmes mécaniques et électriques; et changent et installent un tableau de contrôle électronique à l’aide d’équipement automatisé.
Les projectionnistes de cinéma
  • vérifient l’état de la copie; montent et chargent les bobines de films sur les systèmes de projection de cinéma et ajustent le foyer, le niveau du son et autres réglages de projecteurs et du matériel de théâtre; et entretiennent l’équipement de projection.
Les accessoiristes et constructeurs de décors
  • préparent, réparent, rangent, fabriquent et surveillent les accessoires.
Les assistants au script
  • distribuent des copies de scénario aux acteurs; prennent des notes détaillées sur toutes les scènes, les positions et les angles des caméras; et photographient et datent les scènes.
Les machinistes et monteurs-régleurs de plateau
  • montent, placent, déplacent et démontent les décors, les toiles de fond, les scènes et autre matériel de scène.
Les habilleurs
  • nettoient, entretiennent, transportent et entreposent les costumes et aider les artistes à s’habiller.
Les assistants à la réalisation
  • fournissent un soutien au directeur et au réalisateur, et sont responsable de divers aspects de la production telles que la préparation des horaires, la mise en place de l’équipement et des arrangements de voyage à divers lieux de tournage.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • La plupart des professions de ce groupe de base exigent un diplôme d’études collégiales en radiotélédiffusion, en théâtre ou dans un domaine connexe ou une formation en cours d’emploi.
  • L’accréditation pour les projectionnistes est offerte au Nouveau-Brunswick, bien que facultative. Au Québec, le métier de projectionniste est réglementé comme opérateur de machines électriques, catégorie machines cinématographiques.
  • Un permis de travail de la province d’emploi est exigé des projectionnistes.

Renseignements supplémentaires

  • Certains des postes de ce groupe de base peuvent se chevaucher selon l’ampleur de la production ou l’importance du studio de radiotélédiffusion.
  • L’expérience et une formation supplémentaire permettent d’accéder à des postes techniques en cinéma, en radiotélédiffusion ou dans les arts de la scène.

Les pharmaciens communautaires et les pharmaciens d’hôpitaux remplissent les ordonnances, vendent les médicaments et offrent un service de consultation aux clients et aux professionnels de la santé. Ils travaillent dans des pharmacies de détail, des pharmacies en établissements de santé, ou ils peuvent travailler à leur compte. Les pharmaciens industriels participent à la recherche, au développement, à la promotion et à la fabrication de produits pharmaceutiques. Ils travaillent dans des compagnies pharmaceutiques et des organismes et services gouvernementaux.

Exemples d’appellations d’emploi

  • pharmacien clinicien/pharmacienne clinicienne
  • pharmacien communautaire/pharmacienne communautaire
  • pharmacien industriel/pharmacienne industrielle
  • pharmacien/pharmacienne
  • pharmacien/pharmacienne de commerce de détail
  • pharmacien/pharmacienne d’hôpital

 

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

Pharmaciens communautaires et pharmaciens d’hôpitaux
  • revoir les ordonnances pour s’assurer de la dose exacte;
  • remplir les ordonnances et, à cette fin, calculer, mesurer et mélanger des quantités de médicaments et autres substances nécessaires, et mettre la quantité prescrite dans des contenants appropriés;
  • dispenser les médicaments prescrits aux clients ou à d’autres professionnels de la santé et les renseigner sur les indications, les contre-indications, les effets secondaires, les interactions médicamenteuses et la posologie;
  • tenir un profil pharmaceutique des clients incluant les substances toxiques et les narcotiques et les médicaments contrôlés;
  • veiller à la préparation, au conditionnement, à la distribution et à l’entreposage des vaccins, sérums, produits biologiques et autres médicaments et produits pharmaceutiques;
  • commander et conserver un stock suffisant de fournitures pharmaceutiques;
  • donner des conseils aux clients sur le choix et la façon d’utiliser les médicaments en vente libre;
  • renouveler ou prolonger des ordonnances existantes dans certains cas;
  • adapter, s’il y a lieu, la formulation, le régime, la durée ou la voie d’administration des médicaments;
  • superviser et coordonner, si nécessaire, les activités des autres pharmaciens, des aides en pharmacie, des techniciens en pharmacie et d’autres employés.
Pharmaciens industriels
  • participer aux travaux de recherche pour le développement de nouveaux médicaments;
  • formuler de nouveaux médicaments mis au point par des chercheurs médicaux;
  • mettre à l’essai et vérifier la stabilité des nouveaux médicaments et en déterminer les capacités d’absorption et d’élimination;
  • coordonner les enquêtes cliniques sur les nouveaux médicaments;
  • contrôler la qualité des médicaments pendant la production afin d’assurer la conformité aux normes de pureté, d’uniformité, de stabilité et de sécurité des produits;
  • élaborer du matériel informatif concernant les usages, les effets thérapeutiques et les risques de certains médicaments;
  • évaluer l’étiquetage et l’emballage des médicaments de même que la publicité concernant les médicaments;
  • faire la promotion des produits pharmaceutiques auprès des professionnels de la santé.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme universitaire en pharmacie et une formation pratique supervisée sont exigés.
  • Un permis d’exercice est exigé dans toutes les provinces et territoires pour les pharmaciens en milieu communautaire et hospitalier.

Les physiciens font de la recherche théorique et appliquée pour augmenter la connaissance des phénomènes naturels et mettre au point de nouvelles méthodes et de nouveaux appareils dans des domaines tels que l’électronique, les communications, la production et la distribution d’énergie, l’aérodynamique, l’optique et la physique des lasers, la télédétection, la biotechnologie, la médecine et la santé. Ils travaillent pour des entreprises de fabrication de matériel électronique, électrique et aérospatial, des entreprises de télécommunication, des services hydro-électriques, des laboratoires universitaires et gouvernementaux de recherche et des centres hospitaliers ainsi que pour diverses entreprises de consultation, de recherche, de fabrication et de traitement. Les astronomes font de l’observation et de la recherche théorique pour améliorer la connaissance de l’univers. Ils travaillent pour les gouvernements et les universités.

Exemples d’appellations d’emploi

  • aérodynamicien/aérodynamicienne
  • astronome
  • astrophysicien/astrophysicienne
  • biophysicien/biophysicienne
  • chercheur/chercheuse en aérospatiale
  • chercheur/chercheuse en électronique
  • chercheur/chercheuse en physique
  • chercheur/chercheuse en télédétection
  • cosmologue
  • métrologue
  • physicien médical/physicienne médicale
  • physicien nucléaire/physicienne nucléaire
  • physicien/physicienne de l’atmosphère
  • physicien/physicienne des plasmas
  • physicien/physicienne des solides
  • physicien/physicienne en optique
  • physicien/physicienne en radioprotection
  • physicien-acousticien/physicienne-acousticienne
  • physicien-expérimentateur/physicienne-expérimentatrice
  • radioastronome

 

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

Physiciens
  • concevoir des plans de recherche et diriger la recherche en physique théorique et expérimentale;
  • analyser des données de recherche et rédiger des rapports;
  • faire partie d’une équipe de recherche ou de développement, et participer à la conception et à la mise au point de nouveaux équipements, méthodes ou instruments industriels, expérimentaux ou médicaux.
  • Les physiciens peuvent se spécialiser dans les domaines tels que l’aéronomie et la physique spatiale, l’acoustique, la physique atomique et moléculaire, la biophysique ou l’étude de la matière à l’état condensé ou à l’état solide, l’électromagnétisme, les fluides et l’aérodynamique, la physique de la santé, la physique médicale, la métrologie, l’optique et la physique des lasers, la physique nucléaire, la physique des particules et celle des plasmas.
Astronomes
  • préparer et exécuter des campagnes d’observation, effectuer des analyses détaillées et mettre au point des modèles numériques visant à augmenter la connaissance des corps célestes et du rayonnement cosmique;
  • mettre au point des instruments et des logiciels d’observation et d’analyse astronomiques ou participer à la mise au point de ces instruments.
  • Les astronomes peuvent se spécialiser dans des domaines tels que l’astronomie d’optique ou d’observation, l’astrophysique ou la radioastronomie.

Conditions d’accès à la profession

  • Une maîtrise ou un doctorat dans un domaine de la physique, du génie physique ou dans une discipline connexe est habituellement exigé des physiciens.
  • Une maîtrise ou un doctorat en astronomie ou dans une discipline connexe est habituellement exigé des astronomes.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à d’autres spécialisations en physique ou en astronomie.
  • Les physiciens peuvent travailler en étroite collaboration avec les ingénieurs et s’acquitter de quelques-unes de leurs fonctions.
  • La mobilité est possible dans les domaines de la météorologie, de la géophysique et autres domaines scientifiques.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de direction.

Les physiothérapeutes évaluent l’état des patients et planifient et exécutent des programmes de traitement individuels pour maintenir, améliorer ou rétablir le bien-être physique et la mobilité des patients, soulager leur douleur et prévenir leur incapacité physique. Les physiothérapeutes travaillent dans des centres hospitaliers, des cliniques, en milieu industriel, dans des organismes sportifs, des centres de réadaptation, des centres de soins de longue durée ou des cabinets privés.

Exemples d’appellations d’emploi

  • physiothérapeute
  • physiothérapeute agréé/physiothérapeute agréée
  • physiothérapeute chercheur/physiothérapeute chercheuse
  • thérapeute en réadaptation physique

Inclusion(s)

  • coordonnateur/coordonnatrice clinique en physiothérapie

 

Fonctions principales

Les physiothérapeutes exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • évaluer les capacités physiques du patient au moyen de procédés d’évaluation tels que les tests de capacité fonctionnelle;
  • fixer des objectifs de traitement avec le patient, en fonction des diagnostics physiques;
  • élaborer et mettre en oeuvre des programmes de physiothérapie qui comportent des exercices de thérapie, des manipulations, des massages, de l’éducation, l’utilisation de matériel d’électrothérapie et d’autre matériel mécanique et l’hydrothérapie;
  • évaluer l’efficacité des plans de traitement et les modifier en conséquence;
  • donner des conseils sur les exercices et les stratégies requis à domicile afin d’améliorer ou de maintenir les traitements;
  • communiquer avec le médecin du patient et d’autres professionnels de la santé au sujet des difficultés qu’éprouve le patient, de ses besoins et de ses progrès;
  • tenir des dossiers cliniques et statistiques et consulter d’autres professionnels de la santé;
  • élaborer et exécuter des programmes pour promouvoir la santé des patients, des employés et de la collectivité;
  • effectuer, si nécessaire, des recherches en physiothérapie;
  • fournir, au besoin, des services de consultation et d’éducation.
  • Les physiothérapeutes peuvent exercer leur profession dans des domaines cliniques tels que la neurologie, l’oncologie, la rhumatologie, l’orthopédie, l’obstétrique, la pédiatrie, la gériatrie, ou dans le traitement physique des patients qui souffrent d’affections cardiovasculaires et cardiopulmonaires, de brûlures ou de blessures sportives ou encore dans le domaine de l’ergonomie.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme universitaire en physiothérapie ainsi qu’un stage pratique supervisé sont exigés.
  • Pour les thérapeutes en réadaptation physique, qui sont représentés au Québec seulement, un diplôme d’études collégiales de trois ans est exigé.
  • Un permis d’exercice délivré par un organisme de réglementation est exigé dans toutes les provinces et territoires.
  • La réussite d’un examen de compétence en physiothérapie est exigée dans toutes les provinces et territoires.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience et une formation complémentaire permettent aux physiothérapeutes d’accéder à des postes de direction, par exemple celui de directeur des services de physiothérapie.
  • Au Québec, les thérapeutes en réadaptation physique ne sont pas autorisés à poser un diagnostic.

Les pilotes aériens conduisent des avions à voilure fixe et des hélicoptères pour assurer le transport aérien et d’autres services, tels que la pulvérisation des cultures et les levés aériens. Les mécaniciens de bord aident les pilotes à surveiller, à dépanner et à entretenir les systèmes d’avions, et à mener des vérifications pré-vol et après-vol. Les instructeurs enseignent les techniques de vol aux élèves pilotes et aux pilotes autorisés. Les pilotes, les mécaniciens de bord et les instructeurs de vol travaillent pour des compagnies aériennes ou de fret aérien, des écoles de pilotage et d’autres opérateurs d’aéronefs des secteurs public et privé.

Exemples d’appellations d’emploi

  • chef pilote
  • commandant/commandante de bord – transport aérien
  • copilote
  • instructeur/instructrice de pilotes
  • instructeur/instructrice de vol
  • instructeur/instructrice de vol en chef
  • mécanicien/mécanicienne de bord
  • officier/officière en second – transport aérien
  • pilote aérien/pilote aérienne
  • pilote de relève
  • pilote d’essai
  • pilote d’hélicoptère
  • pilote inspecteur/pilote inspectrice

 

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

Pilotes aériens

  • mener des inspections pré-vol des avions et vérifier la distribution des passagers et de la cargaison afin d’assurer le respect des spécifications quant au poids et au balancement;
  • coordonner les activités des vols avec le personnel de piste et de contrôle de la circulation aérienne, informer les membres de l’équipage quant aux procédures de vol et de vérification, et diriger les activités des membres de l’équipage en cours de vol;
  • contacter les tours de contrôle pour l’autorisation de décollage, des instructions d’arrivée et d’autres informations;
  • mener des vérifications en vol, surveiller le fonctionnement de l’appareillage et des systèmes de bord, maintenir le contact avec les agents de régulation des vols et les prévisionnistes en météorologie, et signaler et répondre à toutes urgences et dysfonctionnements en vol;
  • préparer des rapports d’évaluation de vol;
  • enseigner aux pilotes à se servir de nouveaux équipements ou les préparer en vue des examens de renouvellement ou d’obtention d’une licence de classe supérieure;
  • piloter, s’il y a lieu, des avions neufs ou expérimentaux pour évaluer leurs caractéristiques de vol et leur sécurité;
  • participer, s’il y a lieu, à des opérations de recherche et de sauvetage et de lutte contre les feux de forêt, à des levés aériens, à la pulvérisation des cultures et à d’autres services.

Mécaniciens de bord

  • mener des vérifications pré-vol selon des listes de contrôle pré-vol, et vérifier la distribution des passagers et de la cargaison afin d’assurer le respect des spécifications quant au poids et au balancement;
  • aider les pilotes à surveiller l’équipement, les fonctions et les systèmes des avions en vol;
  • effectuer des réparations en vol, telles que remplacer des fusibles et régler des instruments, et suivre les procédures d’urgence pour compenser les défaillances ou les pannes d’équipement;
  • mener des vérifications après-vol, consigner les dysfonctionnements et les mesures correctives prises en vol, et signaler au personnel de piste toutes réparations requises.

Instructeurs de vol

  • enseigner aux élèves pilotes les méthodes et les règles de vol et les cours théoriques tels que la navigation aérienne, les procédures de communication radio et les règlements de la circulation aérienne;
  • préparer les pilotes autorisés à des examens leur permettant d’obtenir une certification supplémentaire.

Conditions d’accès à la profession

Pilotes et mécaniciens de bord

  • Un diplôme d’études secondaires et un diplôme d’une école de pilotage ou d’aviation accréditée sont exigés.
  • Un diplôme d’études universitaires ou collégiales peut être exigé.
  • Un brevet de pilote professionnel ou de pilote de transport aérien est exigé des pilotes.
  • Des licences et des annotations additionnelles sont exigées pour pouvoir piloter différents types d’appareils.
  • Un permis de mécanicien navigant de Transports Canada est exigé des mécaniciens navigants.
  • Une formation structurée est offerte par l’employeur.

Instructeurs de vol

  • Un diplôme d’études secondaires et un diplôme d’une école de pilotage ou d’aviation accréditée sont exigés.
  • Un diplôme d’études universitaires ou collégiales peut être exigé.
  • Un brevet de pilote professionnel ou de pilote de transport aérien est exigé.
  • Les licences ou les annotations de Transports Canada pour chaque appareil qu’ils enseignent à piloter sont exigées.

Renseignements supplémentaires

  • Les mécaniciens de bord qui complètent les heures requises d’expérience en vol et qui détiennent les mentions et les licences requises peuvent accéder à des postes de copilote et de pilote.

Tâches

Les principales fonctions exercées par les planificateurs financiers/planificatrices financières et les conseillers financiers/conseillères financières sont les suivantes :

  • Élaborer, pour leurs clients, des plans de planification financière personnels couvrant la gestion des liquidités, la planification financière, la couverture d’assurance, la planification d’investissements, la planification de retraite et de succession, la fiscalité et les aspects légaux;
  • Analyser leurs données financières, fixer des objectifs et établir une stratégie financière;
  • Conseiller leurs clients sur la mise en œuvre d’un plan financier leur permettant de réaliser leurs objectifs;
  • Négocier, s’il y a lieu, l’achat et la vente de produits financiers selon leur titre de compétence, et assurer le maintien de la qualité du portefeuille et de sa rentabilité en faisant un suivi régulièrement;
  • Travailler à l’expansion des affaires, solliciter et prospecter de nouveaux clients.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études universitaires en administration des affaires, en commerce, en économie ou dans un domaine connexe est habituellement exigé.
  • Divers cours et programmes de formation sont offerts par les institutions et organisations, telles que l’Institut canadien des valeurs mobilières, l’Institut des banquiers canadiens, l’Institute of Chartered Financial Analysts, l’Institut des fonds d’investissement du Canada, l’Institut canadien de planification financière et l’Institut des compagnies de fiducie du Canada, et peuvent être exigés par l’employeur.
  • Le titre de Planificateur financier personnel (P.F.P.), décerné par le Conseil relatif aux standards des planificateurs financiers du Canada, peut être exigé.
  • Un permis provincial est exigé des planificateurs financiers qui vendent des produits financiers réglementés, tels que régime des rentes, RÉER et assurance-vie.

Les planificateurs de congrès et d’événements planifient, organisent et coordonnent des conférences, des congrès, des réunions, des séminaires, des expositions, des foires commerciales, des festivals et d’autres événements spéciaux. Ils travaillent pour des associations touristiques, des associations commerciales et professionnelles, des centres de congrès et de conférences, les gouvernements et des compagnies spécialisées dans la planification de congrès et d’événements spéciaux, ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • agent/agente des services de conférences
  • coordonnateur/coordonnatrice de congrès
  • organisateur/organisatrice de festivals
  • organisateur/organisatrice d’événements spéciaux
  • planificateur/planificatrice de conférences
  • planificateur/planificatrice de conférences et de réunions
  • planificateur/planificatrice de foires commerciales
  • planificateur/planificatrice de réunions
  • planificateur/planificatrice d’événements

 

Fonctions principales

Les planificateurs de congrès et d’événements exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • rencontrer des représentants d’associations commerciales et professionnelles afin de promouvoir et de discuter des services de conférence, de congrès et de foire commerciale;
  • rencontrer des commanditaires et des comités organisateurs afin de planifier l’ampleur et le format que prendront les événements, établir et surveiller des budgets et réviser des procédures administratives ainsi que les cours des événements;
  • coordonner les services offerts dans le cadre d’événements tels que l’hébergement et le transport des participants, les installations et d’autre équipement pour des conférences, des restaurations, des signalisations, des étalages, des services d’interprétation, des services pour les personnes ayant des besoins spéciaux, de l’équipement audiovisuel, et des services d’imprimerie et de sécurité;
  • organiser l’inscription des participants, préparer la programmation et faire la publicité des événements;
  • organiser les divertissements et les réunions sociales des participants;
  • embaucher, former et superviser le personnel de soutien des événements;
  • veiller au respect des règlements municipaux en vigueur;
  • négocier des marchés de services, approuver les factures des fournisseurs, garder des dossiers financiers, vérifier les factures finales transmises aux clients et préparer des rapports.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études universitaires ou collégiales en gestion des affaires, en tourisme ou en gestion hôtelière est habituellement exigé.
  • Plusieurs années d’expérience en gestion hôtelière et en tourisme ou en relations publiques sont habituellement exigées et peuvent suppléer aux titres scolaires.
  • L’accréditation en gestion d’événements, de réunions ou de conférences peut être exigée.

Les plâtriers finissent, entretiennent et remettent en état le plâtre ou des matériaux semblables sur des murs intérieurs et extérieurs, des plafonds et des cloisons pour réaliser des surfaces unies ou décoratives. Les poseurs de systèmes intérieurs posent des panneaux de gypse et divers types de systèmes de plafonds. Les latteurs installent des ossatures pour des systèmes de plafonds, des murs intérieurs et extérieurs et des cloisons de bâtiment. Ils travaillent dans des entreprises de construction et pour des entrepreneurs plâtriers poseurs de systèmes intérieurs ou latteurs, ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Apprenti plâtrier/apprentie plâtrière
  • Apprenti poseur/apprentie poseuse de lattes
  • Apprenti poseur-finisseur/apprentie poseuse-finisseuse de panneaux muraux secs
  • Finisseur/finisseuse de panneaux muraux secs
  • Installateur/installatrice de plafonds
  • Jointoyeur/jointoyeuse de cloisons sèches
  • Latteur spécialisé/latteuse spécialisée en systèmes intérieurs
  • Latteur/latteuse
  • Plâtrier/plâtrière
  • Poseur/poseuse de cloisons sèches
  • Poseur/poseuse de lattes en bois
  • Poseur/poseuse de panneaux en gypse
  • Poseur/poseuse de plafonds acoustiques

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
Les plâtriers
  • nettoyer et préparer les surfaces à plâtrer;
  • mélanger dans un bac les ingrédients pour obtenir un plâtre ayant la consistance désirée;
  • appliquer des couches de plâtre lisses et uniformes, à l’aide de truelles, de taloches, de brosses ou de pistolets;
  • appliquer, à la truelle ou au pistolet, des couches de crépi sur les murs extérieurs d’un bâtiment de manière à réaliser des surfaces résistantes aux intempéries;
  • finir des angles et des coins et créer, au besoin, des motifs décoratifs dans la couche de finition;
  • traiter des surfaces fraîchement enduites de plâtre;
  • mouler et installer des panneaux, des corniches et des moulures ornementales en plâtre;
  • vaporiser, à l’aide de pistolets, des matériaux insonorisants ou un fini texturé sur des murs et des plafonds.
Les poseurs et finisseurs de systèmes intérieurs
  • mesurer, découper et ajuster des panneaux de gypse pour les installer sur des murs et des plafonds;
  • poser et assujettir des panneaux aux poteaux ou aux solives en bois ou en métal;
  • couper et installer des baguettes d’angle en métal pour protéger les coins extérieurs;
  • remplir des joints, des têtes de clous, des trous et des fentes avec des produits de remplissage pour joints, à l’aide de truelles ou de couteaux à lame large;
  • poser des rubans sur des joints à l’aide de machines à jointoyer et enduire les rubans de produit de remplissage;
  • enlever le surplus de remplissage et laisser sécher;
  • appliquer plusieurs couches de remplissage et poncer les joints longitudinaux et transversaux;
  • fabriquer et installer des ossatures en métal et des panneaux de façon à former des plafonds suspendus et poser des panneaux pour former des plafonds insonorisants et des plafonds à caissons.
Les latteurs
  • préparer la configuration des murs et des plafonds;
  • installer de l’ossature métallique et des bandes de fourrure pour des murs et des plafonds en panneaux de gypse ou d’enduits, à l’aide d’outils manuels et mécaniques;
  • assujettir des lattes en métal ou en gypse aux poteaux ou aux fourrures au moyen de clous, de vis, d’agrafes ou d’attaches en fil métallique;
  • pratiquer des ouvertures dans les lattes afin de passer de la tuyauterie de chauffage et de ventilation ainsi que des conduits et des prises électriques;
  • poser des baguettes d’angle et des treillis métalliques autour des poutres qui doivent être enduites de plâtre;
  • installer, s’il y a lieu, des carreaux acoustiques, des supports de plafond suspendu et des crampons métalliques pour la composition des panneaux muraux ou des lattes.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Un apprentissage de trois à quatre ans comme plâtrier, latteur ou poseur de systèmes intérieurs ou plus de trois ans d’expérience et de formation en milieu scolaire ou industriel comme plâtrier, latteur ou poseur de systèmes intérieurs sont habituellement exigés.
  • Un certificat de qualification comme plâtrier est obligatoire au Québec et est offert, bien que facultatif, en Ontario, en Saskatchewan et en Colombie-Britannique.
  • Un certificat de qualification comme poseur de systèmes d’intérieur est offert, bien que facultatif, en Colombie-Britannique.
  • Le certificat de qualification de latteur (spécialiste de systèmes d’intérieurs) est obligatoire au Québec et est offert, bien que facultatif, dans les autres provinces et au Yukon.
  • Les latteurs (spécialistes de systèmes d’intérieur) qualifiés peuvent obtenir la mention Sceau rouge après la réussite de l’examen interprovincial Sceau rouge.

Renseignements supplémentaires

  • La mention Sceau rouge des latteurs (spécialistes de systèmes d’intérieur) permet une mobilité interprovinciale.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de supervision.

Les pompiers exécutent des activités de lutte contre les incendies et de prévention des incendies et prêtent main-forte dans d’autres situations d’urgence. Ils travaillent pour les administrations municipales et les gouvernements fédéral et provinciaux et pour des grands complexes industriels qui ont leur propre service de protection contre l’incendie.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Capitaine de pompiers
  • Lieutenant/lieutenante de pompiers
  • Pompier/pompière
  • Pompier/pompière d’aéroport
  • Pompier/pompière de navire
  • Pompier/pompière d’établissement industriel

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • répondre aux alertes d’incendie et à d’autres appels d’aide dans les cas d’accidents de la route ou d’accidents du travail, d’alertes à la bombe ou d’autres urgences;
  • sauver les victimes des bâtiments en feu et des lieux d’accidents;
  • contrôler et éteindre les incendies au moyen d’équipement manuel et mécanique, tel que des haches, des tuyaux d’arrosage, des échelles pivotantes et du matériel hydraulique et divers produits chimiques de lutte contre les incendies;
  • donner les premiers soins et toute autre aide requise;
  • assurer le fonctionnement et l’entretien adéquat du matériel de lutte contre les incendies;
  • préparer des rapports écrits sur des incidents de feu;
  • informer et éduquer le public au sujet de la prévention des incendies;
  • s’entraîner afin de maintenir un haut niveau de conditionnement physique;
  • aider le public, la police et les organismes d’intervention d’urgence en cas de désastre;
  • faire partie, s’il y a lieu, d’une équipe d’intervention d’urgence et dispenser des soins paramédicaux aux victimes d’accidents ou aux personnes malades;
  • superviser et coordonner, s’il y a lieu, le travail d’autres pompiers;
  • effectuer, s’il y a lieu, des inspections de bâtiments afin d’assurer la conformité avec le code de prévention des incendies.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Une formation collégiale spécialisée en technologie de protection d’incendies, en science du feu ou dans un domaine connexe, et une formation pratique supervisée sont habituellement exigées.
  • Des cours de formation en lutte contre les incendies et en soins médicaux d’urgence sont fournis. La durée de ces cours varie selon les exigences des différents services d’incendie.
  • Un certificat de qualification pour les pompiers est obligatoire en Nouvelle-Écosse, au Québec, en Ontario, au Manitoba et en Alberta et est offert, bien que facultatif, à Terre-Neuve-et-Labrador, à L’Île-du-Prince-Édouard, au Nouveau-Brunswick, en Saskatchewan, en Colombie-Britannique, au Yukon, dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut.
  • De l’expérience en tant que pompier bénévole peut être un atout.
  • Des exigences de conditionnement physique, d’agilité, de force et de vision doivent être respectées.
  • Plusieurs années d’expérience sont exigées pour les pompiers de niveau supérieur, tels que les lieutenants et les capitaines.

Renseignements supplémentaires

  • Une formation supplémentaire et plusieurs années d’expérience permettent d’accéder à des postes supérieurs tels que chef de pompiers.

Les poseurs de revêtements d’intérieur installent des moquettes ou des revêtements de sol en bois, en linoléum, en vinyle et autre matériau souple dans des bâtiments résidentiels, commerciaux, industriels et institutionnels. Ils travaillent dans des entreprises de construction, pour des entrepreneurs en revêtement de sol, dans des points de vente de tapis ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Apprenti poseur/apprentie poseuse de revêtements souples
  • Ouvrier spécialisé/ouvrière spécialisée en pose de revêtements souples
  • Poseur/poseuse de moquettes
  • Poseur/poseuse de planchers en bois dur
  • Poseur/poseuse de revêtements de sol et de mur résidentiels
  • Poseur/poseuse de revêtements vinyliques
  • Poseur/poseuse de sols résilients

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • inspecter, mesurer et marquer les surfaces à couvrir;
  • mesurer, couper et ajuster des sous-couches et des thibaudes;
  • mesurer, couper et installer des moquettes en les cousant à la main ou à la machine, en utilisant des fers à jointer, du ruban ou tout autre matériau de scellement;
  • étendre des tapis avec des coups de genou ou des tendeurs à levier et fixer les tapis au plancher avec des agrafeuses ou d’autres dispositifs de fixation;
  • mesurer, couper et installer des revêtements souples à l’aide d’adhésifs, de rouleaux et d’autres outils manuels;
  • installer des revêtements en bois dur, notamment des parquets en lames, des parquets en bloc ou en planches, à l’aide de colle, d’agrafes, de clous ou d’autres méthodes;
  • inspecter et réparer des revêtements endommagés;
  • estimer, s’il y a lieu, les coûts des matériaux et de la main-d’oeuvre.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Un programme d’apprentissage de deux à trois ans ou plus de quatre ans d’expérience dans ce métier et certains cours dans l’installation de revêtements souples sont habituellement exigés pour être admissible à un certificat de qualification.
  • Le certificat de qualification des poseurs de revêtements souples est obligatoire au Québec et est offert, bien que facultatif, à Terre-Neuve-et-Labrador, en Nouvelle-Écosse, à l’Île-du-Prince-Édouard, au Nouveau-Brunswick, en Ontario, au Manitoba, en Alberta, en Colombie-Britannique, au Yukon, dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut.
  • Les poseurs de revêtements souples qualifiés peuvent obtenir la mention Sceau rouge après la réussite de l’examen interprovincial Sceau rouge.

Renseignements supplémentaires

  • La mention Sceau rouge permet une mobilité interprovinciale.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de supervision.

Les praticiens reliés en soins de santé primaire comprennent les infirmiers praticiens, les adjoints au médecin et les sages-femmes qui fournissent des soins de santé primaires et des traitements conjointement avec les médecins et en collaboration avec d’autres professionnels de la santé. Les infirmiers praticiens et les adjoints au médecin fournissent une gamme de services de santé et dispensent des soins continus et préventifs aux patients dans le but de maintenir leur santé. Les sages-femmes donnent des soins complets aux femmes et à leurs bébés au cours de la grossesse et de la période post-natale. Les infirmiers praticiens travaillent dans des centres de santé communautaire, des centres hospitaliers, des cliniques et des centres de réadaptation. Les adjoints au médecin travaillent habituellement en cabinet privé, y compris les pratiques partagées, les centres hospitaliers et les cliniques. Les sages-femmes travaillent dans des centres hospitaliers, des cliniques, des centres de naissance ou en cabinet privé.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Adjoint/adjointe au médecin
  • Assistant/assistante à l’anesthésie
  • Infirmier praticien spécialisé/infirmière praticienne spécialisée
  • Infirmier praticien/infirmière praticienne
  • Sage-femme/maïeuticien

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
Les infirmiers praticiens
  • examiner les patients, consigner leur historique médical et consulter des médecins et d’autres professionnels en médecine afin d’évaluer la santé physique et psychologique des patients;
  • ordonner l’exécution de tests de laboratoire, de radiographies et autres épreuves diagnostiques;
  • inoculer et vacciner les patients;
  • donner des conseils aux patients et à leurs familles concernant les soins de santé, y compris la promotion de la santé et la prévention des maladies et des accidents;
  • collaborer avec les membres d’une équipe interdisciplinaire de soins de santé tels que des médecins de famille, des thérapeutes et des nutritionnistes, afin de planifier, d’implanter, de coordonner et d’évaluer les soins aux patients en consultation avec les patients et leurs familles;
  • prescrire, au besoin, des médicaments provenant d’une liste restreinte.
Les adjoints au médecin
  • mener des entrevues et des évaluations physiques avec les patients et consigner leur historique médical;
  • effectuer ou ordonner l’exécution de tests diagnostiques, et en interpréter les résultats;
  • élaborer et mettre en oeuvre des plans de traitement et surveiller les progrès des patients en consultation avec un médecin superviseur;
  • effectuer des interventions chirurgicales mineures ou y participer;
  • offrir des services d’éducation en maintien de la santé;
  • participer, s’il y a lieu, aux activités de recherche;
  • prescrire, s’il y a lieu, des médicaments provenant d’une liste restreinte.
Les sages-femmes
  • dispenser des soins complets aux femmes et à leurs bébés au cours de la grossesse, tels que des examens médicaux, des tests de dépistage et de diagnostic afin de surveiller la santé de la mère et de l’enfant et de les référer à des médecins spécialistes si nécessaire;
  • surveiller le travail et les accouchements spontanés normaux;
  • s’occuper du nouveau-né, l’évaluer, le surveiller et le diriger vers les services médicaux appropriés, au besoin;
  • donner des conseils et des renseignements sur les soins à apporter aux nouveau-nés et aux nourrissons.

Conditions d’accès à la profession

  • Une maîtrise en sciences infirmières, ou la réussite d’un programme de soins infirmiers avec une formation additionnelle prolongée ou avancée en soins infirmiers de santé primaires, ainsi que plusieurs années d’expérience à titre d’infirmier autorisé sont habituellement exigés des infirmiers praticiens.
  • Un permis d’exercice d’un organisme de réglementation provincial ou territorial est exigé dans toutes les provinces et tous les territoires pour porter le titre d’infirmier praticien.
  • Un diplôme universitaire acquis dans le cadre d’un programme d’adjoint au médecin est exigé des adjoints au médecin.
  • Un permis d’exercice d’un organisme de réglementation provincial est exigé pour les adjoints au médecin au Manitoba et au Nouveau-Brunswick.
  • Une formation acquise dans le cadre d’un diplôme d’études universitaires de premier cycle en pratique sage-femme ou l’équivalent et une formation pratique supervisée sont exigées des sages-femmes.
  • Un permis d’exercice d’un organisme de réglementation provincial est exigé des sages-femmes en Nouvelle-Écosse, au Nouveau-Brunswick, au Québec, en Ontario, au Manitoba, en Saskatchewan, en Alberta, en Colombie-Britannique, dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut.

Renseignements supplémentaires

  • Il n’y a pas de mobilité entre ces professions sans une formation supplémentaire.

Tâches

Producteurs/productrices
Les producteurs/productrices assument la responsabilité d’un projet multimédia (effets visuels ou jeu vidéo dans le cas présent), du démarchage à la commercialisation. Ils jouent un rôle d’orchestration des différentes activités et assurent le lien entre le client et l’équipe de production. Le rôle à jouer est de niveau senior.

  • Participer au développement de la stratégie d’affaires de l’entreprise;
  • Effectuer le développement des affaires de l’entreprise;
  • Gérer la relation avec les partenaires ou les clients internes et externes;
  • Élaborer des concepts multimédias préliminaires à partir ou non des spécifications des partenaires ou des clients internes et externes;
  • Effectuer ou faire effectuer l’évaluation budgétaire des projets;
  • Effectuer ou faire effectuer les montages financiers;
  • Préparer ou s’assurer que les propositions aux partenaires et aux clients externes sont préparées;
  • Collaborer à la négociation des droits d’utilisation sur les contenus existants et les contenus originaux;
  • Collaborer à la négociation des contrats de prestation de service pour la création de contenus originaux;
  • Participer à la négociation et à la conclusion d’ententes avec les partenaires ou clients;
  • Constituer l’équipe de production;
  • Assurer l’encadrement du projet et de sa production (budget, échéanciers, RH et techniques);
  • Adapter le projet au contexte du marché afin de s’assurer que le produit réponde à une demande;
  • Vérifier ou s’assurer de faire vérifier la qualité du produit fini;
  • Collaborer avec l’équipe de commercialisation;
  • Faire l’évaluation de la production;
  • Assurer une veille technologique et concurrentielle.

 

Directeurs/directrices techniques et artistiques
Les Directeurs/directrices techniques et artistiques sontresponsable des aspects artistiques de la conception du produit jusqu’à sa production. Au sein des firmes de plus petite taille, ils sont, la plupart du temps, impliqués dans la réalisation du produit alors qu’au sein des plus grandes entreprises, la création du concept visuel et l’encadrement des infographistes et des animateurs occupent la majorité de leur temps. Le rôle à jouer est de niveau senior, voire de gestion.

  • Rencontrer le client pour présenter les concepts et les aspects liés à la création;
  • Participer à l’élaboration du scénario;
  • Définir les préférences et les exigences avec le client concernant l’aspect visuel et faire l’analyse du produit;
  • Définir la plate-forme et l’identité visuelle;
  • Coordonner le travail artistique des infographistes, illustrateurs, animateurs, réalisateurs du son, photographes, concepteurs multimédias, etc.;
  • Concevoir la communication graphique et en assurer la continuité;
  • Vérifier que les normes graphiques soient bien respectées;
  • Vérifier la qualité du produit;
  • Assurer la communication entre les intervenants impliqués;
  • Approuver ou faire la recherche d’images;
  • Gérer les ressources humaines;
  • Assurer une veille technologique.

 

Gestionnaires de projets
Les gestionnaires de projets coordonnent et contrôlent tous les aspects de la planification et du développement des projets multimédias. Le rôle à jouer est de niveau de gestion.

Voici quelques éléments permettant de le distinguer du producteur/de la productrice : le gestionnaire de projets est plutôt orienté vers la production et la gestion de l’équipe de projet. Bien qu’ayant à établir une relation de travail avec le client, il ne le fera normalement qu’après que le producteur ait initié le projet. Selon la taille des projets, le gestionnaire peut être plus ou moins impliqué dans le processus de production du produit. Le producteur intervient davantage avant le début de la production. Il va sans dire que le gestionnaire de projets et le producteur doivent s’assurer d’une bonne circulation de l’information concernant les attentes du client. La gestion de l’équipe de travail et du projet est essentielle à la production d’un produit multimédia. Dans cette industrie, le travail en équipe constitue une donnée fondamentale. Une saine coordination entre les différents intervenants s’avère donc cruciale.

  • Participer à la définition des préférences et des exigences du client et à l’analyse des besoins du client;
  • Participer à l’évaluation de la faisabilité du projet;
  • Participer à la conception et à la rédaction des spécifications du produit ou de l’offre de service;
  • Préparer une description structurée des besoins du projet;
  • Gérer des ressources technologiques en identifiant les besoins et en choisissant les logiciels et les composantes informatiques (hardware);
  • Coordonner et participer aux activités de la préproduction incluant le scénario, les paramètres des produits, l’estimation des coûts, la préparation du budget et des échéanciers;
  • Assurer les liens entre le client et l’équipe de projet pendant la réalisation du projet;
  • Gérer les ressources humaines et financières du projet;
  • Préparer les rapports d’étape et les approbations pour le client;
  • Documenter par écrit l’évolution du projet;
  • Préparer et faire des présentations aux clients en utilisant des outils techniques et visuels dans le but de présenter l’avancement du projet;
  • Supporter son superviseur immédiat dans différentes activités telles que le marketing, les finances, les soumissions, la négociation des contrats, les achats de matériel, etc.;
  • Maintenir une communication entre les différents membres de l’équipe et s’assurer que les membres communiquent entre eux;
  • Participer à la préparation et à la négociation des contrats avec des fournisseurs externes;
  • Revoir la qualité des livrables des fournisseurs externes

 

Autre appellation fréquente : chargés/chargées de projets

Conditions d’accès à la profession

  • Les candidates et les candidats doivent avoir une solide expérience dans la production ou la gestion de projets d’effets visuels ou de jeux vidéo. Ces personnes doivent, entre autres, faire preuve de leadership, avoir de fortes aptitudes pour communiquer et travailler en équipe afin d’atteindre les objectifs et de respecter les échéances. Elles doivent aussi posséder une excellente connaissance du français ou de l’anglais, tant à l’oral qu’à l’écrit.
  • Un diplôme d’études universitaires ou collégiales lié au domaine est habituellement exigé.
  • Il faut faire preuve de créativité pour toutes les professions de ce groupe de base.

Les professeurs et chargés de cours au niveau universitaire donnent des cours aux étudiants de premier cycle et d’études supérieures et font des recherches dans des universités. Les professeurs d’université qui sont chefs de département sont compris dans ce groupe de base.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Chargé/chargée de cours au niveau universitaire
  • Chargé/chargée d’enseignement de génie
  • Chef de département de géographie au niveau universitaire
  • Directeur/directrice de département de physique au niveau universitaire
  • Directeur/directrice de département des sciences de l’alimentation au niveau universitaire
  • Professeur adjoint/professeure adjointe de botanique au niveau universitaire
  • Professeur agrégé/professeure agrégée en linguistique
  • Professeur/professeure d’anglais au niveau universitaire
  • Professeur/professeure de langue française au niveau universitaire
  • Professeur/professeure de médecine au niveau universitaire
  • Professeur/professeure d’informatique au niveau universitaire
  • Professeur/professeure d’université
Inclusions
  • Boursier/boursière de recherches postdoctorales
  • Professeur/professeure – école normale

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • enseigner une ou plusieurs matières de niveau universitaire aux étudiants de premier cycle et d’études supérieures;
  • préparer et donner des conférences aux étudiants et diriger les séances de travaux pratiques en laboratoire et les discussions de groupe;
  • préparer, administrer et corriger les examens, les travaux pratiques en laboratoire et les rapports;
  • conseiller les étudiants sur leurs choix de cours, d’études et de professions;
  • diriger les programmes de recherche des étudiants diplômés et donner des conseils sur les questions concernant les recherches;
  • exécuter des recherches dans leur champ de spécialisation et publier les résultats de leurs recherches dans des livres ou des revues scientifiques;
  • faire partie, au besoin, des comités de professeurs qui traitent de questions telles que l’élaboration des programmes et les conditions d’obtention des diplômes, et exécuter différentes tâches administratives;
  • représenter, s’il y a lieu, leur université à titre de conférenciers ou chargés de cours invités;
  • fournir, s’il y a lieu, des services de consultation professionnelle au gouvernement, à des entreprises du secteur privé et à des particuliers.

Les professeurs et chargés de cours au niveau universitaire sont spécialisés dans un domaine particulier, tel que la biologie, la chimie, l’anatomie, la sociologie, la gestion des affaires ou le droit.

Conditions d’accès à la profession

  • Un doctorat dans le domaine de spécialisation est exigé des professeurs universitaires.
  • Une maîtrise dans le domaine de spécialisation est exigée des chargés de cours au niveau universitaire.
  • Une licence ou l’accréditation peut être exigée des professeurs enseignant à des étudiants qui exerceront une profession dont le champ d’exercice est réglementé tel que la médecine, le génie, l’architecture, la psychologie ou le droit.

Renseignements supplémentaires

  • Les professeurs qui exercent dans leur domaine de spécialisation doivent détenir les permis ou l’accréditation appropriés.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes cadres au sein d’un département, d’une faculté ou d’une université.

Les professionnels des sciences forestières dirigent des travaux de recherche, élaborent des plans et administrent et dirigent des programmes reliés à la gestion et à l’exploitation des ressources forestières. Ils travaillent dans le secteur forestier, pour les gouvernements fédéral et provinciaux, des entreprises d’experts-conseils, des établissements d’enseignement et autres industries, ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Agent/agente d’inventaire régional – foresterie
  • Forestier professionnel inscrit/forestière professionnelle inscrite
  • Forestier/forestière
  • Forestier/forestière de district
  • Forestier/forestière spécialiste en évaluation
  • Forestier-conseil/forestière-conseil
Inclusions
  • Ingénieur forestier/ingénieure forestière
  • Surintendant/surintendante – foresterie

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • planifier et diriger des inventaires forestiers et des études connexes, rédiger des rapports et faire des recommandations;
  • établir des plans à court et à long terme concernant la gestion des ressources et des terrains forestiers;
  • planifier et diriger des programmes d’exploitation forestière, de reboisement, de sylviculture, de prévention et de lutte contre les incendies de forêts, de construction de routes, de gestion de la faune, de protection environnementale et de contrôle des insectes et de la végétation;
  • négocier les conditions d’ententes et de contrats en matière d’exploitation forestière, d’administration forestière et de location de terrains forestiers;
  • s’assurer du respect des conditions contractuelles et vérifier les résultats des activités forestières;
  • assurer le respect des règlements gouvernementaux et des objectifs de la compagnie;
  • planifier et mener des programmes de relations publiques ainsi que des programmes d’éducation et d’extension reliés au secteur forestier;
  • élaborer et surveiller les programmes de production de semis d’arbres et les opérations de pépinières en régions boisées;
  • diriger des travaux de recherche poussée dans des domaines tels que l’amélioration générale des arbres, la production de semis en pépinières, les sols forestiers, l’écologie forestière, la dendrométrie, l’exploitation forestière et autres domaines;
  • donner des conseils et faire des recommandations en tant que spécialiste, en matière de foresterie, aux propriétaires de boisés privés, aux administrations municipales, aux gouvernements fédéral et provinciaux et aux entreprises.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat en sciences forestières ou en génie forestier est exigé.
  • L’appartenance à un organisme de réglementation est exigée dans toutes les provinces sauf à l’Île-du-Prince-Édouard et au Manitoba.
  • Une expérience de travail pratique de deux ans sous supervision et la réussite d’examens professionnels sont habituellement exigées avant l’inscription.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes supérieurs et de supervision dans ce groupe de base.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de gestion au gouvernement et dans l’industrie.

Les professionnels des services-conseils en gestion aux entreprises offrent leurs services à la direction dans des domaines tels que l’analyse de la structure, des opérations, de la gestion des méthodes ou des procédés de gestion de l’organisation afin de suggérer, de planifier et de mettre en place des améliorations. Ils travaillent dans des firmes de conseil en gestion, dans les secteurs public et privé, ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Analyste de pratiques commerciales
  • Analyste en gestion
  • Analyste en organisation
  • Chercheur/chercheuse en organisation et méthodes
  • Consultant ISO/consultante ISO
  • Consultant principal/consultante principale en gestion des opérations
  • Consultant/consultante en analyse organisationnelle
  • Consultant/consultante en gestion de l’information sur la santé
  • Consultant/consultante en gestion des affaires
  • Spécialiste de la gestion de documents

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • analyser et donner des conseils sur les méthodes de gestion et sur l’organisation d’une entreprise du secteur public ou privé;
  • mener des études afin de déterminer le bon fonctionnement et l’efficacité des politiques et des programmes de gestion;
  • effectuer des évaluations et proposer des améliorations aux méthodes, aux systèmes et aux procédures dans des domaines comme les opérations, les ressources humaines, la gestion des dossiers et les communications;
  • effectuer des vérifications de la qualité et élaborer des normes de gestion de la qualité et de contrôle de la qualité aux fins d’inscription auprès de l’Organisation internationale de normalisation (ISO);
  • fournir des conseils et du soutien aux entreprises sur les politiques et procédures réglementaires; assurer la conformité interne aux exigences réglementaires; et préparer les présentations et les documents à déposer devant les organismes de réglementation;
  • planifier la réorganisation des opérations d’une entreprise;
  • superviser, au besoin, des chercheurs contractuels ou du personnel de bureau.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat ou un diplôme d’études collégiales en administration des affaires, en commerce ou une discipline connexe est habituellement exigé.
  • Un diplôme d’études supérieures en administration des affaires peut être exigé.
  • Certains établissements peuvent exiger l’accréditation par une association provinciale de consultants en gestion.
  • L’accréditation en tant que vérificateur de la qualité peut être exigée dans certaines des professions incluses dans ce groupe de base.
  • L’accréditation de l’Association canadienne interprofessionnelle du dossier de santé peut être exigée des professions de conseils en gestion de l’information en matière de santé.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes supérieurs ou de direction.

Ce groupe de base comprend les spécialistes en publicité, en marketing et en relations publiques qui analysent, élaborent et appliquent des stratégies de communication et de promotion et des programmes d’information, analysent les besoins en matière de publicité et élaborent des plans de publicité et de marketing, s’occupent de la publicité des activités et des événements et entretiennent des relations avec les médias au nom de commerces, de gouvernements et d’autres organisations, ainsi qu’au nom d’artistes, d’athlètes, d’écrivains et d’autres personnes de talent. Ils travaillent pour des entreprises d’experts-conseils, des agences de publicité, des sociétés commerciales, des associations, le gouvernement, des organismes sociaux, des musées, des galeries d’art, des groupes d’intérêt public, des organismes culturels et d’autres organismes, ou ils peuvent être des travailleurs autonomes. Les agents qui représentent des artistes, des écrivains et des athlètes sont inclus dans ce groupe de base.

Exemples d’appellations d’emploi

  • agent littéraire/agente littéraire
  • agent/agente de communications (sauf services d’urgence)
  • agent/agente de publicité
  • agent/agente des affaires publiques
  • agent/agente des relations avec les médias
  • agent/agente d’information
  • consultant/consultante en publicité
  • coordonnateur/coordonnatrice de médias
  • éducateur/éducatrice dans un musée
  • expert-conseil/experte-conseil en collecte de fonds
  • expert-conseil/experte-conseil en relations publiques
  • gérant/gérante d’artistes
  • publicitaire
  • relationniste
  • secrétaire de presse
  • spécialiste des communications
  • spécialiste en marketing d’événements

Inclusion(s)

  • collecteur/collectrice de fonds
  • conseiller/conseillère en information
  • coordonnateur/coordonnatrice de service d’information

 

Fonctions principales

Les professionnels en publicité, en marketing et en relations publiques exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • évaluer les caractéristiques des produits et des services à promouvoir et offrir des conseils sur les besoins en matière de publicité des établissements;
  • conseiller les clients sur des stratégies de publicité ou de promotion des ventes;
  • élaborer et mettre en oeuvre des campagnes de publicité pour les médias imprimées ou électroniques;
  • rassembler, dépouiller et préparer des documents pour les auditoires internes et externes;
  • élaborer, appliquer et évaluer des stratégies de communication et des programmes destinés à informer les clients, les employés et le grand public des initiatives et des politiques des commerces, des gouvernements et d’autres organisations;
  • mener des enquêtes sur l’opinion et l’attitude du public pour cerner les intérêts et les préoccupations des groupes clés ciblés par l’organisation;
  • préparer des rapports, des mémoires, de bibliographies, des discours, des exposés, des sites Web et des communiqués de presse, ou veiller à leur préparation;
  • préparer et organiser des ateliers, des réunions, des cérémonies et d’autres événements à des fins de publicité, de collecte de fonds et d’information;
  • préparer et présenter des programmes éducatifs et publicitaires et des documents d’information afin de sensibiliser davantage la population aux musées, aux galeries d’art et aux attractions touristiques;
  • établir et entretenir des relations avec les médias;
  • prendre des dispositions pour les entrevues et les conférences de presse;
  • agir à titre de porte-parole pour un organisme et répondre aux demandes de renseignements verbales et écrites;
  • coordonner les manifestations et les promotions publicitaires spéciales à l’intention des auditoires internes et externes;
  • collaborer à la rédaction de brochures, de rapports, de bulletins d’information et d’autres documents;
  • représenter des personnes de talent ou des personnes qui possèdent une expérience professionnelle particulière;
  • préparer des contrats avec des athlètes, des écrivains, des artistes ou d’autres personnes, ou veiller à leur préparation.
  • Les agents littéraires se spécialisent dans la représentation d’auteurs et d’écrivains dans un genre particulier. Les gérants d’artistes s’occupent de chanteurs, de musiciens, d’acteurs et comédiens ou d’autres artistes de la scène. Les agents d’athlètes se spécialisent dans la représentation de certains athlètes ou de certaines équipes sportives.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études universitaires ou collégiales en commercialisation dans les entreprises, en relations publiques, en communications, en journalisme, en muséologie ou dans une discipline reliée à un sujet particulier est habituellement exigé.
  • Les professionnels des relations publiques peuvent devoir être Agréés en relations publiques (ARP).

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience et une formation supplémentaire permettent d’accéder à des postes de gestion en relations publiques, en communications et en collecte de fonds.

Les professionnels en ressources humaines élaborent, appliquent et évaluent les politiques, les programmes et les procédures en matière de ressources humaines et de relations de travail, et renseignent les employeurs et les employés sur les questions relatives aux ressources humaines. Les professionnels en ressources humaines travaillent partout dans les secteurs privé et public, ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • agent syndical/agente syndicale
  • agent/agente de classification – ressources humaines
  • agent/agente de conciliation
  • agent/agente de recherche en ressources humaines
  • agent/agente d’équité en matière d’emploi
  • agent/agente des relations avec les employés
  • agent/agente des relations du travail
  • analyste de poste
  • analyste des salaires
  • analyste-recherchiste en rémunération
  • expert-conseil/experte-conseil en ressources humaines
  • médiateur/médiatrice
  • représentant syndical/représentante syndicale
  • spécialiste de la classification

Inclusion(s)

  • agent/agente de formation et de perfectionnement du personnel
  • conseiller/conseillère en emploi – ressources humaines

 

Fonctions principales

Les professionnels en ressources humaines exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • planifier, élaborer, appliquer et évaluer les stratégies en matière de ressources humaines et de relations de travail, y compris les politiques, les programmes et les procédures afin de satisfaire les besoins de l’organisation en ce qui a trait aux ressources humaines;
  • renseigner les employeurs et les employés sur l’interprétation des politiques relatives aux ressources humaines, à la rémunération, aux régimes d’avantages sociaux et aux conventions collectives;
  • négocier des conventions collectives au nom des employeurs ou des employés, agir en tant que médiateur dans les conflits de travail et les griefs et fournir des conseils sur les relations avec les employés et les relations de travail;
  • élaborer des classifications de poste, des descriptions de travail et des échelles salariales, ainsi que des mesures et des systèmes d’évaluation des compétences, et effectuer les recherches nécessaires à cette fin;
  • planifier et administrer les régimes de dotation et de rémunération globale, ainsi que les programmes de formation et de perfectionnement professionnel, d’aide aux employés, d’équité en matière d’emploi et d’action positive;
  • gérer des programmes et mettre à jour l’information sur les ressources humaines et les systèmes connexes de gestion de dossiers;
  • recruter le personnel et veiller à sa formation;
  • coordonner le programme d’évaluation du rendement des employés;
  • effectuer des recherches sur les usages en matière d’avantages sociaux, de santé et de sécurité et recommander des changements ou des modifications aux politiques existantes.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études universitaires ou collégiales dans un domaine relié à la gestion des ressources humaines, tel que l’administration des affaires, les relations industrielles, le commerce ou la psychologie ou une formation acquise dans le cadre d’un programme de perfectionnement professionnel en gestion des ressources humaines est exigé.
  • Certains employeurs peuvent exiger le titre de conseiller en ressources humaines agréé (CRHA).

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de gestion.

Les programmeurs écrivent, modifient, intègrent et mettent à l’essai le code informatique pour des applications logicielles, des applications de traitement de données, des logiciels de systèmes d’exploitation et des logiciels de communication. Les développeurs en médias interactifs écrivent, modifient, intègrent et mettent à l’essai le code informatique pour des applications Internet et mobiles, des didacticiels, des jeux pour ordinateurs, des films, des vidéos et d’autres médias interactifs. Ils travaillent dans des sociétés de développement de logiciels pour ordinateurs, des firmes d’experts-conseils en technologies de l’information ou dans les services informatiques des secteurs privé et public.

Exemples d’appellations d’emploi

  • développeur/développeuse de jeux d’ordinateur
  • développeur/développeuse de logiciels
  • développeur/développeuse de logiciels d’affaires électroniques
  • développeur/développeuse de médias interactifs
  • développeur/développeuse de multimédias
  • programmeur analyste/programmeuse analyste
  • programmeur scientifique/programmeuse scientifique
  • programmeur Web/programmeuse Web
  • programmeur/programmeuse
  • programmeur/programmeuse d’applications d’affaires
  • programmeur/programmeuse d’applications informatiques
  • programmeur/programmeuse de logiciels
  • programmeur/programmeuse de systèmes
  • programmeur/programmeuse de systèmes d’exploitation

 

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

Programmeurs
  • écrire, modifier, intégrer et mettre à l’essai le code des logiciels;
  • assurer la mise à jour des programmes informatiques existants en effectuant les modifications de la manière spécifiée;
  • cerner et communiquer les problèmes techniques, procédures et solutions;
  • préparer des rapports, des manuels et d’autres documents sur l’état, l’exploitation et l’entretien des logiciels;
  • prêter assistance dans la collecte et la documentation des besoins des utilisateurs;
  • prêter assistance dans le développement des spécifications logiques et techniques;
  • mettre sur pied et diriger, s’il y a lieu, une équipe de programmeurs;
  • rechercher et évaluer, s’il y a lieu, un grand nombre de produits logiciels.
Développeurs en médias interactifs
  • programmer des logiciels d’animation en fonction de spécifications techniques prédéfinies pour des jeux vidéo interactifs et des applications Internet et mobiles;
  • programmer des logiciels d’effets spéciaux à des fins cinématographiques ou vidéo;
  • écrire, modifier, intégrer et mettre à l’essai le code des logiciels destinés au commerce électronique et applications Internet et mobiles;
  • prêter assistance dans la collecte et la documentation des besoins des utilisateurs;
  • prêter assistance dans le développement des spécifications logiques et techniques;
  • mettre sur pied et diriger, s’il y a lieu, une équipe de développeurs en médias interactifs;
  • rechercher et évaluer, s’il y a lieu, une variété de logiciels de médias interactifs.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme de premier cycle en informatique ou dans une autre discipline comportant une formation pertinente en programmation ou un diplôme d’études collégiales en informatique est habituellement exigé.
  • Une spécialisation en programmation d’applications scientifiques et en ingénierie nécessite des études postsecondaires ou une expérience spécifique.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes d’analystes en informatique, d’ingénieurs en logiciel ou de concepteurs Web.

Les psychologues évaluent et diagnostiquent les troubles comportementaux, émotionnels et cognitifs de leurs clients, leur donnent des conseils et les traitent. Ils effectuent aussi des recherches et mettent en pratique des théories relatives au comportement et aux processus mentaux. Les psychologues aident leurs clients à acquérir des moyens de maintenir ou d’améliorer leur fonctionnement psychologique, physique, intellectuel, émotif, social et interpersonnel. Ils travaillent en cabinet privé ou dans des cliniques, des établissements correctionnels, des centres hospitaliers, des établissements psychiatriques, des centres de réadaptation, des organismes de services communautaires, des entreprises, des écoles et des universités, ainsi que dans des organismes de recherche gouvernementaux et privés.

Exemples d’appellations d’emploi

  • associé/associée en psychologie
  • psychologue
  • psychologue clinicien/psychologue clinicienne
  • psychologue en psychologie expérimentale
  • psychologue en recherche

 

Fonctions principales

Les psychologues exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • examiner et évaluer les comportements, diagnostiquer les troubles comportementaux, émotifs et cognitifs, donner des conseils à leurs clients et les traiter;
  • aider leurs clients à gérer une maladie ou un trouble physique;
  • donner des conseils à des particuliers et à des groupes afin de les aider à se développer et à mieux s’adapter sur les plans personnel, social et professionnel, et offrir des services de médiation;
  • administrer des tests psychologiques standardisés à des fins d’évaluation;
  • élaborer et évaluer des programmes d’intervention;
  • appliquer des théories et des principes psychologiques concernant le comportement et les processus mentaux tels que l’apprentissage, le développement du langage, la mémoire et la perception lors de l’élaboration de programmes de traitement;
  • formuler des hypothèses et des plans expérimentaux, examiner la documentation, effectuer des études et publier des comptes rendus de recherche, des textes éducatifs et des articles;
  • donner des exposés à l’occasion de conférences, d’ateliers et de colloques;
  • fournir des services de consultation à des organismes gouvernementaux et autres organismes.
  • Les psychologues peuvent se spécialiser en psychologie appliquée ou en recherche expérimentale. Les sous-spécialités incluent la psychologie du comportement, de l’enfant, du développement, de l’éducation et du sport, ainsi que la psychologie sociale, la psychologie cognitive, la neuropsychologie et la psychologie industrielle.

Conditions d’accès à la profession

  • Un doctorat en psychologie est exigé pour utiliser le titre de « psychologue » à l’Île-du-Prince-Édouard, au Québec, en Ontario, au Manitoba et en Colombie-Britannique.
  • Une maîtrise en psychologie est exigée pour utiliser le titre de « psychologue » à Terre-Neuve-et-Labrador, en Nouvelle-Écosse, au Nouveau-Brunswick, en Saskatchewan, en Alberta, dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut.
  • Une maîtrise en psychologie est exigée pour utiliser le titre de « psychologue associé » à l’Île-du-Prince-Édouard, en Ontario, au Manitoba et en Colombie-Britannique.
  • Un stage d’expérience pratique supervisé est exigé dans la plupart des provinces et territoires.
  • La réussite à l’examen écrit Examination for Professional Practice in Psychology (EPPP) est exigée dans la plupart des provinces.
  • Des épreuves orales ainsi que des entrevues en comité sont exigées dans certaines provinces.
  • L’appartenance à l’organisme de réglementation est exigée dans toutes les provinces, dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut.
  • L’appartenance à l’association professionnelle provinciale des psychologues est exigée dans toutes les provinces, dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut.
  • La formation et l’expérience permettent aux psychologues de se spécialiser dans un domaine en particulier.

Renseignements supplémentaires

  • Les associés en psychologie peuvent être autorisés par les autorités réglementaires de la province à exercer des fonctions normalement réservées aux psychologues, notamment le diagnostic de troubles psychologiques et la communication des diagnostics aux clients.

Les agents de programmes, les recherchistes et les experts-conseils en sciences naturelles et appliquées effectuent des recherches, rédigent des rapports, offrent des consultations et des conseils et administrent des programmes dans différents domaines des sciences naturelles et appliquées. Ils travaillent pour les gouvernements fédéral, provinciaux et municipaux, des entreprises de fabrication d’ordinateurs et de mobilier de bureau, des établissements d’enseignement, des organismes de recherche, des cabinets d’experts-conseils, des organismes environnementaux et de conservation ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Agent/agente de programmes en sciences naturelles et appliquées
  • Agent/agente de transfert de technologie
  • Analyste à la gestion des urgences
  • Analyste de la sécurité des transports
  • Analyste de l’impact environnemental
  • Analyste de politiques des ressources naturelles
  • Analyste de politiques énergétiques
  • Analyste des pêcheries
  • Consultant scientifique/consultante scientifique
  • Coordonnateur/coordonnatrice de programme de recyclage
  • Ergonome agréé/ergonome agréée
  • Hygiéniste du travail
  • Hygiéniste industriel/hygiéniste industrielle
  • Lobbyiste de questions environnementales
  • Planificateur/planificatrice d’état aux situations d’urgence
  • Spécialiste en ergonomie
  • Superviseur/superviseure de l’élaboration de programmes environnementaux
Inclusions
  • Agent/agente de brevets
  • Chercheur/chercheuse aux brevets
  • Consultant/consultante en sensibilisation à l’environnement

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
Les ergonomes
  • effectuer des recherches et donner des conseils sur les relations physiques, sociales et psychologiques entre les personnes, l’équipement dont elles se servent et l’environnement vital ou de travail afin d’assurer que la conception, l’organisation spatiale et l’exploitation de l’équipement, des démarches et des conditions du milieu contribuent à un maximum de sécurité, de productivité et de confort, ou intervenir dans ce domaine.
Les hygiénistes industriels ou hygiénistes du travail
  • étudier, évaluer et contrôler les dangers physiques, chimiques et biologiques et le stress dans le milieu de travail;
  • rendre compte et documenter leurs enquêtes et leurs conclusions;
  • proposer des changements à l’environnement et aux méthodes de travail;
  • donner de l’information aux travailleurs, aux gestionnaires ou aux employeurs sur les moyens de réduire le risque de blessure ou de maladie associés à des dangers particuliers;
  • dispenser, s’il y a lieu, une formation sur les pratiques de travail sécuritaire, participer à la planification des mesures d’urgence, témoigner au cours de procès et rendre compte de leurs conclusions à l’occasion de congrès scientifiques ou dans des publications scientifiques.
Les agents de brevets
  • donner des conseils aux clients sur les éléments de la Loi sur les brevets et sur la possibilité de breveter des inventions;
  • effectuer des recherches sur les brevets;
  • préparer des applications pour des brevets;
  • représenter les clients devant le bureau des brevets d’inventions.
Les agents de transfert de technologie
  • transférer et intégrer de nouvelles technologies, venant habituellement de la recherche universitaire ou publique, à des applications commerciales et industrielles et assurer la protection de la propriété intellectuelle des chercheurs et des développeurs.
Les agents de programmes et de politiques de la science
  • effectuer des recherches et donner des conseils sur les politiques ou concevoir ou administrer les programmes reliés au transport, à la protection civile, aux communications, aux ressources naturelles, à l’agriculture, à l’environnement, aux technologies traditionnelles et alternatives relatives à l’énergie, à l’utilisation des sols, au recyclage et à d’autres domaines scientifiques;
  • sensibiliser le public sur des questions comme l’utilisation des ressources naturelles, l’environnement, le traitement secondaire et la réduction des déchets.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat ou un diplôme d’études collégiales dans un domaine connexe scientifique ou technique est habituellement exigé dans ce groupe de base.
  • Une maîtrise dans un domaine scientifique connexe peut être exigée.
  • Une certification par l’entremise du Conseil canadien de certification des praticiens en ergonomie est exigée afin d’utiliser le titre de Certificat canadien de praticien(ne) en ergonomie (CCPE). L’adhésion à l’Association canadienne d’ergonomie peut être exigée.
  • Une certification du Conseil canadien d’agrément des hygiénistes du travail peut être exigée des hygiénistes industriels.
  • Un an d’expérience dans le domaine des brevets et la réussite d’examens du Commissionnaire des brevets sont exigés des agents de brevets. Ils peuvent aussi devoir être inscrits dans le répertoire des agents de brevets.
  • La certification de Leadership in Energy and Environmental Design (LEED) offert par le Conseil du bâtiment durable du Canada peut être exigée pour les professions impliquées dans la conception de bâtiments durables et le développement des technologies vertes.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de supervision ou de direction dans ces domaines.

Les agents de programmes, les recherchistes et les experts-conseils en politiques sociales effectuent des recherches, élaborent des politiques et exécutent ou administrent des programmes dans des domaines tels que la consommation, l’emploi, l’économie domestique, l’immigration, l’exécution des lois, les services correctionnels, les droits de la personne, le logement, le travail, les services familiaux ainsi que l’aide à l’étranger et le développement international. Ils travaillent dans des ministères et organismes et services gouvernementaux, le secteur industriel, des centres hospitaliers, des établissements d’enseignement, des établissements d’experts-conseils, des associations professionnelles, des instituts de recherche, des organismes non gouvernementaux et des organisations internationales ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Agent/agente de développement communautaire
  • Agent/agente de projets d’aide et de développement internationaux
  • Agent/agente des droits de la personne
  • Analyste de politiques de logement
  • Analyste de politiques de protection de l’enfance
  • Analyste de politiques d’immigration
  • Analyste des politiques du travail
  • Conseiller/conseillère auprès des consommateurs
  • Conseiller/conseillère en économie domestique
  • Consultant/consultante en politiques d’équité en matière d’emploi
  • Consultant/consultante en programmes de police communautaire
  • Lobbyiste de questions autochtones
  • Planificateur/planificatrice de services sociaux
  • Recherchiste en matière de politiques sociales
  • Recherchiste pour des enquêtes sociales (sauf statisticien)
Inclusions
  • Agent/agente de développement des affaires autochtones
  • Agent/agente de programmes d’emploi des Autochtones
  • Conseiller/conseillère en action positive

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
Les recherchistes en matière de politiques sociales
  • élaborent des programmes et des politiques, des projets de lois sociaux, ou des propositions fondées sur la recherche, les analyses démographiques, sociales et économiques et sur l’évaluation de projets pilotes.
Les conseillers en économie domestique
  • conseillent et assistent les consommateurs sur la sélection et l’usage approprié des produits alimentaires, textiles et autres biens de consommation; enseignent aux consommateurs des compétences en gestion de la vie familiale; et fournissent, s’il y a lieu, des services de consultation sur l’élaboration et la promotion de nouveaux produits alimentaires, l’achat au détail, l’administration de programmes sociaux et l’exploitation de petites entreprises.
Les analystes de la politique du logement
  • déterminent et évaluent le développement économique, démographique et social et rendent compte de son incidence sur la politique du logement.
Les agents de projets d’aide et de développement internationaux
  • planifient, organisent et administrent les politiques et les programmes d’aide à l’étranger et de développement international.
Les recherchistes pour des enquêtes sociales
  • élaborent des questionnaires, effectuent et coordonnent des enquêtes; analysent des données; et compilent et interprètent des statistiques sur des questions sociales et les secteurs de politique sociale.
Les planificateurs des services sociaux
  • effectuent des recherches, élaborent des programmes sociaux, évaluent, coordonnent et font connaître les services sociaux existants et qu’il n’y a pas de chevauchement entre ces services; et travaillent, s’il y a lieu, avec les planificateurs de l’utilisation des sols pour cerner l’incidence de l’utilisation massive des terres dans le cadre de projets de transport, de logement et d’installations de loisirs.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat ou un diplôme d’études collégiales dans le domaine des sciences sociales, dans une discipline connexe ou en administration des affaires est habituellement exigé.
  • Une maîtrise dans le domaine des sciences sociales, dans une discipline connexe ou en administration des affaires peut être exigée.
  • Les conseillers en économie domestique doivent avoir un baccalauréat en économie domestique, en enseignement des sciences domestiques, en écologie humaine, en alimentation et nutrition ou en sciences de la famille et de la consommation.
  • L’inscription est offerte, bien que facultative, pour les conseillers en économie domestique, cependant l’utilisation de la désignation « Professional Home Economist » est réglementée au Nouveau-Brunswick, en Ontario, au Manitoba et en Alberta, et « Registered Professional Home Economist » en Colombie-Britannique.
  • Un permis d’exercice du Conseil de réglementation des consultants en immigration du Canada est exigé des consultants réglementés en immigration canadienne.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de direction.

Les agents de programmes, les recherchistes et les experts-conseils en politiques de la santé effectuent des recherches, rédigent des rapports et administrent les politiques et programmes de soins de santé. Ils travaillent pour le gouvernement et des organismes gouvernementaux, des cabinets d’experts-conseils, des universités, des instituts de recherche, des centres hospitaliers, des organismes communautaires, des établissements d’enseignement, des associations professionnelles, des organismes non gouvernementaux et des organisations internationales.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Agent/agente de planification de programmes de santé des enfants
  • Agent/agente de programme de promotion de la santé
  • Agent/agente d’élaboration de politiques pour centres d’accueil
  • Analyste de la recherche sur les politiques de santé
  • Conseiller/conseillère en soins de santé
  • Consultant/consultante en programmes de santé mentale
  • Expert-conseil/experte-conseil en toxicomanie et en alcoolisme
  • Planificateur/planificatrice de soins de santé
  • Recherchiste en services de santé

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • aider à l’élaboration des politiques du gouvernement en matière de santé en étudiant la documentation pertinente, en réalisant des entrevues, en recueillant et en analysant des données statistiques et en conseillant les cadres supérieurs et les hauts fonctionnaires sur des questions comme la promotion de la santé, la réglementation, les normes et le financement;
  • élaborer et mettre en oeuvre des projets ou des programmes sur la santé;
  • tenir à jour et gérer des bases de données sur la santé;
  • compiler et analyser l’information statistique fournie par les établissements et les organismes de santé privés et publics et produire des rapports;
  • surveiller et évaluer les programmes de soins de santé offerts par le gouvernement et les organismes gouvernementaux ou privés;
  • évaluer la conformité aux normes de santé et préciser les mesures de rectification à prendre, le cas échéant;
  • évaluer les projets et les programmes sur la santé;
  • fournir des services d’experts-conseils aux clients des établissements privés, du gouvernement ou des organismes gouvernementaux;
  • répondre aux demandes d’information sur les programmes et les politiques provenant de l’interne et de l’externe;
  • produire des bulletins d’information, des revues et d’autres documents afin d’informer les membres d’associations ou d’organismes, ou le grand public;
  • présenter les opinions d’une association ou d’un organisme aux politiciens, aux représentants du gouvernement, aux médias ou au grand public.

Les agents de programmes, les recherchistes et les experts-conseils en politiques de la santé peuvent se spécialiser dans un domaine en particulier du développement des politiques, de la recherche ou de l’administration de programmes en matière de santé, par exemple la recherche en toxicomanie.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat ou un diplôme d’études collégiales en sciences de la santé, en administration publique, en administration des loisirs ou en administration hospitalière, ou un baccalauréat en sciences sociales, est exigé.
  • Un diplôme d’études supérieures en sciences de la santé, en sciences sociales ou dans une discipline administrative peut être exigé.
  • Plusieurs années d’expérience dans le domaine de la santé, à titre de professionnel des soins de santé ou de travailleur des services communautaires ou des services sociaux, sont habituellement exigées.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de gestion.

Les agents de programmes, les recherchistes et les experts-conseils en politiques de l’enseignement effectuent des recherches, rédigent des rapports et coordonnent les politiques et les programmes d’enseignement aux niveaux primaire, secondaire et postsecondaire. Ils travaillent dans des ministères gouvernementaux, des conseils et commissions scolaires, des établissements de recherche, des associations professionnelles et des organismes d’enseignement et autres organismes des secteurs public et privé, ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • agent/agente de politiques d’enseignement
  • agent/agente de programmes d’enseignement
  • conseiller pédagogique/conseillère pédagogique
  • coordonnateur/coordonnatrice de l’éducation spécialisée
  • coordonnateur/coordonnatrice de programmes d’enseignement
  • coordonnateur/coordonnatrice des programmes d’extension des services éducationnels
  • élaborateur/élaboratrice de programmes d’études
  • planificateur/planificatrice de programmes d’études
  • recherchiste en enseignement
  • superviseur/superviseure de politiques d’enseignement

Inclusion(s)

  • évaluateur/évaluatrice du langage – éducation
  • inspecteur/inspectrice d’école

 

Fonctions principales

Les agents de programmes, les recherchistes et les experts-conseils en politiques de l’enseignement exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • effectuer des recherches, rédiger des rapports et gérer des politiques et des programmes d’éducation;
  • évaluer les programmes d’étude et recommander des améliorations;
  • déterminer la structure, le contenu et les objectifs des nouveaux programmes;
  • effectuer des analyses statistiques en vue de déterminer les coûts et l’efficacité des politiques et des programmes d’éducation;
  • fournir des services permanents de perfectionnement professionnel, de formation et de consultation aux enseignants et aux autres professionnels dans l’ensemble des secteurs public et privé;
  • élaborer le matériel d’enseignement et d’autres ressources en vue de l’enseignement;
  • faire des exposés lors de congrès, d’ateliers et de colloques;
  • surveiller, s’il y a lieu, le travail d’autres agents de programmes, recherchistes et experts-conseils en politiques de l’enseignement;
  • administrer, s’il y a lieu, des programmes de tests et d’évaluation spécialisés.

Conditions d’accès à la profession

  • Un baccalauréat en sciences de l’éducation ou dans une discipline telle que les sciences sociales ou l’administration des affaires est exigé.
  • Une maîtrise en éducation peut être exigée.
  • Une formation spécialisée ou l’accréditation peut être exigée.
  • Plusieurs années d’expérience comme enseignant sont habituellement exigées.
  • Un brevet d’enseignement provincial est habituellement exigé pour travailler dans les ministères de l’Éducation provinciaux.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes de direction.

Les recherchistes, experts-conseils et agents de programme en sports, en loisirs et en conditionnement physique surveillent et administrent des programmes et des activités de sports, de loisirs et de conditionnement physique, offrent des services de consultation, effectuent des recherches et élaborent des programmes et des politiques reliés aux sports, aux loisirs et à la condition physique. Ils travaillent pour des administrations publiques fédérales, provinciales et municipales, des centres de sports, de loisirs et de conditionnement physique, des établissements de santé, des maisons de retraite, des centres communautaires, des cabinets et des organismes d’experts-conseils en sports et en conditionnement physique, ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Analyste des politiques d’activités sportives
  • Analyste des politiques de conditionnement physique
  • Analyste en sports
  • Expert-conseil/experte-conseil en loisirs
  • Expert-conseil/experte-conseil en sports
  • Expert-conseil/experte-conseil en sports et loisirs
  • Récréologue
  • Superviseur/superviseure de programmes sportifs
Inclusions
  • Consultant/consultante en conditionnement physique
  • Coordonnateur/coordonnatrice en conditionnement physique
  • Expert-conseil/experte-conseil en bonne forme physique
  • Expert-conseil/experte-conseil en conditionnement physique

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
Les analystes des politiques des sports, des loisirs et du conditionnement physique
  • effectuent des recherches et élaborent des politiques gouvernementales reliées aux sports, aux loisirs, au conditionnement physique, ainsi qu’aux normes et à la sécurité dans le sport.
Les experts-conseils en programmes sportifs
  • donnent des conseils d’experts et des services de consultation aux associations sportives et autres organisations sur la création, le développement et l’administration de programmes et d’activités de sports.
Les experts-conseils en programmes de conditionnement physique
  • donnent des conseils d’experts et des services de consultation reliés à la création et au développement d’activités et de programmes de conditionnement physique à des groupes communautaires, des sociétés, des écoles et d’autres organisations; et rédigent, au besoin, des propositions et des communiqués pour des entreprises, l’industrie et le milieu du conditionnement physique.
Les experts-conseils en programmes de loisirs
  • donnent des conseils d’experts et des services de consultation sur la création, le développement et la promotion de programmes de loisirs et d’activités aux collectivités, aux sociétés commerciales, aux établissements et à d’autres organisations.
Les superviseurs des programmes de sports, de loisirs et de conditionnement physique
  • développent, planifient et coordonnent des programmes de sports, de conditionnement physique et de loisirs ainsi que des événements sportifs spéciaux.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études universitaires en administration des loisirs, en administration des sports, en éducation physique, en kinésiologie ou dans une discipline connexe ainsi que de l’expérience de travail dans un domaine connexe ou un diplôme d’études collégiales en sports, en loisirs ou en conditionnement physique, ainsi que de l’expérience dans un domaine connexe, sont exigés.
  • De l’expérience en tant qu’animateur ou responsable de programmes de sports, de loisirs et de conditionnement physique est exigée des superviseurs des programmes de loisirs et de conditionnement physique. Un certificat dans un programme spécialisé, tel que le conditionnement physique ou le secourisme, peut également être exigé.

Renseignements supplémentaires

  • La mobilité entre les emplois d’experts-conseils en sports, en loisirs et en condition physique peut être restreinte à chacun de ces domaines respectifs.
  • L’expérience permet aux superviseurs des programmes de sports, de loisirs et de conditionnement physique d’accéder à des postes de direction dans les sports, les loisirs et le conditionnement physique.

Les réparateurs et les préposés à l’entretien d’appareils entretiennent et réparent les appareils domestiques et commerciaux. Ils travaillent dans des ateliers de réparation, des entreprises d’entretien d’appareils, et dans les services de réparation d’entreprises de détail ou de gros. Ils peuvent également être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Apprenti technicien/apprentie technicienne d’entretien d’appareils électroménagers
  • Préposé/préposée à l’entretien et à la réparation d’appareils ménagers
  • Préposé/préposée à l’entretien et à la réparation de machines à laver
  • Réparateur/réparatrice d’aspirateurs
  • Réparateur/réparatrice de climatiseurs pour fenêtres
  • Réparateur/réparatrice de cuisinières
  • Réparateur/réparatrice de lave-vaisselle
  • Réparateur/réparatrice de réfrigérateurs
  • Technicien/technicienne à l’entretien et à la réparation d’appareils au gaz
  • Technicien/technicienne à l’entretien et à la réparation d’appareils aux services alimentaires commerciaux
  • Technicien/technicienne à l’entretien et à la réparation d’appareils de nettoyage commerciaux
  • Technicien/technicienne à l’entretien et à la réparation d’appareils électroménagers
  • Technicien/technicienne à l’entretien et à la réparation d’appareils ménagers

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
Les réparateurs et les préposés à l’entretien de petits appareils électriques
  • réparer les petits appareils électriques incluant les tondeuses à gazon, l’outillage de jardin et les outils mécaniques;
  • consulter le client ou se reporter au bon de travail pour déterminer la nature de la défectuosité de l’appareil;
  • observer le fonctionnement de l’appareil, procéder à des essais de tension, de résistance et autres tests, au moyen d’instruments d’essais électriques;
  • se reporter aux schémas ou aux manuels relatifs aux produits et remplacer ou réparer les pièces, à l’aide d’outils manuels et de matériel de soudage;
  • établir des devis estimatifs et des rapports de travail indiquant les réparations effectuées.
Les réparateurs et techniciens de gros appareils
  • réparer de gros appareils, électriques ou au gaz, domestiques ou commerciaux tels que de l’équipement de lavage de vaisselle, des cuisinières, de l’équipement de lessive et des réfrigérateurs au domicile ou dans le milieu de travail des clients, ou en atelier;
  • consulter le client ou se reporter au bon de travail pour établir la nature de la défectuosité;
  • rechercher la cause des pannes en vérifiant les dispositifs de commande, les condenseurs, les programmateurs, les ventilateurs et les autres éléments, au moyen d’instruments d’essais, tels que des instruments de mesure et des manomètres, pour mesurer la résistance, l’intensité, la tension, la pression, la température, les gaz de combustion et le débit;
  • se reporter aux schémas et aux manuels relatifs aux produits et démonter l’appareil à l’aide d’outils manuels;
  • se servir de l’équipement d’atelier et d’appareils spécialisés de diagnostic et de programmation pour réparer, régler et reprogrammer les appareils;
  • remplacer les éléments et les sous-éléments défectueux et remonter l’appareil à l’aide d’outils manuels et de matériel de soudage et de brasage;
  • établir des devis estimatifs et des rapports de travail indiquant les réparations effectuées;
  • préparer, s’il y a lieu, les itinéraires d’entretien.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires et une formation ou un programme professionnel sont habituellement exigés.
  • Une formation en milieu scolaire ou plusieurs mois de formation en cours d’emploi sont exigés des réparateurs de petits appareils électroménagers.
  • Quelques années d’études secondaires et un diplôme d’études collégiales en réparation d’appareils ou une formation de trois ou quatre ans comme apprenti en réparation d’appareils sont exigées des réparateurs de gros appareils.
  • Le certificat de qualification de technicien d’entretien d’appareils ou de réparateur d’appareils électroménagers est obligatoire en Alberta et est offert, bien que facultatif, à Terre-Neuve-et-Labrador, en Nouvelle-Écosse, à l’Île-du-Prince-Édouard, au Nouveau-Brunswick, au Québec, en Ontario, en Colombie-Britannique, dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut.
  • Un permis provincial de monteur d’installations ou le certificat de qualification de technicien d’appareils au gaz peut être exigé des techniciens en entretien et en réparation des appareils d’utilisation de gaz.
  • Les techniciens d’entretien d’appareils électroménagers qualifiés peuvent obtenir la mention Sceau rouge après la réussite de l’examen interprovincial Sceau rouge.

Renseignements supplémentaires

  • La mention Sceau rouge permet une mobilité interprovinciale.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de supervision.

Les représentants des ventes financières vendent des produits et des services de base de dépôt, d’investissements ou de prêts aux particuliers et aux entreprises. Ils travaillent dans des banques, des caisses populaires, des sociétés de fiducie et d’autres établissements financiers semblables.

Exemples d’appellations d’emploi

  • agent/agente de prêts
  • agent/agente des prêts hypothécaires
  • agent/agente du crédit
  • officier/officière des services financiers
  • représentant/représentante des services financiers
  • vendeur-associé/vendeuse-associée – opérations bancaires personnelles

Inclusion(s)

  • conseiller/conseillère en endettement

 

Fonctions principales

Les représentants des ventes financières exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • ouvrir des nouveaux comptes personnels et non personnels, et faciliter l’accès aux guichets automatiques et aux services bancaires téléphoniques et en ligne;
  • rencontrer les demandeurs de prêts personnels, de prêts hypothécaires, de prêts étudiants et de prêts à l’entreprise;
  • promouvoir la vente des produits et des services de dépôt, d’investissements, de crédit et de prêts;
  • aider les clients en proposant des solutions pour répondre à des objectifs financiers tels que l’expansion d’entreprise, la gestion des dettes, les investissements et d’autres objectifs financiers;
  • étudier et évaluer les situations financières des demandeurs, leurs références, leur degré de solvabilité et leur capacité de remboursement;
  • remplir les documents relatifs au crédit et aux prêts;
  • présenter les demandes de crédit ou de prêts au directeur de la succursale ou au directeur du crédit, recommander l’approbation ou le rejet des demandes, ou approuver ou rejeter les demandes de prêts, selon leur degré d’autorité et en veillant au respect des normes de l’établissement en matière de crédit;
  • préparer les relevés des comptes en souffrance et acheminer les comptes inconciliables vers les agences de recouvrement;
  • examiner et mettre à jour les dossiers de crédit et de prêts;
  • agir en tant que garde conjointe pour l’argent comptant et les valeurs.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires assorti d’une grande expérience du travail de banque est habituellement exigé.
  • Un diplôme d’études universitaires ou collégiales en commerce ou en économie peut être exigé.
  • Un permis pour courtiers de fonds mutuels est habituellement exigé.
  • L’accréditation auprès de l’autorité de réglementation des valeurs mobilières dans la province ou le territoire d’emploi est habituellement exigée.
  • Une formation de six à douze mois sur les services de crédit ou de prêts, est habituellement exigée.
  • Divers cours et programmes de formation sont offerts par l’Institut des banquiers canadiens et peuvent être exigés par les employeurs.
  • L’accréditation des instances dirigeantes appropriées est exigée des représentants qui vendent des produits et des investissements financiers réglementés.

Renseignements supplémentaires

  • L’expérience permet d’accéder à des postes supérieurs en planification financière et en gestion de patrimoine.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de gestion des services de crédit et de prêts.

Les soudeurs utilisent de l’équipement pour souder les métaux ferreux ou non ferreux. Ce groupe de base inclut aussi les opérateurs de machines à souder et à braser à commandes réglables. Ils travaillent dans des entreprises qui fabriquent des éléments de charpente en acier et en tôlerie, des chaudières, de la machinerie lourde, des avions et des bateaux et d’autres produits métalliques ainsi que pour des entrepreneurs en soudure et dans des ateliers de soudure, ou ils peuvent être des travailleurs autonomes.

Exemples d’appellations d’emploi

  • apprenti soudeur/apprentie soudeuse
  • compagnon soudeur/compagne soudeuse
  • opérateur/opératrice de machine à brasage tendre
  • opérateur/opératrice de machine à braser
  • opérateur/opératrice de machine à souder au laser
  • régleur/régleuse de machines à braser
  • soudeur/soudeuse
  • soudeur/soudeuse à l’arc électrique
  • soudeur/soudeuse à l’arc sous flux
  • soudeur/soudeuse au montage
  • soudeur/soudeuse de réservoirs pour fluides sous pression
  • soudeur/soudeuse par points
  • soudeur-monteur/soudeuse-monteuse
  • technicien/technicienne en soudures aéronautiques

 

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

Les soudeurs

  • lire et interpréter les plans ou les spécifications techniques de soudage;
  • utiliser des appareils manuels ou semi-automatiques, tels que des appareils de soudage à l’arc sous gaz avec électrode de tungstène (GTWA), de soudage à l’arc sous gaz avec fil solide (GMWA), de soudage à l’arc avec fil fourré (FCAW), de soudage à l’arc au plasma (PAW), de soudage à l’arc avec électrode enrobée (SMWA), de soudage par résistance, de soudage à l’arc submergé (SAW) et de soudage oxyacétylénique (OAW), pour souder des pièces de métal;
  • utiliser des appareils coupe-flamme manuels ou semi-automatiques;
  • utiliser de l’équipement à souder et à braser;
  • utiliser des machines à former les métaux, telles que des presses à plier et des cisailles, de même que d’autres machines à redresser et à cintrer les métaux;
  • réparer les pièces usées de produits métalliques en y soudant des couches supplémentaires.
  • Les soudeurs peuvent se spécialiser dans un type de soudage dans les domaines suivants : fabrication sur mesure, construction et réparation de navires, contenants pressurisés, constructions de pipelines et de charpentes structurelles, réparation de machinerie et d’équipement et soudage de précision en aérospatiale.

Les opérateurs de machines à souder et à braser

  • utiliser des machines à souder à commandes réglables, comme des machines à souder par résistance par points, bout à bout et de lignes de suture, ou des machines de soudage à l’arc ou au gaz afin de fabriquer ou de réparer des éléments en métal;
  • utiliser des machines à souder et à braser à commandes réglables afin de lier des éléments de métal avec de la soudure ou de remplir les trous, les dentelures et les joints d’articles de métal;
  • démarrer, arrêter, ajuster et surveiller le matériel de soudure robotique de chaîne de production;
  • participer à l’entretien et à la réparation des machines à souder et à braser;
  • régler, s’il y a lieu, les têtes de soudage et les machines-outils en fonction des spécifications techniques.

Conditions d’accès à la profession

Soudeurs

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Un programme d’apprentissage de trois ans ou plus de trois ans d’expérience dans le métier ainsi qu’une formation spécialisée en soudage, en milieu scolaire ou industriel, sont habituellement exigés pour être admissible au certificat de qualification.
  • Le certificat de qualification est obligatoire en Alberta, et est offert, bien que facultatif, dans toutes les autres provinces et les territoires.
  • Les soudeurs qualifiés peuvent obtenir la mention Sceau rouge après la réussite de l’examen interprovincial Sceau rouge.

Opérateurs de machines à souder et à braser

  • Quelques années d’études secondaires sont exigées.
  • Une formation en cours d’emploi de plusieurs mois est habituellement fournie.
  • De l’expérience comme apprenti-opérateur de machines peut être exigée.
  • Une expérience en robotique peut être exigée.

Renseignements supplémentaires

  • La mention Sceau rouge permet une mobilité interprovinciale.
  • L’expérience permet d’accéder à des postes de supervision.

Les spécialistes des ventes techniques de commerce de gros vendent des biens et des services techniques tels que du matériel scientifique, agricole et industriel, et des services de télécommunications, d’électricité et d’informatique à des entreprises gouvernementales, industrielles ou commerciales, sur le marché national et international. Ils travaillent pour des établissements qui produisent ou fournissent des biens ou services techniques, notamment des sociétés pharmaceutiques, des entreprises de fabrication d’équipement industriel, des élévateurs à grains, des compagnies de services informatiques, des sociétés d’ingénierie et des compagnies d’hydroélectricité. Ils peuvent aussi être des travailleurs autonomes et offrir leurs services en sous-traitance à d’autres entreprises. Les spécialistes des ventes techniques de commerce de gros qui occupent des postes de supervision sont compris dans ce groupe de base.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Agent technicien commercial/agente technicienne commerciale en instruments médicaux
  • Directeur/directrice de district d’élévateur à grains
  • Ingénieur commercial/ingénieure commerciale – soutien technique
  • Représentant commercial/représentante commerciale en électricité
  • Représentant commercial/représentante commerciale en matériel de construction
  • Représentant technico-commercial/représentante technico-commerciale – commerce de gros
  • Représentant/représentante de commerce d’aéronefs
  • Représentant/représentante de commerce de fournitures industrielles
  • Représentant/représentante de commerce de matériels lourds
  • Représentant/représentante de commerce en logiciels
  • Représentant/représentante de commerce en matériel de communication
  • Spécialiste en soutien technique – commerce de gros
  • Surveillant/surveillante des ventes techniques
Inclusions
  • Exploitant/exploitante d’élévateur à grains
  • Ingénieur commercial/ingénieure commerciale

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • maintenir et améliorer les relations commerciales avec les clients actuels;
  • déterminer quels sont les clients éventuels et les solliciter;
  • évaluer les besoins et les ressources des clients, recommander et assister dans la sélection des biens et services appropriés et négocier les prix ou autres termes de vente;
  • fournir des données pour le design du produit lorsque les biens et les services doivent être adaptés aux besoins du client;
  • rédiger des présentations, propositions ou autres matériels de vente afin de démontrer les avantages de l’utilisation du bien ou du service;
  • évaluer les coûts d’installation et d’entretien du matériel ou du service;
  • rédiger et administrer les contrats de vente et maintenir un registre des clients;
  • communiquer avec les clients, après la vente, pour résoudre les problèmes et assurer un suivi;
  • dépanner les problèmes techniques liés au matériel;
  • développer et maintenir des connaissances techniques sur les produits et les services afin d’en expliquer les caractéristiques aux clients et de répondre à leurs questions
  • développer, mettre en oeuvre et effectuer le suivi des plans de marketing et des stratégies de vente pour l’atteinte des objectifs d’affaires
  • analyser l’état du marché et les activités des concurrents et rester à l’affût des marchés émergents et des tendances
  • un permis de conduire et un bon dossier de conduite peuvent être exigés.
  • surveiller, s’il y a lieu, le travail d’autres vendeurs-spécialistes et des membres du personnel technique.
  • peut offrir la formation quant à l’utilisation et à l’entretien du matériel;

Les spécialistes des ventes techniques – commerce de gros se spécialisent généralement dans une catégorie de biens ou une gamme spécifique de services en particulier.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études universitaires ou collégiales dans un domaine relié au produit ou au service est habituellement exigé.
  • De l’expérience dans la vente ou dans un domaine technique relié aux produits ou aux services peut être exigée.
  • La connaissance d’une langue étrangère en particulier, ainsi que de l’expérience des voyages ou du travail à l’étranger, peuvent être exigées des spécialistes des ventes techniques qui sollicitent un emploi au sein d’entreprises qui importent ou qui exportent des produits et des biens techniques.
  • De l’expérience en tant que spécialistes des ventes techniques – commerce de gros est exigée des superviseurs de spécialistes des ventes techniques.
  • Un permis de conduire et un bon dossier de conduite peuvent être exigés.

Renseignements supplémentaires

  • Les employeurs dispensent parfois à l’interne des programmes de formation poussée aux spécialistes des ventes techniques.
  • L’expérience ou une formation supplémentaire permet d’accéder à des postes de direction dans la vente.

Les sténographes judiciaires consignent et transcrivent les délibérations des tribunaux, des assemblées législatives ou des comités et préparent des transcriptions pour des juges, des tribunaux et des tableaux quasi judiciaires. Ils travaillent dans des tribunaux judiciaires ainsi qu’au service des assemblées législatives provinciales et fédérale et des comités, ou ils peuvent être des travailleurs autonomes. Les transcripteurs médicaux consignent, transcrivent et font la mise en forme des données dictées obtenues de médecins et d’autres professionnels du domaine de la santé, de procédures chirurgicales, de rapports liés à la santé et d’autres documents médicaux. Ils travaillent dans des centres hospitaliers, des cabinets de médecins et des cliniques médicales, ou ils peuvent être des travailleurs autonomes. Les codeurs en sous-bandes et les autres transcripteurs sont inclus dans ce groupe de base.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Audiotypiste médical/audiotypiste médicale
  • Codeur/codeuse en sous-bandes
  • Sténographe judiciaire
  • Sténographe parlementaire (Hansard)
  • Transcripteur/transcriptrice

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
Les sténographes judiciaires
  • consigner textuellement les délibérations de la cour à l’aide d’appareils de sténographie électroniques ou de sténomasques;
  • relire sur demande la transcription textuelle des preuves présentées alors que le tribunal siège;
  • transcrire les délibérations consignées selon le type de présentation établi;
  • vérifier l’exactitude des transcriptions en les comparant aux versions originales et vérifier l’exactitude des jugements en consultant le juge;
  • localiser et vérifier l’exactitude des citations;
  • fournir des transcriptions aux juges, aux avocats et aux particuliers qui les demandent;
  • classer et ranger les comptes rendus sténographiques des séances des tribunaux.
Les transcripteurs médicaux
  • transcrire des données enregistrées selon les formats établis, ou de la documentation écrite provenant de rapports médicaux, de correspondances, de dossiers de santé et de renseignements des patients;
  • relire les textes pour corriger les erreurs typographiques et grammaticales;
  • réviser les textes transcrits pour trouver de l’information erronée ou manquante, ou des erreurs dans le formatage.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est exigé des sténographes judiciaires.
  • Un diplôme d’études collégiales ou autre programme d’études spécialisé en sténographie judiciaire est habituellement exigé et un certificat de sténographe agréé peut être exigé des sténographes judiciaires.
  • Un diplôme d’études secondaires est exigé des transcripteurs médicaux.
  • La réussite d’un programme reconnu en transcription médicale est habituellement exigée et un certificat de transcripteur médical agréé peut être exigé des transcripteurs médicaux.

Renseignements supplémentaires

  • Il existe une certaine mobilité entre les professions de ce groupe et les professions qui exigent des connaissances terminologiques comparables, comme celles en secrétariat juridique ou médical.

Les superviseurs de commis de bibliothèque, de correspondanciers et d’autres commis à l’information surveillent et coordonnent les activités des commis des groupes de base suivants : (1451) Commis et assistants/assistantes dans les bibliothèques, (1452) Correspondanciers/correspondancières et commis aux publications et aux règlements et (1454) Intervieweurs/intervieweuses pour enquêtes et commis aux statistiques. Ils travaillent dans les secteurs public et privé.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Superviseur/superviseure de commis à la correspondance
  • Superviseur/superviseure de commis à la publicité
  • Superviseur/superviseure de commis aux publications
  • Superviseur/superviseure de commis aux statistiques
  • Superviseur/superviseure de commis de bibliothèque
  • Superviseur/superviseure d’enquêteurs

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • coordonner, répartir et réviser le travail des commis qui s’acquittent des tâches suivantes : mener des sondages et des interviews; recueillir et compiler des statistiques; préparer et émettre des permis, des passeports et d’autres documents à fonctions de réglementation; ranger des livres sur des rayons et effectuer d’autres tâches dans une bibliothèque; rédiger de la correspondance, y compris des messages électroniques, et préparer des documents à faire traduire ou à publier;
  • établir les horaires et les procédures de travail, et coordonner les activités avec les autres services ou divisions;
  • résoudre les problèmes reliés au travail, contrôler les services fournis par les commis et les agents et préparer et soumettre des rapports d’étapes et d’autres rapports;
  • former des travailleurs quant à leurs tâches et aux politiques de l’entreprise;
  • commander des fournitures et du matériel;
  • assurer le bon fonctionnement des systèmes informatiques et de l’équipement et voir à leur entretien et à leur réparation;
  • exercer, au besoin, les mêmes fonctions que les employés supervisés.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est exigé.
  • Des cours collégiaux apparentés au domaine supervisé peuvent être exigés.
  • De l’expérience en travail de bureau reliée aux fonctions supervisées est habituellement exigée.

Les superviseurs de ce groupe de base surveillent et coordonnent le travail des travailleurs des groupes intermédiaires (141) Commis au travail général de bureau et (142) Commis en bureautique et en éditique. Ils travaillent dans les secteurs public et privé.

Exemples d’appellations d’emploi

  • superviseur/superviseure à la saisie de données
  • superviseur/superviseure de bureau d’enregistrement
  • superviseur/superviseure de commis à l’admission dans un hôpital
  • superviseur/superviseure de commis au classement
  • superviseur/superviseure de commis au personnel
  • superviseur/superviseure de personnel de bureau
  • superviseur/superviseure de service des dossiers
  • superviseur/superviseure de standardistes

Inclusion(s)

  • superviseur/superviseure des opérations

 

Fonctions principales

Les superviseurs de ce groupe de base exercent une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • coordonner, répartir et réviser le travail des commis qui s’acquittent des tâches suivantes : faire du traitement de texte, faire de la tenue de dossiers et du classement; faire fonctionner des téléphones et des standards; faire de la saisie de données; faire de l’éditique et d’autres activités exigeant des compétences en travail de bureau et en administration;
  • établir les horaires et les procédures de travail, et coordonner les activités avec les autres services ou divisions;
  • résoudre les problèmes reliés au travail, et rédiger et présenter des rapports d’étapes et autres rapports;
  • former les employés à leurs tâches, aux règles de sécurité et aux politiques de l’entreprise;
  • commander des fournitures et du matériel;
  • assurer le bon fonctionnement de l’équipement et du matériel de bureau, et voir à leur entretien et à leur réparation;
  • exercer, au besoin, les mêmes fonctions que les personnes supervisées.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est exigé.
  • Des cours collégiaux apparentés au domaine supervisé sont habituellement exigés.
  • De l’expérience dans le domaine supervisé est habituellement exigée.

Les superviseurs de commis de finance et d’assurance surveillent et coordonnent les activités des travailleurs des groupes de base suivants : (1431) Commis à la comptabilité et personnel assimilé, (1432) Administrateurs/administratrices de la paye, (1434) Commis de banque, d’assurance et des autres services financiers et (1435) Agents/agentes de recouvrement. Ils travaillent dans des banques et d’autres institutions financières, des compagnies d’assurance et d’autres établissements des secteurs privé et public.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Superviseur/superviseure de commis de banque
  • Superviseur/superviseure de comptes clients
  • Superviseur/superviseure de la comptabilité
  • Superviseur/superviseure de la facturation
  • Superviseur/superviseure de la feuille de paye
  • Superviseur/superviseure de la tenue de livres
  • Superviseur/superviseure de service de crédit
  • Superviseur/superviseure des comptes fournisseurs
  • Superviseur/superviseure d’experts en sinistres
  • Superviseur/superviseure du recouvrement

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • établir des méthodes de travail efficaces et coordonner, répartir et revoir le travail des commis qui accomplissent les tâches suivantes : administrer les comptes clients et les comptes fournisseurs; vérifier, traiter et enregistrer les formules et les documents financiers; administrer la feuille de paye; vérifier, traiter et enregistrer des réclamations et des formules d’assurance; et percevoir les droits d’utilisateurs et les paiements de comptes en souffrance;
  • examiner et vérifier l’exactitude du travail et autoriser les paiements courants, les crédits et les autres transactions;
  • établir les horaires et les procédures de travail, et coordonner les activités avec les autres services ou divisions;
  • résoudre les problèmes reliés au travail et préparer et soumettre des rapports d’étapes et d’autres rapports;
  • identifier les besoins en matière de formation et former des travailleurs quant à leurs tâches et aux politiques de l’entreprise;
  • commander des fournitures et du matériel;
  • assurer le bon fonctionnement des systèmes informatiques et de l’équipement et voir à leur entretien et à leur réparation;
  • exercer, au besoin, les mêmes fonctions que les employés supervisés.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études collégiales ou des cours en tenue de livres, en comptabilité ou dans une matière connexe sont exigés.
  • De l’expérience en travail de bureau reliée aux fonctions supervisées est exigée.

Les superviseurs de services postaux et de messageries surveillent et coordonnent les activités des travailleurs des groupes de base suivants : (1511) Commis au courrier et aux services postaux et personnel assimilé, (1512) Facteurs/factrices et (1513) Messagers/messagères et distributeurs/distributrices porte-à-porte. Ils travaillent pour la Société canadienne des postes, des compagnies de messageries, les gouvernements et de grandes sociétés.

Exemples d’appellations d’emploi

  • maître/maîtresse de poste
  • superviseur/superviseure de commis au courrier et aux postes
  • superviseur/superviseure de facteurs
  • superviseur/superviseure de la salle de courrier
  • superviseur/superviseure de service de messageries
  • superviseur/superviseure de service de messagers
  • superviseur/superviseure de succursale postale

 

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :

  • coordonner, répartir et réviser le travail des commis aux postes, des facteurs et des messagers qui recueillent, trient et distribuent le courrier, les colis et autre matériel semblable;
  • établir les horaires et les procédures de travail, et coordonner les activités avec les autres services ou divisions;
  • résoudre les problèmes reliés au travail, et préparer et soumettre des rapports d’étapes et d’autres rapports;
  • former les travailleurs quant à leurs tâches, aux normes de sécurité et aux politiques de l’entreprise;
  • commander des fournitures et du matériel;
  • assurer le bon fonctionnement des systèmes informatiques et de l’équipement et voir à leur entretien et à leur réparation;
  • exercer, au besoin, les mêmes fonctions que les employés supervisés.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est exigé.
  • Plusieurs années d’expérience dans le poste supervisé sont habituellement exigées.

Les superviseurs des services alimentaires supervisent, dirigent et coordonnent les activités des travailleurs qui préparent, répartissent et servent des aliments. Ils travaillent dans des centres hospitaliers et d’autres établissements de soins de santé et dans des cafétérias, des services de traiteurs et d’autres établissements de services alimentaires.

Exemples d’appellations d’emploi

  • Superviseur/superviseure de cafétéria
  • Superviseur/superviseure de service de traiteur
  • Surveillant/surveillante de cantine
  • Surveillant/surveillante du service alimentaire

Fonctions principales

Ce groupe exerce une partie ou l’ensemble des fonctions suivantes :
  • superviser, coordonner et établir l’horaire des activités du personnel qui prépare, répartit et sert les aliments;
  • évaluer et commander les ingrédients et les fournitures nécessaires à la préparation des repas;
  • préparer des listes de provisions alimentaires pour le chef, selon les demandes des diététistes et des patients dans les centres hospitaliers ou des autres clients;
  • établir les horaires et les méthodes de travail;
  • tenir les registres des stocks, des réparations, des ventes et des pertes;
  • assurer la formation du personnel pour ce qui est de leurs tâches, de l’hygiène et des normes de sécurité;
  • surveiller et vérifier la préparation des plateaux pour les régimes ordinaires et les diètes spéciales et l’acheminement des chariots aux clients dans les centres hospitaliers;
  • assurer la qualité des aliments et du service, en conformité avec les normes établies;
  • participer, au besoin, à la sélection du personnel de service des aliments ainsi qu’à l’élaboration des politiques, des méthodes et des budgets;
  • planifier, s’il y a lieu, les menus des cafétérias et calculer les coûts de nourriture et de main-d’oeuvre.

Conditions d’accès à la profession

  • Un diplôme d’études secondaires est habituellement exigé.
  • Un diplôme d’études collégiales en gestion des services alimentaires, en gestion hôtelière ou de restaurant, ou dans une discipline connexe ou plusieurs années d’expérience dans la préparation ou le service des aliments sont exigés.